AccueilLa UNETunisie: La création d’une UMA pourrait éradiquer la contrebande, selon un expert

Tunisie: La création d’une UMA pourrait éradiquer la contrebande, selon un expert

La Tunisie fait face, de nos jours, à un danger réel sous la forme d’une prolifération de la contrebande. En l’absence de mesures ou stratégie globale, le phénomène de la contrebande continue de prendre de l’ampleur, malgré les efforts déployés par les brigades des douanes pour lutter contre ce phénomène.

Dans une déclaration à Africanmanager, l’expert économique Ridha Chkondali a affirmé que depuis des années le phénomène de la contrebande pèse énormément sur l’économie tunisienne. Il a affirmé qu’«à moyen terme la création d’une zone franche à Ben Guerdane résoudra l’épineux problème de la contrebande. Ce projet régional structurant est susceptible de focaliser et d’attirer les investisseurs et les activités commerciales et de logistique grâce à la proximité de la frontière libyenne. Et à long terme, la création d’une Union Maghrébine Arabe ( UMA) pourrait  éradiquer la contrebande car l’approche sécuritaire visant la lutte contre ce fléau ne demeure pas très efficace», a-t-il dit.

Il a, en outre, souligné que la situation économique en Tunisie reste toujours précaire, accusant « les gouvernements qui se sont succédé depuis la Révolution de ne pas résoudre les problèmes économiques du pays qui ne cessent de s’aggraver ».

On rappelle également que le chef du gouvernement, Habib Essid, a récemment annoncé lors d’une conférence donnée le 7 avril 2016 à l’Institut de la Défense nationale que le gouvernement tunisien avait lancé une série de mesures visant la lutte contre le terrorisme et la contrebande. Selon lui,  parmi les moyens qui ont été mis en place il y a la création de zones de libre-échange sur les frontières et la mise en place de projets générateurs de postes d’emploi dans les zones frontières.

La contrebande engendre des pertes de 1,2 milliard de dinars pour l’Etat

La présidence du gouvernement avait annoncé en 2015 que le phénomène de la contrebande et du commerce informel engendrent pour l’État des pertes de 1,2 milliard de dinars dont 500 millions de dinars en taxes douanières.

Le volume des échanges transfrontaliers illégaux avec la Libye et l’Algérie a dépassé 1,8 milliard de dinars, précise un communiqué publié, lundi dernier, par la présidence du gouvernement. Le volume du commerce parallèle avec la Libye a atteint plus de la moitié des échanges légaux. Avec l’Algérie, le commerce parallèle a atteint le même niveau des échanges légaux (dont 60% pour le commerce des hydrocarbures), souligne la même source.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,016SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -