Tags Posts tagged with "Essoukna"

Essoukna

par -

A la fin des six premiers mois de l’année 2017, la société de promotion immobilière Essoukna a réalisé un chiffre d’affaires de 12,161 MDT soit une augmentation de 73 % par rapport à la même période de 2016. Selon le communiqué de cette société filiale de la BNA, le total des ventes et promesses fermes a atteint au 30/06/2017 une valeur de 17,530 MDT (ventes : 12.161 mDT ; promesses : 5.369 mDT). Au cours du 2ème trimestre 2017, la société a par ailleurs obtenu le permis de bâtir deux projets à El Mourouj V et El Mourouj VI.

par -

Nous apprenons, que le Conseil d’Administration de la société immobilière cotée en Bourse, Essoukna, vient de donner son accord pour la nomination de Mohamed Chouikha à la tête de la filiale immobilière de la BNA (Banque Nationale Agricole). Temporairement DGA, Chouikha qui ne prendra ses fonctions qu’à la fin du mois de septembre 2017, n’en a pas moins déjà rejoint les locaux de l’entreprise où il procède calmement et consciencieusement au passage de relais avec l’ancienne direction. Mohamed Ali Ayed, ancien haut cadre du ministère des Finances devrait ainsi partir à la retraite d’ici fin septembre et c’est un autre ancien haut cadre du même ministère, où il a notamment occupé le poste de chef de cabinet de l’ancien ministre Lamia Zribi, qui prendra sa place

par -

Essoukna a publié ses états financiers au titre de l’exercice 2016. Malgré une progression notable des revenus (+80%) à 18MD, le groupe immobilier a vu son résultat net dégringoler de 20% à 1,5MD.
La société proposera lors de l’Assemblée Générale Ordinaire, qui se tiendra le lundi 22 juin prochain à l’IACE, la distribution d’un dividende de 0,240D par action au titre de 2016, soit le même montant que l’exercice précédent.

par -

Le marché débute en ce mardi 06 Juin dans le vert, où le Tunindex affiche un gain de 0.41% avec 5 763.11 points dans un volume transactionnel de 0.690 MTND.
Dans le vert, SOPAT grimpe de 3.92% à 1.06 TND suivie par BTE et POULINA GROUP HOLDING qui gagnent respectivement 2.96% et 2.40% à 15.30 TND et 8.50 TND.
A la baisse, UADH chute de 4.11% à 3.73 TND tout comme ESSOUKNA et ELECTROSTAR qui dévissent respectivement de 3.58% et 2.92% à 3.76 TND et 4.64 TND

par -

Selon le dernier bulletin de la Bourse portant sur l’évolution des sociétés cotées, le premier trimestre 2017 a été marqué par l’introduction de deux entreprises : «SANIMED” au Marché Alternatif et «Atelier du Meuble Intérieurs-SAM» au Marché Principal. Ainsi, le nombre des entreprises cotées passe à 81, dont 68 sur le marché principal. Le délai réglementaire de 20 jours après la fin de chaque trimestre, soit le 20 avril 2017, pour la communication des indicateurs d’activité a été respecté par 44 des 81 – soit 54% – des sociétés cotées.
A la fin du mois d’avril, ce nombre est passé à 70 puis à 80 le 2 mai 2017. À ce  jour, seule la société MIP n’a pas communiqué ses indicateurs.

Les indicateurs d’activité du premier trimestre 2017 publiés par les sociétés cotées font ressortir une hausse du revenu global des sociétés cotées de 10,6% durant le premier trimestre de l’année en cours par rapport à la même période de l’année 2016, pour atteindre 3,5 milliards de dinars contre 3,2 milliards de dinars. 80% des sociétés cotées, soit 65 sur 81, ont amélioré leurs  revenus par rapport à la même période de l’année précédente.

Les 20 sociétés qui composent le Tunindex20, soit les entreprises les plus importantes de la Cote, ont accaparé 61% du revenu global, soit 2069 millions de dinars (MD), et enregistré une croissance globale de 11,3% par rapport au premier trimestre de l’année 2016 au sein  du secteur financier, les 12 banques cotées ont réalisé un produit net  bancaire (PNB) cumulé en progression de13% par rapport à la même période de 2016, soit 804 MD contre 712 MD. Le revenu net de leasing global des 7 sociétés  de leasing cotées a augmenté de 19,9% durant le premier trimestre 2017 par rapport à la période similaire en 2016 pour atteindre 82,6 MD contre 68,9 MD.

Concernant le secteur des Biens de Consommation, le revenu global des trois grands groupes opérant dans l’agroalimentaire (Poulina Group Holding, Delice Holding et SFBT) a progressé durant cette période de l’année 2017, de 10,8% pour passer de  703,7MD à 799,5MD.
Dans le même secteur, les quatre concessionnaires automobiles cotés ont vu leur chiffre d’affaires global progresser de 16,7% durant le premier trimestre 2017 pour se situer à 284,1 MD contre 243,5 MD au premier trimestre 2016.
Dans le secteur des Services aux Consommateurs, le chiffre d’affaires global des deux enseignes de la grande distribution cotées  en bourse (Monoprix et Magasin General) a gagné 3% au premier trimestre 2017 par rapport à la même période en 2016 pour atteindre 325,6 MD contre 316,2 MD.
Tous les secteurs, d’une manière générale, ont enregistré des revenus en hausse.
Notons que le secteur pétrole et gaz a réalisé la plus forte progression avec 18,3%, suivi par le secteur des Matériaux de Base avec une hausse de 15%.

Au niveau des sous-secteurs, 11 ont marqué des performances positives. Les meilleures reviennent à la chimie avec une croissance de 29,8%, aux biens et services industriels avec une évolution de 19,6% et aux services financiers avec 17,7%.
Le sous-secteur des matières premières a été le seul à enregistrer une baisse de revenus (-1.1%). Outre la société SITS qui a sextuplé son chiffre d’affaires, les plus fortes hausses de revenus ont été réalisées par ESSOUKNA (+167%), ARTES (+83%), Placement de  Tunisie SICAF (+43%) et HANNIBAL LEASE (+37%).

En revanche, les plus fortes baisses de revenus ont touché CELLCOM (51,5%) et TUNINVEST SICAR (-44,1%). Outre la société SITS qui a sextuplé son chiffre d’affaires, les plus fortes hausses de revenus ont été réalisées par ESSOUKNA (+167%), ARTES (+83%), Placement de Tunisie SICAF (+43%) et HANNIBAL LEASE (+37%).
En revanche, les plus fortes baisses de revenus ont touché CELLCOM(-51,5%) et TUNINVEST SICAR (-44,1%).
L’indice de référence de la Bourse de Tunis, le TUNINDEX, a enregistré une progression de 0,99% durant le premier trimestre 2017 contre une hausse plus importante durant la même période de 2016, soit 7,51%.

L’indice TunIndex20 a affiché durant le premier trimestre 2017 une évolution notable de 2,90% contre une performance de 6,83% durant la même période de l’année 2016. 7 des 13 indices sectoriels publiés par la Bourse ont enregistré des performances  positives à la clôture du premier trimestre 2017. Les plus importantes ont concerné l’indice du Bâtiment et des Matériaux de  Construction (6,44%), celui des Industries (5,86%) tandis que celui des Banques, au 6ème rang, s’est contenté d’une évolution de +1,24%. En revanche, l’indice des services aux consommateurs a connu la plus forte baisse avec (-6,58%), suivi par l’indice de distribution (-6,47%), et l’indice services financiers (-5,28%).

Rapport

par -

Courant l’exercice 2015, la société de promotion immobilière Essoukna, filiale de la Banque BNA, a fait l’objet d’un contrôle fiscal couvrant la période allant de 2011 à 2014 au titre des différents impôts et taxes auxquels elle est soumise. Une notification des résultats de la vérification fiscale a été adressée à la société en date du 19 novembre 2015, ayant pour effet d’ajuster à la hausse le crédit de la TVA d’un montant de 267 316 DT, de réclamer à la société un complément d’impôts et taxes à payer de 605 545 DT, dont 144 823 DT de pénalités, et d’ajuster à la baisse l’excédent d’impôt sur les sociétés d’un montant de 62 748 DT. Conformément aux dispositions de l’article 44 du CDPF, la société a formulé son opposition, en premier lieu, en date du 30 décembre 2015 quant aux résultats de cette vérification fiscale et, en second lieu, en date du 13 juin 2016 suite à la réplique de l’Administration Fiscale parvenue à la société le 1er juin 2016.

par -

L’indice phare du marché boursier tunisien affiche un repli de 0, 15% en ce début de matinée avec 5561.44 points, selon Mena capital partners (MCP).

A la hausse EUROCYCLE grimpe de 2,54% à 34, 60 D suivie par ESSOUKNA et LANDOR qui affichent un gain respectif de 2, 04% et 1, 99% à 4 D et 8, 69 D .
Dans le rouge, CEREALIS continue sa chute avec une contre-performance de 5, 67% à 3, 99 D suivie par AIR LIQUIDE et AMS qui dévissent toute les deux de 2, 94% à 100, 1 D et 1, 65 D.

par -
La société Essoukna

Courant l’exercice 2015, la société immobilière Essoukna, filiale de la BNA, a fait l’objet d’un contrôle fiscal couvrant la période allant de 2011 à 2014 au titre des différents impôts et taxes auxquels elle est soumise. Une notification des résultats de la vérification fiscale a été adressée à la société en date du 19 novembre 2015,ayant pour effet de porter le crédit de la TVA, au 31/12/2015, de 646 617 DT à 913 933 DT, de réclamer à la société un complément d’impôts et taxes à payer de 605 545 DT, dont 144 823 DT de pénalités, et d’ajuster à la baisse l’excédent d’impôt sur les sociétés d’un montant de 62 748 DT. Conformément aux dispositions de l’article 44 du CDPF, la société a formulé son opposition en date du 30 décembre 2015 quant aux résultats de cette vérification fiscale. Au 31 décembre 2015, aucune provision pour risque fiscal n’a été comptabilisée par la société.

Notons par ailleurs, que les états financiers d’Essoukna pour l’exercice 2015, font apparaître un total net de bilan de 85 586769 DT, un résultat bénéficiaire net de 2 000943 DT et un flux d’exploitation négatif de 6 637 094 DT, ont été arrêtés

par -

Les états financiers de la société de promotion immobilière Essoukna, filiale de la BNA banque, pour l’exercice 2015, font apparaître un total net de bilan de 85 586769 DT, un résultat bénéficiaire net de 2 000943 DT et un flux d’exploitation négatif de 6 637 094 DT. Les produits d’exploitation étaient en baisse de presque 6 MDT en une année et bien que les charges d’exploitation aient diminué de plus de 5 MDT, le résultat net était en baisse de presqu’un million DT d’une année à l’autre

Une notification des résultats de la vérification fiscale a été adressée à la société en date du 19 novembre 2015,ayant pour effet de porter le crédit de la TVA, au 31/12/2015, de 646 617 DT à 913 933 DT, de réclamer à la société un complément d’impôts et taxes à payer de 605 545 DT, dont 144 823 DT de pénalités, et d’ajuster à la baisse l’excédent d’impôt sur les sociétés d’un montant de 62 748 DT. Conformément aux dispositions de l’article 44 du CDPF, la société a formulé son opposition en date du 30 décembre 2015 quant aux résultats de cette vérification fiscale.  Au 31 décembre 2015, aucune provision pour risque fiscal n’a été comptabilisée par la société. Le risque réel associé à cette situation ne peut être déterminé qu’avec le dénouement définitif de l’affaire

par -
La société immobilière Essoukna

Au cours du 4ème trimestre 2015, la société de promotion immobilière Essoukna a réalisé un chiffre d’affaires de 4,525 MDT. Le total des ventes et promesses fermes a atteint au 31/12/2015 une valeur de 12,511 MDT (ventes : 10,006 MDT ; promesses : 2,505 MDT). Les ventes de 2015 étaient ainsi à la baisse de plus de 6 MDT par rapport à l’exercice 2014.

Petite bonne nouvelle cependant, le stock des terrains à bâtir qui passe de 27,3 MDT en 2014, à 28,6 MDT, à la fin de l’exercice 2015. Au cours de l’année 2015, la société a obtenu le PV de récolement de trois projets à El Mourouj V, Ras Tabia et La Soukra.

par -

Le chiffre d’affaires de la société de l’année 2015 à la Simpar (Société immobilière et de participation) a diminué de 49,2% par rapport à 2014. Cette diminution s’explique par la conjoncture économique difficile pour la promotion immobilière. Une conjoncture qui n’a pas touché que cette filiale de la BNA. 2015 a en effet été une année marquée par une diminution du chiffre d’affaires de 39 % pour la Sits (Société immobilière tuniso-saoudienne) et d’autant  pour Essoukna   (autre filiale immobilière de la BNA.

En effet, cette conjoncture de l’immobilier tunisien a été marquée par une augmentation importante du prix des terrains, boostée par la rareté et la cherté des terrains  constructibles. Après  la révolution, d’énormes sommes d’argent ont été orientées vers l’immobilier, en particulier vers l’achat de terrains, ce qui a nourri cette flambée des prix et accru la spéculation sur les terrains.

Théoriquement régulateur du marché et pourvoyeur public de terrains constructibles, l’AFH est aussi  rentrée dans le système spéculatif. On en veut pour preuve la vente de terrains par appel d’offres. Une conjoncture caractérisée aussi par l’entrée sur le marché de l’immobilier de beaucoup d’intrus, comme  les avocats, les médecins et même les hôteliers, mus par le souci de placer leur argent, mais induisant à leur tour une flambée des prix des terrains.

dc221

La conjoncture de l’immobilier tunisien après la révolution, c’est aussi la baisse du rendement des ouvriers et le désordre régnant, qui ont été à l’origine de beaucoup de retard dans la réalisation des projets occasionnant, par la même,  des frais financiers supplémentaires grevant le prix de vente final des appartements.

Tout cela, sans oublier l’augmentation substantielle des coûts de construction, matériaux de construction et main d’œuvre compris. Des matériaux (marbre, revêtement divers, électroménager etc.…) en grande majorité importés en devises. La chute de la valeur du dinar n’a fait qu’aggraver la situation et renchérir le produit final.  On ne passera pas sans évoquer le rôle des prestataires publics tels que municipalités (STEG, SONEDE, protection civile, ONAS notamment) dont les retards ont impacté négativement le secteur, notamment  pour l’obtention des différentes autorisations de bâtir, de récolement ou  raccordements divers. Ce retard occasionne des coûts supplémentaires en  frais financiers et  par conséquent accroît le coût de revient des biens immobiliers.

Les sous-traitants (différents corps de métier), surtout après la révolution, se trouvent désorganisés par une main d’œuvre indisciplinée et manquant souvent de qualification.

L’autorisation du gouverneur pour l’acquisition de biens immobiliers pour les étrangers qui gagnerait à être bannie à l’instar de ce qui se fait, mais aussi et surtout l’exigence de la présentation des 3 dernières déclarations de revenus pour les clients lors de l’enregistrement du contrat d’achat, ont  impacté très négativement le chiffre d’affaires des sociétés de promotion immobilière, (peur de l’administration fiscale,  comptabilité non tenue ou mal tenue, pas à jour, etc..). La forte hausse du prix des logements et le coût des crédits rendent impossible leur amortissement sur une période généralement admise pour le secteur (20 ans), ce qui a  dissuadé plus d’un d’investir dans la pierre. C’est toute cette conjoncture que travaille la Simpar.

  • Les atouts, certains, pour des lendemains meilleurs

Au niveau de la Simpar justement, c’est le stock destiné à la vente pour l’année 2015 qui est en diminution de 27% par rapport à 2014. Certains problèmes rencontrés au niveau de l’obtention du PV de récolement (projet GALAXIE (en cours), Choutrana et la Soukra (4ème trimestre 2015), pourraient compléter l’éventail des explications de ce premier résultat (les bilans restant non-définitifs en attendant la validation des commissaires aux comptes) de l’entreprise.

La société dispose, néanmoins, de plus que 82 mille m² de terrain à bâtir au 31 décembre 2015  pour un montant provisoire de 33 MD (le double du stock de terrain à bâtir  De la SITS) .Ce stock représente les consommations de huit exercices environ. Le stock du terrain à bâtir a d’ailleurs augmenté de 22,57%, et ce après acquisition ;  au cours du 4ème trimestre 2015 ; de deux terrains, de superficies respectives de 1 484  m² et 1645m² pour un montant de 6,3 MDT. Ces deux terrains permettront à la société de construire  4900 m² de plancher et de réaliser un chiffres d’affaires de 21 MDT.

Le stock de produits  finis  et de produits en cours de finition  représente le  chiffre d’affaires pour  les années 2016 et  2017. Le stock de  produit  fini va être majoré par deux projets en cours de réalisation dont leurs achèvements sont prévus pour le deuxième trimestre 2016( HSC69 Nasr2 : CA est estimé à 11 MDT ) et le dernier trimestre 2016 (Marsa : CA est estimé à 9MDT) . Le démarrage des travaux de deux nouveaux projets en 2016  seront  ajoutés au stock des produits en cours de finition.

Côté participations, la société dispose d’un portefeuille- titres d’une valeur historique de plus que 16 MDT. Ce portefeuille est évalué à plus que 25 MDT au 31 décembre 2015 (dont 19 MDT, la valeur boursière des actions cotées et  6 MDT, la valeur mathématique des  participations non cotée à la bourse). Un portefeuille de surcroît enrichi par la souscription de la Simpar à l’augmentation de capital de la Sodet-Sud pour un montant de 1,3 MDT.

Il est important de noter que la Sodet-Sud  une société d’investissement touristique sur la côte de Zarzis et dont le stock foncier des terrains est évalué à plus que 43 MD. La société a procédé à la vente des titres cotés à la bourse maturés et a généré des bénéfices de plus que 700 mille dinars dans le cadre de la restructuration de son portefeuille- titres.

par -
La société «ESSOUKNA» a décidé d’augmenter son capital social d’un montant de 1.443.000 DT pour le porter de 3.607.500 DT à 5.050.500 DT

La société «ESSOUKNA» a décidé d’augmenter son capital social d’un montant de 1.443.000 DT pour le porter de 3.607.500 DT à 5.050.500 DT, et ce par incorporation des réserves.

Cette augmentation de capital est réalisée par l’émission de 1.443.000 actions nouvelles gratuites de nominal de 1 dinar chacune, à attribuer aux anciens actionnaires et aux cessionnaires de droits d’attribution en bourse à raison de deux (02) actions nouvelles gratuites pour cinq (05) actions anciennes.

par -
A la lecture des derniers indicateurs de la société immobilière Essoukna

A la lecture des derniers indicateurs de la société immobilière Essoukna, on s’aperçoit que les revenus de ses ventes sont presque restés les mêmes (21,5 MDT à fin 2013 contre 22,2 MDT à fin 2012). La valeur ajoutée brut augmente cependant de presqu’un MDT. Et alors que les avances reçues des clients baissaient drastiquement (0,6 MDT contre 3,1 MDT à la fin de l’exercice 2012), le total de ses créances explose, passant de 0,96 MDT à la fin de 2012, à 3,2 MDT à la fin de l’exercice 2013. Finissons par une note optimiste, en rapportant que la société a obtenu le PV de recollement de deux projets à Ain Zaghouan et à El Mourouj au cours du 4ème trimestre 2013

par -
Presque tous les indicateurs d’exploitation

Presque tous les indicateurs d’exploitation, au sein de la société immobilière Essoukna, étaient à la baisse pour les 9 premiers mois de l’exercice 2013. Les ventes qui étaient de 22,2 MDT, en 2012, ne sont plus que de 18,2 MDT. La valeur ajoutée brute de la période, passait de 5,4 MDT à 2,8 MDT, à la fin de septembre 2013. Les ventes ont baissé pour les logements, tout comme pour les bureaux. Le management d’Essoukna, essaie pourtant de calmer ses actionnaires, en signalant que «le total des ventes et promesses fermes a atteint, au 30 septembre 2013, une valeur de 20,802 MDT (ventes : 7,621 MDT, promesses 13,181 MDT).

par -

« Le chiffre d’affaires a enregistré durant cette période une baisse et une bonne reprise a été enregistrée et les objectifs communiqués pour l’année 2011 seront réalisés ». Dixit la société Essoukna, dans son dernier communiqué sur ses indicateurs pour le 1er trimestre 2011. Les revenus de cette entreprise cotée en bourse ont pourtant baissé de plus de la moitié, passant de 2,622 MDT à seulement 1,229 MDT. La société, qui n’a vendu aucun bureau ou magasin, a vu la vente de logements tomber de 2,517 MDT au premier trimestre 2010 à seulement 1,169 MDT ce trimestre. Alors que chez d’autres entreprises les chiffres augmentent et la Révolution ne semble pas avoir impacté leurs affaires, Essoukna indique que «cela [fait] suite aux événements qu’ a connu s le pays », sans autre forme d’explication

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux