Tags Posts tagged with "FIPA"

FIPA

par -

L’Agence de promotion des investissements agricoles (APIA) organisera la participation tunisienne au salon international de fruits et de légumes (Fruit Attraction) qui se tiendra à Madrid (Espagne), du 23 au 25 octobre 2018.
L’APIA a réservé un espace d’exposition à cette manifestation qui constitue est un innovant centre d’affaires pour le secteur professionnel des fruits et des légumes.
L’APIA, qui co-organise avec l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA) la participation tunisienne, présentera des données sur le climat d’investissement en Tunisie, la nouvelle loi sur l’investissement et les opportunités d’investissement dans le domaine agricole et dans l’industrie agro-alimentaire.

par -

Malgré la crise économique qui l’a frappée de plein fouet après la révolution, la Tunisie reste une destination de choix pour les investissements. Contrairement à ce que disent certains, elle continue d’attirer de nouveaux investisseurs. De nouvelles sociétés et des marques de renommée internationale s’installent et font des affaires. Cette fois-ci c’est l’industrie automobile qui devrait en profiter. Le groupe de défense turc Nurol Makina, qui auparavant a manifesté son intérêt pour la Tunisie, pour y installer une usine de montage de véhicules blindés, vient d’obtenir une concession de 8 hectares en banlieue de Bizerte.

Selon des informations rapportées par l’agence Ecofin qui cite la presse turque, l’armée et la police tunisienne sont déjà des clientes de Nurol Makina et disposent d’un parc de plusieurs dizaines de 4×4 blindés Edjer Yalcin. L’usine, dont la production sera essentiellement destinée à l’export, devrait employer au départ une cinquantaine de personnes avant d’atteindre à terme 500 emplois directs, a précise la même source.

Les dernières statistiques de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA) révèlent en effet que les investissements directs étrangers (IDE) en Tunisie ont enregistré une augmentation de 17,7% au premier semestre 2018 contre 23,3% en 2017 et une décroissance de 4,5% en 2016. Les flux des IDE ont atteint, fin juin 2018, 1,142 milliard de dinars contre 970,4 millions de dinars (MDT) au cours de la même période de 2017.

Les résultats du deuxième trimestre confirment aussi le rythme progressif des IDE en devises qui se sont élevés à 461,1 millions de dollars et de 380 millions d’euros. Le montant est composé d’investissements extérieurs à hauteur de 1,073 milliard de dinars et de 69,1 MDT en investissements de portefeuille. Au total, les IDE se sont inscrits sur une courbe ascendante réalisant une hausse de 16,8% par rapport à la même période durant l’année 2017.

L’inauguration, mercredi 25 juillet 2018, de l’unité industrielle de montage de pick-up Peugeot est un autre investissement non moins important accueilli par la Tunisie dans le secteur automobile. Elle sera installée dans la zone industrielle d’El Mghira (gouvernorat de Ben Arous). C’est la première du genre en Afrique du Nord, à l’initiative de la maison-mère pour un investissement de 32 MDT. Selon les premières estimations, ce projet générerait près de 400 emplois directs et indirects et vient répondre aux besoins des marchés local, interrégional et international.

par -

Selon les chiffres de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), le flux des investissements étrangers a atteint 737,4 MDT, enregistrant ainsi une progression de 23% durant les quatre premiers mois de l’année 2018, par rapport à la même période de 2017.

Ce flux est réparti à raison de 727,1 MDT en investissements directs étrangers (IDE), soit en progression de 24,5%, et de 10,3 MDT en investissements en portefeuille, lesquels ont enregistré une baisse de 33,3%.

La répartition sectorielle de ces investissements fait ressortir une augmentation de 70,1% des investissements dans le secteur des services (123,5 MDT), et de 45,8% des investissements industriels (253,8 MDT).

Une évolution de 2,7% a également été enregistrée en matière d’investissements dans le secteur de l’énergie qui se sont établis à 344 MDT.

Les investissements étrangers dans l’agriculture sont passés de 2,2 MDT durant les quatre premiers mois de 2017 à 5,79 MDT durant la même période de 2018.

par -

Hier seulement, mercredi 23 mai 2018, l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) nous assommait avec une avalanche de mauvaises nouvelles sur le front de l’investissement industriel. Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices, ceux dans les industries dont la production est orientée vers le marché local, les investissements industriels 100% étrangers et dans le cadre de partenariats… Partout c’est la baisse, et pas peu ! Aujourd’hui, jeudi 23 mai, changement de musique : la FIPA (Agence de promotion de l’investissement extérieur) met un peu de baume au coeur des dirigeants du pays, et de leurs administrés, avec les dernières données des investissements étrangers. Ces derniers, d’après le bilan de la FIPA, ont progressé de 23% durant les quatre premiers mois de l’année 2018, en comparaison avec la même période de l’an dernier. On se retrouve donc avec un gros paquet de 737,4 millions de dinars (MD).

Dans le détail, on a appris que les investissements directs étrangers (IDE) pèsent 727,1 MD dans ce volume, une progression de 24,5% et que les investissements en portefeuille affichent 10,3 MD, soit un recul de 33,3% par rapport à 2017.
Une fois segmentés, ces investissements font apparaitre une montée de 70,1% de l’argent injecté dans le secteur des services, à 123,5 MD ; les investissements industriels progressent également, de beaucoup, +45,8%, à 253,8 MD.
Quant aux investissements dans le secteur de l’énergie, ils évoluent également mais dans une moindre mesure, pour s’établir à 344 MD, +2,7%. Mais avec la pléthore de projets dans les énergies renouvelables notamment, les choses devraient bouger notablement dans les prochains mois et années.
Enfin les investissements étrangers dans l’agriculture ont enregistré une forte poussée, passant de 2,2 MD durant les quatre premiers mois de 2017 à 5,79 MD à la même période de cette année.

BCE n’avait d’yeux que pour le tourisme, et il a raison !

Le président de la République, Béji Caid Essebsi, a mis en veilleuse l’agitation autour du Document de Carthage 2 et du remaniement ministériel pour se changer les idées avec les bons indicateurs du tourisme. La tendance de ces derniers mois se confirme : Le nombre des touristes ayant visité la Tunisie, au 20 mai 2018, s’est situé à 2,3 millions, en progression de 21,8%, par rapport à la même période de l’année 2017, et de 5,7% par rapport à l’année de référence 2010. On n’a jamais été à un niveau aussi haut depuis 2011, d’après un document de la présidence du gouvernement.
Dans le détail, le taux des touristes européens est en hausse de 50% et celui des Maghrébins de 16,4%.
Au niveau des recettes touristiques, on les évalue, le 20 mai 2018, à 876,2 millions de dinars ; c’est une évolution de 37,7% en comparaison avec la même période de l’an dernier.
Ces indicateurs sont le signe patent, précise le palais de la Kasbah, que le réveil du secteur touristique, qu’on doit surtout à l’amélioration du climat sécuritaire dans le pays, est bien là. Une com qui est de bonne guerre pour un chef de gouvernement fortement chahuté par ses détracteurs, même au sein de son propre camp. Reste à prier, et à travailler dur surtout, pour que tous les secteurs de l’économie puissent en dire autant…

par -

Le flux des investissements étrangers a atteint 565,4 millions de dinars(MD), à la fin du mois de mars 2018, en augmentation de 25,2% par rapport à la même période de 2017, selon le Bilan de l´investissement étranger durant les trois premiers mois de l´année 2018, publié par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA).

Ce flux est réparti en investissements directs étrangers (IDE) de 559,2 MD (+27%) et en investissements en portefeuille de 6,1MD (-45,6%) .

S’agissant de la répartition sectorielle des investissements étrangers, le secteur de l’industrie se positionne à la première place avec un montant de 185,3 MD, en hausse de 45,2% par rapport à l’année 2017 alors que celui des services passe en deuxième position avec une progression 76,2% à 116,2 MD.
L’investissement extérieur dans l’énergie a enregistré, également, une augmentation de 2,1% à 252 MD.
Quant au secteur agricole, il a drainé, à la fin du mois de mars 2018, un montant de 5,7MD.

par -

L’agriculture, secteur ô combien importante pour l’économie de la Tunisie, n’affole toujours pas les compteurs au niveau des investissements étranges, malgré la batterie de mesures et incitations pour les capter. C’est le dernier rapport de la FIPA (Agence de promotion de l’investissement extérieur) qui le dit. Mais à en croire Samir Taieb, ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, le secteur n’a pas qu’un problème de grosseur du flux des investissements, il est aussi handicapé par un problème de gestion, du fait de l’absence de coordination entre les intervenants opérant dans le cadre du financement extérieur des projets et programmes agricoles. Le ministre a avoué que ce dysfonctionnement a, parfois, engendré la mobilisation de ressources financières pour la réalisation de projets non prioritaires. En d’autres mots de l’argent cramé pour rien, ou presque.
Dans une déclaration aux médias, en marge d’une séance de travail “sur la coordination du financement extérieur destiné à l’agriculture tunisienne“, Taieb a indiqué que cette réunion vise à assurer la coordination entre les différents intervenants et le département de l’agriculture qui pourra maitriser davantage les opérations de financement extérieur et les orienter vers les projets inscrits dans le cadre des objectifs des politiques générales du gouvernement.

Il a ajouté que ce genre de rencontre périodique vise à échanger les informations et identifier les problèmes. L’objectif recherché est de mettre en place une équipe qui sera chargée d’approfondir chaque volet afin de maitriser les opérations de financement et d’assurer la coordination entre les intervenants.
Autre objectif assigné à ces rencontres : la sensibilisation des représentants d’organisations internationales et les bailleurs de fonds à prendre conscience de l’importance de la coordination et du dialogue, outre la création d’une structure permanente qui se réunira périodiquement en vue de coordonner entre le ministère et les bailleurs de fonds.

Pour sa part, Michael Hage, Coordinateur du Bureau Sous Régional de la FAO (organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) en Afrique du Nord, a mis l’accent sur l’importance de concrétiser le rôle des parties concernées en vue d’améliorer la production, notamment d’olives et de dattes, en plus de la création d’opportunités pour la production et l’exportation, surtout au profit des petits producteurs.
Ont participé à cette réunion les représentants d’organisations internationales, notamment l’AFD (Agence française de développement), la GIZ (coopération allemande), la JICA (Agence japonaise de coopération internationale), la BERD et la FAO.

A rappeler que plus de 40 projets agricoles sont en cours de réalisation moyennant une enveloppe globale de 3,8 milliards de dinars.
La valeur de l’investissement public a atteint 1 milliard de dinars par an, dont 40% sont mobilisés grâce aux ressources extérieures.
Le budget pour l’exercice 2018 concernant le département de l’agriculture est d’environ 1,2 milliard de dinars dont 49 % de ressources extérieures.

par -

Le flux des investissements étrangers a atteint 1 789,4 millions de dinars (MD), à la fin du mois d’octobre 2017, en augmentation de 11,7%, par rapport à la même période de 2016, selon le Bilan de l’investissement étranger durant les dix premiers mois de l´année courante, publié mardi par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA).
Ce flux est réparti à raison de 1 681,2 MD (+8,4%) en investissements directs étrangers (IDE) et 108,2 MD (+ 114,6%), en investissements en portefeuille.
D’après la répartition sectorielle des investissements étrangers, le secteur de l’industrie se positionne désormais à la première place avec un montant d’investissement de 739,2 MD, en progression de 17% par rapport à l’année écoulée, alors que celui de l’énergie passe en deuxième position, suite à une baisse de 7%, à 730 MD.
L’investissement extérieur dans les services enregistre un bond de 58,9%, à 196,3 MD, sans pour autant atteindre le niveau de 2014 (269,5 MD).
Le secteur agricole enregistre une embellie de 47,2%, à 15,8 MD, mais n’attire toujours pas une enveloppe conséquente d’investissements étrangers.

par -

Khalil Laabidi, directeur général de l’Agence tunisienne de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), a annoncé lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 31 octobre 2017 à Tunis que 50% des conventions financières qui ont été annoncées lors de la Conférence sur l’investissement «Tunisia 2020», organisée en janvier 2016, ont été conclues.

Laabidi a en outre ajouté que plusieurs projets dans divers secteurs, d’une valeur de 15 MD, sont en cours de réalisation.

par -

Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi 31 octobre 2017 à Tunis, Khalil Laabidi, directeur général de l’Agence tunisienne de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), a déclaré que les investissements étrangers ont augmenté de 13.6% sur les neuf premiers mois de cette année. Il a précisé que 41.1% de ces sommes ont concerné notamment le secteur des industries manufacturières.

Et d’ajouter que les investissements étrangers dans le secteur agricole ont atteint 47.1%, en revanche la production de pétrole a enregistré une baisse de 9.3% au cours de la même période.

par -

Selon des données dévoilées ce mardi 31 octobre 2017, par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), le secteur des industries mécanique, électrique et électronique (IMEE) en Tunisie connait depuis quelques années une forte dynamique qui se traduit par près de 13% de croissance moyenne annuelle et par une valeur ajoutée dépassant les 3500 MDT.

D’après la même source, 75% des exportations des IMEE sont destinées à l’Union européenne.

par -

La Tunisie a participé aux travaux du « Investment Competitiveness Forum 2017 » organisé par le Groupe Banque Mondiale les 25, 26 et 27 octobre 2017 à Vienne, en Autriche. Ce Forum a pour objectifs de traiter des questions importantes liées à l’investissement et les IDE (Investissement Directs Étrangers) avec les décideurs politiques, les dirigeants des multinationales, les partenaires donateurs, les universitaires et le personnel du Groupe de la Banque mondiale.

Ont pris part aux travaux de ce Forum, Khalil LAABIDI, Président de l’Instance Tunisienne de l’Investissement et Mme Mongia Khemiri, Chef du Pôle de l’Encadrement de l’Investissement au Ministère du Développement, de l’Investissement de la Coopération Internationale. Laabidi a présenté le nouveau cadre juridique et institutionnel de l’investissement et son rôle dans l’amélioration de l’environnement des affaires en Tunisie.

A cette occasion, la Tunisie a été choisie parmi 3 autres pays pour recevoir un certificat de reconnaissance pour les efforts déployés par la Tunisie pour l’amélioration du climat d’investissement. Cette distinction témoigne de la bonne conduite de la réforme relative à l’investissement et vient récompenser les efforts de toutes les parties prenantes y compris la société civile pour la mise en place et la conduite de cette réforme.

par -

Le flux des investissements étrangers a progressé de 11,7 %, entre 2016 et 2017 (8 mois), atteignant un montant de 1 455,2 millions de dinars (MD). Il est réparti à raison de 1 399,8 MD en investissements directs étrangers (IDE) et 55,4 MD en portefeuille, selon le Bilan publié par l’agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), à fin Août de l’année courante.
Si les investissements en portefeuille ont cru de 36,1% par rapport à l’année écoulée, ils ont marqué une régression vertigineuse par rapport à 2015 (-83,8%), année où ces investissement avaient atteint 342,7 MD.

S’agissant des IDE, ils ont augmenté de 10,9%, par rapport à Août 2016, à un rythme supérieur à celui de l’année dernière (+10,3%). Les statistiques de la FIPA révèlent une nette augmentation des investissements en comparaison de 2014 (+ 30,8%).
S’agissant de la répartition sectorielle des investissements étrangers, il en ressort une baisse de 5,7 % dans le secteur de l’énergie, au cours des 8 premiers mois de 2017, par rapport à la même période en 2016, pour un montant de 626,8 MD. Cette baisse s’est accentuée par rapport à 2015 (-3,6%).

Pour ce qui est du secteur industriel, les investissements étrangers se sont élevés à 613,3 MD, en hausse de 29,8%, par rapport à 2016. Toutefois, cette progression n’est pas aussi importante que celles enregistrées par rapport à 2015 (+ 56%) et 2014 (+89,4%).
Embellie également, pour le secteur des services dont les investissements se sont montés à 155,8 MD, avançant de 36,7%, en comparaison de l’année écoulée, mais le montant engrangé au cours des 8 premiers mois de 2017, est en baisse de 28,3% par rapport à 2016 et de 26,8%, de 2015.
Pour les investissements étrangers dans l’agriculture, le bilan est mauvais, marquant une chute de 64,1%, à seulement 3,9 MD jusqu’à Août 2017.

par -

Le flux des investissements étrangers a atteint le montant de 1157,7 MD, à la fin du mois de Juillet 2017, en augmentation de 6,7% par rapport à la même période de 2016, mais une régression de 13% par rapport aux 7 premiers mois de 2015, selon les dernières statistiques publiées mercredi, par la FIPA (Agence de promotion de l’investissement extérieur).
Ce flux est réparti à raison de 1103,7 MD en investissements directs étrangers (IDE) et 54,0 MD en portefeuille. Les investissements en portefeuille ont augmenté de 53,8%, par rapport à la même période de l’année 2016, alors qu’ils avaient enregistré un repli de 78,3%, jusqu’à juillet 2015.
S’agissant des IDE, leur flux a progressé de seulement 5,1% par rapport à la même période de 2016, avec une nette progression de 29,7% des investissements dans l’industrie, à 473,5 MD en 2017 contre 365,1 MD, l’année écoulée.
Le flux des investissements dans l’énergie, premier secteur drainant les investissements étrangers en Tunisie, a, toutefois, diminué de 6,8%, s’établissant à 545,1 MD durant les 7 premiers mois de l’année en cours, contre 585 MD l’année dernière.
Cette tendance baissière a également, caractérisé les investissements dans les services qui ont été de l’ordre 81,2 MD durant les sept premiers mois de l´année 2017, chutant ainsi de 15 % par rapport à 2016, de 47%, en comparaison de 2015 et de 61,3% par rapport à 2014.
Le flux des investissements étrangers dans le secteur de l’agriculture a également diminué de 17,9%, par rapport à 2016 s’établissant à 3,9 MD, seulement.

par -

“Près de 2500 demandes ont été acceptées dont 1200 participations étrangères, pour la conférence internationale sur l’investissement “TUNISIA 2020″ qui se tiendra du 29 au 30 novembre 2016, et ce jusqu’au mardi 22 novembre 2016, sur un total de 6000 préinscriptions, a indiqué à l’agence TAP, le directeur général de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), Khalil Laabidi.
Laabidi a rappelé que les organisateurs avait tablé sur une participation de 1200 personnes, aux travaux de la conférence ” TUNISIA 2020″, deuxième manifestation d’une telle envergure organisée dans le pays, après la révolution (17 décembre 2010-14 janviers 2011), dans l’objectif de promouvoir la Tunisie, en tant que site d’investissement compétitif au plan international.

Une cérémonie d’ouverture officielle à vocation politique, sera organisée le premier jour de la conférence (29 novembre), avec une participation réservée uniquement, aux personnes ayant reçu une invitation spéciale.
Prendront part à cette cérémonie d’ouverture, de hautes personnalités politiques étrangères parmi lesquelles, des Emirs, de chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que des ministres, des secrétaires d’Etat et des hauts responsables d’institutions internationales (FMI, BM, UE).
Parmi ces personnalités, le responsable a cité, l’Emir du Qatar, les premiers ministres de l’Algérie, de la France et de la Serbie, des députés du Koweït, Bahreïn, Jordanie et de la Belgique, les ex-présidents de l’Allemagne, de la Malaisie, de la Suisse, le président de la Banque européenne d’investissement (BEI), le président du Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES), le vice- président de la Banque mondiale, le directeur général de l’organisation mondiale du commerce , le vice-président de Union Africaine (UA), les secrétaires généraux adjoints de l’ONU et de l’Union pour la Méditerranée (UpM) et le secrétaire général de l’OCDE…En outre, des allocutions enregistrées d’autres éminentes personnalités seront diffusées lors de la séance d’ouverture.

“Des déclarations en faveur de la Tunisie sont prévues lors de cette cérémonie d’ouverture…nous attendons de ces déclarations plus de soutien et de coopération, mais également, de meilleurs investissements et des moyens de financements de projets, qui soient un mélange entre les fonds d’investissement, les dons et les crédits”.
“Il est possible aussi, que des crédits supplémentaires soient accordés à la Tunisie par les bailleurs de fonds”, faisant remarquer que “ces crédits devraient être octroyés à des conditions financières préférentielles, tenant compte de la capacité de remboursement de pays “, a-t-il poursuivi.

Le responsable a rappelé que jusqu’à présent, 140 projets seront présentés lors de cette conférence, dont 64 projets publics, 33 projets PPP et 43 projets privés, dans les domaines de l’infrastructure, l’énergie, le dessalement des eaux, l’agriculture, le tourisme, les TIC, la santé et les industries de haute technologie.
Laâbidi a indiqué que les cinq continents seront représentés à cette conférence, précisant que la France, le Canada et le Qatar sont les principaux pays partenaires à la Tunisie dans la préparation et l’organisation de la conférence ” TUNISIA 2020 “, en plus d’autres pays du golfe et de l’Europe. L’Asie, la Chine, le Japon, la Malaisie, la Corée du Sud et l’Australie seront également présents.

” La Tunisie est de retour, principal message de TUNISIA 2020 “

” La Tunisie est de retour sur la scène économique et elle est ouverte à toutes les opportunités de coopération avec ses partenaires pour atteindre les taux de croissance les plus élevés, permettant de créer le plus grand nombre d’emplois “, a souligné le premier responsable de la FIPA.
” Le plan de développement est un message très fort lancé par la Tunisie qui ouvre ses bras à l’investissement, dans une approche gagnant- gagnant… Le pays a mis en place les piliers économiques nécessaires (loi sur le PPP, loi de l’investissement, loi sur les énergies renouvelables et loi sur la concurrence et les prix)”

“La Tunisie attend de cet événement, le changement de l’image stéréotypée du pays acquise après la révolution, celle d’un pays instable aux plans social, politique et sécuritaire. Aujourd’hui, nous voulons montrer que cette phase a été dépassée, grâce à une transition démocratique que nous considérons et avec nous tout le monde, comme réussie… La Tunisie est aujourd’hui, passée à une transition économique, à une nouvelle vision de l’économie nationale, traduite dans le plan de développement 2016-2020″.
” Il s’agit également, de présenter aux investisseurs, pays étrangers et bailleurs des fonds, les projets inscrits au plan de développement 2016-2020, et leur montrer comment l’infrastructure du pays sera améliorée au cours de la prochaine période, surtout que 70% projets d’infrastructure sont dédiés aux régions intérieures du pays”.

“S’agissant des obstacles à l’investissement qui sont liés notamment à la complexité des procédures administratives évoqués par les investisseurs, leur traitement se fera grâce aux dispositions de la loi sur l’investissement mais aussi, celles de la loi sur l’urgence économique, qui n’a pas encore été adoptée par l’ARP”.
“Nous présenterons également, les avantages qu’offre la Tunisie par rapport aux autres pays concurrents, notamment en terme de facteurs de production, soit une réduction des coûts de 20 à 30%, pour l’investisseur. De plus, le pays dispose de compétences tunisiennes diplômées d’universités reconnues et peut se prévaloir de son expérience dans les secteurs des TIC, agriculture, industries automobile et aéronautique, ainsi que dans l’industrie textile.

par -

Le flux des investissements étrangers a atteint la valeur de 1 423,2 millions de dinars (MD), au cours des neufs premiers mois de l’année 2016, soit en régression de 19,4% par rapport à la même période de 2015 (1 765,6 MD), avec une chute de 49,1% dans les services, selon les dernières statistiques publiées par l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA) à quelques semaines de la conférence sur l’investissement.

Ces investissements sont répartis sur 1 379 MD d’investissements directs étrangers-IDE (-2,1% par rapport à 2015) et 44,2 MD des investissements en portefeuille (-87,6% par rapport à 2015).

L’analyse de la répartition sectorielle des IDE montre que le secteur de l’énergie accapare (toujours) plus de la moitié de ces investissements (780 MD), ce qui représente une hausse de 6,8% par rapport à 2015, suivi par le secteur de l’industrie (473,7 MD) en hausse de 7,1% par rapport aux neuf premiers mois de l’année écoulée.

Les investissements réservés au secteur de services se sont élevés à 115,6 MD, à la fin du mois de septembre 2016, ce qui correspond à une baisse de 49,1% par rapport à 2015. Pour ce qui est du secteur agricole, les investissements se sont situés au niveau de 9,7 MD (une hausse de 9,3% par rapport à 2015).

Après une légère amélioration en 2015, les investissements étrangers accusent une baisse continue cette année en raison notamment, de l’instabilité politique et sociale dans le pays outre une nouvelle législation (code de l’investissement) qui n’a pu être adoptée qu’en septembre dernier. Afin de redresser la barre, une conférence internationale sur l’investissement est prévue à la fin du moins de novembre.

par -

A un mois, presque jour pour jour, de la Conférence internationale de l’investissement que se propose d’organiser la Tunisie de l’après révolution, les chiffres officiels du flux entrants d’IDE (Investissements directs étrangers) rapportés par la Fipa (Foreign Investment Promotion Agency) donnent une image plutôt contrastée et laisserait presque perplexe, car alors qu’ils baissaient dans certains secteurs, les IDE ne s’étaient jamais mieux portées.

 D’abord, parce qu’en volume total, c’est une baisse de 2,1 %, passant de 1.408,7 MDT au terme des 9 premiers mois de 2015 à 1.379 MDT pour la même période de 2016. Et si on comparait avec l’année référence de 2010, c’est une baisse de 7,6 %. C’est l’investissement portefeuille qui a baissé le plus (-78,4 %) entre 2016 et 2010. Par secteur d’activité, c’est plutôt la hausse. Dans l’énergie par exemple, le volume d’IDE des 9 mois de cette année est presque stable par rapport aux cinq dernières années et pas très loin du volume de l’année de référence. Dans l’industrie, c’est même le meilleur volume de flux entrants (473,7 MDT) depuis 2011, et même mieux que celui des 9 premiers mois de 2010. Même chose presque pour les IDE dans le domaine de l’agriculture. Là où la baisse a été le plus ressentie, c’est dans le flux des IDE dans le secteur des services avec 115,6 MDT contre plus de 220 MDT en 2015, presque 230 MDT en 2014 et derrière les 189 MDT de 2010.

Pour cette année, le flux entrant des IDE a connu une évolution en dents de scie avec un pic de plus de 200 MDT en avril, suivi d’une lente descente qui a rebondi en août pour rechuter en septembre. Le lien n’existe peut-être pas, mais c’est à la fin d’août que le gouvernement de Youssef Chahed a été mis sur pied. On attendra donc les chiffres d’octobre pour savoir si, comme la pluie, les IDE voteront aussi Youssef Chahed !

inf

jhgf

Officiellement aussi, le DG de la Fipa en parlait mercredi dernier à la Radio nationale tunisienne, le taux de mortalité des 3.320 entreprises étrangères implantées en Tunisie était de 100 entreprises par an avant la «révolution». Il est depuis 2011 de 100 à 150 entreprises par an. Le DG de la Fipa, Khalil Laabidi, indique d’ailleurs que 500 à 600 entreprises étrangères ont fermé. Il ne le dira pas, mais il est un secret de polichinelle que l’instabilité politique et les tensions sociales sont directement derrière ces fermetures. Laabidi affirmait aussi que 500 autres entreprises étrangères sont parties, en ce sens qu’elles ont soit été cédées à un autre, soit ont changé d’activité, ou simplement plié bagage.

A travers ce Forum mondial de l’investissement étranger, dont elle espère des offres d’investissement ou la réalisation de quelque autres 50 opportunités d’investissement qu’elle présente, la Tunisie veut surtout restaurer son image de terre d’investissement. Une image qui sera certainement écornée par l’image que les Tunisiens se sont auto-infligée, à force d’autoflagellation à coups de dénigrement et de diabolisation de la richesse et d’accusations de tous par tous d’argent sale, de terre de corruption. Ecornée aussi par la politique de confiscation qui est un déni pur et simple d’un des droits les plus élémentaires et les plus protégés sur le plan international, le droit de propriété !!

par -

Le fonds tunisien pour l’investissement constituera l’instrument financier pour l’octroi des avantages aux investisseurs, a indiqué le Directeur général de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA), Khalil Laabidi.
Laabidi a ajouté au cours d’une séance d’audition tenue mercredi, par la commission des finances, de la planification et de développement à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) sur le projet du code de l’investissement qu’il aura la création d’un conseil supérieur de l’investissement (gouvernemental) aux côtés de l’instance tunisienne de l’investissement qui regroupera des représentants des secteurs public et privé et suivra la dynamique de l’investissement, alors que le ministère des finances mettra à la disposition des investisseurs, un ensemble d’avantages fiscaux.
Laabidi s’est engagé à présenter, dans les plus brefs délais, les grandes lignes des décrets relatifs à ces instances, pour que les membres de la commission puissent adopter les articles y afférents.
Il a précisé que les grands projets nationaux exigent “des traitements spéciaux” à travers la signature d’un accord entre le gouvernement tunisien et les parties voulant investir en Tunisie, alors que le code garantira les avantages financiers pour les autres projets.
Les députés de la commission ont approuvé l’annulation du concept “de nationalisation”, mentionné dans le chapitre de la protection de l’investisseur, considérant que ce terme fait référence à des politiques anciennes et peut faire fuire les investisseurs.
Concernant le chapitre sur le transfert des devises lors de l’investissement et son impact que les réserves en devises du pays, Laabidi a indiqué que la Tunisie a conclu plusieurs accords bilatéraux, permettant à chaque partie signataire de mettre en place des conditions temporaires sur les transferts de devises, en cas de besoin.

par -

En partenariat avec l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA) (www.InvestInTunisia.tn), le projet financé par l’USAID, BRPC (Business Reform and Competitiveness Project) a parrainé un webinaire inédit afin de rassembler des représentants chargés de la gestion des fournisseurs de Boeing Defense, Space & Security (www.Boeing.com/defense) et des constructeurs aéronautiques tunisiens.

Boeing a présenté les exigences d’admissibilité ainsi qu’une feuille de route exposant les conditions nécessaires pour devenir un fournisseur de Boeing, suite à quoi la FIPA a donné un aperçu sur l’industrie aéronautique en Tunisie. À cet égard, plus de 70 entreprises opèrent dans l’industrie aéronautique en Tunisie, fournissant principalement les marchés de l’Union européenne. La FIPA a également présenté la proposition de valeur de la Tunisie, favorisée par une structure de coûts très compétitifs et une excellente infrastructure de formation, qui continue à produire des ingénieurs hautement qualifiés et des hauts techniciens. La présentation a également mis en évidence la capacité de pointe de la production aéronautique en Tunisie, dont notamment un avion léger tunisien fabriqué pour les marchés internationaux.

Quatre entreprises aéronautiques tunisiennes ont présenté leurs activités et produits. Chaque entreprise a souligné ses capacités techniques et ses aptitudes en gestion de la qualité à travers un large éventail d’activités de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie aéronautique qui comprend l’assemblage, l’ingénierie, la tôlerie fine, la mécanique de précision, la mécatronique, les boîtiers électroniques, les structures aéronautiques, les faisceaux de câbles, les intérieurs d’avions et le plastique technique.

L’événement a été une occasion unique à un certain nombre d’entreprises tunisiennes de haute technologie pour communiquer directement avec le chef de file de l’industrie aéronautique aux États- Unis et pour recevoir des informations précieuses étant donné qu’elles cherchent à élargir la visibilité de leurs marques sur les marchés internationaux. A la clôture de la séance, les représentants de Boeing, la FIPA, et les entreprises tunisiennes ont convenu de poursuivre leur dialogue. Le webinaire représente une première étape réussie vers l’établissement de relations d’affaires dans l’aéronautique avec Boeing.

par -
Selon l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA

Selon l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA Tunisia), le 2e forum d’affaires Tunisie-Malte se tiendra du 7 au 10 mai 2014 à Lavalette (Malte), avec la participation d’hommes d’affaires libyens, dans le cadre de la promotion des échanges et du développement des relations économiques triangulaires entre la Tunisie, Malte et la Libye.

Organisé par la FIPA et l’UTICA, en partenariat avec la CCI nationale de Malte, la Chambre de Commerce Malto-Libyenne, Malta Enterprise et en collaboration avec l’Ambassade de Tunisie à Lavalette, ce forum constituera une occasion pour informer la communauté d’affaires maltaise et libyenne, sur l’environnement de l’investissement en Tunisie et favoriser la concrétisation de nouveaux partenariats bilatéraux et triangulaires entre partenaires Tunisiens, Maltais et Libyens.

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT