Tags Posts tagged with "Habitat"

Habitat

par -

Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi 26 octobre 2017 à Tunis, le président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers, Fahmy Chaâbane, a réaffirmé que les prometteurs immobiliers maintiennent leur refus de l’imposition d’une TVA sur l’habitat programmée par le projet de la Loi de finances 2018.

Cette disposition, selon ses dires, ne peut qu’aggraver la crise économique par laquelle passe le pays et frapper de plein le secteur.

Il a, dans ce contexte, lancé un appel à tous les départements ministériels à renoncer à une pareille décision qui entraînera une augmentation des coûts et, par voie de conséquence ne fera qu’aggraver la crise d’un secteur vital et pèsera lourdement sur le pouvoir d’achat du citoyen.

par -
Les investissements déclarés auprès des services de l’Agence de promotion de l’industrie (API) et relatifs aux projets dont le coût est supérieur 

Le ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui, a annoncé qu’il donnera le coup d’envoi de plus 10 nouveaux projets au cours de sa visite à Kairouan, programmée pour la semaine prochaine.

Lors de son passage ce vendredi 29 juillet 2016 sur Express Fm, le ministre a précisé que parmi ces projets figurent l’aménagement de la route n°12 Kairouan – Sousse et de Oued Borji ( un projet d’un valer de 8 millions de dinars). L’invité d’Expresso a déclaré, par ailleurs, que l’échangeur Mahmoud El Matri à l’Ariana, sera ouvert aux usagers de la route, au début du mois de septembre 2016, soit près de cinq mois avant les délais prévus avec le promoteur et après vérification des conditions de sécurité.

Il a par ailleurs ajouté que ce projet dont le coût s’élève à 16 millions de dinars tunisiens (MDT), comporte plusieurs composantes, dont la réalisation d’une voie supérieure, au niveau de l’intersection de la route X20 avec la route locale 532, la construction d’une voie inférieure pour les véhicules en provenance de la ville de l’Ariana, allant vers Ennasr 2 et le doublement de la route de Borj Turki, sur 3 km.

par -

Mohamed Salah Arfaoui, ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, a remis, vendredi 1er juillet 2016, les clés d’une nouvelle maison à la famille de l’un des martyrs de la douane, indique un communiqué.
La maison est située dans la résidence “El Maya” se trouvant au niveau de la région de Fouchena, à El Mhamdia, au gouvernorat de Ben Arous.

par -

Le ministère de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire a annoncé dans un communiqué rendu public ce lundi 27 juin 2016 qu’il a reçu un premier lot d’équipements neufs pour les travaux publics, et ce dans le cadre du don turc qui a été accordé à la Tunisie en vertu d’une convention signée auparavant entre les deux pays.

Après avoir procédé à la ratification de la liste des équipements proposés par la Tunisie en coordination avec la partie turque, en particulier avec l’Agence turque de coopération et de coordination (TIKA) et après s’être mis d’accord sur le volume du reste du don, dont la valeur s’élève à 12 millions de dollars (24 millions de dinars), le ministère de l’Équipement a finalisé cette opération d’achat.

La liste des achats contient : 48 niveleuses et 9 mini chargeuses avec accessoires se trouvant actuellement au sein de la direction des équipements relevant du ministère de tutelle.
Selon le même communiqué, les concertations se poursuivent encore avec la partie turque pour l’achat d’un deuxième lot composé principalement de 8 balayeuses aspiratrices et deux portes engins.

par -

Dans une déclaration,  ce lundi  9 mai 2016 à Africanmanager, le ministre de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire Mohamed Salah Arfaoui,  a annoncé que l’appel d’offres international pour le projet Taparoura vient d’être lancé afin de trouver un investisseur international pour la réalisation de ce projet en collaboration avec l’Etat tunisien, a-t-il précisé.

Il a ajouté que l’Etat tunisien aura son investisseur international d’ici deux mois, ajoutant qu’il s’agit d’ un projet très important et attendu par tous les Sfaxiens.

A signaler que le coût total du projet Taparura s’élève à 160 millions de dinars, provenant d’un prêt de la Banque européenne d’investissement ( BEI ), du budget de l’Etat et de dons étrangers.

par -

Dans une déclaration accordée, ce lundi 9 ai 2016 à Africanmanager, le ministre de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui,  a annoncé  que son département a élaboré  une feuille de route stratégique visant l’ amélioration l’infrastructure routière en Tunisie.

Il a ajouté qu’un budget de 2600 millions de dinars a été consacré au titre de l’année en cours à la réalisation  de nombreux projets importants. Il s’agit entre autres de  la réhabilitation de plus 600 kilomètres de  routes dans  tous les gouvernorats du pays, a affirmé le ministre.

par -
Lors d’un séminaire tenu

Monia Al Bssir, directrice des affaires foncières et judiciaires au ministère de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire a déclaré que 1700 nouveaux logements en remplacement des logements rudimentaires ont été livrés à leurs bénéficiaires.

Dans une interview accordée à Africanmanager, elle a ajouté que les travaux se poursuivent pour réaliser 1400 nouveaux logements dans différentes régions.
Il est à rappeler par ailleurs que ces logements ont été réalisés dans le cadre du programme spécifique de construction de logements sociaux. Ils font partie de 10 mille logements fixés dans le cadre du programme relatif à la réalisation des logements pour remplacer les constructions rudimentaires.

par -

Le baromètre des prix  de l’immobilier continue à ce jour de grimper  partout dans le pays. En dehors de tout effet conjoncturel, national et régional, le prix de l’immobilier a poursuivi son trend haussier sans obéir à aucune logique. Actuellement, les prix se négociaient entre 1200 et 3000 dinars pour le mètre carré. De nombreux Tunisiens se plaignent déjà de l’envolée des prix de l’immobilier. Aujourd’hui, ils ne sont plus capables de payer un logement suite à la dégradation de leur pouvoir d’achat. Par ailleurs, selon les chiffres officiels, 23% des Tunisiens ne disposent pas de logement.

Dans une interview accordée à Africanmanager, Néjib Snoussi, directeur général de l’Habitat auprès du ministère de l’Équipement  a déclaré que plusieurs facteurs sont derrière la hausse des prix de l’immobilier dont principalement les constructions anarchiques. Et de préciser que ces dernières  déferlent sur  tout le territoire de la République principalement dans le Grand Tunis, à l’Ariana, à Ben Arous et les régions côtières où il y a une grande densité populaire, notant la construction chaque an de 79 mille nouveaux logements, dont 29 mille logements en l’absence de permis de bâtir.

Par ailleurs, selon nos sources, 37%,  soit 29 mille constructions sont bâties d’une manière anarchique en Tunisie. Les résultats du recensement pour l’année 2014 ont également montré que le nombre des logements construits chaque année s’élève à 79 mille alors que celui des autorisations accordées est de l’ordre de 50 mille.

Selon Néjib Snoussi, la hausse des prix de l’immobilier ne date pas d’aujourd’hui, mais plutôt d’avant la Révolution. Cela est dû également à la rareté des terrains, à la hausse des prix des matériaux de construction et au coût élevé de la main d’œuvre. Tous ces facteurs ont contribué à la hausse des prix de l’immobilier estimée actuellement à 40%, selon Snoussi.

En parallèle et alors qu’un bon nombre de Tunisiens sont à la recherche de logements proposés à la vente, des milliers de logements demeurent inoccupés. Sur ce point, le directeur général de l’Habitat a expliqué que les dernières statistiques officielles ont révélé l’existence de 500 mille appartements vacants  dont la plupart sont à la propriété de Tunisiens résidant à l’étranger.

Snoussi a, sous un autre angle, indiqué que près de 80% des familles possèdent de maisons, tandis que le reste vit dans des appartements loués, soulignant ainsi la nécessité de revoir la politique de l’habitat et de l’immobilier pour freiner la hausse des prix.

De son côté, le directeur central de la société de promotion des logements sociaux (SPROLS), Abdelaziz Najess n’a pas écarté, dans une déclaration à Africanmanager, la possibilité de baisser les prix de l’immobilier, soulignant toutefois que cela n’est possible qu’avec la réduction des prix des matériaux de construction et la disponibilité des terrains. Ce sont les causes principales de la flambée des prix de l’immobilier.

C’est ainsi que plusieurs experts en la matière ont appelé l’État à assumer  pleinement son rôle comme fournisseur de foncier. « L’État doit être présent partout dans le pays pour créer l’équilibre pour ne pas arriver à ces prix-là. L’État ne doit pas vendre suivant les mêmes mécanismes que ceux du privé, à savoir l’enchère et des prix gonflés », a indiqué Faouzi Ayadi, promoteur immobilier dans une déclaration récente à Africanmanager.

« Si l’État n’arrive pas à maîtriser le foncier, il ne pourra pas maîtriser les autres composantes. Le foncier ne doit pas se situer dans la fourchette entre 18 et 20% du coût total du projet alors qu’ aujourd’hui, ce coût est de l’ordre de 30% », a-t-il ajouté.

par -

Dans une interview accordée à Africanmanager, le ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire Mohamed Salah Arfaoui a annoncé que les travaux portant sur la révision du code de l’aménagement de territoire et de l’urbanisme (Catu) sont en train d’avancer, estimant que ce code sera transmis dans un mois au conseil des ministres avant d’être renvoyé à l’ARP pour approbation.

Le ministre a dans ce contexte indiqué que la révision du code en question visant à faire de l’aménagement et de l’urbanisme un levier du développement économique, social et environnemental. Il s’agit aussi de soutenir le processus de décentralisation et de démocratie locale.

par -

« Les nouvelles orientations du gouvernement dans le secteur de l’habitat portent principalement sur la satisfaction des besoins des catégories à faibles revenus et ce, à travers la dynamisation du secteur des BTP (Bâtiment et travaux publics) qui représente 6.6% du PIB ». C’est ce qu’a annoncé le chef du gouvernement Habib Essid ce lundi 5 octobre, lors d’une journée d’étude organisée sur « les mécanismes de l’application de la nouvelle stratégie de l’habitat » à l’occasion de la célébration de la journée mondiale et arabe de l’habitat.

Ceci passerait également selon le chef du gouvernement,  par la révision des mécanismes de financement et le renforcement des interventions des fonds publics comme le Fonds de Promotion de Logements et celui de l’amélioration de l’Habitat afin de mieux répondre aux besoins résidentiels, en particulier pour les faibles revenus. «C’est logique, car la nature  de l’offre formelle en logement ne correspond pas aux besoins des couches sociales défavorisées ni à une demande différenciée selon les régions», a justifié le chef du gouvernement lors de son intervention.

Outre la révision des mécanismes de financement, Essid a jugé utile de réviser la législation régissant le secteur de la promotion immobilière de façon à donner plus d’intérêt au logement social.. Plusieurs mesures seront ainsi adoptées, à commencer par la création d’un observatoire national de l’habitat chargé de suivre et d’évaluer les indicateurs de ce secteur, tout en trouvant les solutions adéquates pour l’ensemble des problèmes auxquels est confrontés depuis des années le secteur. Un avis est partagé par le ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire Mohamed Salah Arfaoui, qui a saisi cette occasion pour annoncer « la révision du  système de l’habitat d’ici fin de l’année ».

  • Le marché informel s’approche de 40%

Cette révision est expliquée par le fait que le secteur de l’habitat est menacé par l’explosion de l’informel et la destruction urbaine.. D’après les derniers chiffres communiqués par le ministère de tutelle, le marché informel représente désormais des 40% de la production de logements en Tunisie. Environ 30 mille logements informels se créeraient annuellement, creusant davantage l’avantage en faveur du secteur informel dont le stock passe d’environ 20 mille unités en 2006 à environ 40 mille unités en 2013. Plusieurs causes expliquent cette situation et prouvent que la politique engagée, jugée insuffisante, n’a pas su résorber ces tendances. Il s’agit également de la pénurie du marché foncier formel face à la montée excessive du prix du foncier qui traduit déjà l’échec de la politique foncière menée jusqu’ici et explique la faible production de logements sociaux sans oublier la rentabilité du marché formel qui est d’autant plus impactée par une régulation urbaine inopérante.

Outre la rentabilité du marché, une partie de la population demeure exclue du crédit à l’habitat pour des raisons de solvabilité d’une part et d’informalité/ irrégularité de revenus d’autre part. Seulement 4.1% des ménages en moyenne ont eu accès à un crédit logement, selon les chiffres présentés au cours de cette journée d’étude.

  • Les trois axes de la nouvelle stratégie…

C’est dans ce contexte que le ministère  de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire a lancé en mars 2014 a lancé une étude pour définir une nouvelle stratégie du secteur de l’habitat. Cette nouvelle stratégie est fondée sur trois axes principaux. Il s’agit de l’amélioration de l’accessibilité des ménages au logement, tout en diminuant le coût de l’offre des logements d’un coté et en élargissant l’accès à un crédit plus adorable de l’autre. Cette double approche visant à l’amélioration de l’accessibilité,  permettra de minimiser la taille des subventions politiques nécessaires.

Le second axe de cette réforme, concerne l’amélioration de l’efficacité et le ciblage des subventions publiques en cherchant d’une part à ce qu’elles bénéficient aux ménages qui en ont besoin et d’autre part à ce qu’elles contribuent à surmonter des défaillances bien définies du marché.. Pour le dernier, il est  lié au renforcement du rôle du gouvernement en tant que facilitateur du marché de l’habitat qui devrait faire participer efficacement le secteur privé dans la production de logements.

par -
Najib Snoussi directeur général de l'Habitat au Ministère de

Najib Snoussi directeur général de l’Habitat au Ministère de l’Equipement et de l’Habitat a déclaré à Africanmanager que la législation qui concerne l’habitat écologique a été publiée. Il a affirmé que les textes se rapportant à l’audit énergétique ont été également préparés, soulignant que l’habitat écologique nécessite une étude approfondie en rapport avec la situation économique actuelle du pays. Il a affirmé que le ministère œuvre avec tous les intervenants pour promouvoir l’habitat écologique.

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Appelé «bulldozer de la finance» par notre confrère Business News, à 48 ans et des dizaines d’entreprises introduites sur la cote de la bourse...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

Programme de la 5e journée de l'Europa League de football qui sera disputée le jeudi 23 novembre (en heures GMT): Groupe F (18h00) Lokomotiv Moscou (RUS) -...