Tags Posts tagged with "services"

services

par -

Les projets en suspens dans le secteur de santé et la dégradation des services sanitaires ont été les principaux points soulevés par les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), lors de la séance de samedi consacrée aux questions orales adressées à la ministre de la santé.
A cette occasion, la ministre de la santé Samira Merai a fait état de la poursuite de la réalisation de 84 sur un total de 148 projets en suspens, soulignant que les mesures légales et administratives sont les principales causes du blocage de plusieurs projets.
En réponse aux interrogations du député Adnen Hajji sur le manque de ressources humaines et la non conformité aux normes internationales des services crées dans les hôpitaux de la région de Gafsa, la ministre de la santé s’est engagée à envoyer une équipe d’inspection dans la région pour prendre connaissance de la situation réelle du système sanitaire, prélude à la tenue d’un conseil régional de santé dans la région.
Réagissant à la question du député Mongi Rahoui sur la dégradation du système sanitaire dans le gouvernorat de Jendouba, Samira Merai a indiqué qu’elle est le résultat de la corruption dont les dossiers avaient été traités.
Tout en affirmant que la situation du système de santé dans les régions de l’intérieur à l’instar de Sidi Bouzid reste prioritaire, la ministre a révélé la reprise des travaux de 14 projets en arrêt sur un total de 17 projets.
Elle a, par ailleurs, souligné l’engagement de son département dans la finalisation de la réalisation de 13 centres intermédiaires de santé dans les différentes régions de la république d’ici fin 2017.

par -

Offre sur mesure, équipe dédiée et présence à l’international, la BIAT, Banque Internationale Arabe de Tunisie, a toujours mis les clients Tunisiens Résidents à l’Etranger (TRE) au cœur de sa stratégie. Elle poursuit son engagement envers eux et lance sa campagne estivale pour l’été 2017 sous le signe de la proximité et de l’expertise.

Une offre sur mesure destinée aux tunisiens résidents à l’étranger :
L’offre à disposition des TRE, baptisée Tounessna, se distingue par ses produits diversifiés et ses tarifs avantageux. Elle comprend une large gamme de produits et services : comptes en dinars, en dinars convertibles ou en devises, solutions d’épargne et de placement, service de transferts reçus, gratuits et rapides, cartes classiques et rechargeables en dinars, packs en dinars, crédits à l’immobilier à des taux très avantageux, ainsi que des services de banque à distance et de mobile banking.

Cette année, et pour mieux répondre aux besoins de ses clients TRE, la BIAT a lancé deux nouveaux produits inédits au niveau de l’offre du secteur bancaire tunisien : le Pack en devises et de la carte rechargeable internationale.

Une équipe d’experts dédiée aux tunisiens résidents à l’étranger :

La BIAT se distingue par son équipe d’experts Tounessna installée au siège de la BIAT. L’équipe d’experts est composée de collaborateurs conjuguant expertise et disponibilité afin de conseiller exclusivement les TRE pour leurs besoins bancaires et les accompagner dans la réalisation de leurs projets en Tunisie. L’expertise de cette équipe dédiée vient compléter leur prise en charge par les conseillers de clientèle, répartis dans les 201 agences du réseau de la BIAT.
Par ailleurs et dans le cadre de sa campagne « TRE ETE 2017 », lancée sous le slogan «Une équipe d’experts Tounessna dédiée pour des vacances sereines», la BIAT renouvelle ses initiatives à bord des navires afin de se rapprocher davantage des TRE et répondre au mieux à leurs demandes. Les commerciaux de la BIAT sont en effet présents sur le Tanit et le Carthage de la CTN et sur le « Danielle Casanova » de la Corsica Linea lors des traversées reliant Marseille et Gênes à Tunis.
A l’occasion de la création de la ligne maritime reliant le port de Marseille à celui de Zarzis, les commerciaux de l’équipe Tounessna sont aussi allés à la rencontre des tunisiens expatriés originaires des régions du Sud tunisien, pendant la première traversée, qualifiée «d’historique ».

Une présence à l’international :

La BIAT a mis en place un ensemble d’actions visant à dynamiser le marché des tunisiens résidents à l’étranger et à se rapprocher des TRE dans les pays d’accueil. A cet effet, elle a lancé au mois de novembre 2015 l’activité de sa filiale BIAT France sous la signature « Ici pour vous » donnant ainsi une nouvelle concrétisation à sa politique de proximité. Cette première agence parisienne, située dans le 9ème arrondissement, offre un service de transfert à prix particulièrement avantageux ainsi que des conseils pour accompagner les TRE dans leurs projets en Tunisie.

Pour faciliter l’accès à l’information ou la prise de rendez-vous l’équipe Tounessna est joignable par téléphone au +216 71 13 1900, par mail à l’adresse tre@biat.com.tn et à travers la page Facebook : BIAT et le site web www.biat.tn rubrique Tunisiens résidents à l’Etranger.

A propos de la BIAT :

Classée première banque tunisienne sur la plupart des indicateurs, avec une part de 16 % dans les dépôts des 10 premières banques de la place et 201 agences sur tout le territoire, la BIAT est une banque universelle présente sur tous les corps de métiers de la banque, de l’assurance et des services financiers. Près de 2 400 collaborateurs travaillent au service de tous ses clients : particuliers, professionnels, PME, grandes entreprises et institutionnels.
Très attentive à sa responsabilité sociétale, la BIAT a traduit son positionnement citoyen par de nombreux engagements. La création de la Fondation BIAT pour la jeunesse tunisienne, au printemps 2014, en est emblématique et ancre cet engagement de façon pérenne.

par -

Dans le cadre de son plan stratégique 2017-2020 qui a fait l’objet début mai d’une communication financière au marché, l’Union Internationale de Banques (UIB) a réaffirmé son ambition d’être LA banque relationnelle de référence en Tunisie. Pour atteindre cet objectif, la banque met en œuvre une stratégie de différenciation reposant sur quatre vecteurs complémentaires : (1) une démarche de conseil et d’accompagnement de la clientèle, mettant la qualité au centre de la relation bancaire (2) un dispositif commercial qualifié et à l’écoute, disposant de l’intimité nécessaire avec le client pour identifier ses besoins et lui proposer les solutions les plus adéquates, (3) une prise en charge adaptée pour chaque segment de clientèle, dans des espaces dédiés et adaptés à ses besoins spécifiques (clientèle d’entreprises, de PME, de professionnels et de particuliers Haut de gamme) et (4) une approche omnicanal d’accès aux services de la banque dans le cadre d’une expérience client optimisée : simple, mobile, instantanée et personnalisée.

Ecoute, expertise, conseil et accompagnement des clients : le modèle relationnel de l’UIB au cœur de sa stratégie de différenciation

Convaincue que le modèle bancaire du futur est celui qui placera le client et ses besoins au centre de la relation, lui proposant des solutions personnalisées et des conseils adaptés à son profil et à ses attentes, l’UIB a entrepris depuis plusieurs années la transformation de son dispositif commercial pour anticiper et accompagner ces évolutions et accélérer la montée en gamme de ses services. Cette transformation s’opère sur trois axes : mettre en place des espaces d’accueil distincts en agence pour chaque segment de clientèle, voire des formats d’agences spécialisées ; proposer à chaque client un interlocuteur dédié disposant des qualifications et de l’expertise nécessaire pour un accompagnement de proximité inscrit dans la durée ; placer la notion de conseil au cœur de la relation banque-client, dans un partenariat qui va bien au-delà de la seule prestation de service bancaire.

Dans ce cadre, l’UIB a étoffé depuis 2015 son dispositif d’accueil spécifique pour la clientèle d’Entreprises et de PME avec la création de 4 Centre d’Affaires opérationnels (Tunis, Sfax, Sousse et Nabeul), auxquels viendront s’ajouter dès l’été 2017 les nouveaux Centres de Charguia et de Megrine. C’est dans ces plateformes dédiées que les Chargés d’Affaires Entreprises déclinent l’offre étendue de produits et services de l’UIB, d’une qualité reconnue, et mobilisent au profit de leurs clients les atouts du grand groupe bancaire international qu’est la Société Générale en matière d’accompagnement dans leur conquête de nouveaux marchés. Ce développement soutenu sur le marché de l’entreprise et de la PME s’inscrit pleinement dans la stratégie 2017-2020 de l’UIB, qui prévoit d’accroitre ses engagements en faveur des entreprises de 1 000 millions de dinars sur la période et d’augmenter le nombre de ses clients à un rythme annuel de 20%.

Le même soin est apporté à l’accueil et à la satisfaction de la clientèle de particuliers « premium », reçue dans des « espaces platine » confortables par 24 conseillers dédiés et 5 animateurs financiers formés pour répondre à ses besoins spécifiques en matière de conseil patrimonial et fiscal, de gestion d’actifs, de financement et d’assurance. L’ouverture prochaine de quatre nouvelles agences dans les zones résidentielles et commerçantes de Bizerte Corniche, de Sousse Hached, d’Ennasr et du Lac II, après les deux ouvertures réalisées début 2017 (Ain Zaghouan et Menzah V), portera le réseau de l’UIB à 141 agences et renforcera encore davantage cette proximité et cette orientation vers le Haut de Gamme. Elle bénéficiera tout autant à la clientèle de professionnels, notamment les professions libérales, à laquelle un dispositif de 24 conseillers spécialisées est d’ores et déjà dédié, là aussi dans des espaces d’accueil spécifiques et avec une connaissance intime de ses besoins.

L’agence UIB du futur : un lieu de convivialité pour un parcours client optimisé

Dans un environnement en pleine mutation, et face aux attentes légitimement croissantes des clients, l’UIB fait évoluer son dispositif d’accueil avec une triple promesse relationnelle : plus de proximité, plus d’expertise et plus de bien-être. Au-delà de la professionnalisation accrue de son réseau et de l’accent mis sur le développement de l’expertise et du rôle d’accompagnement de ses Conseillers, l’UIB a donc développé un nouveau concept d’agence, permettant au client de vivre une expérience distinctive lors de son déplacement dans ses points de vente.

L’UIB a ainsi déployé au sein de ses agences une charte spécifique pour chaque segment de clientèle, et mis en place un dispositif de marketing sensoriel à même d’offrir un accueil optimal avec la diffusion d’une ambiance sonore mais aussi olfactive, rendant l’expérience en agence plus attractive et conviviale pour le client. Les écrans d’affichage dynamique viennent compléter ce dispositif via la diffusion aux clients sur un support visuel innovant et ludique d’une sélection de messages d’information institutionnelle et promotionnelle.

La nouvelle expérience client voulue par l’UIB va au-delà de cette ambiance sensorielle avec la mise en place du « corner culturel ». Il s’agit d’un espace qui propose au client de partir à la découverte de la collection privée des tableaux d’art de la banque, une des plus belles et des plus représentatives du pays, des activités de mécénat culturel de la Fondation Arts et Culture by UIB, ou encore d’une sélection d’ouvrages que les clients peuvent découvrir in situ. Ce nouveau concept qui introduit la culture dans la relation entre le client et sa banque a été déployé en phase expérimentale au niveau de l’agence Misr, et sera décliné progressivement au niveau de l’ensemble du réseau de l’UIB.

L’UIB mène sa révolution digitale, créatrice de valeur pour ses clients

Dans une perspective commerciale centrée sur le client, les agences UIB se digitalisent avec des initiatives telles que la mise en place d’Espaces Libre Service. Ces ELS, équipés d’automates multifonctions, permettent aux clients d’effectuer 24h/24h et 7j/7j une multitude d’opérations classiques (retraits d’espèces, consultation du solde en temps réel, édition d’extraits de compte, édition des RIBs, commande de chéquiers, recharge de cartes prépayées, recharge de ligne GSM), et surtout de bénéficier des fonctionnalités innovantes de versement d’espèces, de dépôt de chèques et d’opérations de change en Euro et en Dollar. A ce jour, l’UIB a mis à la disposition de ses clients 3 ELS aux agences Afrique, Misr et Ennasr, auxquels s’ajouteront prochainement les ELS des Centres d’Affaires de Charguia et Megrine, premiers jalons d’un ambitieux programme de déploiement de ces automates multifonctions.

Toujours soucieuse de faire bénéficier ses clients de plus de sécurité et de souplesse de l’utilisation de leurs cartes bancaires, l’UIB a par ailleurs lancé un plan de déploiement de Guichets Automatiques de Banques internes, qui viennent apporter, au niveau des principales agences de son réseau, une nouvelle solution pratique et rapide d’accès aux principales opérations de banque, en complément des GAB externes. Et pour en assurer l’accès au plus grand nombre de clients, l’UIB a également lancé la nouvelle carte de retrait à frais réduits « Chahrity Express », destinée spécifiquement aux clients jusqu’alors non équipés, permettant à son titulaire de retirer des espèces 24H/24 et 7J/7, gratuitement, sur tous les GAB de l’UIB.

La pertinence des ces initiatives en matière multi-canal et monétique et leur perception positive par les clients sont aujourd’hui attestées par des taux d’utilisation qui placent les GABs de l’UIB parmi les plus actifs du pays d’une part et par un taux de déport des retraits d’espèces (nombre de retraits qui ont été effectués sur les GABs par rapport à l’ensemble des retraits traités par les agences) au-delà de 65%.

A côté de cette digitalisation croissante des agences, l’UIB étend son offre d’accès aux services bancaires en mobilité, fer de lance de la banque digitale. Elle confirme ainsi son engagement à renforcer sa proximité avec ses clients et à répondre à l’évolution de leurs besoins en s’appuyant sur les opportunités offertes par les nouvelles technologies. Après avoir mis début 2017 à la disposition de ses clients le service SMS PULL qui leur permet de demander à tout moment, 24H/24 et 7J/7, des informations sur le compte en temps réel et sur mobile, l’UIB vient de lancer UIBMobile, sa nouvelle application mobile complète pour Smartphones et Tablettes. Cette application innovante, riche, ergonomique et conforme aux meilleurs standards de sécurité internationaux leur offre ainsi une totale autonomie et une très grande liberté dans la gestion de la relation bancaire. Elle propose aux clients de l’UIB une expérience inédite de leur banque sur mobile, pour la consultation et la gestion des comptes à distance et en temps réel, la gestion des moyens de paiement, les virements et les interactions avec leur banque. Bref, l’ensemble des opérations du quotidien, dans un concentré de technologie et à portée de main.

Enfin, le Centre de Relation Clientèle de l’UIB vient compléter la palette d’offres ce modèle omnicanal, avec une équipe de conseillers multimédia à l’écoute des clients par téléphone au 81 10 25 25, sur des plages horaires élargies, du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 9h à15h. Entrer en contact avec la banque et dialoguer avec un conseiller n’a jamais été aussi simple, même en dehors des horaires d’ouverture des agences.

UIB : la qualité de service au centre de la promesse client

Engagée depuis plusieurs années dans une démarche qualité qui consiste à optimiser en permanence l’ensemble de ses processus et ses offres pour s’assurer qu’ils fournissent au client toujours plus de simplicité d’accès, de rapidité et de valeur ajoutée, l’UIB va aujourd’hui un cran plus loin dans sa quête de satisfaction client. Elle a ainsi lancé le programme « Happy or not ? », avec pour ambition de mesurer tout au long de la journée le niveau de satisfaction des clients en agence via l’implantation des bornes ludiques d’évaluation de la qualité de l’expérience client en temps réel. L’étude et le suivi vigilant des retours clients permettent ainsi de relever et de comprendre instantanément les points d’attention dans le parcours des clients en agence et d’apporter très rapidement les ajustements nécessaires.

Cette dernière action s’inscrit en réalité dans le cadre d’une démarche globale qui vise à faire de la prise en charge rapide et efficace des demandes et doléances des clients un point cardinal de la réalité quotidienne des équipes de l’UIB. Elles sont ainsi, dans les agences et dans toutes les fonctions de support centrales, constamment à l’écoute de la voix du client et mobilisées pour construire ensemble, jour après jour, une relation à la fois proche et efficace. L’objectif final de cette démarche est de permettre au client de vivre une expérience plus conviviale, plus confortable et toujours plus centrée son bien-être.

par -

Un incident technique s’est produit au niveau du système informatique de la Banque Nationale Agricole et a provoqué l’interruption provisoire de quelques services et opérations bancaires au sein du réseau d’agences, indique la banque dans un communiqué, soulignant toutefois que toutes les agences ont continué néanmoins à offrir leurs prestations à la clientèle de la banque.

La situation a été totalement rétablie dans la journée grâce à l’intervention rapide et efficace des équipes de la BNA qui ont tout mis en œuvre pour régulariser la situation.

L’incident, précise la BNA, est purement technique et n’a aucun lien avec une quelconque intrusion extérieure, présentant ainsi ses excuses à ses clients et partenaires et regrette les désagréments occasionnés par cet incident.

par -

L’équipe du FMI est parvenue à un accord au niveau des services du FMI avec les autorités sur les politiques économiques et financières qui pourraient sous-tendre l’approbation de la deuxième revue du programme triennal appuyé par la FEC

  • La croissance en 2017 est projetée à 4.7 %, en partant de l’hypothèse que le dialogue avec les groupes armés permettra de réduire la violence et les destructions, favorisant ainsi un rebond des investissements publics et privés.
  • L’inflation annuelle moyenne devrait baisser pour s’établir à 3,8% en 2017, grâce à une reprise de la production agricole.

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Samir Jahjah, a séjourné à Bangui du 26 mai au 1 juin 2017 pour finaliser des discussions dans le cadre de la deuxième revue du programme appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). L’accord, d’un montant de 83,55 millions de DTS (116 million $US), a été approuvé par le Conseil d’administration du FMI le 20 juillet 2016. L’examen du dossier dans le cadre de la deuxième revue par le Conseil d’administration du FMI est provisoirement prévu pour juillet 2017.

Au terme de la mission, M. Jahjah a rendu publique la déclaration suivante :

« L’équipe des services du FMI et les autorités centrafricaines ont eu des entretiens sur les évolutions économiques récentes en République centrafricaine et sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre du programme appuyé par la FEC.

« L’équipe du FMI est parvenu à un accord au niveau des services du FMI avec les autorités sur les politiques économiques et financières qui pourraient sous-tendre l’approbation de la deuxième revue du programme triennal appuyé par la FEC. Le programme économique du pays est globalement sur la bonne voie. Pour 2016, la plupart des critères de réalisation quantitatifs ont été observés. La mise en œuvre des repères structurels du programme est dans une large mesure sur la bonne voie. En termes de perspectives, les autorités demeurent engagées à prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs clés dans le cadre du programme appuyé par le Fonds, notamment a travers l’augmentation des dépenses sociales, l’accroissement des investissements publics et le relèvement des recettes intérieures.

« La détérioration de la situation sécuritaire a porté atteinte au commerce, à l’agriculture et au secteur minier au quatrième trimestre de 2016, ce qui a réduit le taux de croissance de 2016 à 4,5 %, légèrement inférieure aux prévisions initiales. L’inflation est estimée à 4.6 %. La croissance en 2017 est projetée à 4.7 %, en partant de l’hypothèse que le dialogue avec les groupes armés permettra de réduire la violence et les destructions, favorisant ainsi un rebond des investissements publics et privés. Le développement du secteur privé dépendra des mesures prises par les autorités en vue de rationaliser les taxes parafiscales, d’éliminer les exonérations ad-hoc et de procéder à l’apurement des arriérés de l’Etat à l’égard des petites et moyennes entreprises. L’inflation annuelle moyenne devrait baisser pour s’établir à 3,8% en 2017, grâce à une reprise de la production agricole.

« L’équipe du FMI incite les autorités à maintenir, voire accélérer la dynamique des réformes en vue d’améliorer la mobilisation des recettes intérieures et la gestion des dépenses publiques. En outre, la mission incite également les autorités à limiter le recours aux emprunts, y compris les prêts hautement concessionnels, afin d’assurer la viabilité de la dette. Plus particulièrement, la mission a échangé avec les autorités sur les mesures destinées à renforcer le système fiscal, rationaliser les prélèvements extrabudgétaires, renforcer l’administration des recettes, rattraper les manques à gagner des recettes douanières, améliorer le suivi de l’exécution budgétaire, et accélérer l’apurement des arriérés intérieurs, et notamment la dette sociale.

L’équipe du FMI a rencontré le Président Touadéra, le Ministre des Finances et du Budget, M. Dondra, le Ministre de l’Economie, du plan et de la coopération, M. Moloua, le Directeur national de la BEAC, M. Chaibou et les hauts fonctionnaires de ces ministères ainsi que les partenaires au développement.

L’équipe tient à remercier les autorités de leur hospitalité chaleureuse, de leur excellente collaboration et de la qualité des échanges. »

par -
  • L’activité économique rebondit en Guinée, avec des signes indiquant une croissance continue de plus de 6 pourcent.
  • La consolidation budgétaire comportant une augmentation des revenus et une réduction des dépenses publiques a permis de ramener le déficit budgétaire de base à 0.7 pourcent du PIB en 2016.
  • Le FMI estime qu’augmenter les dépenses d’infrastructure tout en préservant la stabilité macroéconomique permettra d’améliorer les perspectives d’une croissance pour tous à long terme.

Une mission du FMI dirigée par Giorgia Albertin a séjourné à Conakry du 15 au 25 Mai 2017 dans le cadre d’une mission technique pour discuter de l’évolution de la situation récente et des perspectives économiques et financières de la Guinée. Cette mission avait aussi pour but de préparer le terrain pour une future mission de négociation d’un nouveau programme appuyé par le FMI. À la fin de la mission, Mme Albertin a fait la déclaration suivante :

« Après le ralentissement enregistré en raison de l’épidémie de fièvre a virus Ebola, l’activité économique a rebondi en 2016, avec un taux de croissance réelle du PIB estimée à 6.6 pourcent, grâce notamment à une production minière en augmentation du fait du démarrage des nouveaux projets, un accroissement de la production agricole et de la production d’électricité »

« L’inflation moyenne est restée modérée à 8,2 pour cent en 2016, reflétant une augmentation mesurée des prix des produits alimentaires, une stabilité du taux de change et une politique monétaire prudente »

« Les efforts de consolidation budgétaire ont permis de réduire le déficit budgétaire de base en 2016 à 0.7 pourcent du PIB sous l’effet conjugué d’une augmentation des revenus et d’une réduction des dépenses »

« Les importations ont fortement augmenté, suite aux nouveaux projets d’investissements dans le secteur minier et ont été financées par un large afflux d’investissements directs étrangers. Les exportations se sont accrues, tirées par les produits agricoles, la bauxite et l’or »

« Les perspectives de croissance de l’économie guinéenne restent favorables. Pour 2017, la croissance devrait continuer à être robuste à 6,7 pourcent, grâce à la poursuite de la bonne performance du secteur minier, une accélération des activités de construction dans l’hôtellerie et l’énergie, ainsi qu’une bonne performance agricole »

« Il sera important de préserver la stabilité macroéconomique, assurer une croissance saine du crédit bancaire au secteur privé et promouvoir une croissance économique plus forte et qui bénéficie à toute la population »

« Augmenter les investissements en infrastructure, tout en préservant la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette, sera également important pour réaliser le potentiel de croissance de l’économie guinéenne »

« L’équipe du FMI remercie les autorités pour leur hospitalité et pour les discussions constructives »

La mission a rencontré le Premier Ministre, Mr. Mamady Youla, le Président de l’Assemblée Nationale, Mr. Claude Kory Kondiano, la Commission Économique et Financière de l’Assemblée Nationale, le Ministre de l’Economie et des Finances, Mme Malado Kaba, le Gouverneur de la Banque Centrale de Guinée, Mr. Lounceny Nabé, le Ministre du Budget, Mr. Mohamed Doumbouya, les ministres de l’Energie et de l’Hydraulique, Mines et Géologie, Agriculture, les ministres conseillers du Président de la République et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement. La mission a également rencontré les partenaires internationaux, ainsi que les représentants du secteur privé et de la société civile.

par -

“Je me permets de vous adresser directement cette doléance pour être sûr que notre voix soit entendue.

Je prends pour exemple les menus incidents de mon dernier vol, TU 397 du 08/01/2017 Tunis-Abidjan, qui donnent une piètre image de la compagnie et vous font regretter d’avoir choisi le pavillon national. Je copie dans ce courriel un directeur de la Banque africaine de développement qui était sur le même vol et qui partage la même frustration. Je copie également un homme d’affaires, sur le même vol, ainsi que d’autres collègues de la BAD, qui pourront infirmer ou confirmer mes dires au besoin.

Les faits incriminés:

  • manque complet d’égards pour les passagers:
    • une des hôtesses, pour signifier une interdiction quelconque (obligation de rester assis, interdiction d’utiliser les toilettes…), s’adressait systématiquement aux passagers sur un ton irrespectueux, sans aucun “sourire” dans la voix, ce qui donnait la fâcheuse impression qu’on était carrément pris à partie par l’hôtesse en question. Excusez-nous Madame d’avoir pensé qu’une hôtesse devait rassurer ses passagers par une voix affable même lorsqu’il s’agit d’être ferme. Les passagers ont d’ailleurs très mal pris les injonctions venant de cette dame, certains refusant catégoriquement d’obtempérer, alors que les mêmes consignes, données sur un ton plus amène, auraient été respectées j’en suis certain;
    • la même hôtesse, vautrée sur les sièges de la rangée 28, répond le plus normalement du monde aux passagers qui demandaient un verre d’eau — toujours sur le même ton cassant — que “la cuisine est derrière, allez-y”. Mais franchement, quel passager peut être assez idiot pour déranger Madame l’hôtesse pendant sa pause syndicale, voyons!;
    • une autre hôtesse, face aux demandes de verres d’eau pendant le vol s’est écriée: “ah, mais moi, je ne peux pas servir tout le monde!”. Mais bien sûr, les passagers n’ont rien compris: c’était au pilote qu’il fallait adresser cette requête, il est plus disponible lui! ;
    • face à la pression sur la seule cabine WC disponible dans la classe éco (la seconde, côté droit de l’appareil étant hors service), le personnel navigant est resté insensible aux cas urgents, refusant de laisser des parents utiliser la cabine WC de la classe business pour soulager de petits enfants;
    • une des hôtesses interdisait, toujours sur le même ton âcre et revêche, aux passagers des dernières rangées d’utiliser un compartiment à bagages réservé à l’usage exclusif d’un des membres de l’équipage, contenant une grande valise (qui aurait normalement dû aller en soute vu sa taille) et un sac à main. Les passagers étaient invités à ranger leurs affaires “devant eux” pour que Mesdames prennent leurs aises et privatisent l’avion;
    • les hôtesses ont intimé — toujours sur le même ton discourtois — à certains passagers ayant choisi de rester debout quelques instants lorsque cela était permis de retourner à leur place sans raison valable comme les turbulences. D’autres compagnies recommandent pourtant à leurs passagers de bouger pendant le vol et de pratiquer quelques exercices pour faciliter la circulation sanguine. Heureusement que Tunisair ne le fait pas, cela obligerait nos chères hôtesses de faire un petit effort pour se frayer un chemin parmi la cohue debout.
  • appareil dégradé:
    • l’appareil utilisé pour le vol avait une cabine WC hors service. Dans ces conditions, n’importe quel chef de cabine aurait décidé d’utiliser les toilettes de la classe affaires comme appoint en cas de nécessité. Ce n’était pas le cas sur ce vol;
    • un compartiment à bagages était également hors service. Du coup, comme un compartiment à bagages était réservé à l’usage exclusif d’une hôtesse, que deux autres étaient réservés aux oreillers et aux plaids, le manque d’espace de rangement commençait à se faire cruellement sentir.
  • retard:
    • le motif donné par les hôtesses pour le décollage tardif de l’avion était l’attente de passagers. Quand est-ce que Tunisair se décidera à ne plus embarquer les passagers retardataires quitte à débarquer leurs valises? Pourquoi imposer une punition collective au lieu de faire assumer leur entière responsabilité aux passagers retardataires? Il s’est avéré que l’un de ces passagers, en transit depuis Beyrouth, dormait comme un bienheureux dans la zone de transit.  Heureusement qu’il a fini par se réveiller; sinon, les otages du vol TU397 auraient pu encore attendre longtemps…

J’espère, Monsieur le Président, que vous saurez prendre les mesures idoines pour que les passages des vols Tunisair n’envisagent plus leurs voyages avec angoisse et puissent désormais choisir le pavillon national avec fierté et la satisfaction d’effectuer un voyage serein, sans agression ni manque d’égards”.

UN AUTRE PASSAGER :

“Lors de ce même vol je me suis fait insulter par un steward pour avoir demandé un peu de thé après son passage en cabine. Le langage fut grossier. Voyageant très fréquemment sur le vol Abidjan-Tunis-Abidjan, la norme est malheureusement ce traitement fort inapproprié du personnel envers les passagers. Ce traitement s’apparente plus à un traitement réservé à du bétail qu’à des êtres humains, oublions le fait que nous sommes des clients qui paient pour un service. Tunisair ne nous fait point pas de faveur mais offre un service contre rétribution monétaire.

J’ose espérer que le PDG prendra des mesures pour redorer le blason de ce vol”.

par -

Le ministère de la Fonction publique, et de la Gouvernance lancera prochainement une formation en ligne qui ciblera l’ensemble des fonctionnaires dans la fonction publique. C’est ce qu’a annoncé la directrice générale de la Formation et du Perfectionnement des Compétences au sein de ce département, Khaoula Labidi.
Dans une déclaration exclusive accordée ce mercredi 11 janvier à Africanmanager, elle a précisé qu’il s’agit d’un projet national ayant obtenu l’accord du gouvernement. « C’est une opportunité et même l’une parmi d’autres solutions visant à promouvoir le rendement de l’administration qui fait actuellement l’objet de sérieuses critiques», a-t-elle dit. Ce projet pilote touchera l’ensemble des fonctionnaires dont le nombre s’élève à 630 mille tout en adoptant les nouvelles technologies de manière à améliorer leurs compétences. Khaoula Labidi a par ailleurs signalé qu’un comité de pilotage a été créé pour s’accorder sur ce projet et rechercher les financements nécessaires à sa mise en place.

par -

Encore un coup dur pour le tourisme tunisien. En effet le tour opérateur britannique Thomas Cook a fait savoir qu’il supprime tous ses programmes, vols compris, en Tunisie pour l’été 2017. Le voyagiste justifie sa position par le maintien des directives du gouvernement du Royaume Uni envers la Tunisie…

Pour rappel, le FCO (Foreign and Commonwealth Office) continue de conseiller aux Anglais d’éviter de « se rendre en Tunisie sauf pour affaire urgente ».

« Chez Thomas Cook, la sécurité et le bien-être de tous ceux qui voyagent avec nous est notre priorité absolue, et nous tenons à remercier nos clients pour leur patience et leur compréhension », a indiqué l’opérateur, qui donne à ses clients la possibilité d’opter pour une autre destination ou d’annuler leur réservation.

par -

Le mouvement Ennahdha est désireux d’obtenir les ministères de services, a révélé son élue à l’ARP, Saida Lounissi.

Citée samedi par le quotidien Al-Maghreb, elle a ajouté, d’autre part,   que la question des ministères de souveraineté fait encore l’objet de discussions.

 

par -

A l’issu d’une réunion vendredi, la commission régionale chargée du suivi du dossier de l’occupation du domaine public maritime à Bizerte, a fixé les tarifs des divers services présentés aux estivants par les exploitants des plages, a indiqué, le secrétaire général du gouvernorat de Bizerte, Hamadi Ben Amor.
Il a affirmé au correspondant de la TAP dans la région que les tarifs fixés sont de 5 dinars pour le parasol, de 2 dinars pour la table et de 1 dinars pour la chaise, alors que les frais de location d’une hutte s’élèvent à 15 dinars.
Les exploitants des plages doivent afficher les prix, a-t-il dit, ajoutant que les directions commerciales, sanitaires et la police municipale ont été chargés du contrôle des plages, de l’application des décisions et de la sanction des contrevenants.
La même source a précisé que les citoyens doivent informer les autorités en cas d’abus ou de non application de la loi en vue de faire face aux infractions.

par -

« L’incitation des investisseurs étrangers à lancer des projets en Tunisie, la réduction du déficit de la balance commerciale, la réduction de l’endettement, le développement du secteur du tourisme et des services, tels sont  les objectifs fondamentaux du gouvernement et de différentes parties concernées. Nous sommes en train de mettre en place une série de nouvelles  stratégies innovantes  afin de maîtriser l’endettement.», a déclaré Mohsen Hassen lors de la tenue, ce mardi 17 mai 2016,  de la 34e réunion du conseil national du Commerce extérieur.

par -

La BERD a lancé officiellement  le lundi 2 mai 2016 ses activités de soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) opérant dans les secteurs des  services. Ces activités s’inscrivent dans le cadre du Programme d’Appui à la Compétitivité des Services (PACS), doté d’un financement total de 20 millions d’euros de l’Union européenne, dont 10 millions d’euros seront mis en œuvre par la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD).

Avec ce montant de 10 millions d’euros, la BERD mobilisera son réseau d’expertise locale et internationale pour appuyer directement les PME et les organismes professionnels des secteurs des services (transport et logistique, TIC, services professionnels, tourisme, et artisanat).  Elle mènera ainsi des actions de conseil et d’assistance technique dans les domaines de la stratégie, organisation, ressources humaines, système d’information, systèmes qualités, d’ingénierie et de promotion de l’exportation.

A l’occasion de ce lancement, le ministre tunisien du Commerce Mohsen Hassen a déclaré : “L’idée de confier cette mission à la BERD est venue après examen des premiers résultats du Advice for Small Businesses en Tunisie après son lancement en Décembre 2012, et notre conviction que l’approche préconisée était adaptée au contexte tunisien.”

De son côté, Laura Baeza, Ambassadeur de l’Union Européenne en Tunisie a insisté sur le fait que “ce programme d’appui direct et individualisé aux PME et aux organismes d’appui aux PME est un bel exemple de coopération entre nos deux institutions. Il démontre à nouveau tout l’intérêt que porte l’Union européenne au développement inclusif de l’économie tunisienne et au renforcement de la compétitivité de ses entreprises.”

“Ce programme est très ambitieux de par ses objectifs ” s’est félicitée Marie-Alexandra Veilleux-Laborie, Chef du Bureau de la BERD en Tunisie. Elle a souligné que “le Programme PACS bénéficiera à près de 500 entreprises directement, fournira de la formation à 200 femmes chefs d’entreprises et 150 chefs d’entreprise. Les organisations professionnelles des secteurs concernés sont également éligibles à l’assistance technique. “

Il est à rappeler  que la BERD, qui investit en Tunisie depuis septembre 2012, a financé plus de 20 projets dans le secteur privé pour près de 300 millions d’euros. La BERD a également soutenu, sous forme d’assistance technique, plus de 220 PME tunisiennes.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux