20 C
Tunisie
mercredi 30 septembre 2020
Accueil Actualités Plénière sur la motion d’Al-Karama : Levée sitôt ouverte !

Plénière sur la motion d’Al-Karama : Levée sitôt ouverte !

La séance plénière consacrée à l’examen du projet de motion présenté par le groupe Al Karama a été levée suite à une demande formulée par le président du groupe Qalb Tounès Oussama Khelifi de faire connaitre le sort de la correspondance adressée par le président de la République sur ce projet. Khelifi a argué que le domaine de la motion est du ressort du président de la République.

Dans sa motion, le groupe Al Karama appelle le gouvernement français à présenter des excuses au peuple tunisien pour les crimes commis pendant et après la colonisation.
Soixante seize députés seulement ont été présents à l’ouverture de la plénière présidée par la première vice-présidente du parlement, Samira Chaouachi.

Seifeddine Makhlouf, président du groupe Al Karama a affirmé avoir informé le président de la République et le chef du gouvernement du projet et que ces derniers n’ont émis aucune réponse, ce qui constitue, selon lui, « une acceptation de principe ».
Et d’ajouter que le parlement a le plein pouvoir de voter les motions qui lui sont soumises et que les deux têtes de l’Exécutif n’ont pas la compétence d’intervenir dans pareils projets.
La présidente du Parti Destourien Libre (PDL) Abir Moussi s’est pour sa part interrogée sur l’absence des députés du mouvement Ennahdha et du président du parlement Rached Ghannouchi de la plénière.

La motion d’Al Karama exhorte le parlement à demander des excuses ouvertes et officielles de l’Etat français pour les crimes commis contre le peuple et l’Etat tunisiens pendant et après la colonisation. Le groupe cite les assassinats, les crimes de torture, l’exile forcé, le pillage des ressources naturelles et le soutien des régimes despotiques et de la dictature.
Dans le texte du projet de motion, Al Karama demande l’indemnisation des victimes de ces exactions, conformément aux textes internationaux.
Le groupe parlementaire exige également de l’Etat français de mettre à la disposition de l’Etat tunisien, des chercheurs et du public large les archives relatives à cette période noire de l’histoire de la Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,659FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,309SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles