AccueilPresse localeSTEG : Harrabi ira-t-il jusqu'à couper le jus aux organismes publics ?

STEG : Harrabi ira-t-il jusqu’à couper le jus aux organismes publics ?

Moncef Harrabi, président directeur général de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), a déclaré aujourd’hui jeudi 28 février 2019 sur la radio Shems FM que la société aura recours à tous les moyens légaux pour récupérer l’argent que lui doivent les usagers.

Les coupures d’électricité seront appliquées sans hésitation si la facture n’est pas payée, que ce soit pour les ménages ou les entreprises, a indiqué Harrabi.

A noter que la STEG se trouve dans une situation critique et que le montant global des factures impayées par les clients a atteint une somme record de 1,45 Milliard de dinars.

- Publicité-

1 COMMENTAIRE

  1. Nous restons toujours dans l’injustice de l’état envers les plus faibles des Tunisiens souvent victimes de mauvais calculs des factures. Sachez monsieur le PDG , que la STEG présente des factures à ceux qui lui fournissent de l’électricité à partir de leurs capteurs photos voltaïques au lieu de les payer. De plus, elle prolonge les délais des relevés des compteurs et présente à ses clients des factures sans qu’ils puissent récupérer leurs TVA.
    Ainsi , on se demande sur le pourcentage de consommation de chaque type de clients, ménages, prestataires de services, industriels, hôteliers, sociétés nationales, ministères, et sur ce que représente celle des familles de faibles revenus ( ne travaillant pas chez la STEG) par rapport aux autres.
    Il y a certainement une mauvaise coordination entre les services et administrations, sous la responsabilité du ministère chargé de l’énergie.
    Au lieu d’utiliser la loi du plus fort aux citoyens à faibles revenus qui ont déjà souffert du manque de bouteilles de gaz cet hiver, il possible d’envisager une solution moins agressive envers les plus grands impayées. Il est évident que l’argent du public (Bilic) est gaspillé par les déperditions énergétiques des locaux administratifs et autres relevant de l’état. Bien que l’ANME ait travaillé sur la maîtrise de l’énergie depuis longtemps (avant 2000) et qu’elle a bien formé et participé à la formation des experts architectes et ingénieurs pour intervenir à travers des audits pour les nouvelles et anciennes constructions, l’administration publique continue à gaspiller et ne payer la STEG.
    Le manque de discipline et le non respect des lois de la part d’un nombre de fonctionnaires, font perdre de l’argent à l’état à travers ses différents ministères qui n’honorent pas leurs factures à la STEG. Sachant que le renouvellement de l’air chauffé ou refroidi d’un espace fumeur coute au moins 1.5 fois plus celui d’un espace non fumeur. Un bâtiment convenablement conçu (orientations, nature de l’enveloppe, isolation aux murs et surtout aux toitures) et bien utilisé peut réduire de 20% à 30% la consommation énergétique sans oublier la réduction du cout des équipements à installer. De plus le reflexe de se faire aidé par des installations solaires (à investissement maîtrisé par l’acquisition de matériel made in Tunisia), peut réduire encore les factures des gaspilleurs qui ne se dérangent pas pour payer la STEG. De ce fait, soyez plus raisonnables messieurs les responsables des maux causés aux pauvres et aux moins pauvres Tunisien et étrangers chez nous, et coordonner vos textes et vos actions en faisant « up date » à vos anciennes et dépassées lourdes procédures. Ces dernières causent de lourdes charges à la Tunisie, nécessitent des révisions par des cadres compétents qui doivent mériter leurs salaires ou honoraires. Soyez Justes Messieurs les ministres et aidez vos PDG à faire sortir leurs sociétés de leurs impasses financières et administratives et épargnez les, des menaces et de l’agressivité prémédités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,017SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -