AccueilLa UNESAH en 2021 : Une 2ème année au goût de la crise, et...

SAH en 2021 : Une 2ème année au goût de la crise, et le cosmétique pour la desserrer

*Tunisie-Valeurs

Créée en 1994 par l’ancienne banquière Jalila Mezni qui est classée 100ème CEOs dans la région Mena par Forbes, la société SAH (Société d’Articles Hygiéniques) est l’un des fleurons de l’économie tunisienne. Initialement lancée dans la fabrication des serviettes hygiéniques, la société a connu un développement considérable au fil des années. C’est Tunisie-Valeurs (T.V) qui l’affirme. L’intermédiaire boursier estime qu’en « récoltant les fruits d’une stratégie d’expansion régionale, de diversification et d’intégration en amont, l’entreprise est aujourd’hui à la tête d’un Groupe panafricain, fortement intégré de onze sociétés qui opèrent dans trois lignes de métier ».

–          Du papier hygiénique à l’ouate et aux détergents, elle couvre toute la zone UEMOA

Cœur de métier du groupe (près de 66% des revenus consolidés en 2021), l’activité d’hygiène et papier est assurée par la société mère (implantée en Tunisie) et par des filiales industrielles (Algérie, Libye, Côte d’Ivoire et Sénégal) et commerciales (Algérie et Maroc).  Les installations industrielles du Groupe en dehors de la Tunisie ont permis d’accélérer la couverture régionale du Groupe. SAH Lilas a réussi, en effet, à établir une plateforme en Côte d’Ivoire et au Sénégal pour servir les marchés voisins de la zone UEMOA.

Sur la ligne des produits d’hygiène et papier, SAH se positionne parmi les leaders sur les marchés tunisien, libyen, mauritanien et congolais avec une forte présence en Algérie et au Gabon.

Afin de sécuriser les approvisionnements du Groupe dans le métier des produits d’hygiène et papier et de maîtriser la qualité de l’ouate de cellulose, le Groupe s’est lancé dans la production de cette matière première essentielle depuis 2013. Cette entité couvre 70 % des besoins du Groupe. Au-delà des bienfaits de cette stratégie d’intégration sur les marges, l’activité de production d’ouate de cellulose constitue aujourd’hui un véritable centre de profit pour le Groupe.

Benjamine du Groupe, l’activité de production des détergents a été lancée en 2016. Le Groupe détient actuellement 53,6% du capital de cette entité. Le reliquat est détenu par des SICAR.

Opérationnelle depuis Juillet 2019, l’activité des détergents a connu un succès commercial important.

–          Les cosmétiques à Zriba de Zaghouan

Le Groupe prend, désormais, un nouveau virage stratégique en comptant se lancer dans la fabrication des produits cosmétiques. C’est le projet phare auquel devrait s’atteler le management en 2022. Localisée à Zeriba, Zaghouan, l’usine de la nouvelle filiale dédiée à cette ligne de métier et dénommée Azur Industrie Cosmétique, devrait coûter la somme de 45 MDT. Dotée d’une capacité de production de 25 mille tonnes par an, cette usine devrait entrer en exploitation fin 2022. Elle se spécialisera  dans la production du savon liquide, du shampooing, de l’après shampooing, du gel douche et du déodorant.

L’investissement de 45 MDT comprend, également, le coût de la création d’une unité de fabrication d’emballages en plastique pour les besoins du Groupe pour les activités cosmétiques et détergents ; d’où la création de la nouvelle filiale Azur d’articles plastiques en 2021.

Le Groupe réalise 33,7% de son chiffre d’affaires en dehors de la Tunisie. Il jouit d’une dimension internationale indéniable et d’une couverture géographique diversifiée (une vingtaine de pays en Afrique et deux pays dans la région MENA, à savoir le Qatar et le Liban). Il est l’unique acteur indépendant ayant des sites de production dans 5 pays africains (Tunisie, Algérie, Libye, Côte d’Ivoire et Sénégal). Notons qu’un site de production additionnel sera implanté à partir de 2023 en Afrique de l’Est (au Kenya).

Après avoir ouvert 20% du capital au public au moment de l’introduction, le flottant du capital a progressé graduellement pour dépasser 37 %. Une proportion dont les étrangers constituent une partie non négligeable (de 9,8 %).

–          Faits & éléments saillants au 31 décembre 2021

2021 a été une deuxième année de suite au goût de la crise pour le Groupe SAH. Une crise, qui a empêché une normalisation de l’activité et de la rentabilité et a dû générer un manque à gagner important au niveau des ventes.

« Le taux de réalisation des objectifs de résultat net aurait pu être beaucoup plus élevé n’eussent été les effets de l’inflation et du taux de change sur les coûts des inputs, et les retards cumulés sur les dernières années dans le plan de développement du Groupe », explique T.V. Et l’intermédiaire boursier d’ajouter que « malgré la résilience commerciale affichée par SAH, l’exercice 2021 a été marqué par une tendance généralement baissière du niveau des marges du Groupe et par une dégradation de la rentabilité d’exploitation ».

Selon les chiffres de T.V, la marge d’EBITDA s’est rétractée, pour sa part, de 2,4 points de pourcentage à 15,3%. En conséquence, l’EBITDA s’est plié de 7,2% à 102,4 MDT.

En sus, la rentabilité du Groupe a pâti de l’augmentation à deux chiffres des dotations aux amortissements et aux provisions (+31,4% à 51,4 MDT). SAH termine l’année écoulée, au final, avec un résultat net part du groupe de 16,2 MDT, en chute de 47 %.

Depuis 2018, le Groupe SAH Lilas a connu un parcours boursier difficile. Les retards récurrents dans les projets d’investissement et les décalages par rapport aux projections du management ont pesé sur le comportement du titre en bourse.

*Télécharger toute l’étude de T.V

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,002SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -