Tags Posts tagged with "Jeunesse"

Jeunesse

par -

Plus de 400 représentants de la jeunesse, du monde des affaires, des professionnels de l’éducation et de décideurs politiques en provenance de 44 pays, de tout le continent africain, ainsi que des partenaires européens ont appelé à améliorer les perspectives d’emploi des jeunes à travers l’éducation orientée vers le travail et le développement des compétences. L’appel a été lancé lors de la conférence « Africa Talks Jobs » (www.AfricaTalksJobs.Africa) (ATJ – l’Afrique parle d’emploi) qui vient de s’achever et qui a eu lieu au siège social de la Commission de l’Union africaine (CUA) à Addis-Abeba. Les recommandations définies lors de la conférence seront présentées lors du 5eme Sommet de l’Union Africaine et de l’Union Européenne (UA-UE) qui auront lieu prochainement à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Les recommandations réclament au monde des affaires africain de veiller à ce que ses membres s’engagent davantage à offrir des opportunités de développement des compétences, ainsi que des offres conjointes avec les institutions d’enseignement supérieur. Les gouvernements doivent fournir le cadre de travail nécessaire, ainsi que les conditions favorables aux jeunes entrepreneurs. Parallèlement, l’éducation – à tous les niveaux – et les activités destinées à la jeunesse doivent mieux répondre aux demandes du marché, et doter les jeunes des compétences leur permettant de démarrer leurs propres entreprises. Le communiqué inclut également un appel à garantir la reconnaissance des diplômes et autres qualifications sur tout le continent afin de permettre la mobilité de travail. Les recommandations ont été remises à la Commissaire de l’AU en charge des ressources humaines, des sciences et des technologies – la Professeure Sarah Anyang Agbor – et au Responsable de la Délégation européenne – Ranieri Sabatucci – qui les soumettront lors du 5eme Sommet UA-UE en Côte d’Ivoire.

Sous les auspices de Business Africa, 120 entreprises et associations commerciales africaines se sont également engagées à investir dans le développement de compétences et dans des partenariats avec les institutions d’enseignement supérieur pour la formation et l’éducation en matière de compétences professionnelles. Sarah Agbor, la Commissaire de la CUA a prôné l’engagement du monde des affaires auprès des jeunes et a exigé que davantage d’entreprises suivent l’exemple afin que « Africa Talks Jobs » (l’Afrique parle d’emploi) devienne « Africa Makes Jobs » (l’Afrique crée de l’emploi).

La conférence a été organisée au siège social de la Commission de l’Union africaine (CUA) par la CUA, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) (www.NEPAD.org/fr) et l’organisation cadre du continent pour le secteur privé – Business Africa. Pour soutenir l’implication du monde des affaires, la CUA, le NEPAD et Business Africa ont signé une déclaration d’engagement pour encourager le rôle du monde des affaires dans des partenariats avec l’éducation et la création d’emplois.

La conférence a été soutenue par l’Union européenne et l’Allemagne. Stefan Oswald, Directeur de l’Afrique subsaharienne du Ministère allemand en charge de la coopération et du développement, a fait remarquer que « les emplois sont principalement créés par le secteur privé, et non par les gouvernements. C’est pourquoi nous applaudissons l’engagement du monde des affaires. Il s’agit d’un important changement de paradigme ». Ranieri Sabatucci, responsable de la Délégation européenne, a souligné : « Nous devons écouter la jeunesse. Travailler pour elle n’est pas suffisant, nous devons travailler avec elle ».

La jeunesse a joué un rôle important dans le développement des recommandations et a représenté plus de la moitié des participants à la conférence. Parmi eux, 36 membres ont été sélectionnés parmi plus de 7 500 postulants africains et européens pour l’Initiative « AU-EU Youth Plugin » (Connecter la jeunesse de l’UA-UE). L’initiative AU-EU YPII est un programme destiné à impliquer la jeunesse dans l’élaboration d’un agenda pour les jeunes devant être avalisé lors du 5eme Sommet UA-UE à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

par -

La Fondation BIAT pour la Jeunesse, la structure caritative qui œuvre à promouvoir les initiatives des jeunes, s’apprête à lancer un projet pour renforcer son implication dans la culture. Le projet est en phase d’étude et cible l’écosystème en Tunisie et ses besoins : “Nous ne voulons pas reprendre ce qui a été déjà fait… mais être complémentaire à ce qui a été déjà réalisé et ce, afin de garantir un meilleur positionnement“. C’est ce qu’a indiqué Héla Hana Garnaoui, directrice de la communication à la Fondation BIAT, dans une déclaration ce mardi à Africanmanager. Une fois l’étude préliminaire achevée, la fondation BIAT lancera officiellement ce projet et entamera l’étape de recherche de partenaires.

L’objectif est de valoriser le patrimoine existant, soutenir la création et la diversité culturelle et, in fine, transmettre l’identité tunisienne aux jeunes générations. “Nous voulons aussi accompagner les nouvelles générations des jeunes acteurs dans leurs projets et les accompagner vers l’excellence“, a-t-elle dit. 

Créée en 2014, la Fondation a également choisi d’agir simultanément sur les plans éducatif et entrepreneurial. Elle s’appuie aussi sur l’éducation afin de favoriser l’accès pour tous à un enseignement de qualité, de faciliter la mise à niveau des infrastructures éducatives publiques et de transmettre les valeurs d’excellence.

En effet, pour la rentrée scolaire 2017-2018, la Fondation BIAT a distribué 10.000 cartables aux enfants inscrits dans des écoles de milieux ruraux répartis sur 104 écoles de toute la Tunisie, à comparer à la distribution de 5 mille cartables dans 55 écoles durant la rentrée scolaire 2016-2017. “Une centaine de bénévoles ont été mobilisés pour préparer et par la suite distribuer les cartables”, a confirmé la responsable.

par -

Le député Mohamed Troudi a proposé ce mercredi 30 novembre de changer l’appellation du ministère de la Jeunesse et des Sports et de le nommer ministère de la Gestion des Affaires des Jeunes. Comme justification, le député a indiqué que le rôle de ce département est de définir les stratégies claires par rapport à ce secteur déterminant. Lors de la séance plénière consacrée à l’examen du budget du ministère de la Jeunesse et des Sports, il a indiqué que la jeunesse tunisienne a le sentiment d’être en prison étant donné que les initiatives dans sa direction n’ont pas dépassé le stade des symboles et des titres politiques.

par -

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a souligné que le gouvernement d’union nationale “s’emploiera lors des trois prochaines années à former une nouvelle génération de jeunes associés à la prise de décisions, présents à tous les niveaux politique et économique, et ce en étant à l’écoute de leurs préoccupations et en instaurant le climat propice leur permettant de libérer leurs énergies et de bâtir la Tunisie de demain”.
A l’occasion du lancement samedi des tribunes de dialogue sociétal à la maison des jeunes de Khaznadar au Bardo, Youssef Chahed a reconnu que “les jeunes tunisiens vivent une situation difficile et affrontent plusieurs problèmes par manque de communication et de leur absence des centres de prise de décisions, au niveau de la vie politique, des partis et des organes de presse”.
“Parmi les objectifs du dialogue sociétal sur les questions de jeunesse est d’informer les décideurs des préoccupations des jeunes”, a-t-il affirmé.
“La conception que se fait le gouvernement d’union nationale à ce sujet est de créer une nouvelle génération de jeunes dans les différents domaines capables de prendre la relève en leur offrant les conditions propices afin d’épanouir leurs talents”, a-t-il précisé.
Il a rappelé que le gouvernement a proposé dans le cadre du budget 2017 la création d’un fonds spécial pour les jeunes dans les différentes régions du pays d’un montant de 250 millions de dinars pour les aider à concrétiser leurs idées et les encourager à prendre des initiatives d’autant que les circonstances difficiles que vit le pays limitent considérablement sa capacité à créer des postes d’emploi dans la fonction publique”.
“Les jeunes, quelques soient leur niveau d’enseignement, sont tenus de faire évoluer leur mentalité en faisant preuve d’imagination et en lançant des projets leur permettant d’accomplir leurs ambitions et de contribuer à l’effort de création d’emploi consenti par l’Etat”, a-t-il recommandé.
Il a assuré que l’Etat s’emploiera de son côté à ” offrir aux jeunes le cadre approprié en consolidant leur confiance, les aider financièrement et l’encadrement afin qu’ils puissent concrétiser leurs ambitions”.
Le chef du gouvernement a indiqué que “la responsabilité du gouvernement est de faire renaître l’espoir pour tous les Tunisiens, en premier lieu les jeunes, en leur offrant l’occasion de réussir, entre autres au niveau des nominations, et œuvrera à les aider à réaliser leurs ambitions par le biais du dialogue dont les recommandations doivent être traduites dans les faits”.
Youssef Chahed avait pris connaissance auparavant, dans les ateliers mis en place à la maison des jeunes de Khaznadar, des difficultés des jeunes, notamment le chômage, la marginalisation, l’addiction, le manque d’encadrement, l’interruption précoce des études et les défaillances relevées dans les établissements éducatifs et sportifs. Il s’est rendu compte également des activités sportives et de la jeunesse organisées à cette occasion.
Le dialogue sociétal se déroulera du 1r octobre au 13 novembre prochains dans tous les gouvernorats, avec la participation de toutes les catégories d’âge et sociales ainsi que les différentes composantes de la société civile. Au total 1360 tribunes de dialogue sont prévues à l’échelle locale à raison de 5 tribunes par délégation.
Il est le prélude à la tenue du congrès national de la jeunesse fin 2016 qui pour objectif de mettre en place une stratégie nationale globale de la jeunesse à l’horizon de 2030.

par -

Des jeunes de la localité El Maagoula à Béja ont exprimé, lors d’une rencontre locale organisée samedi à la maison des jeunes Ibn Khaldoun à EL maagoula dans la cadre du dialogue sociétal sur les questions de jeunesse, leurs préoccupations de la hausse du taux de chômage et de la dégradation de l’infrastructure de base dans le secteur de la santé notamment à l’hôpital régional de Béja.
Les participants à cette rencontre ont critiqué la hausse du coût des prestations sanitaires notamment pour les jeunes sans-emploi, estimant que le gouvernorat de Béja n’a pas encore bénéficié du processus de développement.
Selon Issam Ben Kram, chargé de la communication au commissariat régional de la jeunesse et des sports, le mécanisme de dialogue direct qui a été lancé à EL Maagoula à Béja-Sud, concerne le plus grand nombre des jeunes à travers 45 ateliers et tribunes de dialogue dans les différents établissements des jeunes répartis dans toutes les zones du gouvernorat durant le mois d’octobre. Il a précisé dans une déclaration à la correspondante de la TAP dans la région, que des jeunes d’El Maagoula ont revendiqué le droit à l’emploi et le droit de participer à des actions pour bâtir la Tunisie de demain.
Le processus de dialogue local direct à Béja s’inscrit dans la cadre du dialogue sociétal sur les questions de jeunesse. Il est Organisé par le ministère de la jeunesse et des sports et les comités régionaux du dialogue sociétal dont l’objectif est de mettre en place une approche participative entre les représentants de la société locale pour identifier les problèmes des jeunes et les associer à trouver des solutions et à élaborer des programmes dans le futur.

par -

L’ex gardien de but international Chokri Elwaer, a reçu une proposition pour occuper le poste de ministre de la Jeunesse et des sports dans le gouvernement d’union nationale, selon des sources proches des consultations en vue de la formation du prochain gouvernement citées mercredi par l’hebdomadaire « Akhbar al-Joumhouria ».

L’ancien keeper de l’Espérance sportive de Tunis a décliné l’offre, expliquant que ses multiples engagements professionnels ne lui permettent pas de s’investir dans le poste qui lui a été proposé, ajoutent les mêmes sources qui indiquent ce portefeuille sera très probablement attribué à Ahmed Gaaloul qui avait par le passé occupé les fonctions de conseiller au sein du même ministère.

 

par -

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Maher Ben Dhia, a affirmé que la date de l’épreuve du Bac Sport est maintenue.

Dans une déclaration à l’agence TAP, le ministre a indiqué qu’un compromis est en voie entre le ministère de l’Education et le syndicat de l’Enseignement secondaire.

« L’épreuve aura lieu à la date prévue et il n’y aura aucun changement », a tenu à rassurer Maher Ben Dhia soulignant que le différend opposant le ministère au syndicat sera résolu bientôt.

Le ministre a précisé que le point de courroux réside dans les réserves exprimées vis à vis d’un certain nombre de nominations dans le secteur de l’éducation physique dans quelques gouvernorats du pays. 29 nominations ont semé la discorde, a fait savoir Maher Ben Dhia ajoutant qu’elles ont été effectuées dans les écoles primaires « pour le bien des élèves ».

Pour rappel, le syndicat de l’Enseignement secondaire a fait savoir son intention de boycotter les épreuves du Bac Sport le 18 avril prochain.

Le meilleur des RS

Zouhair Dhaouadi est le conseiller politique du président de l’ARP (Chambre des députés en Tunisiens) Mohamed Ennaceur. Avocat de profession, il est Docteur en...

INTERVIEW

Habib Karaouli, PDG de la Banque d'affaires de Tunisie (BAT), récemment rebaptisée Capital African Partners Bank, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où...

AFRIQUE

D'ici 2050, plus d'une personne sur quatre sur notre planète sera africaine. Il faut agir maintenant, de manière décisive et courageuse, pour s'assurer que...

Reseaux Sociaux

SPORT