AccueilLa UNEOù va donc l’argent de « Promosport » ?

Où va donc l’argent de « Promosport » ?

Défendant son territoire, et un des « gagne-pain » de l’Etat en Tunisie, la société « Promosport », entreprise publique qui « est dotée du monopole d’organisation des concours de pronostics sportifs en Tunisie », vient de rendre public un communiqué. Ce dernier s’est limité à une charge contre tout ce qui n’est pas l’entreprise dans le monde des paris en Tunisie, sans donner aucun éclairage sur ce qu’elle fait de l’argent qu’elle récolte. « Ce n’est pas le sujet », pourrait dire le Pdg de Promosport. Alors, nous posons ces questions.

  • Un marché en expansion vertigineuse, grâce à un vide réglementaire

Dans le « read-out » fait de la conférence de presse, toutes griffes dehors de « Promosport », on apprend que « le marché des paris sportifs en Tunisie vit depuis quelques années une expansion vertigineuse, compte tenu du volume important des transactions et de l’engouement de plus en plus grandissant des passionnés de ce domaine. La majorité des sites de paris sportifs en Tunisie ne sont pas en conformité avec la réglementation en vigueur, et sont gérés à l’international avec des partenaires étrangers qui ne sont pas identifiés clairement par les autorités tunisiennes, et encore moins par les parieurs ».

L’entreprise qui a le monopole des paris en Tunisie estime que « la majeure partie du marché des jeux de hasard et des paris sportifs proposés par ces acteurs, ne satisfait aucunement au cadre et aux textes juridiques régissant cette pratique, même pour les acteurs agissant sous le libellé « activités informatiques », et précise que ces acteurs « dépendent totalement de plateformes hébergées à l’étranger sans donner aucune garantie de protection des données personnelles de leurs utilisateurs ».

Toujours dans l’offensive tous azimuts, Promosport admet que « les structures de l’Etat sont de plus en plus conscientes que ce secteur est tout sauf sain et transparent », oubliant qu’elle ne l’est pas non plus pour tout ce qui a trait à ses finances. Et d’accuser ensuite les acteurs des jeux sportifs « d’illégalité, et enchaînant des opérations de blanchiment d’argent, de fraudes fiscales, d’infractions de change, d’arnaques des parieurs, de spéculations, de manipulations des résultats sportifs et d’usage illégal des données à caractères personnels » et tutti quanti, annonçant au passage, sans autre forme de détail, que cela a « poussé l’Etat à intervenir et suspendre l’activité de plusieurs acteurs de paris sportifs et les poursuivre en justice ».

Il faut reconnaître que les difficultés auxquelles a fait face « Promosport » durant ces années ont laissé la porte ouverte à une concurrence illégale et déloyale et à la pénétration du marché tunisien par des structures étrangères, du black et grey market. Des structures étrangères que le communiqué ne cite pas, mais laisse deviner à travers les drapeaux des pays, inclus dans la « PowerPoint » distribué à l’occasion, la présence notamment la Turquie et l’Algérie dans la rubrique « Expansion du marché illégal ».

Un marché illégal dont le chiffre d’affaire serait d’un Milliard de Dinars et qui reste invisible en matière fiscale (A se demander si les agents du Fisc ne circuleraient pas dans les mêmes rues où sont installés ces parieurs), que le communiqué de l’entreprise publique accuse d’être derrière « la baisse des entreprises publiques et de la part de l’Etat (ATS & Promosport), de 70 MDT en 2013 à plus ou moins 22 MDT en 2021.

  • Qui fait quoi de l’argent de « Promosport » ?

Officiellement et selon son propre communiqué, « Promosport est considérée comme la seule safe zone garantissant les gains et les droits des parieurs ainsi que les droits de l’Etat et du sport tunisien (…), et qui a historiquement contribué à promouvoir le sport et à soutenir la jeunesse tunisienne ».

Pourtant entreprise publique « Promosport » n’a jamais publié ses états financiers (On ne la trouve pas sur la liste des EP dont les états financiers étaient disponibles au MF (Pdf)), ni démontré par le chiffre et l’image ce qu’elle a fait de l’argent qu’il dit dépenser pour « promouvoir le sport et soutenir la jeunesse » !

Ce n’est qu’au fil des pérégrinations sur les moteurs de recherche qu’on retrouve cette déclaration sur une radio privée indiquant que « la société de Promosport a réalisé un chiffre d’affaires de près de 1,1 Milliard DT entre 1982 et 2021 (théoriquement 27,5 MDT par an), dont 680 millions de dinars durant les dix dernières années et 340 millions alloués à la Caisse nationale de promotion sportive (CNPS) à titre de dons aux associations sportives ». On ne saura pas à qui et sous quels critères elle a donné cet argent, ni à quoi il a servi, et encore moins ce qu’ont pensé ses commissaires aux comptes de la gestion de l’entreprise !

Entretemps, presque tous les clubs de football se plaignent de manque d’argent. D’autres sports, comme le tennis, ou la natation, ne sauraient exister sans l’apport de donateurs privés, et les compétiteurs en sports individuels sont les oubliés de cet argent public. Qui fait quoi de cet argent ? La réponse commencerait par une conférence de presse annuelle de « Promosport » pour dire toute la vérité sur ses états financiers !

(Sur base du communiqué de Promosport)

- Publicité-

4 Commentaires

  1. Les arnaqueurs connaissent à se faire connaitre dans les entreprises publiques non contrôlées par l’Etat ou que l’Etat par ses fonctionnaires est complice , c’est la raison pour laquelle j’ai toujours dit qu’il fallait se débarrasser de ces unités et les céder aux privés. Cette entreprise publique n’est pas la seule, il y a aussi la RNTA dont la majorité de son personnel et ses cadres perçoivent leur salaire de la société sans être présent car ils ont d’autres activités patentées ou non. Malla khaouar! Le Président KS a raison et mille fois raison de nettoyer la pays mais cette fois-ci avec les militaires. Rabbi Maak ya Rais!

    • pour se « débarrasser » de ces unités comme vous dites il faut d’abord bien connaitre les spécificités de ce secteur ( jeux d’argent et e hasard ) qui est le secteur économique le plus dangereux dans le monde avec un chiffres d’affaires qui peut atteindre les 2000 milliards de dollars soit entre 2et 5 % du PIB mondial mais malheureseument 75 % proviennent de l’argent sale  » black market » et 20% du « grey » avec uniquement 5 % proviennent du marché légal dans le monde entier soit 40milliars uniquement .
      contrairement à ce que vous avez écrit Promosport injecte annuellement de l’argent à l’Etat comme recettes affectées au financement du sport de l’ordre de 15 millions de dinars par ans depuis l’expansion de marché illégal ( ‘2017) dont les recettes de l’Etat collectése de la part d’environ de 200 acteurs illégaux ne dépassent pas les 8 millions de dinars soit la moitié de ce que Promosport verse toute seule.
      le secteur ne nécessie pas un débarras de promosport mais une organisation rigoureuse du secteur pour éradiquer les crimes de blanchiment d’argent d’évasion fiscales et de manipulation de résultats commis actuellement par les acteurs privés qui sont totalement gérés par des plateformes hébergées à l’étranger dans des paradis fiscaux ou le dinar tunisien peut être vendu à 300 milles pour être acheté au parieur tunisien à 1, 3 dinar t les données personnelles des tunisiens circulent à l’étranger sans la moindre protection.

      Donc il faut organiser le secteur avec rigueur puis on peut parler du secteur privé tout en sachant que ce secteur restera toujours le monopole de l’Etat partout dans le monde ou la loi règne.

      • Merci M. le Pdg de Promosport de votre commentaire. Il ne suffit pas de le dire ici pour être transparent. Seriez-vous prêts à nous donner accès à ces données en détail ? Seriez-vous prêts à nous donnez copie des 5 derniers bilans avec commentaires de vos CC, pour qu’on puisse confirmer vos propos. seriez-vous prêts à nous accorder interview pour dire tout cela ??

        • bonsoir ou avec plaisir selon un RDV fixé en commun accord ou vous ouvez consulter les états financiers des derniers exercices .( 71;186204 / 71186 205)
          NB; nous avons envoyé un éclaircissement en date du 6 dont la teneur qui suit:
          Objet : droit de réponse et quelques éclaircissements

          Nous avons lu avec beaucoup d’intérêt l’article publié le 04novembre 2022 par M .Khaled Boumiza intitulé « ou va donc l’argent de Promosport ? » , et nous avons l’honneur de vous communiquer les éclaircissements suivants :
          1 /La société ROMOSPORT créée en 1984 par la loi n° 84-63 du 06 aout 1984 est dotée d’une mission de service public portant sur « la promotion du sport et l’encouragement à son financement …. Le produit net de ses activités doit être affecté à la promotion du sport ».

          2 / La mission de la société Promosport trouve ses origines dans le décret-loi n° 60-1 portant création d’un fonds spécial de trésor dénommé « Fonds National de Promotion du Sport » qui doit être financé par une partie des recettes de l’organisation des jeux de hasard et des paris sportifs et en insistant que cette activité est interdite sauf si la loi prévoit le contraire , un principe reconduit dans le cadre du décret-loi n°74-20 jusqu’à création de la société Promosort qui fut désormais chargée de financer ce Fonds Spécial de Trésor.

          3 /Le fonds spécial de Trésor depuis 1986 est dénommé « Fonds National de Promotion du Sport et de la Jeunesse » ( ci- après FNPSJ voir loi des finances 1987) est financé comme suit :
          – 50% des recettes réalisées par Promosort au titre des concours de paris mutuels organisés depuis 1982 même avant la création de Promosport .
          – 70% des recettes réalisées au titre des concours de paris à cotes ,de loto, de grattage et des jeux instantanés selon les dispositions de l’article 12 de la loi des Finances de l’année 2019.

          Il est à noter que les recettes affectées par Promosport au FNPSJ feront l’objet d’un arrête conjoint ente le Ministre des finances et le Ministre chargé des sports pour une réaffectation de ces recettes aux bénéficiaires soit des projets sportifs soit des subventions aux clubs et fédérations sportives.
          De ce qui précède nous insistons sur le fait que la société Promosport agit dans le secteur comme un COLLECTEUR D’IMPOT AU PROFIT DE L’ETAT selon ce qui suit :
          – Une part fixée par les lois de finances ( de l’année 1987 et 2019) qui sera automatiquement versée au FNPSJ.
          – Un droit de timbre crée par la loi des finances complémentaire de 2014 de l’ordre de 25 millimes sur chaque colonne vendue soit 14% des recettes brutes de chaque concours organisé ce qui avoisine entre 4 et 5 millions de dinars chaque année.
          Du fait , il st opportun d’insister sur la pression fiscale très lourde sur l’activité de Promosport qui s’élève à 56% des recettes globales réalisées chaque année .
          C’est ainsi qu’il faut signaler que les recettes propres de Pomosport au titre de ces activités entant qu’operateur de jeux de hasard et de paris sportifs ne dépassent pas les 10% des recettes de son activité conformément à la répartition fixée par les lois des finances pour couvrir ses charges de fonctionnement et d’investissement .
          Qui plus est d’éclaircir l’opinion publique et de répondre à la question « ou va l’argent de Promosport ? » en mettant l’accent sur la véritable mission de Promosport à savoir le financement du FNPSJ géré conjointement par le Ministères des finances et de la jeunesse et des sports . Le chiffre d’affaires réalisés par Promosport durant les 40 ans qui ont écoulé et qui avoisinent les 1 100 millions de dinars est réparti comme suit :
          – Environ 600 millions de dinas affectés aux caisses de l’Etat .
          – Environ 400 millions de gains versés aux parieurs
          – Environ 100 millions de dinars recettes propres à Promosport.
          Il est opportun de signaler que la Société Promosport à réalisé des bénéfices nets durant ces années de gloire ce qui lui a permis d’investir davantage dans le sport en créant un pole immobilier mis en exploitation dés l’année 2000 avec un investissement de l’ordre de 12 millions de dinars et qui est composé de :
          – Une maison de fédérations abritant actuellement les sièges de 36 fédérations sportives nationales dans le cadre de location avec des tarifs préférentiels ou le loyer ne dépasse pas les 7000 dinars par an.
          – Un bloc d’hébergement avec une capacité de 50 lits et un restaurant mis à la disposition des sportifs d’élite avec un bâtiment loué à l’Observatoire National des Sports.
          – La réponse a votre question est donc claire et ne porte aucun équivoque sur la vraie mission de Promosport agissant comme un acteur major dans le financement du sport et la participation active dans la réalisation des objectifs de la stratégie nationale de la jeunesse et des sports d’où la justification de sa défense sans fatigue contre les actes de malfaiteurs et des agissements mafieux de certains acteurs qui ont spolié l’argent public ,qui doit être affecté normalement aux caisses de l’Etat et pas à Promosport et qui veulent nuire à l’image de Promosport et faire des obstacles à sa politique de modernisation en faisant circuler les mensonges.

          D’ailleurs Promosport n’a jamais posé un problème à l’Etat on garantissant ses équilibres financiers et en honorant ses engagements envers toutes les autorités publiques ( CNRPS, CNAM IMPOT et part du FNPSJ) et tous les Fournisseurs publics et privés .

          Concernant les états financiers il est à noter que tous les états jusqu’au l’exercice 2020 sont publiés soit au JORT soit sur le réseau RNE . les états financiers de 2021 sont en cours de validation par le conseil d’administration de Promosport et seront publiés sur le réseau RNE avant la fin de 2022.
          En guise de conclusion il est opportun de faire la distinction entre la société Promosport et le « Fonds National de Promotion du Sport et de la Jeunesse / FNPSJ » communément connu sous le nom du fonds national de Promosport qui est géré directement par les ministères des finances et de la jeunesse et des sports après une discussion lors de la préparation des lois des finances et qui sera inscrit au budget annuel du ministère de la jeunesse et des sports sous le libellé « titre III » et ce sans la moindre intervention de la part de Promosport ou concertation avec elle . Celle-ci se contente de son rôle de COLLECTEUR D’IMPOT ET D’ARGENT AU PROFIT DE L’ETAT .
          tout en répondant à la question « ou va l’argent de Promosport? », peut-on poser la uestion autrement  » ou va l’argent des jeux ce hasard et des paris sportifs réaliser par les acteurs illégaux? »

          MERCI POUR VOTRE COLLABORATION , MERCI POUR VOTRE COMPREHENSION

          LE PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL
          ADEL ZERAMDIN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -