Tags Posts tagged with "italie"

italie

par -

Une source sécuritaire a confié mardi 14 novembre 2017 à Jawhara fm que 40 jeunes Tunisiens expulsés d’Italie ont débarqué hier lundi 13 novembre 2017 à l’aéroport international d’Enfidha.

Huit d’entre eux, recherchés par la justice dans des affaires de droit commun, ont été placés en garde à vue, a ajouté la même source.

par -

En Italie, l’âge de départ à la retraite devrait bientôt passer à 67 ans. En effet, l’espérance de vie est passée de 77 ans en 1990 à 83 ans aujourd’hui tandis que l’âge de départ à la retraite qui était de 60 ans est sur le point de grimper à 67 ans. Les deux courbes sont parallèles et pourraient le rester : l’âge de départ à la retraite pourrait être indexé à l’espérance de vie, francetvinfo.Fr

Avec la retraite à 67 ans, l’Italie devient l’un des pays les plus stricts d’Europe, sur le papier. Grâce à un grand nombre d’exceptions, les Italiens partent dans la pratique à 62 ans et demi en moyenne, indique la même source.

par -

Des accords de coopération pour financer des projets dans le secteur de l’éducation dans le but d’offrir une meilleure qualité d’enseignement pour chaque enfant en Tunisie ont été signés ce vendredi 27 octobre 2017 entre le ministère de l’Education, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), l’Union européenne (UE) et l’Agence de coopération et de développement au ministère des Affaires étrangères italien ainsi que le Programme alimentaire mondial (PAM).
Ces accords ont pour objectif la consolidation du système éducatif et l’amélioration de l’infrastructure de base dont les équipements sanitaires et les espaces de loisirs dans les écoles primaires, a indiqué Mohamed Hédi Sehili, chargé de mission au ministère de l’Education.

Le but de ces accords est aussi l’amélioration des prestations accordées aux élèves et aux enseignants sur le plan formation et ce moyennant une enveloppe globale estimée à 12,6 millions euro, l’équivalent de 36 millions dinars, selon la même source.
Le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem, a indiqué à cette occasion que malgré les réalisations enregistrées dans le secteur éducatif, plusieurs défis sont à relever et nécessitent le déploiement des efforts des différentes parties intervenantes.
Les accords signés contribueront à assurer une meilleure qualité d’enseignement pour chaque enfant en Tunisie, a encore estimé le ministre de l’Education.

L’ambassadeur d’Italie en Tunisie, Raimondo De Cardona, a mis en relief l’attachement de l’Italie à soutenir le système éducatif tunisien en assurant une meilleure qualité d’enseignement et accordant davantage d’attention aux écoles primaires à travers un don d’une valeur de 7 millions euros, soit l’équivalent de 20 millions dinars. L’objectif est de lutter notamment contre le décrochage scolaire et offrir de meilleures conditions d’éducation, a-t-il précisé.

Pour sa part, Patrice Bergamini, ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, a déclaré que l’UE vise la promotion de la qualité de l’enseignement en Tunisie avec la garantie d’une meilleure qualité d’enseignement dans le secteur public et la lutte contre le décrochage scolaire.
Bergamini a ajouté à ce propos que le soutien accordé par l’UE s’inscrit dans le cadre d’un programme intégral avec la présentation de don d’une valeur global de 60 millions euros visant la contribution à la réforme du système éducatif. Il a rappelé à ce propos l’engagement de l’UE à soutenir les jeunes dans le cadre de l’initiative partenariat pour la jeunesse Tunisie-UE, lancé le 1er décembre 2016 et visant la consolidation des échanges des universitaires dans le cadre du programme erasmus, en plus de l’élaboration d’une stratégie tunisienne intégrée pour les jeunes à l’horizon 2030.

par -

Selon l’organisation internationale des pâtes (IPO), les Tunisiens sont les plus gros consommateurs de pâtes dans le monde après l’Italie. En effet, avec ses 23,5 kilos par an, les Italiens sont toujours largement en tête, devant les Tunisiens (16 kilos) et le Venezuela (12 kilos) tandis que les habitants du Salvador, les plus petits consommateurs, se contentent d’un petit kilo par an.

Avec 3,2 millions de tonnes par an, l’Italie produit près d’un plat de pâtes sur quatre consommés dans le monde et reste devant les États-Unis, la Turquie et le Brésil.

Selon la même source, de 1997 à 2016, la production de pâtes dans le monde a augmenté de 57%, passant de 9,1 à 14,3 millions de tonnes.

par -

Le développement rural permet d’encourager la sédentarité des personnes à la faveur de la création d’opportunités économiques et d’emplois pour les jeunes, notamment dans le secteur de la production et la transformation des produits agricoles, a déclaré le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) en Tunisie, Michael Hage.
Intervenant, lundi, à l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale sur l’alimentation (16 octobre), tenue cette année sur le thème “changeons l’avenir des migrations, investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural “, il a ajouté que le développement de ce secteur permet également de réaliser une meilleure sécurité alimentaire, de procurer des moyens de substance plus résilients, d’offrir un meilleur accès à la protection sociale, d’assoir un développement durable et de faire face à la dégradation de l’environnement et au changement climatique.

Il a fait savoir que le projet “emploi rural et mobilité des jeunes”, financé par la coopération italienne au développement et s’inscrivant dans le cadre de la coopération entre la FAO et le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, a permis de soutenir 50 petites et moyennes entreprises agricoles et de générer des emplois directs et indirects au profit de 400 jeunes.
Favoriser la création d’emplois en milieu rural constitue, à ce titre, une alternative à la migration des jeunes des zones rurales caractérisées par des taux de migration très élevés.

Le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb, a souligné, à ce propos, que ledit projet a permis, depuis son démarrage en octobre 2015, d’encourager les jeunes à investir dans le secteur agricole, de favoriser la création d’une dynamique dans les régions de l’intérieur et d’établir des partenariats et relations d’investissements entre les tunisiens résidents à l’étranger et certains jeunes.
Il a indiqué, dans ce contexte, que des Tunisiens résidents à l’étranger ont contribué à la création de postes d’emploi au profit des jeunes et de développer le secteur agricole ainsi que d’autres secteurs avec la mise en place de 26 projets dont 12 au Nord Ouest et 14 au Sud.

Pour sa part, le directeur de l’aménagement de l’espace rural Naoufel Ben Haha a fait savoir que la population des zones rurales a diminué, presque de moitié, au cours de la période 1960-2016.
Il a indiqué qu’un fort départ des jeunes de 18 à 35 ans a été enregistré, d’où une population qui vieillit, la prédominance de femmes, des ressources peu ou pas exploitées et un manque d’initiative privée.
Pour palier cette situation, il a recommandé d’élaborer des stratégies et des politiques susceptibles de développer l’agriculture pour produire plus et garantir la sécurité alimentaire, de valoriser les ressources naturelles et d’encourager l’investissement en milieu rural afin de fixer les populations.

Toutefois, Ben Haha a souligné que le secteur agricole fait face à des contraintes de croissance et de stabilisation de la production tant en sec qu’en irrigué, à une pression de plus en plus forte sur les ressources naturelles (2,8 millions d’hectares sont vulnérables à l’érosion). Par ailleurs, les sols sont très peu fertiles et les ressources en eau limitées.
Le manque de compétitivité des prix et de maitrise des marchés d’exportation, outre la faible organisation des filières et la stagnation voire la baisse des investissements publics, sans reprise significative des investissements privés, sont autant de difficultés auxquelles l’agriculture est également confrontée.

Le responsable a fait remarquer que le secteur agricole dispose d’un devoir de sécurité alimentaire et a un rôle crucial dans la stabilité et la cohésion sociales ainsi que le développement économique.
Des programmes, a-t-il avancé, ont été mis en place par le ministère afin de garantir une meilleure organisation du monde rural et de valoriser les ressources dans le cadre d’une stratégie sectorielle et intégrée.
Pour ce faire, il y a lieu, selon ses dires, de revisiter les systèmes de production pour produire plus et mieux, d’adopter des pratiques agricoles durables et d’appuyer la petite agriculture et l’agriculture familiale par des politiques de sécurisation et d’assurance en plus d’une politique d’incitation à l’investissement pour le financement de l’agriculture, surtout en faveur des jeunes.

TAP

par -

Le moins qu’on puisse dire est que la Vénétie et la Lombardie, au Nord de l’Italie, ne sont pas effrayées par la mésaventure de la Cologne, en Espagne, dont le gouvernement central vient de suspendre l’autonomie pour cause de velléités indépendantistes. En effet ces deux régions italiennes, aux richesses qui font pâlir d’envie les autres zones du pays, se sont mises en tête d’exiger plus d’autonomie. Et là aussi, comme pour la Catalogne, c’est un référendum qui donne la tendance, nettement en faveur du ‘Oui’, à 95% en Lombardie et 98% en Vénétie, selon les derniers résultats rapportés par Franceinfo.

Gonflé à bloc, le président de la région de Lombardie a déclaré ceci : “Cela va nous permettre d’aller à Rome, de négocier avec le gouvernement avec une force extraordinaire“…

Du côté de ces deux régions, on tente d’éviter les foudres de l’exécutif italien, et de toute l’Union européenne, en affirmant que cette consultation populaire est purement consultative, et que c’est sans commune mesure avec la folle aventure des Catalans. Mais on rappelle que le gouvernement catalan avait aussi au départ argué que son référendum était consultatif, avant de refuser de le reconnaitre publiquement et même de menacer de décréter tout bonnement l’indépendance..

Tout bruit dans le sens de l’autonomie terrifie forcément les autorités centrales car la Lombardie et la Vénétie sont de loin les régions les plus prospères en Italie, elles génèrent un tiers du PIB total du pays. Ce sont également les régions qui ont le moins de dettes et elles commencent à en avoir marre de supporter le fardeau des autres. Certes pour le moment l’unité nationale n’est pas en péril, mais la brèche est ouverte et on ne pourra pas faire l’économie de remous autour de cette affaire et ce, dès les élections législatives de 2018..

par -

Les pays du bassin sud de la Méditerrané et de la région de l’Afrique subsaharienne ont le potentiel de relever les défis du développement social et de la stabilité, en garantissant de nouvelles perspectives de mécanisation de leur agriculture.
C’est le constat fait par les représentants d’organisations et d’institutions internationales, réunis dans le cadre d’un séminaire, tenu samedi 14 octobre 2017 à Bari (sud de l’Italie) sur les défis de l’agriculture en Méditerranée et en Afrique.
La mécanisation agricole en Afrique a été négligée, voire déconseillée pour son impact sur la création d’emplois en milieu rural, révèle une enquête qui a ciblé 11 pays de la région subsaharienne représentant 573 millions d’habitants, soit 23% de la production agricole du continent (chiffre 2017).

Présentée à l’occasion de ce séminaire, tenu en marge de la 5ème édition de la foire biennale dédiée aux machines et technologies pour les chaînes de production agricole ” Agrilevante “, l’étude souligne qu’aujourd’hui, les deux-tiers de la puissance utilisée pour préparer les terres à des fins agricoles en Afrique subsaharienne trouvent leur origine dans la force humaine.
A titre de comparaison, cette force humaine serait utilisée à hauteur de 30 % pour les terres d’Asie du Sud et de 25% concernant celles de l’Amérique latine.

” La mécanisation de l’agriculture africaine représente l’un des grands défis de demain et un élément clef dans le processus de développement des pays du continent africain où 70% de la population vit encore de l’agriculture familiale”, a fait remarquer Joseph Kienzle, representant de la FAO.
Au cours de son intervention, le responsable à la FAO a précisé que la réussite de ce processus de mécanisation passera indéniablement par la mise en place de stratégies intégrées pour chaque pays et par la création d’un environnement favorable à l’entrepreneuriat dans les espaces ruraux.
Il s’agit ” de donner plus d’importance au secteur privé, notamment, la nouvelle génération d’entrepreneurs agricoles, dans l’objectif de créer un environnement favorable à l’entrepreneuriat dans les régions rurales “, a-t-il encore faite savoir.

Pour Luigi Bodria, représentant du Club de Bologne (association internationale active dans le domaine de la mécanisation agricole), “la mécanisation de l’agriculture africaine qui constitue la solution pour résoudre les problèmes des pays du Continent, doit être adaptée à leurs besoins réels “.
La mise en place de programmes de formation, la garantie d’un accès aux crédits, outre la disponibilité des pièces de rechange et l’entretien, sont autant d’atouts qui garantiront la réussite de ce processus “, a-t-il dit.

Le président de la fédération italienne des constructeurs de machines agricoles ” FederUnacoma “, Alessandro Malavolti, a, pour sa part, estimé que la modernisation de l’agriculture représente un choix stratégique pour les pays africains ainsi qu’une nécessité pour les pays européens confrontés à de fortes vagues d’immigration incontrôlée provenant essentiellement de cette région.
“Plutôt que d’ériger des barrières en Europe, nous devons nous efforcer de promouvoir dans ces pays la création de la richesse pour donner une raison de vivre à leurs peuples “, a-t-il affirmé.
Pour en comprendre toute l’importance, il convient de rappeler que la situation est particulièrement grave en Afrique subsaharienne où 22,5% de la population souffre de malnutrition, a fait remarquer Malavoti.

par -

Les exportations tunisiennes vers l’Union européenne (74.5% du total des exportations) ont augmenté de 21.4%, à la fin du mois d’août 2017. Cette évolution est expliquée par la hausse de nos exportations vers certains partenaires européens, tels que l’Italie de 28.6%, l’Allemagne de 26.3% et la Belgique de 11.6%. D’autre part les ventes tunisiennes sont en diminution pour d’autres pays, notamment avec l’Autriche de 11.5% et la Bulgarie de 6.0%. Avec les pays du Maghreb, les exportations ont baissé avec l’Algérie de 17.2% et la Libye de 9.4%. En revanche, nos exportations vers le Maroc ont augmenté de 21.3%.

On remarquera que le solde de la balance commerciale tunisienne est déficitaire de 10068.5MD suite au déficit enregistré avec certains pays, tels que la Chine (-2802.0MD), l’Italie (-1347.7MD), la Turquie (-1181.5MD), la Russie (-876.9 MD) et l’Algérie (-383.2MD). Le 6 août dernier pourtant, l’ancien ministre tunisien du Commerce, Zied Laadhari, déclarait à Africanmanager qu’il avait activé les mesures de sauvegarde avec la Turquie…

par -

Depuis le début de la saison (1er octobre 2016) jusqu’au 8 septembre 2017, les recettes d’exportation des dattes ont enregistré une évolution de 20% par rapport à la même période de la saison précédente, pour se situer à 554,9 millions de dinars (MD) contre 462,5 MD.
Les quantités de dattes exportées au cours de la même période ont atteint 107,5 mille tonnes contre 107,9 mille tonnes au cours de la saison écoulée, selon le ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche.
De même, les quantités de dattes biologiques exportées s’élèvent, au cours de cette saison, à 13,6 mille tonnes.
Le ministère de l’Agriculture a indiqué que le Maroc occupe toujours la première place avec plus de 29,6 mille tonnes de dattes exportées suivi par la France (7,2 mille tonnes), l’Italie (5,8 mille tonnes) et l’Espagne, la Malaisie, l’Indonésie et les Etats-Unis avec des quantités dépassant les 4 mille tonnes chacune.

par -

A l’échelle du globe, d’après l’OCDE, le plus gros investisseur en Afrique en 2015-2016 est la Chine (38,4 milliards $), vient ensuite, à la surprise générale, les Emirats arabes unis (14,9 milliards $). Puis vient l’Italie, premier investisseur européen, avec un total de 11,6 milliards $, au même niveau que les USA (10,4 milliards $). C’est la France, ancienne puissance coloniale et qui avait la main sur une grosse partie du continent jusque il y a peu, qui doit voir rouge.

L’Italie doit cette prouesse à sa compagnie pétrolière nationale, ENI, qui a décaissé à elle seule 70% de ces investissements. La compagnie italienne fait feu de tout bois au large du Mozambique, où d’importantes réserves de gaz naturel ont été découvertes. ENI a également mis le grappin sur l’Egypte, avec la découverte de l’énorme champ gazier méditerranéen de Zohr. Mais l’Italie n’a pas que ce levier, le géant de l’agroindustrie Ferrero (Nutella, Kinder) ou du BTP Salini Impregilo sont également des valeurs sûres en Afrique.

Pour accentuer cette dynamique sur le continent, Rome a accru sa force de frappe en montant cette année un fonds d’investissement baptisé Africa Act. Il est assis sur un pactole de 200 millions d’euros, pour commencer. En effet l’Italie ambitionne de multiplier le capital de départ par 10-20 pour accompagner ses entreprises, notamment son armée de PME, sur le marché africain.

Les pays qui ont investi en Afrique en 2015-16, selon fDi Markets
 2017.

Les compagnies qui ont le plus investi en Afrique en 2015-16, selon l’OCDE.

par -

L’île d’Ischia, au large de Naples, a été touchée par un tremblement de terre de magnitude 4.2 dans la nuit de lundi à mardi, faisant également 25 blessés et de nombreux dégâts. Un «cauchemar» pour cette île très fréquentée par les touristes.

Les secouristes italiens tentent encore mardi matin d’extraire deux enfants en vie prisonniers des décombres du séisme qui a secoué l’île d’Ischia la nuit précédente et qui a déjà fait deux morts.

De magnitude 4,0, il a pris par surprise les habitants et les vacanciers de cette île touristique située dans la baie de Naples (sud de l’Italie).

par -

L’Institut national des statistiques (Istat) a annoncé que l’Italie a enregistré en juin un excédent de sa balance commerciale de 4,5 milliards d’euros, en baisse de 200 millions d’euros par rapport à il y a un an, rapporte Le Figaro.

Sur les six premiers mois de l’année, l’excédent commercial s’élève à 19,1 milliards d’euros. Sans tenir compte des produits énergétiques, il atteint 36 milliards, précise la même source.

par -

Le parlement italien a donné son vert ce mercredi au déploiement d’une mission navale dans les eaux territoriales libyennes, rapporte Reuters.

Rome a précisé que cette mission ne constituera pas une entrave à la souveraineté de la Libye. Elle vise essentiellement à épauler techniquement les garde-côtes libyens dans leur lutte contre le trafic d‘êtres humains.

Les autorités italiennes précisant que la ‘‘zone d’action de la mission sera définie conjointement avec les responsables libyens.

Le top départ donné, le patrouilleur Commando Borsini, dans les eaux territoriales libyennes. Il pourra être secondé par un navire logistique selon l’annonce faite par le ministère italien de la défense mardi. En cas d’attaque, les missions de la mission pourront répondre, mais d’une façon limitée.

Profitant du chaos qui règne en Libye depuis 2011, des trafiquants font passer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l’Italie

Toujours selon Reuters,les autorités italiennes affirment ne pas avoir l’intention de faire ‘‘blocus naval’‘, des organisations de défense des droits de l’homme ne sont pas sans appréhensions cependant concernant cette initiative.

par -

Ibtissem Jebabli, présidente de la commission des Tunisiens à l’étranger, a déclaré vendredi 31 mars 2017, sur Express fm, que le nombre des détenus tunisiens dans les prisons italiennes a atteint les 2000.

« Les membres de la commission se rendront en Italie pour suivre de près ce dossier », a-t-elle souligné.

Concernant la Tunisienne emprisonnée en Guinée, Jebabli a affirmé que la commission va intervenir dans le but de la libérer et la rapatrier en Tunisie.

par -

Le chef d’Etat-major de l’armée de l’air italienne (CEMAA), Enzo Vecciarelli a affirmé, mercredi 22 mars 2017, l’engagement de l’Italie à renforcer sa coopération militaire avec la Tunisie particulièrement en matière de formation et d’entraînement.
Reçu par le ministre de la Défense nationale, Farhat Horchani, le Chef d’Etat-major de l’Aeronautica Militare a également souligné la volonté de son pays d’identifier de nouvelles perspectives de coopération avec la Tunisie.
Au cours de cette rencontre, Viecciarelli a tenu à saluer le rôle important des pays de l’Afrique du Nord, dont en premier lieu la Tunisie, dans le règlement de la situation en Libye.
A ce sujet, Horchani a plaidé en faveur d’un règlement politique en Libye.” Le règlement politique est la meilleure solution pour surmonter la crise dans ce pays. Il s’agit là de la meilleure voie pour rétablir la paix et la stabilité dans la région “, a-t-il dit.
” La Tunisie et l’Italie sont confrontées aux mêmes menaces et aux mêmes défis “, a-t-il indiqué, mettant l’accent, à ce propos, sur la volonté de la Tunisie de renforcer sa coopération avec l’Italie particulièrement en matière de formation et d’échange de visites et d’expertises.

par -

Une convention de coopération entre l’Institut national des sciences et technologies de la mer (INSTM) et l’Institut des maladies animales à Sicile (IZSSI) a été signée, mardi 14 mars 2017, au siège du ministère de l’Agriculture, des ressources Hydrauliques et de la Pêche, rapporte la Tap.
Cette convention stipule la consolidation de la coopération scientifique entre les laboratoires et le lancement de recherches dans le domaine de la qualité des produits de la mer, ainsi que le renforcement de la complémentarité et les échanges d’expertises scientifique et technique.
La convention s’inscrit dans le cadre de l’appui au programme de coopération transfrontalière (lequel s’inscrit dans le cadre du programme européen de voisinage) et du partenariat européen entre l’Italie et la Tunisie (2007-2013), financé par l’Union européenne, à travers le projet “Biotechnologie Marine Vecteur d’Innovation & Qualité (BIOVecQ)”.
Concrètement, les deux établissements pourront, en vertu de cette convention, développer les activités du projet BIOVecQ, notamment en ce qui concerne le recours à de nouvelles méthodes d’analyse, en matière de développement durable du secteur des eaux et d’alimentation, et ce, en Tunisie comme à l’île de Sicile.
L’accord permet, aussi, d’instaurer un système d’accréditation pour un nombre d’analyses, ce qui est en mesure de faciliter l’exportation des produits de la mer.

par -

Le mercredi 08 mars 2017, le fisc italien a en effet ouvert une procédure permettant aux riches étrangers d’installer leur résidence fiscale en Italie en échange de la “modeste” somme de 100.000 euros annuels.

Selon les données rapportées par  Bfmtv, prévue par la loi de finances 2017, cette mesure vise à faire concurrence à des pays comme le Royaume-Uni ou l’Espagne, qui attirent eux aussi footballeurs et chanteurs en adoucissant leur facture fiscale. Ce statut de résident fiscal à impôt forfaitaire pourrait intéresser un millier de contribuables, ce qui lui rapporterait une centaine de millions d’euros rien qu’avec les impôts sur le revenu payés par ces derniers.

par -

Les gardes-côtes italiens ont annoncé le jeudi 02 mars 2017 avoir coordonné les opérations de secours d’environ 970 migrants au large de la Libye, selon l’AFP.

Les migrants secourus jeudi se trouvaient à bord de quatre canots pneumatiques, une petite barque en bois et une plus grande.

Avant ces opérations, l’Italie avait déjà accueilli sur ses côtes plus de 13.400 migrants depuis début janvier, soit une hausse de 47% par rapport à 2016 et de 70% par rapport à 2015, même si toute comparaison sur quelques semaines reste délicate, a précisé la mime source.

par -

Deux Tunisiens, dont l’un est susceptible d’avoir eu des contacts avec l’auteur de l’attentat au camion-bélier de décembre dernier à Berlin, ont été expulsés d’Italie samedi 25 février 2017, a annoncé Lefigaro, citant le ministère italien de l’Intérieur.

Il s’agit d’un Tunisien de 44 ans, dont le numéro de téléphone était enregistré dans les contacts du mobile de l’attaquant de Berlin, le Tunisien Anis Amri et d’un homme de 34 ans ayant montré un intérêt pour des activistes de l’Etat islamique. Ce dernier n’excluait pas la possibilité de se rendre en Syrie, a ajouté le ministère.

Anis Amri a fait 12 morts à Berlin le 19 décembre dernier en fonçant sur la foule qui se trouvait à un marché de Noël dans la capitale allemande avant d’être tué quatre jours plus tard par la police italienne près de Milan. Le ministère italien de l’Intérieur précise savoir expulsé 147 personnes soupçonnées d’extrémisme religieux depuis janvier 2015.

par -

Nebil Akrimi, l’avocat du neveu du chef de l’Etat, Mohamed Sadreddine Caïed Essebsi, est monté au front ce samedi 18 février, sur Mosaïque FM, pour faire la lumière sur cette sombre affaire de factures impayées en Italie, qui aurait entrainé une condamnation de deux ans, d’après le journal Correire della Sera. Me Nebil Akrimi a affirmé que la justice italienne n’a pas encore prononcé de jugement sur ce dossier.
Il a ajouté que la peine de deux années de prison a effectivement été demandée par le ministère public mais que le tribunal n’a pas encore rendu son verdict.
L’avocat a également déclaré que son client a transmis à la justice les éléments de preuve attestant que les factures ont été réglées…

Le meilleur des RS

Dans un récent statut sur sa page officielle, l’économiste Ezzeddine Saidane dit «Non, ce n’est pas vrai, il n’y a pas de reprise économique»....

INTERVIEW

Le président de la Conect (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), Tarek Cherif, a accordé à Africanmanager une interview exclusive dans laquelle il a...

AFRIQUE

Pour la première fois, un évènement spécialisé dans les échanges commerciaux entre les entreprises Chinoises et Marocaines ouvrira ses portes du 20 au 22...

Reseaux Sociaux

SPORT