Nos députés aussi sont obsédés par leur confort !

Nos députés aussi sont obsédés par leur confort !

par -

Bien que quelques mois les séparent des élections législatives et présidentielles, lesquelles à priori se tiendront en 2019 et signifient la fin de leurs mandats à l’ARP, nos chers élus multiplient les demandes et revendiquent plein de choses qui sont à leurs yeux plus que légitimes. Justement! Ce sont presque les demandes de tous les jours et de tous les Tunisiens, la différence est que le citoyen lambda le fait dans la rue alors que les élus le font sous la coupole de l’ARP. A vrai dire, les demandes sont principalement financières : augmentation de salaires, augmentation de la prime parlementaire, augmentation de la prime de voyage, paiement des heures supplémentaires et la liste est encore longue. Mis à part l’argent, les députés n’ont pas manqué de revendiquer l’indépendance financière et administrative de l’ARP, une télévision parlementaire et un bureau pour chaque député, des demandes qui devraient être satisfaites dans les plus brefs délais, comme promis par le président de l’ARP afin que les députés puissent poursuivre convenablement les missions qui leur ont été confiées.

Lors d’une séance plénière qui s’est tenue à l’ARP et portant sur l’examen des budgets des trois présidences dont celui du Parlement, le député et président de la Commission de l’agriculture, de la sécurité alimentaire, Zouhair Rejbi, a appelé à l’augmentation de la prime parlementaire et le paiement des heures supplémentaires. Le motif : certains députés passent entre 17 et 18 heures à l’ARP pour discuter de certains projets de loi au sein des commissions, argue-t-il.

Outre l’augmentation de la prime parlementaire et les heures supplémentaires, le député a appelé à doter les élus de bureaux au sein de l’ARP, faisant remarquer qu’ils accueillent leurs invités et discutent avec eux dans les couloirs de l’Assemblée.

Quant à elle, la députée du bloc national Leila Hamrouni a réclamé la création d’une mutuelle pour les élus, les agents et les cadres de l’ARP, à l’instar des autres institutions de l’Etat. “C’est une demande légitime (…) C’est notre droit (…) les députés ont besoin de cette mutuelle pour résoudre certains problèmes“, a-t-elle expliqué.

Elle a par ailleurs dénoncé les campagnes de dénigrement déclenchées à l’encontre des élus à chaque fois qu’ils formulent une demande financière : “Celui qui touche aux députés, touche à l’ARP, voire à une institution législative et in fine à la démocratie“.

Elle a fait savoir qu’elle espère voir l’ARP disposer de médias internes, chargés de défendre les députés et de montrer la réalité des choses, soulignant qu’une TV parlementaire qui rapportera le travail des commissions ne coûtera pas beaucoup.

Pour sa part,  le député de l’Union patriotique libre (UPL) Tarek Ftiti a appelé à transformer “Al Wataniya 2” en TV parlementaire, au motif que la 2ème chaine publique n’a pas de programmes intéressants, selon ses dires. L’objectif n’est pas de soigner l’image des députés, mais plutôt de montrer la réalité et de donner aux députés la possibilité de corriger les fausses informations, citant les bruits sur le prélèvement de 4 dinars des salaires des députés absents, un dossier très mal géré par les médias, d’après Ftiti.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire