Tags Posts tagged with "visiteurs"

visiteurs

par -

La zone touristique de Sousse-El Kantaoui a enregistré, en 2017, une augmentation de 20% du nombre d’entrées, par rapport à 2016.
Les hôtels à Sousse-ville et à El Kantaoui ont accueilli, entre le 1er janvier et le 31 décembre de l’année écoulée, 941 mille 276 touristes, contre 784 mille 202, en 2016, fait savoir à l’agence TAP, mardi, le commissaire régional au tourisme, Bassam Ouertani.
Le nombre de nuitées a cru de 26% passant de 3 millions 362 mille 635, à 4 millions 232 mille 947.
Le tourisme local était en tête, avec 393 mille 898 visiteurs tunisiens (+12%). Le nombre de touristes algériens a fait un bond de 56%, avec 209 mille 587 entrées.
Malgré une baisse de 8,5%, le marché russe a maintenu une place de choix, avec 131 mille 486 touristes.
On note, également, une reprise remarquée des marchés classiques, notamment allemand (+49% soit au total 35 mille 923 touristes), français (+82% pour atteindre 26 mille 472 touristes) et belge (+ 500% avec un total de 10 mille 682 touristes).

par -

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a pris le pouls du secteur en 2017. Il en ressort que le nombre de touristes dans le monde a enregistré une hausse de 7% l’an dernier, soit la poussée la plus significative depuis 2010, a-t-on appris hier lundi 15 janvier.
Dans le détail, le nombre de visiteurs internationaux (qui ont dormi au moins une nuit dans un endroit) affiche 1,3 milliard d’individus sur la planète. D’après l’OMT, la reprise économique à l’échelle de la planète a donné des ailes aux touristes occidentaux mais aussi à ceux des pays émergents.

L’Europe, en y intégrant la Turquie, est le continent qui a eu le plus de succès (+8%). Près de la moitié des touristes (671 millions) de la planète y ont séjourné. La France garde sa place de numéro 1 mondial en 2017. “Même si les chiffres définitifs ne seront publiés qu’au printemps, le nombre de visiteurs de la France en 2017 pourrait atteindre 89 millions de personnes“, indique l’Organisation.
Cette dernière fait de l’Espagne la deuxième destination mondiale en arrivées en 2017, devant les Etats-Unis, en attendant la publication de leurs données officielles en juin. A noter que l’Espagne a reçu 82 millions de visiteurs en 2017 contre 75,6 en 2016.

Par ailleurs l’OMT souligne le rebond du tourisme dans les pays méditerranéens, qui avaient été pénalisés par les attaques terroristes : en Turquie, le secteur a repris des couleurs avec une envolée de 33% des entrées (chiffres partiels jusqu’en novembre), +23% en Tunisie et +55% en Egypte.

par -

Le Maroc file droit vers un total de 11 millions de touristes en 2017. Le royaume ainsi les fruits de la multiplication de ses liaisons aériennes. “Les chiffres définitifs ne sont pas encore disponibles, mais nous sommes d’ores et déjà assurés de dépasser pour la première fois les 11 millions de touristes”, s’est réjoui hier vendredi 22 décembre Saïd Mouhid, président de l’Observatoire du tourisme marocain. Et on le comprend vu ce que pèse ce secteur dans le PIB du pays : 10%. Si cette tendance se confirme dans une semaine, on serait au-dessus des résultats de 2016, où le bond des entrées touristiques n’avait été que 1,5% (10,3 millions) sur toute l’année.

Selon nos prévisions, nous allons également dépasser la barre des 22 millions de nuitées et générer des recettes en devise de 68 milliards de dirhams (6,1 milliards d’euros), contre 64,2 milliards l’an passé”, a confié Mouhid à l’AFP.
Dans le détail, ce sont les Français qui raffolent le plus du Maroc, avec un tiers de la totalité des visiteurs, puis les Espagnols, ensuite les Allemands et les Britanniques.
A noter que près de la moitié des visiteurs sont d’origine marocaine, les Marocains résidant à l‘étranger étant pris en compte dans le volume global des touristes.

Marrakech, Agadir et Casablanca sont les trois villes plébiscitées par les visiteurs. “La première va terminer l’année sur des performances record, en dépassant les deux millions de visiteurs”, a déclaré à l’AFP le directeur du Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech, Abderrahim Bentbib.

Il est maintenant question d’explorer d’autres horizons, tels que la Chine et la Russie. Pour le moment les touristes de ces deux nations ne sont que 100 000 dans le total des entrées, mais ce chiffre pourrait vite monter avec la suppression des visas…

par -

D’après des statistiques dévoilées par l’Observatoire du tourisme et rapportées par le site matin.ma, un total de 9,7 millions de touristes ont visité le Maroc entre janvier et octobre 2017, soit une progression de +9% par rapport à la même période de l’année dernière.

Le nombre des touristes étrangers (TES) a progressé de +14%, alors que les arrivées des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont augmenté de +5%, indique l’Observatoire du tourisme qui vient de publier ses statistiques sur le tourisme marocain couvrant les 10 premiers mois de 2017.

Cette hausse a concerné les principaux marchés émetteurs, en particulier l’Allemagne (14%), la Hollande (8%) et la France (7%), relève la même source.

S’agissant des marchés touristiques émergents pour le Maroc, ils maintiennent leur trend haussier, la Chine enregistrant une progression de 203%, alors que le Japon, la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Brésil ont affiché des hausses respectives de 40%, 33%, 30% et 51%.

Concernant les nuitées totales réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés, elles ont enregistré une hausse de 15% durant les 10 premiers mois de 2017 (+19% pour les touristes non-résidents et +8% pour les résidents).

Les deux pôles touristiques Marrakech et Agadir ont généré, à eux seuls, 60% des nuitées totales à fin mai, fait savoir l’Observatoire qui note que ces deux villes ont connu une augmentation de 18% et 12%, respectivement.

Les autres destinations ont aussi affiché des bonnes performances, en particulier les villes de Fès et de Tanger avec des hausses respectives de 37% et 26%.

Quant au taux d’occupation jusqu’à fin octobre 2017, il a atteint 44%, en progression de 4 points par rapport à la même période de l’année passée.

Toujours selon la même source, les recettes générées par l’activité touristique des non-résidents au Maroc se sont élevées à 59,2 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2017, contre 56,1 MMDH un an auparavant, soit une augmentation de 5,4%.

Pendant le mois d’octobre, le nombre d’arrivées des touristes aux postes frontières a enregistré une hausse de 15% par rapport au même mois de 2016 (+24% pour les TES et +1% pour les MRE).

par -

La ministre du tourisme Selma Elloumi prévoit une croissance du secteur au cours de la prochaine année, notamment après la levée de l’interdiction de voyage de la part de plusieurs pays, telle la Grande-Bretagne, outre la programmation de la destination Tunisie par les grands tours opérateurs.
Répondant, mercredi, aux interventions des députés lors d’une séance plénière consacrée à l’examen du budget de son département pour l’année 2018, la ministre a passé en revue plusieurs indicateurs enregistrés en 2017, notamment le nombre de visiteurs qui atteint 6 millions 112 mille touristes, soit une progression de 24% par rapport à la même période de l’année 2016.

Elloumi a expliqué cette hausse par le développement du marché européen de 19,3%, et spécialement les marchés traditionnels comme la France (527 mille touristes), soit une hausse de 47%, la Russie (513 mille touristes).
Le nombre de touristes allemands a progressé de 42% et britanniques de19%.
Le nombre de nuitées passées a enregistré une hausse de 23% alors que les revenus du secteur ont progressé de 3%.
La ministre a en outre évoqué le développement du marché maghrébin (+32%), et à sa tête le marché algérien qui a réalisé 2 millions 100 mille touristes, suivi par la Libye (1 million 176 mille touristes).
S’agissant de l’Artisanat, la ministre a mis l’accent sur le rôle social du secteur qui fournit des revenus à 30 mille artisans, outre son rôle économique avec un volume d’exportation de 45 millions de dinars, soit une hausse de 5,4%.
Le nombre de villages artisanaux opérationnels a atteint 9, comportant 181 locaux et fournissant 543 emplois.

par -

On lit dans le communiqué du ministère marocain du Tourisme que les revenus de l’activité touristique des non-résidents au Maroc sont montés à 53,7 milliards de dirhams (5,65 milliards de dollars), au terme des 9 premiers mois de cette année. C’est une évolution de 4,6% en comparaison avec la même période en 2016.

Le texte fait état d’un total de 8,858 millions des visiteurs, entre janvier et septembre 2017, une progression de 9%. Dans ce chiffre, la part des étrangers a enregistré une hausse de 13,2%, celle des Marocains résidant à l’étranger de 5,2%, indique le communiqué du ministère.
Dans le détail, on a également appris que cette croissance est due à l’envolée de certains marchés émetteurs, notamment l’Allemagne (+13%), la Hollande (+8%), l’Espagne (+8%) et aussi les marchés touristiques dit émergents, tels la Chine (+242%) et le Japon (+40%).

A noter que les nuitées dans les établissements d’hébergement touristique classés ont été touchées par l’embellie, avec une progression de 15%. Enfin le palmarès des villes marocaines qui ont capté le plus de touristes donne ceci : Fès, +35% ; Tanger, +25% ; Marrakech est 3ème avec +18% et Agadir boucle le Top 4 avec +12%…

A titre de comparaison, le tourisme tunisien, durement impacté par les attentats du Bardo et Sousse en 2015, a également repris des couleurs, avec des recettes record depuis 6 ans, 2,4 Milliards de dinars de janvier au 31 octobre 2017. Mais on est encore très loin des performances marocaines en la matière. Il est vrai que le Royaume a pris beaucoup plus tôt le virage du tourisme haut de gamme et atteint maintenant une vitesse de croisière. La Tunisie y vient, très tardivement, avec les méga projets de Hammamet, Gammarth… Mais il faudra du temps, beaucoup de temps et beaucoup d’autres projets de ce type pour réduire l’écart avec le Maroc…

par -

La région du Kébili a enregistré, durant les neuf premiers mois de 2017 (janvier-septembre), une augmentation de 67,3% du nombre de touristes, par rapport à la même période de 2017, soit 82 mille visiteurs contre 49 mille.
Cette forte croissance se reflète, également, à travers le nombre de nuitées qui a augmenté de 70,6% passant 53321 à 90972 nuitées, fait savoir à l’agence TAP le Commissaire régional au tourisme, Mohamed Saiem.
Le tourisme intérieur occupe la première place avec 26517 visiteurs, talonné par le marché russe (26124 touristes).
Selon Saiem, les perspectives pour le 4e trimestre 2017 et le 1er trimestre 2018 sont positives, en prévision du démarrage de la haute saison touristique, dans la région du sud tunisien, avec la tenue d’événements culturels et touristiques d’envergure, à l’instar du 34e Festival international des dattes de Kébili (2-4 novembre 2017) et du 50e Festival international du sahara de Douz (28-31 décembre 2017).

par -

La 6ème édition du Forum de l’Investissement en Tunisie (Tunisia Investment Forum- TIF 2017), sera organisée les 9 et 10 novembre 2017, à Tunis, avec la participation attendue de 1200 visiteurs venant de 30 pays, dont des investisseurs, des décideurs économiques et des représentants de plusieurs organisations internationales.
Organisée à l’initiative de l’Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA) en collaboration avec des partenaires étrangers, cette manifestation bisannuelle permettra de présenter aux participants, les nouvelles caractéristiques de l’environnement des affaires en Tunisie et les opportunités d’investissement disponibles dans différents secteurs.
Parmi les thèmes qui seront abordés lors du TIF 2017, ” la position de Tunisie dans les chaînes de valeur mondiales “, ” la Tunisie, votre partenaire stratégique en Afrique “, ” l’économie numérique, le moteur tunisien de la compétitivité “, ” Santé et éducation, secteurs en plein essor “, ” Économie verte, un conducteur de croissance durable “…
Le forum sera, également, l’occasion pour l’organisation des réunions d’affaires pré-arrangées sur la base d’un catalogue en ligne contenant des profils détaillés d’entreprises et précisant les types de partenariats commerciaux souhaités.
La précédente édition du TIF (2015), organisée sur le thème ” Investir en Tunisie, Accompagner le succès”, a accueilli environ 1 400 personnes, dont 900 tunisiens et 500 étrangers venus de 50 pays. Pour la première fois d’importantes délégations albanaise, américaine, australienne, brésilienne, chinoise, émirat, grecque, malaisienne, qatarie et turque avaient pris part au TIF 2015.

par -

Un groupe de visiteurs s’est pris à un crocodile au zoo du Belvédère à Tunis dans l’après-midi du mardi 28 février 2017 causant la mort de l’animal, indique un communiqué de la municipalité de Tunis.

L’animal a succombé à une hémorragie interne en raison  de la plaie causée par une grosse pierre qui l’a atteint à la tête, ont indiqué des sources auprès de la municipalité de Tunis.

par -

La 5ème édition du lancement des journées carrières en Côte d’Ivoire se tiendra du 21 au 26 mars prochain en Côte d’Ivoire et offrira un forum d’échange entre, les élèves, les étudiants les parents d’élèves et les professionnels de la formation ainsi que les entreprises. Plus de 60.000 visiteurs sont attendus pour cette 5ème édition, indique un communiqué.

Pour promouvoir la présence du secteur tunisien de l’enseignement supérieur sur le marché ivoirien, le Centre de Promotion des Exportations (CEPEX) organise la participation tunisienne à cette manifestation qui s’intègre dans le cadre d’un meilleur positionnement de l’offre tunisienne de formation en Côte d’Ivoire.

Le programme de cette manifestation comprend des rencontres directes avec les étudiants, les élèves et les parents, un programme de networking avec  les principaux acteurs de la Côte d’Ivoire intervenant dans le secteur de la formation  et des visites de sites.

La Côte d’Ivoire comptent 192.832 étudiants au sein des universités et grandes écoles (2015) enregistrant une hausse de 139% par rapport à 2011 ;

par -

Invest Consulting organise la 9ème édition des Journées de l’éco-construction et l’économie d’énergie des bâtiments, l’évènement majeur de la construction écologique et de l’innovation en Tunisie, et ce les 31 janvier et 1er février 2017 au siège de l’UTICA. La construction durable à l’honneur avec un focus sur l’impact écologique et les bénéfices de l’éco-construction dans notre société est le thème phare de cette édition.

Lors d’un point de presse organisé, ce mercredi 25 janvier 2017, à la maison de l’exportateur, Faousi Ayadi, l’organisateur de cet événement, a indiqué que l’éco-construction est avant tout un état d’esprit qui nécessite un changement au niveau des mentalités.
Il a en outre indiqué que ce salon est un pas vers l’éco-construction, et ce dans l’objectif de faire construire des bâtiments avec le moindre coût et être par conséquent plus productif dans le secteur.
Ayadi a, dans le même contexte, indiqué que ce salon verra la présentation de plusieurs idées de micro-projets émanant des étudiants. “35 sociétés dont Knauf exposeront leurs produits au cours de ce salon”, indique Faousi Ayadi à Africanmanager. Par conséquent, le nombre des visiteurs atteindra les 3 mille, selon ses déclarations.

Cette rencontre annuelle est aussi l’occasion de réunir les décideurs et experts de la construction et du bâtiment et les représentants des différentes entreprises dans le but de stimuler la réalisation de futurs projets économiques et écologiques. Elle s’adresse aux professionnels de l’immobilier mais elle est également ouverte aux particuliers avertis.
Tous les corps de métiers de la filière du bâtiment durable – fournisseurs, décideurs, prescripteurs, porteurs de projets innovants, architectes, bureaux d’études et prestataires de services – seront au rendez vous : construction en bois, alu et PVC, revêtement, peinture et décoration, domotique, automatismes, surveillance, alarmes, éclairage, énergies renouvelables (solaire, photovoltaïque, éolienne, thermique), étanchéité, isolation performante, climatisation, chauffage innovant, piscines écologiques, promoteurs immobiliers écologiques et porteurs de projets écologiques, structures d’appui et de partenariat, organismes et bailleurs de fonds…

Au-delà d’un appui concret pour favoriser le développement du bâtiment écologique et les investissements des différentes entreprises dans l’éco-construction, Invest Consulting s’engage activement sur des thématiques telles que : Architecture et urbanisme écologique, Innovation des matériaux & systèmes constructifs, Logement économique & écologique, Gestion écologique des Bâtiments, Ecologie & Environnement.

Avec l’organisation de ces journées, Invest Consulting souhaite contribuer à faire découvrir aux différents intervenants le potentiels du bâtiment à la fois économique et écologique, à travers des expositions & démonstrations, startup éco, éco forum,  rencontres VIP et rendez-vous business one-to-one…

par -

Le nombre de touristes en Tunisie à la fin novembre 2016 s’est élevé à 5,190 millions, ce qui correspond à une évolution de 4,7% par rapport à la même période de 2015. C’est ce qu’a avancé la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rkik. Intervenant à l’occasion de la séance plénière qui se tient actuellement à l’ARP et consacrée à l’examen du budget de son département, la ministre a précisé que cette croissance a touché certains marchés dont notamment le marché algérien (16,7%), russe et les Tunisiens résidents à l’étranger (2,6%). Dans le même contexte, les nuitées ont atteint 16,924 millions, soit une hausse de 10,4%. Jusqu’à 20 novembre dernier, les recettes étaient de l’ordre de 2100 millions de dinars, soit le même chiffre que celui réalisé en 2015.

par -

Le Salon de l’Immobilier, “Soukna Expo”, a ouvert ses portes hier jeudi 6 octobre 2016 au siège de l’UTICA et se poursuivra jusqu’au 9 octobre courant. Un rendez-vous incontournable très attendu par les promoteurs immobiliers, les banques et les décideurs du secteur pour nouer de nouveaux contacts et  partenariats dans le secteur du bâtiment, de la décoration, de l’immobilier et de la promotion de l’exportation. Les agences immobilières, les institutions financières et les assurances n’ont pas manqué l’événement, mais leur nombre était très minime et n’a pas dépassé la trentaine. Les visiteurs ne se bousculent pas aussi. Parmi les sociétés qui ont exposé leurs nouveautés, nous citons : Jnaynet Monfleury, Mena pour la promotion immobilière, SIMPAR, Essaraya Immobilière, TIBA immobilière, Immobilière Chaâbane, société Batilux, Oxallis Immobilière, le croissant immobilière, Hannibal Lease et Banque Zitouna.

Africanmanager a fait le tour du salon et a interrogé plusieurs experts en la matière : Les principales interrogations ont concerné la flambée des prix et le programme du “premier logement” annoncé récemment par le chef du gouvernement. Voici les réponses.

Vers la réforme de la législation

Dans une déclaration à Africanmanager en marge du salon, Néjib Snoussi, directeur général de l’Habitat auprès du ministère de l’Équipement et de l’Aménagement du territoire, a signalé la hausse des prix de l’immobilier en Tunisie, durant ces dernières années, expliquant cela par la pénurie des terrains à bâtir, la hausse des prix des matériaux de construction et le coût élevé de la main d’œuvre.

Néjib Snoussi nous a confié par ailleurs que le ministère de l’Équipement travaille actuellement pour réformer la législation réglementant le secteur et ce, dans l’optique de fournir des terrains prêts pour la construction de logements à des prix bien maîtrisés.

Interrogé sur le programme du “premier logement” récemment annoncé par le chef du gouvernement, le directeur général de l’Habitat a indiqué que ce programme va aider la classe moyenne à acquérir un logement moyennant un auto-financement sous forme de prêt initialement estimé à 20% du prix du logement. Ce prêt est remboursable à des conditions très favorables, a souligné M. Snoussi, ajoutant que ça devient aujourd’hui très difficile pour la classe moyenne d’acheter un bien immobilier.

Il a, dans le même contexte, indiqué que la loi réglementant ce programme est en cours d’élaboration. Des négociations sont actuellement en cours avec le ministère de l’Équipement et toutes les parties concernées dont la Chambre des promoteurs immobiliers afin d’étudier les conditions nécessaires pour bénéficier de ce programme. “Ce programme a également nécessité des concertations avec les banques”, a-t-il dit.

Flambée des prix et pénurie des terrains à bâtir

Quant à lui Faouzi Ayadi, expert dans l’immobilier, a signalé la stagnation des opérations de vente à cause de la flambée des prix du logement et de la pénurie des terrains à bâtir. Du coup, le Tunisien devient de plus en plus incommodé par l’achat d’un logement, surtout avec la dégradation de son pouvoir d’achat. “Le Tunisien est aujourd’hui incapable d’acheter une maison soit en raison de l’impossibilité de fournir l’autofinancement exigé par les banques pour l’octroi des crédits-immobiliers ou à cause de la faiblesse de son salaire”.

Ayadi a sous un autre angle relevé la réticence des étrangers, et même des Tunisiens résidents à l’étranger, par rapport à l’achat d’un bien immobilier, et ce à cause d’un manque au niveau des logements économiques et sociaux, malgré une forte demande en la matière. Et de préciser que les promoteurs immobiliers s’orientent aujourd’hui vers le très haut standing, alors qu’il n’est pas trop demandé, ce qui entraîne une stagnation au niveau des vente dans cette branche d’activités.

S’agissant du programme du “premier logement”, Ayadi a félicité le lancement de telles initiatives, appelant toutefois le gouvernement à faciliter l’application de ce programme en Tunisie et les banques à faciliter les procédures d’obtention de crédits-logement.

Un revenu entre 1700 et 3000 D pour le 1er logement

Pour sa part, le chef de cabinet du ministre de l’Equipement, Khaled Dridi, a indiqué, dans son interview accordée à Africanmanager, que l’initiative du chef du gouvernement relative au programme du premier logement sera lancée avant fin de l’année 2016. Ce programme permettra à la classe moyenne de bénéficier d’un auto-financement estimé à 20% du coût du logement, que prendra en charge l’Etat. Le crédit est plafonné à 150 mille dinars.

Il a ajouté que les personnes qui bénéficieront de ce programme doivent avoir un revenu brut entre 1700 dinars et 3000 dinars, soit plus que 4 fois le SMIG. Une période de remboursement de 12 ans avec une période de grâce de 5 ans a été fixée par ce programme.

FOCUS 🔍

Dans le cadre de la stratégie nationale de « Décashing » et d’inclusion financière et faisant suite aux résultats positifs sur l’ensemble de ses tests techniques,...

Le meilleur des RS

L'UGTT se serait bien passée de l'émoi autour de son parc automobile, après les frasques de son secrétaire général adjoint, Bouali Mbarki. La puissante...

INTERVIEW

Le groupe Loukil est certainement l’un des plus importants investisseurs en Afrique. Bassam et Walid y croient fortement et s’y activent, du Soudant en...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT

L'équipe nationale de football a terminé sa préparation pour le septième et dernier match de la Coupe d'Afrique des Nations 2019, mercredi soir au...