Tags Posts tagged with "enfants"

enfants

par -

Première du genre en Tunisie, une greffe de la moelle osseuse sur un enfant sera pratiquée au cours de la première semaine du mois d’avril au service d’hématologie, d’immunologie et de greffe de cellules souches au Centre de greffe de la moelle osseuse à Tunis.
“Cette intervention de traitement des tumeurs cancéreuses est la première du genre en Afrique”, a indiqué, jeudi, Dr Bejaoui, professeur en pédiatrie et chef de service de pédiatrie, immuno-hématologie et greffe de cellules souches au Centre national de greffe de moelle osseuse.
“Cette intervention permettra de soigner les enfants atteints d’une maladie hématologique en Tunisie”, a-t-il dit, précisant que cette opération sera couverte par le système de soins gratuits ou par la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM).
Dr Bejaoui a ajouté que la greffe de la moelle osseuse dont le coût est estimé à 200 mille dinars sera bénéfique pour l’Etat, étant donné que le coût de ce type d’opération s’élève à 1.8 million de dinars à l’étranger.

par -

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé lundi 12 mars 2018 le Conseil de sécurité à ne suivre qu’un seul ordre du jour : « mettre fin aux souffrances du peuple syrien et trouver une solution politique au conflit ».

« En 2017, plus d’enfants ont été tués en Syrie que depuis le début de la guerre », a déclaré le Secrétaire général, se disant déçu « par tous ceux qui, année après année, en agissant ou en n’agissant pas, par dessein ou par indifférence, ont permis cet état de fait ».

M. Guterres a souligné que l’ONU ne peut avoir une vision d’ensemble de la manière dont la résolution 2401 (2018) du Conseil est mise en œuvre, à cause de l’accès limité sur le terrain. Si le conflit a diminué en intensité dans certaines zones, il n’y a pas eu de cessation des hostilités, a-t-il déploré, rappelant que la résolution réclame précisément cela. La violence se poursuit dans la Ghouta orientale et au-delà, à Afrin, dans certaines parties d’Edleb et à Damas, a déclaré le Secrétaire général.

Depuis l’adoption de la résolution 2401, les frappes et les combats se sont intensifiés dans la Ghouta orientale et ont fait des centaines de victimes civiles. Contrairement à ce que demande la résolution, il n’y a pas d’accès humanitaire sûr et sans entrave et aucun siège n’a été levé, a poursuivi M. Guterres. « A notre connaissance, aucune personne gravement malade ou blessée n’a pu être évacuée ».
La Ghouta orientale désormais divisée en trois poches

Estimant que la situation dans la Ghouta orientale est « l’enfer sur terre », le Secrétaire général a noté la proposition russe d’une pause humanitaire de cinq heures par jour et indiqué que trois groupes de l’opposition armée ont adressé une lettre au Président du Conseil, dans laquelle ils s’engagent à mettre en œuvre la résolution. Ces trois groupes – Jaish al-Islam, Failaq al-Rahman et Ahrar al-Sham – ont également promis de garantir un accès humanitaire sûr et d’expulser de la Ghouta orientale les groupes armés comme le Front Al-Nusra et Al-Qaïda, a-t-il dit.

Le chef de l’ONU a déploré qu’aucune réunion n’ait pu avoir lieu entre ces trois groupes, le gouvernement syrien et la Russie. M. Guterres a insisté sur les frappes et l’offensive conduites par Damas, ce dernier contrôlant désormais 60% de la Ghouta orientale alors qu’il n’en contrôlait que 10 % le 3 mars dernier. M. Guterres a indiqué que les réunions des 8 et 10 mars entre des responsables russes et Jaish al Islam ont conduit au retrait des combattants d’Al-Nusra de l’enclave assiégée. Il n’a en revanche pas été possible d’organiser une rencontre entre la Fédération de Russie et Failaq al-Rahman, la première voulant une réunion sur le terrain et le dernier insistant sur une rencontre à Genève, a-t-il précisé.

Le soir du 10 mars, la Russie a informé l’ONU qu’un cessez-le-feu unilatéral serait mis en œuvre à minuit, a ajouté le Secrétaire général, avant de mentionner un autre accord entre les responsables russes et Jaish al Islam sur les évacuations médicales. Le Secrétaire général a précisé que la Ghouta orientale est désormais divisée en trois poches et que l’ONU fait tout son possible pour mettre en œuvre la résolution.
« Nous sommes loin de l’accès humanitaire sans entrave demandé par la résolution »

En Syrie, l’aide humanitaire n’a pas pu être acheminée comme prévu : un convoi de 19 camions de l’ONU n’a pu apporter de l’aide qu’à 33.500 personnes sur les 40.250 au nord de Homs, le 4 mars.

Peu de civils ont pu quitter la Ghouta orientale, a déploré le Secrétaire général. Dans ce contexte, même si la pause russe de cinq heures n’est pas suffisante pour garantir un accès humanitaire sans entraves comme le demande la résolution, l’ONU a envoyé le 5 mars un convoi inter-agences de 46 camions à Douma avec de la nourriture pour 27.500 personnes, soit un tiers des personnes dans le besoin.

M. Guterres a dénoncé la saisie par les autorités syriennes des articles médicaux, en violation de la résolution, et a déploré que le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) se soit vu refuser l’accès à la Ghouta orientale. Le 9 mars, un convoi de 13 camions a pu finir son déchargement mais le chef de l’ONU a ajouté que plus de 1.000 personnes attendent toujours leur évacuation médicale et mentionné les nouvelles allégations d’utilisation de gaz de chlore. Le Secrétaire général a appelé le Conseil à rester uni sur cette question. « Si nous ne pouvons pas vérifier ces allégations, nous ne pouvons pas les ignorer ».

M. Guterres a jugé qu’il est encore possible d’appliquer la résolution 2401 (2018). « Il est possible d’avoir une cessation des hostilités, il est possible d’acheminer l’aide humanitaire, il est possible d’évacuer les malades et les blessés, il est possible d’expulser les combattants terroristes des zones de conflit sans mener des attaques indiscriminées contre les civils ».

Nous ne pouvons pas laisser tomber les bras, a prévenu le Secrétaire général qui a demandé la pleine application de la résolution sur tout le territoire syrien, avant de plaider pour une solution politique. « Je n’ai pas renoncé à l’espoir de voir la Syrie renaître de ses cendres ».

par -
Une vraie révolution culturelle, c’est ce que les autorités sont en train de cuisiner actuellement. En effet il s’agit, ni plus ni moins, de faire en sorte que les papas soient moins portés sur les terrasses de café, les parties de foot, la chicha, leurs bagnoles… et qu’ils s’occupent plus de leurs progénitures, à tous les niveaux. La chose ne sera pas simple, tant ces habitudes sont ancrées, mais le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance, en partenariat avec les ambassades de Suède et de Finlande en Tunisie ainsi que l’UNICEF, y travaille. La nécessité de mettre en place un plan d’action visant à renforcer le rôle des parents dans l’éducation et le développement des capacités de leurs enfants est la principale recommandation issue d’une conférence nationale “Papas en Tunisie : la parentalité positive vue par les pères“, organisée lundi 19 février 2018 par le ministère de la famille.

Dans une déclaration à l’agence TAP en marge de la conférence, Asma Mattoussi Hidri, sous-directeur des établissements préscolaires au ministère de la femme, de la famille et de l’enfance, a souligné que cette initiative (la parentalité positive vue par les pères) lancée depuis août dernier vise à renforcer le rôle des parents dans l’éducation et le développement des capacités de leurs enfants.
Elle a précisé que cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une stratégie multisectorielle pour la promotion de la petite enfance lancée par le ministère de la femme en 2014 en partenariat avec les ministères de la santé, de l’éducation et des affaires religieuses ainsi que le secteur privé et les structures de la société civile.
Cette initiative soutenue par la banque mondiale et l’UNICEF vise aussi à diffuser la culture de la famille basée sur la promotion de la solidarité et l’entraide entre tous les membres de la famille“, a-t-elle ajouté.
L’intervenante a signalé que ce programme est fondé sur trois axes, à savoir l’organisation d’une campagne de communication visant à inciter les papas à jouer un rôle plus important dans la vie de leurs enfants, l’organisation d’un concours de la meilleure photo qui réunit un papa avec son enfant et la tenue d’une conférence aujourd’hui à Tunis et demain à Kairouan pour la mise en place d’un plan d’action visant le renforcement du rôle des parents .

De son côté, la directrice générale de l’enfance au ministère de la femme, Souad Mourad Bokri, a indiqué que plusieurs campagnes de communication et de sensibilisation ainsi que des sessions de formation destinées aux papas seront organisées aux niveaux national et régional pour faire connaitre aux parents les bonnes pratiques leur permettant de garantir une bonne éducation et développement de leurs enfants.

Pour sa part, la ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Néziha Laabidi, a souligné, dans une déclaration aux médias, que le développement sain et équilibré de l’enfant est une responsabilité partagée entre le père et la mère. Elle a fait remarquer que le ministère œuvre à mettre en place les mécanismes facilitant l’exercice de cette responsabilité partagée à travers l’élaboration d’un projet de loi sur l’extension du congé de maternité et l’attribution d’un congé de paternité outre la loi contre la violence et ce, dans l’objectif d’avoir un société équilibrée et sans violence.
La ministre a estimé que le soutien parental nécessite plus de temps que de l’argent pour être avec les enfants et les entourer d’amour et d’affection.
A noter que la conférence a été couronnée par l’attribution des prix du concours de la meilleure photo.

par -

L’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a adopté mardi soir en plénière avec 125 voix pour le projet de loi organique portant sur l’adhésion de la Tunisie à la convention du conseil de l’Europe sur la protection des enfants de l’exploitation et de l’agression sexuelle.
En approuvant le projet de loi, formulé en un seul article, la Tunisie adhère ainsi à la convention du conseil de l’Europe, annoncé le 25 juillet 2007 et ratifié par 47 Etats, pour devenir le seul pays hors de l’espace européen à l’adopter.
La convention vise à lutter contre l’agression sexuelle sur les enfants, à empêcher leur exploitation et à protéger les droits des enfants victimes d’exploitation en criminalisant les racolages pour des agressions sexuelles ou l’exploitation physique par le biais des technologies modernes.
La majorité des députés ont relevé lors des débats un gap entre “une législation pléthorique en matière de protection de l’enfant” et les menaces grandissantes envers les enfants. Ils ont appelé à la nécessité de traiter les phénomènes de délinquance des enfants et l’ampleur de l’interruption des études.
La réalité de l’enfance en Tunisie semble assez “angoissante” au vu des statistiques révélées par les députés, avec pas moins de 36 mille enfants ayant quitté les bancs de l’école en 2016, la participation de 70 % des enfants de la rue au crime organisé, l’implication d’enfants dans 5 mille affaires de vols et de 1500 autres à des crimes sexuels.
Les députés n’ont pas caché leur crainte des menaces grandissantes qui pèsent sur l’enfance. Condamnant l’exploitation sexuelle et économique des enfants, ils ont relevé que l’enfant tunisien ne bénéficie pas souvent de tous ses droits à la santé, à l’enseignement et aux loisirs et reste victime d’abus sexuels et économiques.
La ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Naziha Laabidi, a estimé que la convention du conseil de l’Europe ne se limite pas à la protection de l’enfance du racolage pour des agressions sexuelles et physiques mais tend à lutter contre l’exploitation sexuelle et à contre carrer tous les abus sexuels et physiques qui la menace.
Elle a annoncé que le département de la justice œuvre à amender le code de l’enfance paru en 1995 en collaboration avec le ministère de la femme, souhaitant que le rôle du commissaire à la protection de l’enfance se renforce après le recrutement de 35 nouveaux commissaires en 2017.
Laabidi a mis l’accent d’autre part sur le souci de son département de créer 23 clubs itinérants pour prodiguer des programmes culturels et des loisirs en faveur des enfants des zones rurales.
Une députée a suggéré par ailleurs, au vu de la recrudescence des crimes sexuels contre les enfants, d’inclure une matière pédagogique dans les écoles sur l’éducation sexuelle afin de sensibiliser les enfants et les prémunir contre des agressions sexuelles menaçant leur etat psychique et moral.

par -

A l’initiative de l’Association ” Saout wa kalima “, une trentaine d’enfants de la ville de Gafsa et 40 autres dans la délégation de Belkhir ont bénéficié, dimanche, des prestations d’une caravane médicale pour le dépistage précoce de la déficience auditive.
Le président de cette association, Chafik El Aoud, médecin Oto-Rhyno-Laryngologiste, a indiqué à la correspondante de TAP dans la région, que cette caravane a pour but de sensibiliser toutes les parties concernées à l’importance du dépistage précoce de la déficience auditive chez l’enfant, afin de mieux traiter la maladie .
Des activités de sensibilisation ont été menées par l’association pour sensibiliser les parents, éducateurs, médecins spécialistes et psychologues et les associer au traitement des enfants“, a-t-il ajouté.
Pédiatres et oto-Ryno-laryngologistes ont participé à cette caravane qui a permit d’effectuer des consultations au profit de 70 enfants.
Cinq cas ont été retenus pour bénéficier de consultations complémentaires, radios, dépistages approfondis avant le traitement“, selon El Aoud.
A noter que l’association saout wa kalima a organisé cette caravane en collaboration avec les associations Belkhir pour la sauvegarde du patrimoine, Sanad, Oued El Bey et le jardin d’enfant Arc en ciel à Gafsa.

par -

Selon des données dévoilées par l’Unicef et rapportées par le site Africanews, au moins 400.000 enfants de moins de cinq ans dans la région du Kasaï, en République démocratique du Congo, souffrent de malnutrition aiguë sévère et pourraient mourir en 2018 s’ils ne sont pas assistés par des interventions sanitaires et nutritionnelles.

Plus de 750.000 enfants dans la région souffrent de malnutrition aiguë”, ajoute le Fonds des Nations unies pour l’enfance.

La situation désastreuse a été largement causée par la violence, les déplacements massifs et la réduction de la production agricole au cours des 18 derniers mois, selon l’organisation.

par -

Dans le cadre de son programme RSE, la société Alpha Hyundai Motor, distributeur officiel de la firme automobile sud-coréenne Hyundai en Tunisie pour les véhicules particuliers, lance une campagne sociétale en partenariat avec la société civile représentée par l’association, la Toile Tunisienne Active de la Citoyenneté Durable.

La campagne vise l’instauration d’une culture routière chez nos jeunes enfants à travers des actions de proximité contre les dangers de la route. Le programme de la campagne s’articule autour de deux axes.

Le premier axe consiste à sensibiliser les automobilistes et leurs enfants sur l’importance d’enraciner cette culture routière chez les plus jeunes. A l’occasion de l’évènement BEFORE SERVICE, qui sera organisé par la société Alpha Hyundai Motor, du 01er au 03 décembre 2017, au parking B du centre commercial Carrefour la Marsa, le concessionnaire installera un stand d’information et de sensibilisation pour les visiteurs. Faire des actions citoyennes et transmettre des messages éducatifs sur la Sécurité Routière lors d’un évènement automobile ne peut que servir les clients qui attendent l’achèvement des contrôles fournis par l’équipe technique du concessionnaire.

Alpha Hyundai Motor mettra en place un mini circuit éducatif qui permettra aux enfants (accompagnés de leurs parents et encadrés par des éducateurs) de s’initier à la conduite exemplaire en respectant les panneaux de signalisations routiers en plus des informations basiques du code de la route. Cette mini-session de formation sera couronnée par l’octroi d’un permis « Safe Move » pour les enfants.

Le deuxième axe de la campagne, toujours en partenariat avec la Toile Tunisienne Active de la Citoyenneté Durable, concrétise la stratégie de proximité adoptée, puisqu’il consiste à lancer une caravane (à partir du 28 novembre 2017) qui va faire le tour des écoles primaires du grand Tunis pour sensibiliser les écoliers et accompagner les instituteurs dans l’explication des risques de la route. Un support médiatique sous forme de dessin animé éducatif prônant la culture de bonne conduite sur route et à pied, sera ainsi distribué aux écoliers ainsi qu’aux enseignants.

Une vision spéciale qui rapproche la culture routière des enfants là où ils sont dans une approche participative avec les autres parties prenantes du système éducatif.

A travers sa campagne, la société Alpha Hyundai Motor réitère son engagement à contribuer à la réussite d’un effort national mené par la société civile et ayant pour objectif la minimisation du nombre d’accidents sur les routes tunisiennes surtout avec les chiffres alarmants communiqués par les autorités compétentes.

Cet engagement s’inscrit dans la cadre du programme de responsabilité sociale du constructeur automobile sud-coréen intitulé « Avançons le monde ensemble ». Ce programme vise à instaurer un ensemble de valeurs citoyennes adoptées par la marque. Un engagement qui reflète l’intérêt apporté par le constructeur sud-coréen au respect des normes de sécurité les plus exigeantes pour conserver la vie des utilisateurs des routes.

par -

Le président de l’association de sauvetage des Tunisiens bloqués à l’étranger, Ikbel Rejab, a affrimé vendredi 18 août 2017 que 39 enfants tunisiens sont actuellement détenus dans les prisons libyennes.

Il a précisé sur Shems fm que l’État ne fait aucun effort pour leur venir en aide ou pour les rapatrier, soulignant que les autorités libyennes veulent coopérer sur cette affaire et qu’elles cherchent à alerter les instances nationales et internationales à ce sujet.

par -

Au moins 60 enfants sont morts en cinq jours dans un hôpital public du nord de l’Inde, ont déclaré ce samedi des responsables locaux, les médias mettant en cause la pénurie de bonbonnes d’oxygène dans l’établissement, rapporte bfmtv.

“Nous avons ouvert une enquête et un rapport préliminaire devrait être publié aujourd’hui. Oui, 60 patients sont morts à l’hôpital ces cinq derniers jours, mais nous ne pensons pas que ce soit lié aux informations faisant état d’un pénurie d’oxygène”, a déclaré Anil Kumar, un responsable de la police de Gorakhpur.

Selon des médias indiens, des dizaines d’enfants sont morts jeudi et vendredi en raison d’une rupture d’approvisionnement en oxygène, après que la société fournissant les bonbonnes a mis fin à ses services, apparemment en raison du non-paiement de factures se montant à plusieurs millions de roupies.

par -
Un mineur âgé de 15 ans fait partie

La ministre des Affaires de la Femme et de l’Enfance, Naziha Abidi, a déclaré lors de la séance d’écoute tenue jeudi à l’ARP que le nombre d’agressions sexuelles à l’encontre des enfants a augmenté de 262 cas en 2013 à plus de 600 en 2015, rapporte Mosaïque fm.
La ministre a qualifié cette hausse que comme très alarmante, nous apprend la même source.

par -

“Plus de 200 djihadistes tunisiens ont été abattus lors des multiples raids aériens menés par les forces de l’armée libyenne et américaine contre des camps de Daech à Syrte, en Libye.

Suite à ces opérations, 13 enfants âgés entre 2 ans et 8ans ont été capturés et par la suite emprisonnés dans la prison de Maitigua. Six autres gamins sont toujours portés disparus ». C’est ce que nous a révélé, ce lundi 30 janvier, Mustapha Abdelkebir, spécialiste des affaires libyennes.

Il a affirmé qu’il a contacté à maintes reprises le ministère des Affaires étrangères afin de sauver ces enfants, mais aucune réponse n’a été donnée à sa requête. « Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement n’a pas bougé le petit doigt afin de les rapatrier vers Tunisie”, a ajouté Abdelkebir.

“Ces gamins sont des Tunisiens et ne sont pas des terroristes, ils ont été tout simplement entrainés par leurs parents. Il faut intervenir dans les brefs délais et résoudre ce problème », a-t-il lancé.

 500 terroristes tunisiens toujours en Libye!

Le ministre de l’Intérieur, Hédi Majdoub, a déclaré que les terroristes tunisiens dans les zones de tension sont au nombre de 2929, et que son département dispose d’une liste bien détaillée de leurs noms.

Dans une interview au Journal le Maghreb parue le 03 janvier, il a indiqué que la moitié des terroristes se trouvent en Syrie, alors que 500 sont en Libye et le reste est dispersé, dont 400 sont dans des destinations inconnues.

Il a, en outre, affirmé que le nombre des terroristes de retour des zones de tension de 2012 à 2016 est de 800, précisant qu’ils ont été répartis selon le sexe, l’âge et la zone géographique.

Il a ajouté que les terroristes sont répartis sur 24 gouvernorats, dont une grande majorité  d’entre eux sont originaires du Grand-Tunis. Ils avaient rejoint les zones de conflit avec leurs épouses et étaient revenus avec elles.

par -

Tous les enfants, coincés dans un bus au village Bebouche à Aïn Drahem, ont été évacués dans la matinée de ce lundi 16 janvier 2017. C’est ce qu’a déclaré le gouverneur de Jendouba, Akrem Sebri.
Lors de son passage, ce lundi 16 janvier 2017, sur Mosaïque fm, le gouverneur a ajouté que ces derniers ont été transportés à un centre d’accueil de la ville en mettant à leurs dispositions des couvertures et de la nourriture.
La précision du responsable vient à un moment où les efforts se poursuivent pour dégager les routes bloquées.

A ce titre, le ministère de l’Équipement informe qu’il a mis à la disposition de cette région, plusieurs matériels pour y faire face.
Pour rappel, 500 véhicules (bus, camion et voitures) ont été bloqués à Cause d’importantes chutes de neige, notamment le gouvernorat de Jendouba.

par -

Le ministère de la santé appelle, dans un communiqué, à protéger les enfants des infections respiratoires et à prendre les mesures préventives nécessaires pour prévenir toutes maladies notamment en cette période d’hiver et la vague de froid qui sévit dans le pays, augmentant le risque de contamination notamment chez les enfants de moins de cinq ans.
Les inflammations respiratoires aiguës sont causées par des microbes qui affectent une partie des voies respiratoires dont des inflammations du sinus et pulmonaires, précise le communiqué rappelant que les inflammations des voies respiratoires peuvent être des infections banales comme les rhumes, l’influenza, l’angine ou bien des infections pulmonaires.
Les symptômes d’une inflammation, dont la durée varie entre deux et cinq jours et disparaissent sans utilisation de médicaments, pourraient s’aggraver en cas d’une inflammation pulmonaire aiguë causant parfois le décès de la personne malade.
Le ministère recommande à ce propos, d’éloigner l’enfant, notamment les bébés, des personnes ou autres enfants malades, pour éviter la contamination, éviter l’air pollué avec du tabac ou autre, et aérer les chambres à coucher tout en évitant les courants d’air.
Le ministère souligne également l’impératif de respecter le calendrier des vaccins étant donnée le rôle primordial dans la protection des enfants en plus d’une alimentation saine tout en favorisant une quantité suffisante de liquide et assurant une hygiène régulière du nez.
Il est strictement déconseillé le recours à des antibiotiques sans avis médical ou l’utilisation des médicaments prescrits pour d’autres patients. Le ministère de la Santé recommande également de ne pas arrêter le traitement en cas d’amélioration de l’état de santé et ne pas prolonger le traitement au delà de la période mentionnée par le médecin traitant.
L’enfant malade doit être examiné par un médecin en cas d’apparition de complications notamment des difficultés respiratoires, selon le communiqué.

par -
Les bureaux des délégués de protection de l’enfant ont reçu

Environ  2,2 millions d’enfants au Yémen souffrent de malnutrition aiguë et ont besoin de soins immédiats, a affirmé , lundi, 12 décembre 2016,  le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) au journal « Le Figaro ».

Au moins 462.000 d’entre eux souffrent de “malnutrition aiguë sévère”, une augmentation de près de 200% par rapport à 2014. La guerre entre des rebelles Houthis pro-iraniens et les forces gouvernementales, soutenues notamment par l’Arabie saoudite, a considérablement aggravé la situation humanitaire en 2015 au Yémen et les enfants sont en première ligne, ajoute la même source.

par -

Selon des résultats publiés dans un  rapport élaboré conjointement par la Banque Mondiale et l’UNICEF sur « l’extrême pauvreté des enfants dans le monde », 25% des enfants tunisiens âgés entre 0 et 18 ans vivent dans un milieu familial pauvre.

Il s’agit d’un chiffre inquiétant en comparaison avec le taux de pauvreté nationale qui était de l’ordre de 15,5% en 2010.

par -
Les bureaux des délégués de protection de l’enfant ont reçu

Les enquêtes par grappe à indicateurs multiples réalisées, tous les quatre ans, par le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance montrent, chaque fois, que plus de 90% des enfants sont victimes de violence en milieu familial en Tunisie, a souligné, mercredi à Tunis, Faouzia Jabeur Chaabane, directrice générale de l’enfance.
Dans une déclaration à la TAP en marge d’un atelier de validation technique de la stratégie nationale de communication pour la prévention de la violence à l’égard des enfant en milieu familial”, Jabeur a fait savoir que la rencontre permettra de réfléchir à une nouvelle approche pour appréhender la violence à l’égard des enfants en milieu familial et aux moyens de diffuser la culture de non-violence, en permettant à l’enfant de lutter contre la violence à laquelle il est exposé.
Il s’agit, a-t-elle dit, d’une approche participative incluant la famille, la société, les institutions travaillant dans le domaine de l’enfance et les composantes de la société civile.
L’idée de cette stratégie communicationnelle a été lancée, selon la Chaabane, au cours d’une session de formation organisée en 2015 en partenariat avec des établissements publics, des composantes de la société civile et le fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Cette stratégie sera mise en œuvre en 2017, a-t-elle fait savoir.
De son côté, l’experte au sein de l’UNICEF en stratégie de communication pour le changement des comportements a indiqué que 93,2% des enfants âgés de 2 et 14 ans dans le monde ont subi, au moins une fois, des violences physiques et sexuelles en milieu familial et que 32% des enfants ont subi des punitions sévères au sein de leur famille.
L’experte a mentionné que la stratégie communicationnelle prônée s’appuie sur la prévention de la violence familiale, la promotion de la culture de non-violence et le dialogue au sein de la famille.
De son côté, Lamia Brahim, psychologue, a indiqué qu’en Tunisie, la plupart des signalements relatifs à la violence en milieu familial à l’encontre des enfants sont effectués par les mamans (2750 signalements selon le délégué de la protection de l’enfance), ajoutant que 1583 signalements impliquent le père et 1466 le père et la mère.
A noter que l’atelier de validation technique de la stratégie nationale de communication pour la prévention de la violence à l’égard des enfants en milieu familial est organisé par le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance en partenariat avec l’UNICEF et s’étale sur deux jours (16-17 novembre 2016).

par -

Des habitants de la zone Hammam Maarouf à Sousse ont accusé les agents de la Protection Civile d’être responsables de la noyade de deux enfants près du pôle technologique de Sousse à cause de leur retard.

Le directeur régional de la protection civile à Sousse, Jalloul Jaballah, a nié, dans une déclaration mercredi à Mosaïque Fm, toutes ses accusations et a assuré que les deux enfants se sont noyés dans un lac aux alentours de 16h alors que les agents de la Protection Civile n’ont été alerté qu’après plus de deux heures, rendant le sauvetage des deux enfants impossible.

Il a ajouté qu’un enfant muet a indiqué aux agents de la Protection Civile l’endroit ou se trouvaient les deux noyés puisque leurs familles ne savaient pas où il se trouvaient.

par -
Des pluies diluviennes se sont abattues sur la région de Mateur

Le délégué de Cité Erriadh, Mejri Saïd, a affirmé que les enfants disparus, en début dans l’après-midi du dimanche 25 septembre 2016 dans une mare d’eau stagnante, ont été retrouvés morts, rapporte Jawhara Fm.
Les deux enfants, âgés de 11 et 12 ans s’étaient aventurés en début d’après-midi de ce dimanche 25 septembre 2016 dans une énorme mare d’eau stagnante, près du chantier de construction du pôle technologique de Sousse, sur la route ceinture entre Sahloul et Cité Erriadh, indique la même source.
Huit plongeurs de la protection civile ont été dépêchés sur les lieux afin de retrouver les deux enfants disparus.
Les cadavres ont été transférés à l’hôpital Farhat Hached de Sousse.

par -
Lundi 17 février 2014 vers 13h les martyrs tués dans l’embuscade de Jendouba seront enterrés en présence de 4 ministres. Les institutions éducatives de la région seront en grève

Parmi les privilèges prévus par le projet de loi sur la prise en charge des enfants des martyrs des forces de sécurité intérieure, de l’Armée et de la Douane, l’octroi de la carte “enfant de martyr”.
Approuvé en Conseil des ministres le 31 août 2016, le projet qui concerne les moins de 21 ans, propose, également, la gratuité des transports et des soins publics, ainsi que l’exemption des frais d’inscription dans les établissements scolaires publics.
Il s’agit, aussi, de l’allocation d’une bourse mensuelle aux enfants des martyrs et l’octroi d’aides en espèce à l’occasion des fêtes religieuses et de la rentrée scolaire.
Depuis la révolution, soixante sept militaires ont trouvé la mort lors d’affrontements avec des groupes terroristes ou d’attaques terroristes, contre 57 agents de sécurité répartis entre Gardes nationaux (33), police (12) et Garde présidentielle (12).
Deux douaniers ont également perdu la vie dans des attaques terroristes.

par -
Le nombre des jardins d'enfants illégaux recensés récemment s'élève 470. C’est ce qu’a indiqué Neila Chaabane

Le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance a appelé les parents à inscrire leurs enfants dans les crèches et jardins d’enfants réglementaires, disposant d’une autorisation du ministère, et ce dans l’objectif de garantir la sécurité de leurs enfants.

Dans un communiqué, le ministère a rappelé que la liste des crèches et jardins d’enfants réglementaires est disponible sur son site web officiel, www.femme.gov.tn.

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT