Tags Posts tagged with "Koweït"

Koweït

par -

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït ont promis de fournir une aide de 2,5 milliards de dollars pour permettre à la Jordanie, qui traverse une grave crise économique et sociale, de surmonter un mouvement de contestation sociale, a annoncé lundi 11 juin 2018 l’agence de presse saoudienne.
A la lumière des liens fraternels étroits, les trois pays fourniront une aide économique à la Jordanie d’un montant total de 2,5 milliards de dollars“, a indiqué l’agence SPA.

L’enveloppe, annoncée à l’occasion du sommet des quatre pays dans la ville sainte de La Mecque, comprend un acompte versé à la banque centrale de Jordanie, une garantie de la Banque mondiale, un soutien budgétaire sur cinq ans et le financement de projets de développement, selon l’agence.
L’économie jordanienne traverse une période difficile – la Banque mondiale évoque une ” faible perspective de croissance en 2018 “, puisque 18,5 % de la population est au chômage, et 20 % vit à la limite du seuil de pauvreté.

L’accueil de centaines de milliers de Syriens ayant fui la guerre pèse aussi lourdement sur les finances publiques et Amman appelle régulièrement la communauté internationale à une aide plus substantielle sur ce dossier, selon le journal français Le Monde.

par -

Les truffes du désert importées de Libye et de Tunisie qui se vendent au Koweït entre 8 et 15 dinars koweïtiens (entre 65 et 121 dinars tunisiens) le kilo dominent le marché agricole local, le produit étant très demandé par les citoyens. En raison du manque de précipitations dans la région, le marché manquait de truffes du désert du Koweït et d’Arabie Saoudite. Le prix sera abaissé à mesure que les importations en provenance d’Iran, d’Algérie et du Maroc arrivent au Koweït. C’est ce que rapporte l’agence de presse officielle Kuna.

par -

Le Groupe de la Banque mondiale et les autorités iraquiennes ont signé aujourd’hui des accords au titre de deux projets d’un montant total de 510 millions de dollars pour aider la population iraquienne en améliorant les conditions de vie, en renforçant l’approvisionnement en eau et en créant des emplois. Ces deux projets ainsi que l’opération d’urgence à l’appui du développement de 750 millions de dollars qui se poursuit actuellement et les autres engagements prévus porteront le montant des engagements de la Banque mondiale en Iraq à 4,7 milliards de dollars, contre 600 millions de dollars il y a quatre ans.

Le Premier ministre iraquien, Haider Al-Abadi et le Président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, ont participé à la cérémonie de signature des projets, qui s’est tenue en marge de la Conférence pour la reconstruction de l’Iraq organisée dans l’État du Koweït.

Les montants plus élevés engagés par la Banque contribueront au rétablissement immédiat des services d’éducation et de santé, à la reconstruction de routes et de ponts importants et à la remise en état des systèmes d’alimentation en électricité et en eau. Les projets de reconstruction d’urgence en cours ont déjà fourni des milliers d’emplois aux Iraquiens et les nouveaux projets devraient en créer des millions d’autres.

« Nous mobiliserons toute la gamme des compétences spécialisées du Groupe de la Banque mondiale pour investir dans un nouvel Iraq, plus résilient », note M. Kim dans l’allocution qu’il a prononcée à l’ouverture de la Conférence pour la reconstruction de l’Iraq. « Nous continuerons de collaborer avec nos partenaires internationaux pour assurer une transition harmonieuse et durable, de la phase de stabilisation à celle de la reprise et, pour finir, à la reconstruction ».

La Banque mondiale s’est engagée à intensifier son aide à la reconstruction et au développement de l’Iraq selon la disponibilité des ressources. Outre l’appui financier qu’il accorde à l’Iraq, le Groupe de la Banque mondiale collabore activement avec les autorités iraquiennes en assurant une assistance technique dans le but de soutenir la reprise du pays et de préparer des conditions propices à la réalisation d’investissements privés dans ce dernier.

« Nous travaillerons en étroite collaboration avec le secteur privé afin de soutenir l’Iraq » dit M. Kim. « Nous devons tous investir dans les jeunes iraquiens, leur intelligence et leur ambition. Nous devons investir dans les femmes iraquiennes et leur résilience. Ce sont là des investissements qui continueront d’avoir un impact bien après l’achèvement du processus de reconstruction. »

Les autorités iraquiennes ont présenté leur Cadre pour la reconstruction et le développement national préalablement à la conférence. Ce dernier a pour objet non seulement de remédier aux répercussions de la crise actuelle, mais aussi d’en prévenir de nouvelles en s’attaquant aux raisons structurelles du conflit. Parce qu’il favorise la poursuite des réformes essentielles à l’établissement d’un nouveau pacte social, le cadre fournit les orientations nécessaires au rétablissement de la confiance entre les citoyens et les autorités.

par -

La Tunisie a pris part à la réunion ministérielle de la coalition internationale contre l’organisation Daesh, tenue mardi au Koweït, avec une délégation conduite par le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères Sabri Bachtobji.

Le secrétaire d’Etat a souligné à cette occasion que la Tunisie “a adopté une stratégie nationale de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme fondée sur une approche globale visant à se prémunir contre ce phénomène pour éradiquer ses causes tout en le contrecarrant”, rapporte le ministère des affaires étrangères dans un communiqué.

Bachtobji a passé également en revue “les efforts déployés par la Tunisie dans la lutte contre ce phénomène en s’engageant dans les efforts menés à l’échelle internationale, notamment en échangeant les expériences dans le cadre de la suprématie de la loi et du respect des droits de l’homme”.

Le secrétaire d’Etat s’est entretenu en marge de cette réunion avec son homologue koweitien, certains ministres des affaires étrangères et chefs de délégations de pays participants, indique-t-on de même source.

La réunion ministérielle de la coalition contre l’organisation de Daesh s’est tenue sous la présidence du vice-premier ministre et ministre koweitien des affaires étrangères Cheikh Sabbah Khaled Assabah et du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson.

par -

Lors d’une conférence internationale au Koweït, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé mercredi le Programme des Nations Unies de relèvement et de résilience pour l’Iraq destiné à aider ce pays qui connaît d’énormes destructions dues à des années d’affrontements.

« Les combats ont maintenant cessé, mais il reste une énorme tâche à accomplir. Les Iraquiens construisent un nouvel Iraq », a déclaré M. Guterres dans un discours à cette conférence.

« Nous devrions tous être prêts à soutenir leurs efforts pour bâtir un pays qui s’engage à l’unité et à l’inclusivité à tous les niveaux et dans tous les domaines. Un Iraq prêt à des réformes de grande envergure, y compris dans les secteurs des finances publiques et de la sécurité. Le système des Nations Unies contribuera et restera avec vous à chaque étape du processus », a-t-il ajouté devant les participants.

Le programme de relèvement sur deux ans vise à accélérer les dimensions sociales de la reconstruction et à faire en sorte que les gens voient des améliorations tangibles dans leur vie quotidienne au début du processus de reconstruction au lieu d’attendre des années pour bénéficier de grands projets d’infrastructures et de réformes structurelles.

Le programme met l’accent sur les priorités urgentes – aider les personnes qui ont le plus souffert, revitaliser les zones les plus exposées au risque de retour à la violence et promouvoir une large participation politique et un développement social inclusif.

« La reconstruction ne consiste pas seulement à reconstruire des infrastructures, mais aussi à améliorer la vie des gens », a déclaré la Coordonnatrice humanitaire des Nations Unies pour l’Iraq, Lise Grande.

Le programme de relèvement comprend neuf éléments. Trois seront mis en œuvre dans des communautés hautement prioritaires où l’extrémisme violent pourrait émerger si des mesures ne sont pas prises pour restaurer la confiance au niveau communautaire, renforcer la confiance dans le gouvernement et offrir des opportunités économiques.

Six éléments ont une portée nationale et sont axés sur la décentralisation des services de base, la promotion des retours durables, l’appui aux survivants, l’accélération de la réconciliation communautaire et l’élargissement de la participation politique et sociale.

Pour un Iraq stable, uni et prospère

« La réconciliation communautaire et tribale et un accord politique national fondé sur le principe de la citoyenneté avec l’égalité des droits, des obligations, de la justice et des opportunités pour tous sont cruciaux pour un nouvel Iraq stable, uni et prospère », a dit pour sa part le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq, Ján Kubiš.

L’ONU a besoin de 482 millions de dollars pour la première année de mise en œuvre du programme de reconstruction et de 568 millions de dollars supplémentaires pour aider à stabiliser les zones à haut risque. Séparément, les organisations partenaires ont besoin de 569 millions de dollars pour fournir une assistance vitale à 3,4 millions de personnes très vulnérables à travers l’Iraq dans le cadre du plan d’intervention humanitaire de 2018.

« L’Iraq et sa population ont survécu à une immense horreur et une grande douleur. Le monde entier a une dette envers vous pour avoir lutté contre la menace mondiale mortelle que représente Daech. Il est temps de montrer une gratitude et une solidarité durables avec le peuple iraquien. L’Organisation des Nations Unies et l’ensemble de la communauté internationale se tiennent aux côtés de l’Iraq », a conclu le Secrétaire général de l’ONU.

par -

Il est déjà question de la reconstruction de l’Irak, alors que les armes, et les bombes aussi, parlent encore, du fait surtout de Daech. Mais peu importe, les autorités irakiennes ont envie d’y croire, de rêver au réveil du pays, et planchent sur de grands projets pour rebâtir ce que des décennies de guerre et d’embargo a détruit. Ce lundi 12 février 2018, le gotha de la finance arabe a rendez-vous au Koweït pour justement parler reconstruction et gros sous, rapporte l’AFP. Le vice-ministre koweïtien des Affaires Étrangères, Khaled al-Jarallah, table sur la venue de plus de 2000 entreprises et businessmen. La rencontre de durera trois jours…

Objectif : Lever des milliards de dollars. Le Premier ministre, Haider al-Abadi, avait estimé au Forum économique mondial de Davos, fin janvier, qu’il faudra pas moins de 100 milliards de dollars pour retaper les  infrastructures et habitats du deuxième producteur de pétrole de l’Opep.

Nous avons lancé des programmes de reconstruction (…) mais ce que nous avons accompli est inférieur à 1% de ce dont l’Irak a besoin“, a dit Mustafa al-Hiti, président du fonds de reconstruction des localités impactées par les affrontements avec  l’EI.

Plus de 138.000 maisons sont endommagées, dont la moitié sont complètement détruites“, a-t-il indiqué. Il a souligné le calvaire de 2,5 millions d’Irakiens, qui ont été contraints de quitter leurs domiciles…

par -

La création de cette Commission a été décidée vendredi en commun accord entre le ministre de la Défense nationale, Abdelkarim Zbidi et l’ambassadeur du Koweït à Tunis, Ali Ahmed al-Dhafri.
Selon un communiqué du département de la Défense, cette commission a pour mission d’identifier de nouveaux créneaux de coopération dans le domaine militaire, particulièrement en matière de formation, d’entrainement et de sécurisation des frontières.
Au cours de son entretien avec le diplomate koweïtien, le ministre de la Défense nationale a salué l’engagement du Koweït à soutenir la Tunisie dans les différents domaines, y compris le domaine militaire.
A ce propos, il a souligné la volonté de la Tunisie de tirer profit de l’expérience koweïtienne en matière de formation, d’entrainement et de sécurisation des frontières.
De son côté, l’ambassadeur du Koweït à Tunis a réaffirmé la disposition totale de son pays à renforcer la coopération avec la Tunisie, particulièrement dans le domaine militaire.
Selon lui, “la coopération militaire tuniso-koweïtienne sera renforcée, à la faveur des décisions et recommandations qui seront adoptées à l’issue de la Commission militaire mixte qui sera bientôt créée”.
D’après le même communiqué, la rencontre a également permis de dresser un état des lieux de la situation sécuritaire dans la région.

par -

Les recettes d’exportations des fruits ont enregistré une augmentation de 35%, du 1er janvier au 20 novembre 2017, par rapport à l’année 2016, s’établissant à 58615 millions de dinars(MD) pour 23 780 tonnes de fruits exportés, a fait savoir mardi, dans un communiqué le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche.
L’amélioration résulte d’une accélération du rythme des exportations vers de nouveaux marchés avec une légère progression des quantités exportées de 2,7%. Il s’agit du marché qatari (+1094% en quantités exportées, soit 11 fois) et le marché koweïtien (+118% en quantités exportées et 152% en valeur).
L’exportation tunisienne des fruits a enregistré également, une progression vers le marché russe avec une hausse de 140% en termes de valeur et de 171% en termes de quantités exportées. Idem pour le marché émirati, où la progression a été de l’ordre de 36% en quantités exportées et de 58% en valeur.
Seules les exportations vers le marché traditionnel libyen se sont inscrits en baisse, a noté le ministère sans donner de chiffre sur cette question.

par -

L’ambassadeur du Koweït à Tunis, Ali Ahmed Al-Dhafiri, a souligné jeudi 10 août 2017, la disposition de son pays à fournir tout le soutien financier nécessaire pour restaurer et réhabiliter la mosquée de la Zitouna.
” Le Koweït est prêt à fournir tout le soutien financier nécessaire pour la restauration et la réhabilitation de la mosquée de la Zitouna qui représente l’un des plus importants monuments islamiques dans le monde “, a-t-il indiqué lors de son entretien avec le ministre des Affaires religieuses, Ahmed Adhoum.

Selon un communiqué du département des Affaires étrangères, la rencontre a permis d’examiner les préparatifs de la prochaine visite en Tunisie du ministre koweïtien des Awqafs et des Affaires islamiques.

Cette visite, d’après Ahmed Adhoum, offrira l’occasion d’examiner les moyens de renforcer la coopération entre les deux départements, particulièrement en matière d’échange d’expertises, de prévention du terrorisme et du radicalisme et de recherches et d’études religieuses.

par -

Un avion allemand a fait, ce dimanche, 15 janvier, un atterrissage d’urgence à Koweït, à la suite d’une alerte à la bombe qui s’est avérée fausse, rapporte le site observalgerie.com, citant l’aviation civile koweïtienne.

L’avion de la compagnie Eurowings transportait 299 passagers et effectuait une liaison entre la ville omanaise de Salalah et celle de Cologne, a précisé un porte-parole de l’aviation koweïtienne, cité par l’agence de presse koweïtienne Kuna.

L’appareil, qui a atterri à la demande du capitaine, a été fouillé mais aucun engin explosif n’a été détecté à bord, indique la même source.

par -

Les finances publiques du Koweït sont très mal en point à cause de la plongée des cours du pétrole, d’où le pays tire le plus gros de ses recettes, plus de 90%. Les autorités ont fait face à leur premier déficit budgétaire depuis 16 ans, des années pendant lesquelles les revenus de l’or noir ont copieusement arrosé les caisses publiques.

Le trou du budget pour l’exercice fiscal 2015/16 qui a été bouclé le 31 mars 2013 s’est établi à 15,3 milliards de dollars, a indiqué le ministre des Finances, Anas al-Saleh. Le pays n’a pas connu pareille situation depuis l’exercice 1998/99.

2015/16 a été l’exercice de tous les casse-tête et de tous les cauchemars pour le gouvernement. Les revenus ont fondu de 45%, pour s’établir à 45,2 milliards de dollars, rendant les arbitrages extrêmement difficiles, notamment pour des citoyens qui n’ont pas l’habitude de se serrer la ceinture. Les autorités ont dû tailler dans les dépenses publiques, -14,8%, soit 60,5 milliards de dollars.

Les recettes pétrolières ont à peine atteint 40,1 milliards de dollars (46,3% de moins que l’exercice précédent), 89% de la totalité des revenus du pays, contre 95% pour l’exercice précédent. Les autorités ont réagi en conséquence pour gonfler le flux des rentrées d’argent, par exemple le Conseil des ministres a décidé la semaine dernière de monter de plus de 80% le prix de l’essence, une première depuis 20 ans. L’an dernier, les prix du kérosène et du diesel avaient été augmentés et pour 2017, les résidents étrangers seront également mis à contribution avec une hausse des prix de l’eau et de l’électricité.

A souligner que durant les 16 années fastes, le Koweït a engrangé à peu près 600 milliards de dollars, qui ont été injectés dans le fonds souverain Kuwait Investment Authority, qui investit aux Etats-Unis, en Europe et en Asie.

par -

Lors d’une visite effectuéedimanche 29 mai 2016 dans le sud Tunisien, l’ambassadeur du Kuweit, Ali Dhefiri, a annoncé que son pays compte financer des projets de distribution d’eau potable dans les villes de Jerba, Médenine, Tataouine et Ben Guerdane.

La valeur de ces projets est estimé entre 85 et 95 millions de dinars et les travaux auront lieu à la fin de l’année en cours.
Il a ajouté que le Koweït participera au congrès sur l’investissement qui sera organisé durant le mois de novembre prochain, pour le financement des grands projets présentés.

par -
Une convention de financement tuniso-koweitienne portant sur 8

C’est en présence de  la ministre koweïtienne des Affaires sociales et du Travail, ministre d’Etat au Plan et au Développement, Hind Sabih Barrak Al Sabih, en visite actuellement en Tunisie, qu’un protocole de coopération a été signé.
Ce nouvel accord vient consolider les relations entre la Tunisie et le Koweït dans le domaine du travail, les relations professionnelles, la santé et la sécurité professionnelle.
Le ministre tunisien des Affaires Sociales, Mahmoud Ben Romdhane, s’est réjoui de la coopération. « Grâce à ce nouveau protocole de coopération, les deux pays vont tirer profit des expériences et des compétences dans le domaine de la santé et la sécurité professionnelle », a-t-il déclaré lors d’un point de presse organisé ce jeudi 27 mai 2016.
De son côté, Hind Sabih Barrak Al Sabih a exprimé l’intérêt de son pays pour l’expérience tunisienne et la volonté du Koweït d’aider la Tunisie à résoudre le problème du chômage.
Elle a en outre saisi cette occasion pour annoncer que son pays va recruter un nombre important de compétences tunisiennes dans plusieurs secteurs, à savoir la comptabilité, le volet juridique, les consultations économiques ou encore l’activité ouvrière.

par -

Dans une déclaration accordée ce jeudi 27 mai 2016 à Africanmanager, Hind Sabih Barrak Al Sabih, ministre koweïtienne des Affaires sociales et du Travail, ministre d’Etat au Plan et au Développement, a indiqué que son pays va recruter un nombre important de compétences tunisiennes.
La ministre est actuellement en visite de travail en Tunisie…

Elle a ajouté que plusieurs secteurs sont concernés par cette opération, dont notamment la comptabilité, le volet juridique, les consultations économiques ou encore l’activité ouvrière.

« Plusieurs projets sont prévus dans notre pays et ils s’inscrivent dans le cadre de notre plan de développement… C’est pour cette raison que de nombreuses opportunités d’emploi seront offertes aux Tunisiens », a-t-elle assuré.

Hind Sabih Barrak Al Sabih a par ailleurs souligné que son gouvernement ouvrira prochainement des canaux de communication avec les grandes entreprises koweïtiennes pour mieux connaitre leurs besoins.

par -

Faycel Hafyane, conseiller du président de la République, apporte de l’eau au moulin de Béji Caïd Essebsi. Ce matin du lundi 1er février sur Shems Fm, il a soutenu que les déclarations fracassantes du président tunisien durant son séjour à Bahreïn et au Koweit sont fondées.

« Les déclarations du président de la République sont basées sur des faits réels. Les investigations sont en cours pour dévoiler l’identité de la partie impliquée dans la propagation du grabuge et les derniers heurts avec la police» a dit M. Hafyane. Pour rappel, Essebsi avait déclaré, entre autres, que l’islam politique et le règne de la troïka avaient fait du tort à la Tunisie et que des éléments de l’extrême gauche sont derrière les manifestations parfois violentes que le pays a connues…

par -

Pendant que l’Iran regarde l’avenir avec optimisme et signe en ce moment même de gros contrats en Europe, les autres pays du Golfe regardent leurs recettes fondre comme neige au soleil du fait de la chute vertigineuse des cours du pétrole, un phénomène que rien ne semble pouvoir enrayer à court terme. Ce jeudi 28 janvier, c’est au tour du Koweït de venir exposer ses malheurs en annonçant un trou sans précédent dans son prochain budget, effectif à partir de ce 1er avril.

Le ministère koweïtien des Finances a fait savoir sur son compte Twitter que le déficit pour l’exercice 2016/2017 est évalué à 11,5 milliards de dinars (38 milliards de dollars). Certes on est encore loin des 98 milliards de dollars de déficit de l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, mais le fait est que les économies des pays membres de l’Opep souffrent énormément et n’entrevoient même pas le bout du tunnel.

Résultat des courses : Le Koweït, comme les autres, va devoir se serrer la ceinture et compresser ses dépenses. Le Trésor public ne décaissera que 18,9 milliards de dinars (62,4 milliards de dollars) dans le prochain exercice budgétaire, un recul de 1,6% en comparaison avec le budget en cours.

Le pays paye ainsi sa trop grande dépendance aux recettes pétrolières ; avant l’affaissement des cours du brut, les revenus tirés de la vente du pétrole pesaient plus de 94% dans les revenus globaux de l’Etat. Le moins qu’on puisse dire est que les autorités n’ont absolument pas commencé à diversifier leurs sources de revenus, comme le fait le Qatar par exemple. Il est peut-être temps car le pétrole n’est pas éternel, sans parler du fait que les hydrocarbures n’ont plus bonne presse dans les pays occidentaux – réchauffement climatique oblige – et que les énergies renouvelables ont le vent en poupe.

par -

Selon un communiqué rendu public par la Présidence du gouvernement, le président de la République Beji Caid Essebsi s’envolera aujourd’hui pour le Koweït, où il effectuera une visite officielle les 26 et 27 janvier.

Le programme du chef de l’État au Koweït comprendra une série d’entretiens avec l’Émir Cheikh Sabeh Ahmed Jabeur Essobah, et la signature d’un ensemble de conventions de coopération bilatérale dans plusieurs domaines, a ajouté la même source.

par -

L’armée américaine a annoncé mercredi 5 août que le Pentagone compte envoyer 450 soldats au Koweït pour une mission d’une année visant à combattre l’État Islamique, rapporte l’agence chinoise Xinhua.

L’unité servira formera la base de commande pour la coalition multinationale mise en place pour faire face à la montée en pouvoir de l’État Islamique qui contrôle une grande partie de l’Iraq et de la Syrie.

Il s’agit du plus récent déploiement dans la campagne contre l’État Islamique qui devrait durer une année, et qui coûterait près de 3,3 milliards de dollars américains.

Dans un autre contexte, le Pentagone a annoncé hier que les militaires américains ont lancé mardi leur première attaque aux drones contre l’EI à partir d’une base turque, suite à l’autorisation accordée par Ankara d’utiliser ses bases militaires.

Source : Xinhua

par -
Une délégation d'hommes d'affaires Koweïtiens devra effectuer

Une délégation d’hommes d’affaires Koweïtiens devra effectuer, le 22 juin 2014, une visite en Tunisie 2014, afin d’examiner les opportunités offertes d’investissement . Selon l’agence de promotion de l’investissement extérieur, la Tunisie compte 22 entreprises koweïtiennes représentant des investissements de l’ordre de 419 millions de dinars et employant environ 4400 personnes.

Ces entreprises opérant essentiellement dans les secteurs du tourisme (15), l’industrie (3) l’électronique (2) les communications (1) et la construction (1).

FOCUS 🔍

La BIAT, qui apporte depuis s plusieurs années, un soutien à la culture et aux industries créatives allant au-delà du mécénat, a lancé une...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux