AccueilLa UNEQu'est-ce qui s'est passé dans l'usine de Bir Mchergua ?

Qu’est-ce qui s’est passé dans l’usine de Bir Mchergua ?

Dans une opération à la Commando, le chef de l’Etat tunisien investissait samedi soir les locaux d’un des deux principaux industriels de rond de béton, dans la région de Bir Mchergua du gouvernorat de Zaghouan.

- Publicité-

En fait, et selon des informations mises en ligne par Moez Hrizi, responsable de communication de l’organisation « Tunisia Producers », qui affirme que ses informations sont « de sources dignes de foi », l’opération aurait été préparée, plusieurs jours auparavant. Hrizi indique ainsi qu’une enquête avait été menée par le ministère du Commerce, en collaboration avec une équipe spéciale de la Garde Nationale, où un drone aurait été utilisé pour l’interception des allées et venues de la marchandise. Africanmanager a essayé de contacter par téléphone le propriétaire de l’usine en question F.M, qui ne serait disponible qu’à partir de lundi prochain.

Selon « Tunisie Producers », la seule partie à avoir communiqué sur le sujet, « les prix des matériaux de construction, et notamment le rond de béton, ne sont pas libres, mais fixés par l’Etat. Mais au cours des 10 dernières années, un certain nombre de grands fabricants de fer  ont formé une  coalition pour exiger une augmentation du prix du fer à béton. Et devant le refus de l’État, ils s’abstenaient collectivement de vendre du fer et asséchaient le marché pour provoquer une crise et faire pression sur l’État pour accepter l’augmentation qu’ils demandaient.

Au cours du mois de mars, les mêmes fabricants ont exigé une augmentation de 15 % du prix, mais les récents événements politiques ont empêché l’approbation de l’augmentation, et les fabricants se sont abstenus de vendre du fer sur le marché préférant le stocker dans leurs magasins, ce qui a provoqué une crise du fer et une situation difficile dans le secteur de la construction, des travaux publics et des grands projets.

Après des semaines de crise, le ministère du Commerce a rendu une décision appelant les fabricants à approvisionner le marché en fer et a confirmé qu’il formerait un comité pour étudier la demande d’augmentation des prix. Parallèlement, la Direction des enquêtes économiques de la Garde Nationale a lancé des enquêtes sur la question du fer, qui a concerné un certain nombre de fabricants de ce métal.

 Des cellules d’enquête de sécurité ont surveillé les usines de fer, où elles ont pu identifier les quantités de fer dans les entrepôts. Après des jours de surveillance, il a été constaté que les propriétaires des usines de fer approvisionnaient le marché en quantités limitées de fer, ce qui a fait perdurer la crise malgré la disponibilité de la production et du fer en grande quantité à l’intérieur des entrepôts des usines.

Les unités  de la Garde nationale auraient surveillé un certain nombre de camions qui transportaient le fer de nuit depuis les usines, et lorsqu’ils ont été arrêtés, il a été constaté qu’ils ne portaient pas de factures, ce qui voulait dire que ces quantités étaient destinées au marché parallèle.

Le Parquet et le Pôle Judiciaire et Financier auraient été informés des détails des investigations et du contrôle, et une décision judiciaire aurait été rendue pour saisir le rond de béton dans les entrepôts de l’usine. Le président de la République aurait été ensuite informé des résultats des enquêtes  et aurait ainsi décidé de se rendre dans l’une des usines après la saisie.

Les quantités de fer saisies, et dont la valeur aurait été estimée entre 80 et 100 MDT, seraient prochainement injectées sur le marché, et leur produit financier serait reversé au Trésor public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,847SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles