Tags Posts tagged with "Etat tunisien"

Etat tunisien

par -

Nous apprenons, de sources proches du dossier, que le gouvernement tunisien aurait décidé de vendre la participation de 10 % de l’Etat dans le capital de l’opérateur téléphonique Ooredoo suite à la confiscation, en 2011, des parts de l’homme d’affaire Sakher El Materi, qui était jusque-là actionnaire à 25 %. Le gouvernement tunisien avait jusqu’ici étudié la possibilité de céder ces 10 % à travers la bourse de Tunis, mais aurait estimé que cela demanderait trop de temps en face des besoins urgents du budget tunisien. Nos sources indiquent que le gouvernement tunisien aurait finalement décidé de vendre directement à un des opérateurs économiques de la place.

htl

La Tunisie avait déjà cédé 15 % d’Ooredoo à Qatar Télécom, en mars 2013. En 2015, les revenus de l’opérateur étaient de 970 MDT, en chute par rapport aux 1,015 Milliards DT de 2014 et aux 1,0588 Milliards DT de 2014. Selon certaines estimations, la vente des 10 % d’Ooredoo pourrait rapporter quelque 500 MDT à l’Etat tunisien.

par -

Le dernier numéro de « Jeune Afrique », daté du 4 au 7 septembre 2016, révèle que le FMI avait demandé au gouvernement tunisien de dégager une provision de 400 millions de dinars comme une première tranche d’indemnités à verser à ABCI Investissements. S’appuyant sur des sources financières, le magazine a ajouté que « le tribunal arbitral de la Banque mondiale, Cirdi, s’apprête à rendre un verdict favorable à cette société dans le litige qui l’oppose depuis 27 ans à l’Etat tunisien dans l’affaire franco-tunisienne. La BFT dont l’actionnaire majoritaire, ABCI, a été spolié par le clan Ben Ali, a elle aussi subi les conséquences de cette prédation, puis a a pâti des erreurs des autorités ». Tout commence en 1989 avec la nationalisation de la BFT par la spoliation de l’actionnaire majoritaire, la société ABCI Investissements au profit de la STB. Depuis, l’ABCI poursuit l’Etat pour spoliation.

par -

Malgré le gel de ses activités pour trente jours, le parti islamiste radical Ettahrir a annoncé, jeudi 18 août 2016, la tenue de son colloque annuel à Kerkennah sous le thème « Des gouvernements successifs, changement des noms et consécration du suivisme et du colonialisme », et ce le samedi 20 août 2016.

Il est à rappeler à ce propos que les activités du parti islamiste Ettahrir ont été suspendues pour trente jours, et ce suite à la décision du président du tribunal de première instance de Tunis rendue publique à la date de ce mardi 16 août 2016. Il s’agit de la dernière étape avant la suspension définitive du parti.

La décision de suspension a été prise suite à un recours déposé par le gouvernement tout en se basant sur le code régissant les partis.

par -
Le chef du gouvernement

Mbarka Brahmi, veuve du martyr Mohamed Brahmi et députée du Front Populaire à l’ARP, a déclaré ce lundi 25 juillet 2016 sur Mosaique fm que l’affaire de l’assassinat de son époux stagne depuis trois ans, l’Etat tunisien voulant clore ce dossier.
Elle a ajouté que tout ce que la justice tunisienne pourrait faire est de mettre la main sur ceux qui ont exécuté le crime, négligeant les vrais commanditaires de cet acte terroriste.
Brahmi a affirmé qu’elle n’acceptera jamais ce scénario et qu’elle usera de tous les moyens afin de mettre à nu la vérité, refusant ainsi que l’acte soit endossé uniquement par les exécutants.

par -

L’Institut tunisien des conseillers fiscaux a déposé une plainte auprès de la Commission des droits de l’Homme de l’ONU contre l’Etat tunisien au motif que ce dernier l’a exclu de l’élaboration de la loi sur le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), rapporte mosaïque fm.

Dans la plainte il est dit que la loi n’a respecté ni la Constitution ni les conventions internationales sur les droits de l’Homme, a ajouté la même source.

par -

Un tribunal italien a, ce mercredi, déclaré l’Etat tunisien coupable dans l’affaire de coups et blessures où sont poursuivis  deux policiers tunisiens qui ont agressé deux collègues italiens en Italie en 2008. Le tribunal a ordonné à la  Tunisie de payer 5.000 euros de dommages et intérêts à la policière  Laura Tassistro qui a été agressée ainsi que son  collègue  de sexe masculin  par deux agents de la police tunisienne  à Gênes en novembre 2008. Le tribunal a également condamné les deux assaillants à un an de prison ferme chacun

 “C’est la première fois qu’un Etat étranger est  condamné en Italie pour des faits commis par des agents relevant de son appareil de la sûreté “, a déclaré l’avocat de Laura Tassistro,  Michele Ispodamia, citée par l’agence de presse ANSA.

 ” Il s’agit d’un verdict révolutionnaire qui pourrait servir de précédent dans les cas de crimes contre les Italiens à l’étranger, à commencer par celui de Giulio Regeni “, a-t-il estimé. Giulio Regeni est le chercheur universitaire italien de 28 ans qui a été torturé et assassiné au Caire plus tôt cette année. L’avocat a également déclaré qu’il a fallu un an pour venir à bout de la résistance du ministère italien des Affaires étrangères pour permettre que la Tunisie soit citée dans cette affaire en la personne de son ambassadeur en Italie, Naceur Mestiri.

La policière Tassistro et son collègue ont été agressés après avoir demandé aux deux policiers tunisiens leur laissez-passer  alors qu’ils venaient de débarquer au port de Gênes. Ils ont refusé d’obtempérer et se sont déchaînés contre leurs deux collègues italiens qui tentaient de les conduire au poste de police pour interrogatoire.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

Le Ministère de l’Energie, de l’Eau, et des Mines, l’Ambassade des Etats-Unis près le Bénin, le Millennium Challenge Corporation (MCC), et le Programme de...

SPORT

Reseaux Sociaux