Tags Posts tagged with "italie"

italie

par -

Les dirigeants des pays de l’Union européenne ont finalement, après bien des remous, paraphé un accord sur la gestion des flux de migrants devenue l’une des questions les plus brûlantes pour les Européens. Très schématiquement, ce texte signé jeudi 28 juin 2018 très tard dans la soirée demande à chacun de prendre sa part dans la misère qui déferle quotidiennement sur les côtes européennes. Mais manifestement l’UE n’est pas au bout de ses peines, car chaque Etat entend mettre ce qu’il veut dans cet accord.

Les leaders des quatre pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République Tchèque et Slovaquie), et ce n’est pas nouveau, refusent de faire le moindre effort pour accueillir les migrants ; ils ont même demandé carrément dans la matinée d’enterrer le principe de la solidarité imposée à tous, avec des quotas, qui a pourtant été affirmé hier soir ! Le Hongrois Victor Orban a enfoncé le clou en déclarant : “Il est clair que la relocalisation des migrants ne pourra pas s’effectuer sans l’accord préalable et le consentement des pays concernés. Ainsi la Hongrie restera un pays hongrois et ne deviendra pas un pays de migrants“, rapporte l’AFP.
Son homologue slovaque Peter Pellegrini embraye : “En ce qui concerne les quotas volontaires, je serai très prudent“.

Et comme pour définitivement torpiller l’accord, le ministre de l’Intérieur et vice-Premier ministre italien, Matteo Salvini, a lâché ce vendredi 29 juin que les ports italiens seraient inaccessibles “tout l’été” pour les ONG qui portent assistance aux migrants en Méditerranée. “Les ONG verront l’Italie seulement en carte postale“, a indiqué fièrement le leader de la Ligue, une formation d’extrême droite. Une position que ne renie pas ses “alliés” d’Europe de l’Est. Tout cela pour dire à ceux qui en doutaient que l’arrivée des populistes et de la droite en Italie rebat complètement les cartes de la politique d’immigration européenne, l’Italie étant le premier pays d’accueil, avec la Grèce…

par -

L’ambassadeur italien à Tunis, Raimondo De Cardona, a été reçu en audience lundi 04 juin 2018 au ministère des Affaires étrangères pour lui transmettre l’étonnement profond de la Tunisie suite aux déclarations faites par le nouveau ministre italien de l’Intérieur, Matteo salvini.
Ce dernier avait indiqué dimanche 03 juin 2018 lors d’un déplacement en Sicile que la Tunisie, le pays libre et démocratique, n’envoie pas des gens honnêtes en Italie mais souvent et volontairement d’anciens prisonniers.
Dans un communiqué, le ministère souligne que ces déclarations ne reflètent pas le niveau de la coopération entre les deux pays dans le domaine de la migration. Les propos du nouveau ministre italien dénotent d’une méconnaissance des différents mécanismes de coordination établis entre les services tunisiens et italiens en charge de la lutte contre la migration irrégulière, selon la même source.
Le département réaffirme, dans son communiqué, le souci de la Tunisie d’œuvrer avec le nouveau gouvernement italien à consolider les relations d’amitié et de coopération stratégique entre les deux pays.
A la suite de la publication de ce communiqué, l’ambassadeur italien a contacté le département pour transmettre les clarifications du ministre italien qui l’a chargé de préciser que ses déclarations ont été sorties de leur contexte, affirmant son engagement à développer la coopération avec la Tunisie dans ses domaines de compétence.

par -

Il n’y a pas que les immigrés clandestins d’Italie qui ont du souci à se faire avec l’arrivée au pouvoir des populistes et de l’extrême droite en Italie, il y a l’Union européenne aussi. En effet parmi les bonnes idées du Mouvement 5 Étoiles et de la Ligue du Nord il y a l’émission d’une monnaie parallèle à l’euro. cette affaire a même fait l’objet d’un contrat entre les deux formations politiques à la tête du pays, selon le site d’infos RTL.

On a appris que cette étrange monnaie porte le nom de “mini-BOT” (Buoni Ordinaro del Tresorio, en italien, qui signifie bons du trésor) et qu’elle pourrait très bien voir le jour prochainement, avec des titres en papier. Il y aurait des BOTS d’une valeur de 1 euro, des BOTS de 10 euros, de 50, de 100 et même de 500, le même principe que les billets de banque. Le gouvernement pourrait l’utiliser pour régler la facture des prestations sociales. Il pourrait aussi servir à financer le futur revenu universel, un projet porté par la nouvelle alliance.
Les citoyens pourraient également payer leurs impôts avec les BOTS et les entreprises privées pourraient aussi encaisser la nouvelle monnaie, avec laquelle elles pourraient régler leurs taxes.

Pour faire simple, ce serait une sorte de come-back de la lire, avec un taux de change vis-à-vis de l’euro. On parle d’une émission, pour commencer, de 70 milliards d’euros de BOTS. Avec ce pactole, l’État italien aurait les coudées franches pour dépenser un maximum, ce que le cadre très rigide des accords de Maastricht ne lui permet pas. Le populisme ça mène aussi à ça, pour fidéliser les clients-électeurs…

par -

L’euro remonte face au billet vert lundi, repassant la barre de 1,17 dollar, alors qu’en Italie un ancien du FMI, Carlo Cottarelli, qui plaide en faveur de l’austérité budgétaire, est pressenti pour former un gouvernement après le renoncement de Giuseppe Conte.
Vers 06H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,1724 dollar, contre 1,1651 dollar, le 25 mai 2018 à 21H00 GMT. La devise européenne était tombée en séance à 1,1647 dollar, son plus bas niveau face au billet vert depuis le 13 novembre dernier, selon Boursorama.

par -

La France vient de perdre son statut de premier fournisseur commercial de la Tunisie en 2017 au profit de l’Italie, d’après les derniers chiffres du Fonds Monétaire International (FMI).
En effet, les importations en provenance de l’Italie ont repris en 2017 avec 3,16 milliards de dollars d’importations vers la Tunisie tandis que celles en provenance de la France ont stagné par rapport en 2016 à hauteur de 3,04 milliards de dollars, selon l’observatoire Tunisien de l’économie.
Parmi les cinq premiers fournisseurs commerciaux de la Tunisie en 2017, on distingue trois tendances. Une première tendance baissière entre 2010 et 2017 pour les deux premiers fournisseurs, la France et l’Italie. En effet, les importations en provenance de France et d’Italie ont régressé respectivement de 28% et 18% entre 2010 et 2017.
Une deuxième tendance stagnante pour l’Allemagne avec des importations en provenance d’Allemagne en légère baisse de 4%. Et enfin, une troisième tendance haussière pour la Chine et la Turquie. En Effet, les importations en provenance de Chine et de Turquie ont augmenté respectivement de 37% et 51% entre 2010 et 2017.
La Chine a même dépassé l’Allemagne en 2014, devenant ainsi le troisième fournisseur commercial de la Tunisie, bien loin encore de la France et de l’Italie.
Depuis l’indépendance, la France de par ses liens historiques a toujours été le premier fournisseur commercial de la Tunisie.

par -

Une délégation d’entreprises Tunisiennes participera à la 22ème édition d'”ECOMONDO/KEYENERGY” 2018, le plus important Salon dans le domaine des technologies pour l’environnement et les énergies renouvelables, qui se tiendra, du 6 au 9 Novembre 2018 à Rimini, en Italie, selon l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII).
Des rencontres d’affaires B2B seront organisées en marge du salon, qui représente un rendez-vous international de référence pour les nouveaux modèles de l’économie circulaire dans le bassin méditerranéen.
Cette mission organisée par l’agence italienne de consulting, “Hemispheres WBD”, en collaboration avec l’APII, a pour but d’établir des rencontres d’affaires, sur la base des profils et des propositions de coopération reçus, entre les industriels Tunisiens et leurs homologues Italiens et internationaux.
Cette mission concerne les entreprises opérant dans plusieurs secteurs dont la valorisation, la récupération et le recyclage des déchets, les équipements et installations pour le traitement de l’eau, de l’air et des déchets, l’industrie chimique et pharmaceutique, l’industrie du pétrole et du gaz, l’Industrie alimentaire et agriculture, l’énergie solaire, les distributeurs et les grands installateurs de centrales d’énergie éolienne et l’industrie textile.

par -

L’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) organise en collaboration avec la société italienne “Hemispheres WBD”, la participation d’une délégation d’entreprises tunisiennes aux rencontres d’affaires B2B qui seront organisées en marge du salon “ECOMONDO”, et ce du 06 au 09 novembre 2018 à Rimini en Italie, indique un communiqué.

ECOMONDO 2018 est le rendez-vous international de référence pour les nouveaux modèles de l’économie circulaire dans le bassin méditerranéen. C’est le
plus important salon dans le domaine des technologies pour l’environnement et les énergies renouvelables.

par -

Plusieurs sociétés italiennes connues à l’échelle internationale, dont le constructeur automobile FIAT et le groupe ” Marzotto ” spécialisé dans le secteur du textile ont exprimé leur volonté d’investir en Tunisie, qui constitue un site attrayant pour les investisseurs italiens, a annoncé l’Ambassadeur d’Italie à Tunis Lorenzo Fanara, au cours de sa rencontre, jeudi, avec le ministre de l’industrie et des petites et moyennes entreprises, Slim Feriani. “Mazzotto envisage d’investir dans un projet qui devra employer 5 mille personnes“, a encore indiqué le diplomate .
Pour sa part, Feriani a souligné que la Tunisie offre d’importantes opportunités d’investissement dans plusieurs secteurs industriels, tels que le textile et l’industrie des composants automobiles. Le gouvernement a adopté plusieurs mesures afin d’impulser l’investissement, booster l’exportation et consolider les secteurs prometteurs, a ajouté le ministre.
Il a également passé en revue les grandes orientations adoptées afin d’améliorer le climat d’investissement à travers le développement des législations et l’adoption de plusieurs facilitations et incitations en vue d’attirer les investisseurs et permettre à la Tunisie de devenir un pôle économique.
A noter que l’Italie est le deuxième partenaire commercial de la Tunisie, après la France et le troisième investisseur étranger en Tunisie avec 469 sociétés opérant dans le domaine industriel.

par -

La Société Tunisienne d’Electicité et de Gaz (STEG) vient de signer des contrats d’ingénierie, approvisionnement et construction (EPC) et d’un contrat additionnel pour un montant d’environ 700 millions de dinars (240 millions d’euros) avec l’entreprise italienne Ansaldo Energia, pour la construction d’une centrale thermoélectrique d’une puissance installée de 625 MW, à Mornaguia, au sud-ouest de Tunis, a annoncé le constructeur italien, vendredi, 27 avril 2018.
Le contrat signé avec l’entreprise italienne porte sur la construction d’une centrale thermoélectrique à cycle combiné alimentée au gaz de 625 MW en plus d’un contrat de maintenance à long terme pour l’entretien et l’assistance des installations.

La centrale sera équipée de deux turbines à gaz modèle AE94.3A avec les générateurs et systèmes auxiliaires correspondants, construits dans les installations de production d’Ansaldo Energia à Gênes. Les travaux prendront 22 mois à compter de la réception de l’ordre d’exécution.
”Cette nouvelle commande est le résultat d’un travail d’équipe concerté impliquant l’ensemble de l’entreprise”, a déclaré Giuseppe Zampini, directeur d’Ansaldo Energia, cité dans le site web de l’entreprise.
“Je tiens à remercier les institutions gouvernementales impliquées pour leur soutien constant et efficace à la défense de l’industrie italienne sur les marchés internationaux”, a-t-il dit.

Ansaldo Energia a développé plusieurs projets énergétiques en Tunisie : elle a construit les usines de Sousse C et de Sousse D dans la région de Sidi Abdel-Hamid et l’usine de Rades B, et elle coordonne les travaux de maintenance de l’usine de Ghannouch.
L’entreprise a qualifié le contrat, vendredi, selon la même source, de “grand succès”, précisant que les contrats signés avec la STEG sont pour la réalisation d’une centrale de production d’électricité et pour les activités afférentes de service à long terme.
Par ailleurs, l’agence TAP n’a pas pu joindre aucun responsable de la STEG pour obtenir plus de détails et commentaires sur ces contrats.

par -

«Un homme de nationalité tunisienne, identifié comme Akram Baazaoui, est montré escorté dans une voiture de police alors qu’il quittait le siège de la police à Latina, en Italie, jeudi 29 mars 2018. Cette prise ferait suite à l’arrestation par la police italienne de cinq personnes liées à Anis Amri, le Tunisien qui a effectué l’attentat de camion de marché de Noël de Berlin en 2016 et qui a ensuite été tué lors d’une fusillade avec la police en Italie. Dans un communiqué jeudi, la police a déclaré que l’un des cinq aurait acheté les faux papiers d’identité italiens qui ont permis à Amri de se déplacer en Europe”. C’est ce que rapporte «The Gazette», sur la foi de l’agence italienne d’information ANSA, via l’Associated Press.

par -

Une délégation de la caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) effectuera au cours de la semaine prochaine une visite à la province de Raguse, dans l’île de Sicile, en Italie pour régulariser la situation de quelques travailleurs tunisiens résidents dans cette région et ce, en coordination avec les services de sécurité sociale italiens, a indiqué vendredi le secrétariat d’Etat chargé de la migration et des Tunisiens à l’étranger dans un communiqué.

La même source a ajouté que tous les dossiers des travailleurs tunisiens résidents dans cette région seront examinés afin de leur permettre de bénéficier de tous leurs droits et profiter de leurs allocations familiales.

Depuis le mois de janvier 2018, 20% de ces dossiers ont été examinés et il a été convenu avec les autorités italiennes de régulariser la situation des travailleurs restants dans les plus brefs délais, selon le communiqué.

L’objectif étant de protéger les droits économiques et sociaux des Tunisiens vivant à l’étranger pour garantir leur dignité dans les pays d’accueil“, a souligné la même source.

par -

Une centaine de dirigeants d’entreprises italiennes opérant dans des secteurs à forte valeur ajoutée ont pris part au séminaire sectoriel “La Tunisie, Destination privilégiée pour les IDE italiens et HUB Régional en Afrique“, tenu, jeudi 22 février 2018, au Château de Parella au Nord de Turin, en Italie.
Cet événement s’inscrit dans le cadre de la promotion de la Tunisie comme destination attractive pour les investissements directs étrangers, notamment italiens, selon un communiqué du bureau de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA) à Milan.
La nouvelle loi sur l’investissement entrée en vigueur le 1er Avril 2017 et les opportunités d’investissement en Tunisie dans les secteurs porteurs et à forte valeur ajoutée ont été présentées à l’occasion de conclave. Un débat et des témoignages d’entreprises italiennes implantées en Tunisie, dont Tecno System et Leva Spa, ont été également programmés pour présenter les expériences dans le site tunisien.
Les interventions thématiques ont permis aux opérateurs italiens de mieux comprendre le climat des affaires en Tunisie et de faire le point sur les opportunités existantes dans les domaines d’intérêt et une visibilité plus claire sur les potentialités du site Tunisie en tant que HUB et plateforme régionale vers les marchés africains.
Cette journée, organisée par la FIPA-TUNISIA à travers son bureau à Milan et KF Partners, a été animée par les interventions de l’ancien ministre des Finances et président d’honneur de la Tunisian Africain Business Council, Jaloul Ayed, le président de la Chambre tuniso-italienne de commerce et d’industrie, Mourad FRADI et la représentante de FIPA-Tunisia à Milan, Thouraya Khayati.
La participation officielle italienne a été représentée par la Chargée des Affaires Internationales et Coopération au sein du Cabinet de la Présidence du Conseil Régional du Piémont, Giulia MARCON et d’autres personnalités italiennes.

par -

Dans une vidéo publiée dimanche 11 février 2018, sur les réseaux sociaux, et même par les médias italiens, on voit une soixantaine d’immigrants clandestins tunisiens mettre le feu, le week-end dernier, à un centre d’hébergement pour migrants dans la ville de Trapani, en Sicile après des heurts avec 10 agents de sécurité. Trois gardes ont été blessés…

par -

Le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, Khaled Kaddour, a annoncé vendredi 9 février 2018 que le gouvernement et l’Italie ont entamé un nouveau round de négociations à propos de l’éventuelle reconduction de l’exploitation de la partie du pipeline Transmed (gazoduc de transport du gaz naturel de l’Algérie vers l’Italie) qui traverse le territoire tunisien et l’identification d’un cadre permettant sa ré-exploitation, relate le site de langue arabe “Al Alam Al Ikhbari“.

Pour sa part, le groupe pétrolier italien “ENI” a réitéré la volonté du gouvernement de Youssef Chahed d’entamer les négociations afin de parvenir à un accord-cadre garantissant les intérêts de toutes les parties.

Le Transmed, qui s’étend sur une longueur de 400 kilomètres à travers le territoire tunisien, a permis le transport de 12 milliards de mètres cubes de gaz naturel.

Le pipeline permettra à la Tunisie de récolter des bénéfices estimés à 473,8 millions de dinars (MDT) en 2018, contre 440 MDT enregistrés en 2017.

A noter que les deux parties ont exprimé leur volonté de poursuivre la coopération, formulant le souhait de la renforcer, notamment dans le domaine du transport du gaz naturel algérien après septembre 2019.

par -

Le petit mais non moins riche émirat du Qatar s’achète des armes à tour de bras depuis que ses voisins, entrainés par l’Arabie saoudite, se sont mis en tête de couper les ponts avec lui et de le mettre dans un coin où personne n’ira le chercher. Depuis le 05 juin 2017, date à laquelle la clique pilotée par Riyad s’est liguée contre elle, pour cause, dit-on, de soutien aux groupes terroristes et collusion avec l’ennemi (l’Iran), Doha a signé une kyrielle de contrats d’un montant total de 20 milliards d’euros (25 mds de dollars).
Bien que les dépenses en matière de défense du Qatar soient en hausse depuis plusieurs années, le pic récent semble être directement lié à la crise“, a confié à l’AFP David Roberts, professeur au King’s College de Londres,

Dès que la querelle de voisinage a commencé, Doha a cassé sa tirelire pour des avions de chasse F-15, fabriqués par les USA. Rebelote en décembre 2017, mais cette fois du côté de la France, lors du voyage du président Emmanuel Macron ; l’émirat gazier a jeté son dévolu sur 12 avions de combat Rafale. A ajouter à sept navires de guerre italiens, que le Qatar recevra prochainement et le début de pourparlers pour acquérir les fameux systèmes russes de défense antiaérienne S-400, que le redoutable voisin, l’Arabie saoudite, a déjà !

Pourtant objectivement le Qatar n’a pas de raisons d’avoir peur, en effet la plus grande base américaine du Moyen-Orient, al-Udeid, s’y trouve, avec une petite armée, quelque 10.000 militaires, tout de même. En plus Doha ne va pas en rester là, il veut également recevoir la marine de guerre américaine, a fait savoir son ministre de la Défense, Khaled ben Mohamed al-Attiya. La Turquie, qui a aussi une base militaire dans le coin, pourrait y envoyer des forces maritimes.

Jusqu’à 2013, le Qatar décaissait près de 3 milliards de dollars (2,4 mds d’euros) chaque année pour sa défense, d’après l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm. Mais effrayé par le brusque virage de ses voisins, les dépenses militaires s’emballent. “Il y avait une crainte que les premières mesures économiques et diplomatiques imposées au Qatar le 5 juin soient le prélude à une intervention militaire“, indique Kristian Ulrichsen, analyste du Golfe à l’Institut Baker de l’Université Rice aux Etats-Unis.

par -

Un nouveau projet baptisé “MENTOR- Mediterranean Nework for Training Orientation to Regular migration ” a été lancé par la ville de Milan afin d’accompagner les jeunes tunisiens à réaliser leurs projets de travail, tout en améliorant l’accès aux voies de la migration légale.
Le projet MENTOR est le fruit d’un partenariat entre la Municipalité de Milan, la ville de Turin, l’Agence pour l’Emploi de la Région Piémont, en collaboration avec l’association ” Anolf Piemonte Tunisie “. Il est cofinancé par l’Union européenne, à travers l’ICMPD, grâce à l’instrument financier des partenariats pour la mobilité (MPF).
Selon les initiateurs de ce projet, 10 jeunes (filles et garçons) de la zone du Grand Tunis, âgés de 20 à 30 ans, qui répondent aux critères de sélection et ont des idées de projet, bénéficieront d’une expérience de mobilité temporaire en Italie.

Le projet MENTOR se déroulera en trois phases : la première commence avec le lancement de l’appel à candidature qui restera ouvert jusqu’au 31 janvier. Dans la deuxième phase, 10 jeunes stagiaires parmi ceux qui ont postulé seront sélectionnés pour partir vers l’Italie et suivre un stage de 3 mois dans une entreprise.
Ce projet prend en charge les frais de voyage et de subsistance jusqu’à la fin du stage. En troisième lieu, les stagiaires rentreront en Tunisie pour réaliser leur projet personnel ou leur projet d’entreprise en Tunisie avec un accompagnement étudié sur mesure et une petite contribution financière soutenue par MENTOR.
L’objectif de cette initiative est d’éloigner les jeunes des risques de la migration irrégulière et de renforcer leurs compétences pour améliorer leurs chances d’accéder au marché du travail dans leur pays de provenance, après avoir bénéficié d’une formation et d’une expérience professionnelle en Italie. Elle a pour but également de promouvoir l’information sur la migration légale circulaire et temporaire vers l’Italie soit des jeunes, soit des conseillers d’emploi des territoires cibles

En Tunisie, le projet compte sur la coopération des nombreux acteurs locaux, notamment: la Municipalité de Tunis, le Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi (MFPE), l’Agence Nationale Pour l’Emploi et le Travail Indépendant (ANETI) l’Office des Tunisiens à l’Etranger (OTE), l’Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle (ATFP), l’Agence Tunisienne de Coopération Technique (ACTC), l’Observatoire National de la Jeunesse (ONJ), la ChambreTuniso-Italienne de Commerce et d’Industrie ( CTICI) le Campus Universitaire de la Manouba et la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT).

par -

Le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Angelino Aflano, a réaffirmé mardi l’engagement de l’Italie à se tenir aux côtés de la Tunisie pour lui permettre de réaliser le développement socio-économique escompté.
” Au cours de la prochaine réunion des ministres européens des Affaires étrangères prévue le 22 janvier 2018, l’Italie va exposer sa vision concernant les moyens à même de permettre à l’Europe d’apporter un appui politique et économique à la Tunisie “, a-t-il déclaré à l’issue de sa rencontre avec le président de la République, Béji Caïd Essebsi.
” L’Italie va également appeler les pays européens à sous-tendre les efforts du gouvernement tunisien, afin de lui permettre de poursuivre ses profondes réformes structurelles et de surmonter les difficultés conjoncturelles qu’il traverse “, a-t-il ajouté.

Tout en se félicitant de l’évolution de la coopération étroite entre l’Italie et la Tunisie en matière de lutte contre la migration irrégulière et de lutte contre le terrorisme, Alfano a fait état de la convergence des vues des deux pays concernant les questions régionales, dont en premier lieu la crise en Libye, mettant l’accent sur l’engagement des deux pays à appuyer les efforts du chef de la Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL) pour aboutir à un règlement politique constant et garantir la stabilité escomptée dans ce pays et dans le bassin méditerranéen.
De son côté, le président de la République a souligné l’engagement de la Tunisie à user de tous les moyens pour mener à terme les grandes réformes économiques qu’elle a engagées, particulièrement en ce qui concerne la réduction des disparités régionales, la création de postes d’emploi aux jeunes et la réalisation de ses revendications urgentes.
” Pour ce faire, la Tunisie compte sur ses propres moyens, mais aussi sur l’appui de ses amis dont en particulier les pays du voisinage européen “, a-t-il dit.

par -

Le directeur de l’Agence italienne pour la coopération internationale (AICS) Flavio Lovisolo, a exprimé la volonté de son institution de continuer son appui à la Tunisie afin qu’elle puisse concrétiser ses programmes de développement.
Au cours d’un entretien tenu, vendredi, entre le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale Zied Ladhari, le responsable italien a évoqué la coopération entre la Tunisie et L’agence italienne , outre le programme de coopération 2017/2020 qui prévoit la mobilisation de 165,5 millions d’Euros pour le financement de projets de développement régional , l’éducation l’énergie l’emploi et des aides techniques.
Pour sa part, Laadhari a exprimé sa satisfaction pour l’excellence du niveau de la coopération entre la Tunisie et l’Italie, mettant l’accent sur l’importance de coordonner les efforts de toutes les parties concernées afin de garantir une concrétisation efficiente des programmes et projets, précise un communiqué du ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale publié, vendredi.

par -

Un accord de partenariat et de coopération a été signé mardi à Rome entre l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) et son homologue italienne.
Signé conjointement par le président de l’INLUCC, Chawki Tabib et son homologue italien, Rafael Cantone, cet accord vise à favoriser la coopération entre les Instances tunisienne et italienne en matière de mise en application des différents points prévus par la Convention des Nations Unies contre la corruption.
Dans une déclaration à la presse, Chawki Tabib a mis l’accent sur la volonté de la Tunisie de tirer profit de l’expérience avant-gardiste de l’Italie en matière de lutte contre les réseaux de corruption opérant sous forme de bandes organisées.

” L’Agence italienne de lutte contre la corruption est un organisme pionnier dans son domaine. Son efficacité est particulièrement reconnue à l’échelle internationale “, selon un communiqué de l’INLUCC.
Cet accord a été paraphé quelques jours après la signature par l’INLUCC d’un accord similaire avec son homologue française.
La dynamisation des relations avec les pays de l’Union européenne en matière de lutte contre la corruption intervient à la suite de la décision européenne d’inclure la Tunisie dans la liste noire des paradis fiscaux.
La signature de ces accords vient donner ” un signal très fort ” quant à la volonté de la Tunisie d’être agissante en matière de lutte contre la corruption et une preuve supplémentaire que son inscription par l’Union européenne sur la liste noire des pays considérés comme paradis fiscaux n’est qu’une ” injustice criante “, lit-on dans le même communiqué.

par -

L’Italie va choyer le Niger, et pas peu. Le ministre italien des Affaires étrangères, Angelino Alfano, qui était jeudi dernier à Niamey pour les besoins de l’inauguration officielle de l’Ambassade (la première au Sahel), a fait savoir que 40% de l’aide que son pays réserve au continent africain seront versés au Niger, rapporte l’Agence Ecofin. Pour lui, c’est une façon de dynamiser les relations entre les deux pays.
Au menu également «une journée de présentation du pays aux entrepreneurs italiens», a confié le ministre.

A noter que le déplacement du patron de la diplomatie italienne intervient peu après la décision de Rome d’envoyer 470 militaires pour épauler les Nigériens dans la sécurisation de la zone et la maitrise de la migration irrégulière. «L’Italie est prête, dans le respect de la souveraineté, à déployer tous les moyens nécessaires pour renforcer cette sécurité» a indiqué Alfano. «Nous sommes convaincus que la sécurité au Niger signifie la sécurité en Méditerranée», a-t-il ajouté.

Les liens entre les deux nations sont très solides. En juin dernier, l’Italie a décaissé 32 milliards de Fcfa pour aider le Niger à sécuriser ses frontières. A ajouter aux 100 millions d’euros que l’Italie a promis lors de la table ronde, le 14 décembre 2017, pour financer le Plan de développement…

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

La Côte d'Ivoire et le Niger veulent booster les voies de transport et de communication communes. C'est ce qui ressort des échanges ce mardi...

Reseaux Sociaux

SPORT