Tunisie : Les notes de 5 banques tunisiennes mises sous surveillance par...

Tunisie : Les notes de 5 banques tunisiennes mises sous surveillance par S&P

par -

L’agence de notation Standard & Poor’s a placé, mardi, ses notes souveraines de devises étrangères de la Tunisie «BBB/A-3 ‘ sous surveillance avec des implications négatives. En outre, elle a abaissé la note souveraine à long terme de monnaie locale de ‘A-‘ à ‘BBB +’, et a affirmé les notes souveraines à court terme de monnaie locale à “A-2 ; les deux notes ont été placées sous surveillance avec des implications négatives.

 L’agence estime que ces actions pourraient avoir un impact négatif sur la solvabilité des cinq banques tunisiennes notées, à savoir: la Banque de l’Habitat (BBB-/Stable/A-3), la Banque Tuniso – Koweitienne (BB + / Stable / – -, l’Arab Tunisian Bank (ATB) (BB + / Positive / B), la Banque de Tunisie et des Emirats (BB / Stable / B), et la Société Tunisienne de Banque (BBpi).

 S&P prévoit de publier une analyse plus détaillée de tout impact de ces notations sur les notes de crédit de ces banques dans les plus brefs délais et dès que ceci est autorisé par les lois en vigueur dans l’Union européenne.

 Il convient de rappeler à cet égard que Christine Lagarde, ministre français de l’Economie a appelé les agences de notation internationales à la retenue sur la situation de la Tunisie, qui doit avoir le temps de “retomber sur ses pieds” après la chute du régime Ben Ali. Sur Europe 1, la ministre française de l’Économie a rejeté tout “acharnement thérapeutique”. Fitch Ratings a placé vendredi la note à long terme BBB de la Tunisie sous surveillance avec implication négative, c’est-à-dire avec un risque de déclassement. Cette note est deux crans au-dessus de la catégorie spéculative (junk).

 “J’appelle les agences de notation dans la période très particulière que traverse la Tunisie à, j’appellerai ça, un blocage administratif pendant quelques jours”, a dit la ministre sur Europe 1. “Je pense qu’il n’est pas utile de se précipiter sur une dégradation de la note de la Tunisie parce que ce pays a besoin de retomber sur ses pieds, de préserver sa situation économique”, a-t-elle ajouté.

 “Je comprends très bien l’espèce d’acharnement thérapeutique qui consiste à être d’une vigilance totale sur la situation économique et sa dégradation, mais enfin, laissons un peu la transition s’opérer”, a insisté Christine Lagarde.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire