Tags Posts tagged with "laboratoires"

laboratoires

par -

Le ministère de la Santé algérien a annoncé jeudi 19 juillet 2018, sa décision de retirer, «sur la base du principe de précaution», les lots de 16 spécialités pharmaceutiques à base de Valsartan (seul ou en association), rapporte l’agence de presse officielle APS.

La décision de retirer ces lots des laboratoires Inpha Medis, Merinal, Nad Pharmadic et Taphco intervient suite à l’alerte internationale mettant en garde contre la présence d’une impureté appelée «N-nitroso diméthylamine (NDMA)» contenue dans une substance active fabriquée par la société chinoise Zhejiang Huahai Pharmaceuticals, a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué.

Cette impureté, qui a été identifiée au cours de la fabrication de la substance active par le laboratoire chinois, est classée comme probablement cancérogène mais ne représente pas de «risque aigu pour le patient», indique la même source.

par -

Le coordinateur général de l’Union des professeurs universitaires et chercheurs tunisiens, Nejmeddine Jouida, a évoqué vendredi 30 mars 2018, sur Mosaïque FM, la ruée de ses collègues vers l’étranger. Il a exposé des chiffres effarants pour illustrer l’ampleur du fléau, qui serait encore plus grave que la fuite des médecins, un peu plus médiatisée.

«Nous émettons aujourd’hui un cri de détresse face aux compétences universitaires qui quittent» la Tunisie, a déclaré Jouida. «D’après le secrétaire d’Etat à l’Immigration, 90 mille compétences tunisiennes ont pris le large dont 30 mille sont des chercheurs universitaires. Dans une étude récente de l’Institut tunisien des études stratégiques, on a appris que 80% des professeurs universitaires sondés désirent quitter le pays!», a-t-il ajouté.

D’après lui les professeurs universitaires qui ont mis le cap sur les pays du Golfe et d’autres destinations après le 14 janvier 2011 seraient plus de 4500. Une des conséquences immédiates de cette fuite massive des cerveaux est la fermeture de nombreux laboratoires de recherche pour manque de personnel compétent, selon le responsable.

par -

Une autre affaire concernant la santé publique, plus précisément les médicaments vient d’être révélée par le  parti UPR, (Union populaire républicaine) dont le secrétaire général est Mohamed Lotfi Mraihi, déjà « habitué à tous les forfaits », du ministère de la Santé, selon un communiqué rendu public mercredi.

Il y spécifie « des affaires de connivences et de corruption, aux prises illégales d’intérêt et tout récemment au laxisme avec l’affaire des stents périmés ». « Toutes ces affaires que nous avons révélées et sont actuellement en cours d’instruction n’ont pas amené le ministère à réviser ses pratiques. Aussi sommes nous contraints de révéler à l’opinion nationale une nouvelle affaire dont les retombées économiques menacent la pérennité d’un de nos fleurons en matière d’industrie pharmaceutique », explique-t-il.

En effet, les laboratoires nationaux Saiph, en vertu des accords qu’ils ont contractés avec les laboratoires français Servier, fabriquaient certains médicaments dont Saiph détenaient les AMM. Les laboratoires Servier ont jugé par la suite de ne pas reconduire leur collaboration avec Saiph, n’empêche que ce dernier restait l’unique propriétaire de ces AMM dont il ne pouvait être dépossédé qu’en cas d’infraction à l’article 11 qui régit les AMM, ce qui n’a pas eu lieu. Or, relève l’UPR, alors que les deux partenaires étaient en négociation pour résoudre à l’amiable leur cessation de collaboration, la DPM s’invite dans les débats en décrétant le retrait des AMM de Saiph et leur attribution à une tierce compagnie.

Et d’ajouter : « La DPM a ainsi pris de façon ostentatoire parti de la firme française contre les intérêts d’une firme nationale dans laquelle l’Etat est actionnaire. La DPM a non seulement outrepassé ses prérogatives mais a dépouillé l’entreprise nationale de toutes ses cartes de négociations. Saiph se trouve de ce fait dans une situation financière délicate qui menace l’entreprise et ses salariés. Alors que le conseil d’administration prévoyait une augmentation de capital de 25 millions de dinars ».

« Ces agissements inconsidérés et hors la loi de la directrice de la DPM, certainement avec l’aval de son ministre, crée un précédent fort préjudiciable aux entreprises nationales. Celles-ci seraient à l’avenir à la merci de leurs partenaires étrangers qui dicteraient leurs lois surtout que la fabrication sous licence constitue environ 40% de l’ensemble des médicaments produits en Tunisie. Nous appelons l’UGTT et l’UTICA à se mobiliser pour soutenir Saiph et ses employés », conclut le communiqué.

FOCUS 🔍

Comme à l’accoutumée, la BIAT- Banque Internationale Arabe de Tunisie – lance sa campagne estivale à destination des Tunisiens Résidents à l’Etranger « TRE...

Le meilleur des RS

Notre rubrique «Le meilleurs des réseaux Sociaux », début de la saison estivale oblige, choisit de mettre en lumière une initiative citoyenne, soutenue par un...

INTERVIEW

Walid Ben Salah, expert comptable, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs points dont l'augmentation et à plusieurs reprises...

AFRIQUE

La Libye rejette le plan de l'Union européenne d'implanter des centres pour migrants sur son territoire afin de les empêcher d'atteindre l'Europe, et ne...

Reseaux Sociaux

SPORT

"On essaie de trouver un accord, Nice, Balotelli et nous", a déclaré le directeur sportif de l'Olympique de Marseille, Andoni Zubizarreta, au sujet de l'éventuelle arrivée...