AccueilLa UNEAFH : 300 000 Tunisiens sur la liste d’attente

AFH : 300 000 Tunisiens sur la liste d’attente

Au propre comme au figuré, des centaines de milliers de Tunisiens se bousculent au portillon npourv disposer d’un toit. Le directeur général de l’Agence Foncière d’Habitation, Mohamed El-Khames Labidi, en a recensé entre 280.000 et 300.000 d’inscrits qui attendent leur tour pour obtenir des lots, notant que 70% de ces demandes sont concentrées sur le Grand Tunis (Tunis,Mannouba, Ben Arous et Ariana) et les gouvernorats de Sousse et Sfax.

Des prix « abordables » !

Ila souligné dans une interview accordée à AfricanManager.Ar  qu’il existe une forte demande pour les terrains en lotissement s et le produit proposé  par l’agence, étant donné que les prix représentent environ un tiers de ceux  pratiqués  dans les grandes villes, sans omettre de préciser  que les longs délais d’attente sont dus à la grande rareté du patrimoine immobilier.

Il a cependant assuré que nombre d’inscrits n’avaient pas attendu plus de 3 ans, alors que d’autres  demandes étaient encore  en instance depuis plus de 30 ans, et que certains parmi eux ont été informés du rejet de leur demande, pour  non-conformité du dossier, selon lui. C’est pour cette raison que l’Agence Foncière d’Habitation est tenue de revoir sa stratégie de communication, la développer et simplifier l’information afin de se rapprocher du citoyen.

Selon les derniers chiffres publiés par l’Institut National de la Statistique, l’indice général des prix de l’immobilier a augmenté, au cours du quatrième trimestre 2021, de 6,2%, tandis que l’indice des prix des appartements a évolué de 1,3%.De même, les  prix des terrains résidentiels ont augmenté de 9,6 % (moyenne de 5,8 % pour 2015-2020) et ceux des logements  de 2,1 %.

Rareté du patrimoine immobilier

« C’est une équation très simple, mettre à disposition des terrains lotis nous permet de répondre à un nombre plus important de demandes à des prix raisonnables, notamment dans les grandes villes », précise le directeur général, qui évoque dans ce contexte la stratégie élaborée par l’agence en 2016, qui vise principalement à modifier le marché foncier résidentiel et à résister au monopole en exerçant une pression sur les prix et en établissant  une meilleure coordination avec les municipalités pour fournir des logements à toutes les catégories de la société.

Parmi les propositions figure la création de grandes aires urbaines dans le cadre des exigences de l’harmonie sociale et environnementale ainsi que de développement durable, selon les dires du responsable.

Il a également souligné l’importance de l’intervention de l’État et de la mise à disposition de terrains aux promoteurs immobiliers publics, représentés principalement par l’Agence de Réhabilitation Urbaine, la Société de Promotion de l’Habitat Social « Sprols » et la Société Nationale Immobilière Tunisienne « Snit », qui doivent fournir des logements adéquats aux différentes catégories de la société à proportion de leur pouvoir d’achat.

Il convient de mentionner que l’Agence Foncière d’Habitation a réussi, depuis sa création, à procéder au lotissement de plus de 7 000 hectares, répartis sur 360 lotissements dans les différentes régions de la Tunisie.

Elle a également engagé la construction de 170 000 logements, dont 60 000 sont destinés au logement social, soit 35 % du produit de l’Agence au profit de 85 000 citoyens.

Digitalisation…

Laabidi a déclaré que l’agence est constamment soucieuse d’améliorer les indicateurs de gouvernance en activant le rôle de contrôle interne et externe dans ses différentes structures, en plus du suivi des résultats. Il a également déclaré que des progrès importants ont été réalisés dans le cadre de la digitalisation au sein de l’entreprise.

En réponse à une question concernant le phénomène de la construction anarchique, qui représente aujourd’hui 37 % de la construction en Tunisie, Mohammed El-Khames Laabidi a déclaré que « la construction aléatoire a beaucoup nui non seulement à l’agence, mais aussi à la Tunisie, qui possède une architecture ancrée dans l’histoire. »

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. L’AFH est l’une des institutions publiques qu’il faut la contrôler et l’accompagner dans l’administration de ses affaires, la zone de Mrezga – Hammamet, projet de l’AFH depuis plus de 5 ans connaît des problèmes fonciers et que le ministère de l’équipement n’a pas résolu ce problème pour permettre à l’AFH de procéder à l’affectation des lots de terrain pour la construction. Des tunisiens résidents à l’étranger rêvent un jour d’acheter un lot de terrain en devises pour passer des vacances dans leur pays malgré que notre demande date de plusieurs années sans réponse. Je me demande pourquoi le gouvernement ne prend pas les choses au sérieux et gagner de l’argent surtout la Tunisie en a besoin pour importer les médicaments et investir dans les équipements de production. Des projets qui ont une incidence positive sur le budget de l’Etat et sur la balance de paiement. N’est-ce pas de la mauvaise gestion des affaires du pays ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,006SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -