AccueilLa UNENaissance de deux think tanks tunisiens, l'un pour la sécurité, l'autre pour...

Naissance de deux think tanks tunisiens, l’un pour la sécurité, l’autre pour la diplomatie

Deux nouveaux think tanks tunisiens pour faire la lumière sur la sécurité nationale et  les questions de politique étrangère, viennent de voir le jour.  Il s’agit du Le Conseil tunisien des relations internationales (CTRI) et l’Institut de la prospective et des hautes études stratégiques et de sécurité (IPHESS) qui se v veulent de « nouveaux lieux indépendants pour des discussions de grande envergure ».

- Publicité-

Les questions de politique étrangère et de sécurité font l’objet de groupes de réflexion tunisiens nouvellement créés qui s’appuieront sur l’expérience et la perspicacité d’anciens hauts fonctionnaires pour faire la lumière sur les principaux défis et préoccupations de la Tunisie. Le CTRI a été fondé en novembre dernier par l’ancien ministre des affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, et comprend un certain nombre de hauts fonctionnaires et de diplomates.

Comme la plupart des organismes de recherche en politique étrangère, le nouveau groupe de réflexion vise à « fournir un forum national pour tous les acteurs intellectuels et politiques afin de délibérer sur les questions régionales et internationales », comme le soulignent les objectifs officiels du CTRI. Cependant, le  think tank a ne orientation géographique claire, puisqu’il entend étudier les implications des développements internationaux sur « la situation en Tunisie, dans la région du Maghreb et dans la zone méditerranéenne ».

Composé d’experts et d’anciens fonctionnaires, le groupe de réflexion a prise sur les besoins et les défis du pays. Il souligne sa volonté de « servir les intérêts vitaux et stratégiques de la Tunisie » et de suivre « l’évolution des relations de la Tunisie avec diverses parties et pays dans les sphères africaine, européenne, asiatique et américaine et leurs contributions au renforcement de la stature internationale de la Tunisie et à la préservation de ses intérêts dans divers domaines politiques, économiques et de sécurité ».

Jhinaoui considère que la nouvelle institution qu’il préside contribue à la transition démocratique de son pays. Selon lui, les think tanks « font partie de tout système démocratique » et « aident les décideurs à formuler les bonnes politiques ». Ce processus, a-t-il déclaré à The Arab Weekly, « nécessite la création de liens solides entre les différents intervenants, y compris les universitaires, les personnes qui influencent l’opinion, les militants de la société civile et les partis politiques ». Cependant, a-t-il ajouté, « c’est un processus lent qui va mûrir en même temps que la consolidation de la transition démocratique ».

L’un des principaux rôles du groupe de réflexion sera d’expliquer les questions de politique étrangère et de sécurité au grand public, a déclaré l’ancien diplomate en chef de la Tunisie.

L’IPHESS, influent laboratoire d’idées

Le Conseil tunisien des relations internationales, qui partage une partie de ses intérêts, est un autre institut de recherche indépendant prometteur qui entend approfondir les questions de sécurité nationale.

Fondé par l’amiral à la retraite Kamel Akrout, ancien conseiller à la sécurité nationale de feu le président tunisien Beji Caïd Essebsi et ancien chef du renseignement militaire, l’Institut de prospective et d’études avancées stratégiques et de sécurité (IPHESS)), basé à Tunis, a été créé en octobre dernier.

Le nouveau groupe de réflexion se concentre sur la sécurité nationale, la défense et les questions géostratégiques, en s’appuyant sur « des analystes open source ayant des intérêts particuliers dans la Méditerranée, la région MENA et le Sahel, des médias sociaux ainsi que des experts du renseignement ».

Les experts de l’institut comprennent un certain nombre de « compétences expérimentées qui ont assumé des responsabilités de haut niveau dans l’État pendant des décennies », a déclaré l’amiral à la retraite Akrout à The Arab Weekly. Ces experts sont « déterminés à (apporter) leur contribution à un moment où notre pays a besoin de toutes ses forces et d’hommes et de femmes d’expérience de toutes les générations », a-t-il ajouté.

« Notre pays, comme nous le savons tous, traverse des circonstances difficiles et des défis redoutables, y compris des questions socio-économiques, culturelles, politiques, liées aux systèmes de valeurs et géostratégiques, en plus de la pandémie mondiale ».

Le groupe de réflexion, a ajouté  Akrout, « aspire à (devenir) un laboratoire d’idées influent au niveau national avec une portée géographique plus large ». Depuis sa création, il a cosigné des études, organisé un certain nombre de débats et de symposiums en ligne pour discuter de questions de sécurité nationale telles que la lutte contre le terrorisme, la sécurité énergétique, la cybersécurité, l’intelligence artificielle, les données de grande taille et les perspectives de communication du G5.

Dans la période à venir, elle a l’intention d’organiser deux symposiums sur l’intelligence artificielle et sur « la jeunesse et les possibilités d’action dans la période de transition actuelle du point de vue politique, juridique, social, culturel et médiatique ».

2 Commentaires

  1. Blablabla….Deux figures de l’ancien régime de Ben Ali récupérés par BCE….On connaît la chanson…Think Thank, associations caritatives ou dédiées à la Jeunesse qui muteront bientôt en parti politique au service d’agendas étrangers …but ultime, déboulonner Ennahdha et réintroniser l’ancien régime sous couvert d’expertise savante….Dites- nous plutôt, combien sont payés cet ex ministre des A.E de Ben Ali et de BCE et cet ex militaire conseiller de BCE pour la sécurité….et qui finance ces deux créations parallèles d’institutions légales qui existent dans le pays…?!

    • Votre prise de position avec des arguments types recyclage ou des retour de l’ancien régime sont révolus ,cette chanson ou plutôt cette rengaine appartient à l’histoire , il ne vous est pas possible d’essayer de comprendre de l’utilité de ces groupes de réflexions et de conseil.
      Les personnes citées ci-dessus sont des soldats méritants et patriotes ,à ce titre je ne peux que approuver l’initiative, ils sont de loin plus méritants que les ONG islamistes qui fabriquent des Kamikazes pour déstabiliser le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,456SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles