Tags Posts tagged with "véhicules"

véhicules

par -

La profession de concessionnaire automobile est désormais courue par tous les grands groupes de Tunisie. Le dernier en date, en course pour une concession, est le groupe Badr de la famille d’Abdessalem Ben Ayed. Tous ceux qui avaient été brimés par l’ancien chef d’Etat, Zine El Abidine Ben Ali qui régentait tout le secteur, avaient fini par prendre leur revanche, soit en reprenant les concessions confisquées auprès des familles de l’ancien clan, soit en décrochant de nouvelles cartes. Ils se sont ainsi rabattus sur les Chinoises qui font leur entrée, sans pour autant arriver à s’affirmer sur le marché.

Cette même profession, qui travaille depuis quelques années dans une absence totale de visibilité d’un ministre du Commerce qui ne sait plus où donner de la tête, entre une profession qui représente un lourd chiffre d’affaires, un très grand nombre d’emplois et une masse tout aussi importante de fiscalité, directe et indirecte, et l’obligation budgétaire de colmater les brèches de la balance commerciale. Entre promesses données et décisions de son chef de gouvernement, Zied Laadhari est certainement à plaindre, mais pas plus que les concessionnaires qui ne connaissent jusqu’ici pas le volume de leurs quotas respectifs, ni quand l’administration pourrait arrêter leurs importations, laissant leurs bateaux en rade, comme cela est déjà arrivé pour plusieurs d’entre eux.

En attendant, le secteur continue de tourner et les ventes de véhicules ne cessent d’augmenter. Chez les VP (Voitures particulières), c’est Renault dont le concessionnaire a été exfiltré du nouveau bureau de la Chambre syndicale, qui augmente ses ventes de 12,1 % et occupe la tête du peloton des meilleures ventes. Il est suivi par Hyundai dont les ventes ont bondi de 43 %. Volkswagen arrive en 3ème place.

Pour les véhicules utilitaires, c’est Isuzu qui chapeaute le peloton des meilleures ventes, avec 3.500 véhicules immatriculés, un nombre en baisse de 16 %. Derrière, c’est Citroën qui gagne 1,7 % en ventes, Fiat qui garde une PDM de 7,1 % et Tata, du même groupe Mabrouk, qui monte à la 4ème place des meilleures ventes.

Un classement par concessionnaire laisse voir une remontée spectaculaire de la société Afrique Auto (Isuzu, Opel et Chevrolet) de la famille Atrous, qui s’adjuge une PDM de 15,5 % de tout le marché automobile tunisien. Elle est suivie par Artes (Renault et Dacia), la concession du groupe de Moncef Mzabi, écarté du nouveau bureau de la chambre syndicale des concessionnaires et constructeurs automobiles. Ennakl (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda et Porsche) qui préside désormais cette structure patronale, occupe la 3ème place des ventes malgré son portefeuille de 5 marques. Avec sa seule marque aux chevrons, Aures occupe la 4ème place des meilleures ventes.

Au total, il s’est vendu en Tunisie, en 1ère immatriculation jusqu’au mois de juin 2017, quelque 33.157 véhicules contre 29.924 en pareille période de 2016, soit une hausse de 10,8 %, malgré toute la polémique nationale autour des voitures et leur poids dans le commerce extérieur tunisien et leur effet, dit néfaste, sur le déficit de la balance commerciale tunisienne.

Il n’en demeure pas moins vrai que, grâce à la relative liberté d’importation par les concessionnaires et l’ouverture de plus en plus de concessions automobiles, le marché parallèle recule. Rien que pour les 6 mois de l’exercice 2017, les re-immatriculations (importation en dehors du circuit organisé des concessionnaires et en dehors des charges fiscales et douanières, pour changement d’immatriculation) ont baissé de 30,9 %.

par -

Ooredoo vient de lancer un nouveau produit révolutionnaire Sayartech. Il s’agit d’un service qui vous permet de transformer votre véhicule en un véhicule intelligent et totalement connecté. Sayartech se compose d’un boitier GPS, compatible avec la majorité des véhicules vendus en Tunisie, accompagné d’une carte SIM Ooredoo, à installer en toute simplicité sur le port diagnostic de votre véhicule, indique un communiqué.

En plus de la localisation en temps réel de votre véhicule et de l’historique des trajets, vous recevez des alertes en cas de défaut détecté ou d’évènements en relation avec le fonctionnement de votre véhicule. Vos dates d’échéance sont enregistrées et vous sont rappelées à chaque nouvelle vidange, visite technique, paiement d’assurance ou de vignette.

Votre conduite est également notée à chaque trajet, ce qui vous permet de bénéficier de réductions sur votre contrat d’assurance auto auprès de notre partenaire Maghrébia assurances.

par -

Poursuivant sur sa lancée de récompenses et d’éloges en termes de qualité et de fiabilité, l’étude sur la qualité initiale (IQS) de J.D. Power a élevé aujourd’hui Kia Motors au rang de meilleure marque aux États-Unis pour la deuxième année d’affilée. Les améliorations de Kia concernant 72 problèmes pour 100 véhicules constituent la meilleure performance du groupe au cours des 20 dernières années de l’étude, marquées par cinq récompenses dans le segment – nombre qu’aucune autre marque n’atteint – pour la Soul (véhicule compact polyvalent), la Forte (véhicule compact), la Cadenza (véhicule de grande taille), la Niro (petit SUV) et la Sorento (SUV de taille moyenne).

La Kia Soul est repartie avec un prix IQS pour la troisième année consécutive, alors que les deux derniers modèles de la marque, Candeza et Niro, ont réalisé d’excellentes performances au cours de leur première année-modèle, la Kia Cadenza obtenant même le meilleur score parmi tous les modèles repris dans cette étude. Avec l’Optima et la Sportage, chacun des sept modèles Kia en compétition repris dans l’étude IQS de 2017 a terminé premier ou deuxième de leur catégorie respective.

« Quand Kia a battu toute l’industrie dans l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power de l’année dernière, nombreuses ont été les personnes à se demander si nous serions en mesure de conserver une telle position. Aujourd’hui, la réponse est claire et nette, étant donné que Kia conserve sa position de meneur pour la deuxième année consécutive, avec davantage de récompenses dans le segment en 2017 que toute autre marque », affirme Michael Sprague, directeur de l’exploitation et vice-président exécutif de Kia Motors America.

par -

Aux dernières nouvelles, RAS chez les concessionnaires de voitures qui attendent toujours que le ministère du Commerce leur fixe le quota d’importation annuel de véhicules. Tout le monde importe pourtant et vend, sur la base d’un renouvellement tacite du quota de l’année 2016 qui est de 50.000 véhicules. C’est ainsi que, jusqu’à fin mai 2017, il y a eu importation de 28.081 véhicules, dont 6.997 pendant le seul mois de mai.

Au Palmarès des meilleures ventes, c’est Isuzu du groupe Afrique Auto, de la famille Atrouss (par ailleurs 1er dans le classement des ventes par concessionnaires avec  un total de vente de 4.317 véhicules pour les 3 marques dont Opel et Chevrolet), suivi de Renault, la concession française d’Artes (société en bourse qui a vendu 3.981 véhicules en 5 mois 2017). Citroën, dont la concession est chez la société Aures, se classe à la 4ème place des meilleures ventes par concessionnaire (2.421 véhicules en 5 mois).

Côté voitures particulières, Renault (Artes du groupe Mzabi) reprend le leadership en matière de ventes, malgré une baisse drastique de ses ventes par rapport  à mai 2016. Il est suivi par Hyundai du groupe Alpha Motors, qui figure sur la liste des entreprises confisquées à vendre ; il améliore même ses ventes de plus de 47 % par rapport à mai de l’année dernière. Kia de City Cars (Entreprise cotée en bourse) occupe la 4ème place, suivie par Citroën du groupe Loukil, Ford du même groupe Alpha et Peugeot qui n’est qu’à la 7ème place des meilleures ventes de mai 2017.

Reste à noter, à la fin de ces cinq premiers de l’exercice 2017 pour le marché de l’automobile, que le marché parallèle confirme son retrait. Il avait pu ré-immatriculer 9.613 véhicules dont de grosses cylindrées au terme des 5 premiers 2016, il n’a pu écouler cette année que 6.226 véhicules. Preuve d’une prise de conscience de plus en plus accrue du consommateur tunisien, qu’il vaut mieux acheter un véhicule avec toutes les garanties constructeur et concessionnaire que d’acheter «un chat dans un sac».

par -

L’Agence technique des transports terrestres (ATTT) a annoncé de nouvelles mesures relatives au dépôt des dossiers des permis de conduire et à l’enregistrement des véhicules, mesures devant entrer en vigueur à partir du jeudi 15 juin 2017.
Ces mesures consistent notamment en la présentation par le demandeur du service ou toute personne le remplaçant de son identité et de montrer obligatoirement un document original la confirmant, conformément aux règlementations en vigueur.
L’ATTT a indiqué dans un communiqué, publié jeudi, que ces décisions ont pour objectif de conférer davantage de transparence aux prestations de services dans le domaine de l’enregistrement des véhicules et des permis de conduire (renouvellement du permis ou copie d’un permis de conduire, remplacement du permis militaire ou d’un permis de conduire étranger par un autre tunisien).
L’Agence a recommandé de faciliter la mission des agents des guichets chargés de ces services et de présenter le document voulu sur demande.

par -

Le colonel et porte-parole de la garde nationale, Khalifa Chibani, a affirmé que 5 véhicules saisis par les unités sécuritaires chez les contrebandiers ont été volés hier au district de la garde nationale à Tataouine, rapporte Shems fm.

 Il a ajouté que lors des derniers événements, neuf voitures administratives ont été incendiés ainsi que deux motos, d’une valeur chacune de 50 mille dinars.

Chibani s’est interrogé sur les parties qui financent les manifestants et a affirmé que la garde nationale est intervenue pour soutenir l’armée.

par -

Des mouvements de protestation ont été signalés lundi soir à Kébili avec la tentative de jeunes manifestants de prendre d’assaut le district de la Garde nationale sur la route d’El Mansoura, mettant le feu à des voitures garées à cet endroit.
Les forces de l’ordre sont intervenues, faisant usage de gas lacrymogène pour disperser les manifestants et les empêcher de s’introduire dans le district et ravager les biens publics et privés.
Selon des témoins oculaires, les manifestations ont démarré à l’intersection de Choôla, au centre ville de Kebili. Les manifestants se sont ensuite dirigés vers le siège du gouvernorat, où les unités militaires sont intervenues pour les empêcher de s’y introduire, avant de se diriger vers le district de la Garde nationale.
Les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants se poursuivent lundi soir.
Par ailleurs, certaines localités de Kébili, notamment El Galaâ, Jomna, Douz et Souk Lahad ont été le théâtre, lundi, pendant tout l’après-midi et le soir, de marches de protestation pour dénoncer l’intervention des forces de sécurité contre les sittineurs du gouvernorat de Tataouine et exprimer le soutien à ce mouvement de protestation des jeunes dans les gouvernorats de Kébili et Tataouine qui revendiquent le développement et un bon usage des ressources naturelles du pays.
Des manifestants à Souk Lahad, El Kalaâ et Jomna ont bloqué la route principale menant à leurs villes en formant un barrage humain ou en incendiant des pneus pour empêcher le passage de véhicules, particulièrement ceux des renforts sécuritaires qui se dirigeaient vers Tataouine, ont indiqué des sit-inneurs.
Par ailleurs, une grève générale a été observée depuis lundi matin dans les délégations d’El Faouar et les villages avoisinants. La grève a été décrétée dans les institutions publiques, les commerces, les cafés, à l’exception des secteurs de la santé et de l’éducation et les boulangeries.
Une marche de protestation s’en est ensuite suivie dans les principales artères de la ville. Les manifestants ont brandi des slogans réclamant le doit au développement, à la justice économique et à l’emploi.

Sur un autre plan, le syndicat régional des forces de la sécurité intérieure de Kébili a publié un communiqué pour exprimer le soutien des unités sécuritaires aux revendications des manifestants “tant qu’elles sont exprimées de manière pacifique”.
Le syndicat a appelé les différents corps de la sécurité à faire preuve de professionnalisme et de retenue et à ne pas faire usage de la force pendant les mouvements pacifiques, mettant en garde les trois présidences et le ministère de l’Intérieur contre les éventuelles conséquences d’une mauvaise gestion des revendications des manifestants, selon la même source.

par -

Le Salon automobile de Yaoundé, capitale politique du Cameroun, du 20 au 26 avril 2017, est l’occasion idéale pour exhiber une fierté nationale, et même africaine :  les premières moutures des véhicules made in Cameroon. Nommés “Cameroon Auto”, ces véhicules, lourds et légers, seront entièrement montés et assemblés dans la ville côtière de Kribi. Ce projet est le fruit d’un accord de coopération paraphé par le gouvernement camerounais et une société chinoise de construction automobile.

Le but de la manoeuvre est clair pour les autorités locales : faire chuter les importations de véhicules, qui dévorent les devises étrangères du pays. Avec cette initiative, les hauts cadres de la Fonction publique, les chefs d’entreprise, les parlementaires et autres dignitaires du régime auront un large éventail de choix, sur place, épargnant aux caisses publiques des dépenses faramineuses…

A terme, le Cameroun va devenir le premier pays de l’Afrique centrale à assembler des véhicules sur son territoire, dans le sillage des nations est-africaines…

par -

Un militaire a été blessé lors d’un échange de tirs, dimanche 16 avril 2017, entre une patrouille militaire et des contrebandiers à bord de 6 véhicules dans la zone militaire tampon aux frontières tuniso-libyennes, indique un communiqué du ministère de la Défense.

Un contrebandier a aussi été capturé après avoir été blessé à la jambe. Il n’avait pas de papier sur lui. Il a affirmé être de nationalité tunisienne.

Les deux blessés ont été transportés à l’hôpital. Une enquête a été ouverte par le parquet militaire.

par -

Selon des chiffres publiés ce mercredi par l’Association des entreprises européennes et cités par Reuters, les ventes de voitures en Russie ont reculé de 5% en janvier par rapport au même mois de 2016.

“Si le marché doit se reprendre cette année, alors il n’était pas pressé de le faire en janvier”, a commenté Jörg Schreiber, président du comité des constructeurs automobiles de l’AEB.

Il a cependant fait état d’une accélération des ventes lors de la deuxième quinzaine de janvier et a dit s’attendre à ce que le marché reparte à la hausse dans les prochains mois.

Avtovaz, le constructeur russe contrôlé par l’alliance Renault-Nissan, a fait état mardi d’une hausse de 4,9% des ventes de sa marque Lada en janvier, à 16.334 unités.

“C’est le meilleur mois de janvier de ces cinq dernières années”, a affirmé Avtovaz, qui a une part de marché d’environ 20% en Russie.

par -

Le Kenya accueillera en juin 2017 une usine PSA d’assemblage de véhicules. Elle produira en moyenne 1 000 voitures par an, rapporte ouest-France.

PSA a signé samedi matin un contrat en ce sens avec Urysia, importateur et distributeur de la marque Peugeot au Kenya depuis 2010, précise le groupe français, selon lequel la production commencera avec la Peugeot 508, suivie par la Peugeot 3008.

Selon un porte-parole du groupe, les voitures seront dans un premier temps assemblées en kit à partir d’éléments importés, avec pour objectif d’aller vers davantage d’intégration locale.

Un millier de voitures par an représentent un volume limité. Mais après le Nigeria, l’Éthiopie, la Tunisie et le Maroc, PSA poursuit sa stratégie d’internationalisation sur les nouveaux marchés émergents d’Afrique pour réduire son exposition à une Chine devenue plus difficile.

par -

L’inspection divisionnaire des Douanes de Mostaganem en Algérie a déclaré à l’APS, que l’importation de véhicules a baissé au niveau du port de Mostaganem de 91% l’année dernière par rapport à 2015.

Ce port a accueilli durant cette période 2.543 entre véhicules légers et lourds et engins de travaux publics contre 30.170 en 2015, selon les statistiques données lors des “portes ouvertes” sur ce corps.

Il s’agit de 1.924 véhicules touristiques, 527 camions et 95 machines industrielles, a-t-on précisé signalant que la valeur globale des droits et taxes de dédouanement a atteint en 2016 plus de 18 milliards DA, soit une réduction de 18 % par rapport à 2015.

Toujours selon l’APS, l’exportation hors hydrocarbures a enregistré 28 opérations en direction de l’Afrique et de l’Europe totalisant un tonnage global de 6 tonnes et une valeur vénale de 448 millions DA. Elle concerne des produits alimentaires dont le couscous, le thon rouge, les  dattes, ainsi que le cuir teint, des produits en plastique et des chevaux.

Dans le cadre de la lutte contre la contrebande, les mêmes services ont traité, l’année dernière, 15 affaires en collaboration avec la Gendarmerie nationale qui se sont soldées par la saisie d’effets vestimentaires, de boissons alcoolisées, de produits pyrotechniques et de caméras thermiques d’une valeur globale de 160 millions DA.Les Douanes ont enregistré l’entrée et la sortie de 257 navires ayant transporté 83.871 passagers dont 19.721 étrangers et 30.750 véhicules.

par -

La Chambre syndicale des concessionnaires automobiles a récemment fait savoir que le programme d’importation des véhicules populaires n’a pas enregistré la réussite souhaitée, étant donné que seulement 1500 voitures sur un total de 5000 ont été commercialisées en Tunisie.

L’échec de ce programme, selon la chambre, s’explique par plusieurs obstacles dont notamment la lourdeur des procédures administratives, l’incapacité de la classe ciblée – ayant un revenu annuel inférieur à 5 mille dinars – à acheter ces voitures dont le prix s’élève à 22 mille dinars, contre 10 mille dinars en 1994.

Dans une déclaration à Africanmanager, Mehdi Mahjoub, porte-parole de la Chambre syndicale des concessionnaires automobiles, a affirmé que les concessionnaires ont, à maintes reprises, appelé les gouvernements qui se succèdent à appliquer l’accord signé concernant la redistribution des quotas des voitures non vendues ; cependant aucune décision pertinente n’a été prise, selon lui.

Il a, en outre,  exprimé sont étonnement suite à la non application de cet accord, précisant qu’un lot de voitures sont arrivées en Tunisie et ont été interdites d’entrée au port, ce qui a poussé les propriétaires à transférer cet arrivage à des ports dans d’autres pays et à en payer les frais, en attendant la permission des autorités locales.

Il a, sur un autre volet, appelé le gouvernement à libéraliser le secteur et à fixer une stratégie de travail pour l’année 2017, étant donné que les importations de voitures doivent être programmées auprès des constructeurs des mois à l’avance.

Le porte-parole de la Chambre syndicale des concessionnaires automobiles a également indiqué que libéralisation du secteur en question permettra de créer des avantages énormes dont notamment la pression sur les prix, une réelle concurrence entre les concessionnaires, l’amélioration des services offerts, la création de postes d’emploi…

Et de rappeler qu’«en tant que concessionnaires, nous collaborons et nous avons eu des réunions avec le département du Commerce. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Zied Laadhari, a donné la permission de faire entrer dans les ports de la Tunisie les voitures importées dans le cadre des quotas qui n’ont pas été vendus ».

Par ailleurs il a indiqué ceci : “Nous réclamons la libéralisation du marché et de la visibilité pour l’année 2017, nous somme  responsables et chacun d’entre nous sait sa taille sur le marché, tant qu’il y a de la demande laissez-nous travailler !

Je tiens à ajouter que nous sommes aussi conscients du manque de visibilité qui nous empêche de travailler et même qui n’incite pas l’investisseur étranger à venir en Tunisie”.

Sur un autre volet, il a déclaré  que l’achat d’une voiture, en Tunisie, est devenu une nécessité à cause de la faiblesse de l’infrastructure de transport public.

Il a également appelé à la révision des taxes et du droit de consommation compte tenu du glissement de la valeur du dinar tunisien et la baisse du pouvoir d’achat.

par -

La société marocaine « Afrique Câble » a obtenu la validation de ses batteries automobiles par Renault. Elles seront montées sur les véhicules assemblés au Maroc, une première.

L’entreprise a investi 9 millions d’euros dans un atelier de recyclage de plomb à Casablanca, rapporte le site d’information marocain « L’usine nouvelle ».

Renault avec ses sites de Tanger et Casablanca devrait produire 348 000 véhicules cette année. Pour Afrique câbles ce marché devrait représenter un volume d’environ 200 000 unités par an, soit un doublement de l’actuelle production du site casablancais. Ce dernier fabrique déjà des batteries, notamment sous la marque Electra pour le marché de rechange, a ajouté la même source.

par -

Le parc des voitures en Tunisie s’agrandit, annuellement, à raison de 70 à 80 mille véhicules, selon une analyse effectuée par l’intermédiaire en bourse MAC SA, se référant aux statistiques de l’Agence Technique des Transports Terrestres ” ATTT”.
Le taux de motorisation de la Tunisie s’élève à 9,1% (soit un véhicule pour 11 habitants) contre 11% en Turquie, 20,3% en Roumanie et 48,2% en France.
La demande pour les véhicules légers a toujours été largement supérieure à l’offre en dépit de la hausse des prix des véhicules importés (suite à la dépréciation du dinar tunisien face à l’euro et au dollar) ainsi que la progression continue du prix du carburant, a fait savoir l’analyse, indiquant que le secteur fournit aux caisses de l’Etat au moins 100 millions de dinars par an avec sa taille actuelle.
Les véhicules légers (VL) circulant en Tunisie proviennent des marchés officiel et parallèle, ce dernier étant composé des entités réalisant des revenus en dehors des circuits officiels des concessionnaires automobiles par la ré-immatriculation des véhicules.
En totalité, les ventes de VL issues des marchés précités ont augmenté de 6,4%, entre la période 2011-2015, passant de 63 925 unités à 82 011 VL vendus.
L’étude a rappelé que le marché automobile en Tunisie est soumis à un ensemble d’autorisations (cahier de charges, agrément concessionnaire délivré par le ministère du Commerce) ainsi qu’au système des quotas, “alors qu’il devrait être un marché ouvert comme n’importe quel secteur économique en Tunisie”, recommande l’étude.
Le marché officiel des véhicules légers :
Le segment tant officiel que parallèle des véhicules légers représente la plus grosse part du marché automobile en Tunisie avec environ 96% des ventes totales, sachant qu’à lui seul, le marché officiel des VL constitue environ les deux tiers des ventes annuelles.
Les principaux acteurs du marché officiel sont les concessionnaires automobiles (marché des premières immatriculations), lesquels comptent une vingtaine d’intervenants officiels qui commercialisent plus de trente marques en Tunisie et offrent au moins 10 mille emplois directs.
Les ventes des véhicules neufs sont en progression continue sur les trois dernières années, malgré la morosité économique.
Entre la période 2011- 2015, la progression des ventes des concessionnaires automobiles tunisiens s’est établie à 4,7%, passant de 45 075 VL en 2011 à 49 54 203 VL en 2015. Par rapport à 2014, la progression des ventes était légère, soit seulement 1,6%.
La baisse des quotas d’importation des véhicules neufs a profité au marché parallèle:
La baisse des quotas d’importation des véhicules neufs (1ères immatriculations) en 2011 a profité au marché parallèle, d’après l’étude.
Selon les chiffres de l’ATTT, les ré-immatriculations ont augmenté de 10,2% sur la même période 2011-2015 pour atteindre les 27 808 véhicules, en 2015 contre 18 850 véhicules en 2011.
Ce marché parallèle a atteint son pic historique durant la période 2012-2013, accaparant ainsi près de 36% des véhicules mis en circulation sur le marché tunisien.
L’accroissement de la part de marché du circuit parallèle s’explique, a indiqué l’étude, par les restrictions à l’importation des véhicules neufs, la limitation de l’offre des concessionnaires agréés qui ne satisfait pas l’ensemble de la demande, la hausse du nombre des Tunisiens qui sont à la recherche de la parfaite combinaison entre véhicule ” bonne occasion ” et ” prix intéressant “, surtout après la révolution, période marquée par la baisse du pouvoir d’achat du ménage tunisien, le relèvement en juillet 2012 de l’âge maximal des véhicules d’occasion importés de 3 ans à 5 ans, l’avantage en matière de paiement de droits et taxes accordés aux Tunisiens résidents à l’étranger pour l’importation de véhicules (un premier véhicule en franchise totale et un second véhicule avec un droit de douane de 25%), le changement des habitudes de consommation chez les européens qui se tournent vers des automobiles plus ” écolos ” et se débarrassent en conséquence, des anciens véhicules dits ” plus polluants ” à des prix raisonnables.
Les marques européennes sont les plus vendues en Tunisie
Les marques européennes restent les plus vendues en Tunisie et accaparent près de 60% du marché. Ceci étant, ces dernières années, les marques asiatiques commencent à s’assurer des parts de plus en plus importantes vu le rapport qualité/prix offert qui répond de mieux en mieux aux attentes du Tunisien, toujours selon l’étude.
Le classement par marque fait apparaître Citroen comme la marque des véhicules légers la plus vendue en 2015, pour la deuxième année consécutive.
En effet, la société AURES Auto (filiale de la holding UADH) concessionnaire officiel de la marque Citroen a réussi à consolider sa place de leader en 2015 avec 6 731 VL vendus, soit une part de marché (PDM) de 12,4%.
La marque allemande Volswagen vient au deuxième rang suite à la commercialisation de 5 433 VL en 2015 avec une PDM de 10%), suivie par la marque française Peugeot (9,7% de PDM) alors que la marque Renault se trouve à la 4ème place.
Concernant les marques sud-coréennes, KIA vient de se hisser à la 5ème place alors que la marque HYUNDAI se trouve toujours à la 8ème place.
Repenser le secteur pour une meilleure dynamique:
D’après l’analyse financière de MAC SA, l’essor du secteur viendra de sa libéralisation, du fait que les opérateurs du marché réclament la libéralisation du secteur des véhicules légers comme c’est le cas pour les véhicules industriels en 2012, pour encourager les concessionnaires à fournir de meilleurs services, à étendre leurs réseaux, à créer de l’emploi et à développer l’économie.
Selon les professionnels, l’ouverture du marché ne peut qu’améliorer la concurrence, l’investissement et les impôts collectés.
Le secteur automobile reste accablé doublement par le système de quota et la prolifération du marché parallèle qui fournit, à lui seul, le tiers des besoins annuels du marché.
La réorganisation du marché parallèle, en l’intégrant dans l’officiel permettra, selon les spécialistes, de doubler facilement les recettes de l’Etat en provenance de ce secteur, d’encourager l’investissement et de créer de l’emploi.

par -

Le ministère du Commerce algérien a annoncé que           le quota d’importation de véhicules a été revu à la hausse, rapporte ce mercredi l’agence d’information Tsa.

Le contingent des voitures importées a été porté à 98.374 unités en 2016, répartis sur les 40 concessionnaires ayant bénéficié de licences d’importation, rapporte l’agence officielle, citant le ministère du Commerce.

Un total de 225 licences d’importation de véhicules, de ciment et de rond à béton a été attribué par la commission interministérielle chargée de délivrer ces documents au titre de l’année 2016.

D’après la même source, le contingent initial d’importation des véhicules en Algérie avait été fixé à 152.000 unités pour l’année 2016, avant d’être réduit à 83.000 unités pour une valeur de moins d’un milliard de dollars. Puis, il a été augmenté de 15.374 unités en réponse aux recours introduits par des opérateurs.

par -

Soon Nam Lee, président pour la région Moyen-Orient et Afrique de Kia, a annoncé que la marque automobile sud-coréenne veut installer une usine de montage de véhicules en Algérie, rapporte ce vendredi 23 septembre 2016 l’agence d’information algérienne « TSA ».

Dans la foulée de l’annonce d’un accord pour l’assemblage de voitures en Éthiopie, le responsable de la marque coréenne dit réfléchir à faire de même en Algérie : « Il est important de pénétrer le marché africain. Nous étudions la possibilité d’ouvrir des usines similaires en Algérie et dans d’autres pays », a-t-il déclaré.

par -

Dans un communiqué rendu public ce lundi 15 août 2016, le ministère de l’Intérieur a annoncé l’arrestation, lors d’une campagne sécuritaire menée dans les différents gouvernorats du pays, de 290 personnes recherchées et la saisie de 5 voitures faisant l’objet de recherche.

Le ministère de l’Intérieur a dans le même cadre annoncé la saisie de 12 autres voitures et 377 motos.

par -

Les forces militaires déployées dans la zone-tampon dans le sud tunisien ont ouvert le feu jeudi soir sur trois véhicules de contrebande de carburants qui avaient refusé d’obtempérer aux injonctions de s’arrêter.
Interceptés à Sidi Ali Methnani (délégation de Ben Guerdane), deux de ces véhicules ont pris feu sous les tirs des militaires, alors que le troisième a rebroussé chemin vers le sol libyen, selon un communiqué rendu public vendredi par le ministère de la Défense nationale.
Les deux conducteurs des deux véhicules en feu ont rejoint le troisième véhicule, avant de prendre la fuite, ajoute-t-on dans le communiqué.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Les États-Unis et le Togo seront co-organisateurs du Forum de la loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique – Africa Growth...

Reseaux Sociaux