Tags Posts tagged with "apii"

apii

par -
0

7548 projets industriels déclarés n’ont pas été réalisés entre 2005 et 2015, ce qui fait une moyenne de 600 projets en souffrance par an, d’après une étude réalisée par l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII).
D’après cette enquête, cette moyenne a connu un pic en 2011 (plus que 900 projets non réalisés), suite à la révolution et aux problèmes socio-économiques qui en ont résulté.
En effet, ces projets non réalisés, qui totalisent 236 mille emplois, ont cumulé un montant d’investissement gelé de 12.5 Milliards de dinars. Parmi ces projets, 5% sont de taille importante et l’investissement est supérieur ou égal à 5 millions de dinars ; ils représentent 57% des investissements prévus, toujours selon la même source. La répartition sectorielle des entreprises fermées montre que les secteurs les plus touchés sont le Textile-Habillement et le Cuir, ils représentent 59% des sociétés en cessation d’activité sur la période 2005-2015 ; suivis par les industries mécaniques et électriques avec 13%.
Côté région, l’Est totalise près de ¾ des projets non réalisés, 47% des PNR sont au Nord-Est et 23% au Centre-Est.
La même source a par ailleurs signalé que la baisse enregistrée au niveau du nombre de créations d’entreprise est accompagnée par une diminution de la moyenne annuelle des emplois créés, qui est passé de 33000 par an à 16000. Pour rappel, cette étude portant sur les projets non-réalisés au cours de la période 2005-2015 est axée sur deux volets, à savoir les principaux obstacles à l’origine de ces dysfonctionnements et le problème de la fermeture des entreprises. Cette première phase de l’étude sera couronnée par un Benchmark avec des pays de référence (Maroc, Turquie, Roumanie et France) dans l’optique de dégager des réformes pour améliorer le climat d’affaires et des dispositifs d’appui à la création et à la pérennité des entreprises.

par -
0

Après plusieurs mois de blocage, les investissements déclarés dans l’industrie commencent à reprendre des couleurs. Les neuf premiers mois 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 47.8% avec 1165.0 MD contre 788.9 MD lors de la période correspondante de 2015. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 42.1% à 49.2% durant les neuf premiers mois 2016, selon les chiffres de l’agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII). L’augmentation ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est imputable essentiellement au gouvernorat de Siliana dont les investissements ont atteint 140.5 MD. De même, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Kairouan sont passés de 46.2 MD à 104.9 MD. ll en est de même pour le gouvernorat de Jendouba où les investissements ont atteint 128.6 MD, contre 11.8 MD durant les neuf premiers mois 2015. Également, les investissements déclarés dans le gouvernorat du Kef sont passés de 10.5MD à 103.8 MD durant les neuf premiers mois 2016, principalement suite à la déclaration de la création d’une unité de production de lait en poudre pour un montant de 89.8 MD.

Aussi, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Gafsa ont augmenté de 45.3 MD à 83.4MD durant les neuf premiers mois 2016, notamment suite à la déclaration de de création d’une unité de fabrication et de transformation de plâtre pour un montant de 24.5 MD. Similairement, le gouvernorat de Kébili a enregistré une augmentation au niveau des investissements déclarés qui sont passés de 3 MD à 23.1 MD durant les neuf premiers mois 2016.

Le nombre de projets bénéficiaires de la prime d’investissement au titre du développement régional est passé de 186 (pour un investissement total de 392.6 MD) à 157 projets (pour un investissement total de 250.6 MD) durant les neuf premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 3787 postes d’emplois, contre 4252 postes d’emplois durant les neuf premiers mois 2015. La prime d’investissement accordée a atteint 36.6 MD contre 42.3 MD lors des neuf premiers mois 2015, soit une baisse de 13.5%.

Le nombre de projets bénéficiaires de la participation de l’Etat et des primes d’investissement au titre des nouveaux promoteurs et des PME est passé de 34 (pour un investissement de 66.6 MD) à 21 projets (pour un investissement total de 60.7MD) durant les neuf premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 520 postes d’emplois, contre 932 postes d’emplois durant les neuf premiers mois 2015. La participation de l’Etat et les primes d’investissement accordées ont atteint 5.0MD contre 10.4MD lors des neuf premiers mois 2015, soit une diminution de 51.9%.

Le nombre des sociétés juridiquement constituées dans les guichets uniques de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation lors des neuf premiers mois 2016 a atteint 5378 contre 4579 lors de la même période de l’année 2015, enregistrant ainsi une hausse de 17.4%.

Au total, durant les neuf premiers mois 2016, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 2371.4 MD, contre 1874.2 MD lors des neuf premiers mois 2015, enregistrant ainsi une hausse de 26.5%. Le nombre de projets déclarés a atteint 2673 au cours des neuf premiers mois 2016 contre 2504 lors des neuf premiers mois 2015, soit une augmentation de 6.7%.  Ces projets permettront la création de 39279 postes d’emplois, contre 37043 postes d’emplois durant les neuf premiers mois 2015, soit une progression de 6%.

par -
0

Durant les neuf premiers mois 2016, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 2371.4 MD, contre 1874.2 MD lors des neuf premiers mois 2015, enregistrant ainsi une hausse de 26.5%, ont indiqué les derniers statistiques de l’APII.

Le nombre de projets déclarés a atteint 2673 au cours des neuf premiers mois 2016 contre 2504 lors des neuf premiers mois 2015, soit une augmentation de 6.7%. Ces projets permettront la création de 39279 postes d’emplois, contre 37043 postes d’emplois durant les neuf premiers mois 2015, soit une progression de 6.0%

Le mois de septembre 2016 a connu la déclaration de 268 projets correspondant à un montant d’investissement de 474.5 MD et des créations d’emplois au nombre de 4320.  Par rapport au mois précédent durant lequel 226 projets, 159.7 MD d’investissement et 2645 emplois qui ont été déclarés, le mois de septembre 2016 a connu une augmentation de 18.6% au niveau des projets à réaliser, une hausse de 197.1% au niveau des investissements déclarés et une progression de 63.3% au niveau des emplois à créer

par -
0
La Cour des Comptes (CC)
Le directeur général de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), Samir Bechouel, a déclaré aujourd’hui que ladite agence sera partiellement impactée par la création de l’Instance tunisienne de l’investissement, prévue en 2017 conformément aux dispositions de la nouvelle loi sur l’investissement.
Sur une question posée par Africanmanager lors d’un point de presse organisée ce jeudi 3 novembre sur « les journées nationales de transfert de technologie », le responsable a précisé qu’une telle initiative pourrait toucher certainement le volet relatif à l’octroi des avantages financiers et fiscaux institués par le code d’incitation aux investissements, aux promoteurs de projets industriels, de services liés à l’industrie.
Samir Bechouel a par ailleurs mis l’accent sur l’importance de cette instance, qui vient organiser le domaine de l’investissement marqué essentiellement par la multiplication du nombre des organismes intervenants.
Il a d’autres part souligné que des conventions cadres seront signées avec ladite instance dans le but de préserver la continuité de l’activité de l’APII au niveau de l’octroi de ces avantages. 
Quoi qu’il en soit, Samir Bechouel s’est montré optimiste quant à l’amélioration du climat d’affaires avec la naissance de l’Instance tunisienne de l’investissement, soulignant la nécessité de promouvoir le rôle de l’APII de manière à assurer le meilleur positionnement dans ce paysage.
A ce titre, notre interlocuteur a annoncé l’élaboration prochaine d’une étude sur le futur rôle de l’agence, qui vient à un moment opportun et dans une nouvelle conjoncture économique.
Pour rappel, la loi de l’investissement récemment adoptée stipule dans le chapitre II la création d’une Instance tunisienne de l’investissement qui sera sous la tutelle du ministère chargé de l’Investissement.
L’instance propose au Conseil supérieur de l’investissement prévu par cette loi les politiques et les réformes en rapport avec le secteur et ce, en concertation avec les organismes représentant le secteur privé, tout en assurant aussi le suivi de leur exécution, la collecte et la publication des informations relatives à l’investissement ainsi que l’élaboration des rapports d’évaluation de la politique dans ce domaine. De même, elle examine les demandes pour bénéficier des primes et décide de leur octroi sur la base d’un rapport technique élaboré par l’organisme concerné qui assure le suivi de la réalisation de l’investissement. La relation entre l’instance et les organismes concernés par l’investissement est fixée par des conventions cadres approuvées par le Conseil.

par -
0
Les investissements industriels déclarés auprès des services de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) ont atteint à fin octobre dernier, 2639,7 millions de dinars enregistrant un bond de 30,7%.
Par rapport à la même période de 2015, quelque 2979 projets ont été déclarés, marquant ainsi une augmentation de 8,4% qui devrait permettre la création de près de 43777 postes d’emplois (+7%).

D’après les derniers chiffres dévoilés à Africanmanager, la forte croissance est réalisée par les industries agro-alimentaires avec 880 projets déclarés et des investissements de l’ordre de 1020 millions de dinars (+63%).

Toujours selon la même source, les dix premiers mois de 2016 ont été aussi marqués par une évolution remarquable de 52,3% de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional, soit l’équivalent de 1299,4 millions de dinars. Cette évolution est expliquée par le nombre de projets industriels déclarés ayant atteint 893, soit une hausse de 12,9%. Ces projets devraient générer 18394 postes d’emplois, en hausse de 31,15% par rapport à 2015.

Cette tendance importante voire cruciale est confirmée aussi par l’évolution des investissements tunisiens ayant réalisé une hausse de 27,6%, soit l’équivalent de 1779,3 millions de dinars. Les investissements étrangers qui ont monté de 80,9%, soit 476,3 millions de dinars.

par -
0

-Les intentions d’investissement dans l’industrie ont progressé de 11,2%, à 1896,9 MD et celles dans les services, de 7,8%, à 950 MD, entre 2015 et 2016 (8 mois), selon la note de conjoncture publiée par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), pour le mois d’aout 2016.
Quelque 2406 projets ont été déclarés dans l’industrie, en augmentation de 5,1%, pouvant créer 34 959 postes d’emplois (+3,1%). Dans les services, le nombre des projets est passé à 6714, en hausse de 6,9%, permettant la création de 26 295 postes d’emplois (+ 8,7%).
Le secteur des industries mécaniques et électriques a enregistré la hausse la plus importante (+93,2%) avec des investissements déclarés de 435,1 MD contre 225,2 MD en 2015.
Cette augmentation intervient suite aux déclarations d’extensions d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces mécaniques pour le secteur aéronautique (pour un montant de 67,6 MD avec un capital mixte) ainsi que d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces de structure aéronautique (pour un montant de 35,6 MD avec un capital 100% étranger) , de la création d’une fonderie totalement exportatrice (25 MD) et de la création d’une unité totalement exportatrice de construction navale (15,2 MD avec un capital 100% étranger).
Le secteur des industries agroalimentaires a également, affiché un taux d’accroissement de 50,3% avec des investissements déclarés de 713,7 MD. Cette hausse fait suite aux déclarations de la création d’une conserverie de tomates totalement exportatrice( 51,2 MD) , de l’extension d’une unité de fabrication de boissons gazeuses (31 MD), de la création d’une unité de fabrication de pâtes alimentaires et de couscous (26 MD) et de l’extension d’une unité de conditionnement et de transformation du lait et dérivés pour un montant de 21 MD.
Baisse des intentions d’investissement dans les IMCCV, les Industries chimiques, du textile et du cuir
Des résultats négatifs ont été, toutefois, enregistrés au niveau des autres secteurs, à savoir les industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre dont les investissements ont diminué de 21,8% à 245,5 MD, les industries chimiques (-20,7% à 161,1 MD), les industries diverses (-24.8% à 243 MD ), le textile-habillement (-34,7% à 91,8 MD) et le cuir et chaussure (- 72,1% à 6,7 MD).
Les investissement les plus conséquents ont été déclarés à Ben Arous (261,1 MD), à Zaghouan (174,1 MD), et à Sfax (151,2 MD). Les intentions d’investissement sont aussi marqués par une progression dans les zones de développement régional de 26,8% à 857,5 MD. La part des investissement dans ces zones par rapport à l’ensemble des gouvernorats est passée de 39,7% à 45,2%.
Une tendance haussière est enregistrée dans les industries totalement exportatrices (+12,1% à 664,1 MD). Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont enregistré une augmentation de 10,8%, à 1232,8 MD.
Les investissements industriels à 100% étrangers et en partenariat sont passés de 524 à 590,8 MD, enregistrant ainsi une hausse de 12,7%. Cette hausse s’explique par l’augmentation des projets à 100% étrangers, ce qui n’est pas le cas des projets de partenariat dont l’investissement a baissé de 0,7%.

par -
0

Les entrepreneurs ont encore du mal à accéder aux financements traditionnels, d’où la nécessité de recourir à une forme de financement alternatif.

Partant de ce constat, l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) a choisi la voie du partenariat privé pour relever ce challenge et par la suite contribuer à la réduction du chômage par la création de nouveaux postes d’emplois. Dans ce sens, une convention de partenariat a été signée ce jeudi 22 septembre par l’APII et l’institution de micro-finance Zitouna Tamkeen.

« Ce nouveau partenariat a pour but principal de diversifier les sources de financement de jeunes promoteurs, tout en les aidant à mieux contribuer à la relance économique », a révélé Samir Bechouel, directeur général de l’APII lors d’une cérémonie organisée à cette occasion.

Cette synergie entre les deux organismes permettra aussi d’assurer un meilleur encadrement  aux jeunes investisseurs, notamment dans la phase post-création des projets, toujours selon le responsable. C’est important dans la mesure où plusieurs responsables ont attiré l’attention sur le taux élevé de mortalité des entreprises fraîchement créées, en dépit de l’existence de multiples structures et mécanismes d’appui. Ce taux est estimé à 80%, d’après les derniers chiffres dévoilés par l’APII par la voix de son premier responsable, Samir Bechouel.

Pour le DG de l’APII, la plupart des entreprises qui ne réussissent pas sont victimes de deux facteurs essentiellement qui font obstacle à leur survie en Tunisie et qui sont pointés des doigts par l’ensemble des intervenants, notamment les promoteurs et les corporations professionnelles concernées, et touchent toutes les étapes par lesquelles passe un investisseur. Il s’agit des problèmes de financement, notamment des projets innovants et le manque d’accompagnement.

Comparativement et plus précisément en Afrique du Sud, par exemple, les études ont montré qu’un dollar investi dans l’incubation d’entreprises génère 5 dollars de taxe. Toujours dans ce pays, 80% des entreprises ayant suivi un processus d’incubation survivent à leur troisième année d’existence, contre 20% qui ne suivent pas le processus.

Un nouvel exemple de l’économie solidaire

Pour Zitouna Tamkeen, ce travail s’inscrit dans le cadre d’une approche globale alliant le développement et la promotion entrepreneuriale.

« Ce travail est une réponse à l’ensemble des défis actuels de la Tunisie », a de son coté assuré le représentant de ladite institution Nabil Abdelghani, soulignant qu’il s’agit d’un nouvel exemple de l’économie solidaire et social. Une économie qui cherche à répondre aux besoins d’une catégorie, souvent défavorisée et marginalisée de la population.

«  A travers cette banque d’affaires des pauvres, on voudrait  résoudre le problème de l’accès au financement, mais aussi assurer le suivi de la création des nouveaux projets », a-t-il affirmé.

Toujours selon le responsable, 250 entreprises sont concernées par cette convention qui durera une année renouvelable avec un plafond de 20 mille dinars par projet en 2016 et 300 en 2017.

Les conditions de réussite des entreprises

Côté gouvernemental, l’accompagnement des jeunes entreprises est une méthode éprouvée pour augmenter considérablement le taux de survie des entreprises tunisiennes.

A ce titre, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Zied Laadhari, a mis l’accent sur ce genre de partenariat entre l’APII et Zitouna Temkeen, visant à encourager les jeunes entrepreneurs. «  Cette démarche ne concerne pas seulement l’octroi des crédits, mais aussi la garantie d’un bon accompagnement permettant une meilleure durabilité de notre tissu industriel composé déjà de 98% des PMEs », a-t-il indiqué.

Pour le ministre, c’est une étape importante étant donné que l’entrepreneuriat devrait être un acte volontaire et déclaratif dans un marché où l’autorégulation se fait uniquement par la concurrence et la compétition, loin de la main mise administrative et des autorisations préalables.

par -
0
Le directeur général de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), Samir Bechouel, s’est dit préoccupé par le taux de mortalité des entreprises, notamment dans les 3 années qui suivent leur création.
« Ce taux peut atteindre les 80 % », a ajouté le responsable dans une déclaration accordée ce jeudi 22 septembre à Africanmanager. Et d’évoquer les principales raisons qui ont conduit à cette situation : « L’évolution de ce taux s’explique également par le problème du financement et le climat d’affaires déjà en détérioration ».
En réaction, l’APII a procédé à la réalisation d’une étude relative aux problématiques de la création d’entreprise, a dit le responsable, mettant l’accent sur cette démarche qui œuvre à identifier les causes qui ont mené à cette situation et à proposer les solutions utiles et adéquates.

par -
0

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une hausse de 36% passant de 635,7 MD au cours des sept premiers mois 2015 à 864,6 MD durant les sept premiers mois 2016. C’est ce que ressort des derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).
Le nombre de ces projets est passé de 62 à 73 au cours des sept premiers mois 2016. Ces projets permettront la création de 6503 postes d’emplois, contre 3795 postes d’emplois lors des sept premiers mois 2015, soit une progression de 71,4%.
Il est à signaler Par ailleurs que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 3,3% du nombre des projets déclarés et 20,1% du nombre des emplois, totalisent 49,8% de l’ensemble des investissements déclarés.

par -
0

Les investissements déclarés dans le secteur industriel durant les sept premiers mois 2016 ont a atteint le montant de 1737,2 MD, contre 1453,4 MD lors des sept premiers mois 2015, enregistrant ainsi une hausse de 19,5%. C’est ce que ressort des derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).

Le nombre de projets déclarés a atteint 2180 au cours des sept premiers mois 2016 contre 2071 lors de la période correspondante 2015, soit une augmentation de 5,3%.
Ces projets permettront la création de 32314 postes d’emplois, contre 29890 postes d’emplois durant les sept premiers mois 2015, soit une progression de 8,1%.

par -
0
Les intentions d'investissement dans l'industrie ont augmenté de 17%

Les six premiers mois 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 41,5% avec 761,6 MD contre 538,2 MD lors de la même période de 2015, ont indiqué les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’innovation (APII).

Ainsi, la part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 40,9% à 47,1% durant les six premiers mois 2016.

L’augmentation ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est imputable essentiellement au gouvernorat de Siliana, Kairouan, Jendouba, Béja, Sfax et Zaghouan.

par -
0

Les investissements déclarés dans l’industrie et relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une hausse de 43,8% passant de 557 MD au cours des six premiers mois 2015 à 800,7 MD durant la même période de 2016. C’est ce qui ressort des chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) récemment publiés.

Le nombre de ces projets est passé de 55 à 67 au cours des six premiers mois 2016. Ces projets permettront la création de 5929 postes d’emplois, contre 2991 postes d’emplois en 2015, soit une progression de 98,2%.

Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 3,3% du nombre des projets déclarés et 20,6% du nombre des emplois, totalisent 49,6% de l’ensemble des investissements déclarés.

par -
0

Les investissements déclarés dans le secteur industriel ont atteint le montant de 1615,4 MD durant les six premiers mois de l’année 2016, contre 1314,6 MD lors de la même période de 2015, enregistrant ainsi une hausse de 22,9%, ont indiqué les derniers chiffres publiés par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).

Le nombre de projets déclarés a atteint 2008 au cours des six premiers mois 2016 contre 1872 lors de la même période de 2015, soit une augmentation de 7,3%.
Ces projets permettront la création de 28820 postes d’emplois, contre 26870 postes d’emplois l’année écoulée.

par -
0
La Cour des Comptes (CC)

Dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat, considérée comme l’une des solutions pour l’absorption du chômage, l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) est en train de suivre la réalisation de plusieurs projets dans certaines régions du pays.
Ces projets dont le nombre s’élève à 129 coutent 132.5 millions de dinars (MD). Une source bien informée à l’APII nous a indiqué que ces projets vont générer 2498 postes d’emplois.

58 projets vont voir le jour dans les régions du Sud et du Centre Ouest. Le cout de ces projets est estimé à 49.8 MD et ils pourront générer 1193 postes d’emplois. 71 projets seront réalisés dans les régions du Nord et du Centre, pour un investissement de 82.7 MD.

Toujours selon notre source, ces projets touchent plusieurs secteurs dont notamment les services et l’industrie.
Faut-il rappeler que ces projets sont le fruit du travail réalisé lors de la tenue de deux salons de l’Entreprise dernièrement au Sud et au Centre Ouest du pays (25/26 novembre 2015), au Nord et Centre Est (24 et 25 mai 2016).

par -
0

Afin d’aider les pouvoirs publics à disposer d’outils fiables pour l’aide à la décision et de procéder aux réformes nécessaires au niveau des mécanismes et procédures de soutien à la création d’entreprises, l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) a engagé une

Cette étude, qui touche l’ensemble des secteurs et les régions, se base sur une enquête auprès d’un échantillon significatif de promoteurs, d’entreprises et d’institutions concernées pour établir les motifs de non réalisation des déclarations de projets industriels et les raisons de l’arrêt ou de fermetures d’entreprises.

Dans le cadre de cette étude, une comparaison de l’écosystème de la création et de la pérennisation des entreprises sera faite avec d’autres pays pour positionner la Tunisie par rapport aux dispositifs pratiques et normes internationales en la matière.

A la lumière des résultats des enquêtes et du benchmark, des recommandations et des plans d’actions seront établis pour l’amélioration des taux de réalisation des déclarations de projets de création et le renforcement de la pérennisation des entreprises.

par -
0
Selon les dernières statistiques publiées par l'Institut national de la statistique (INS)

Les investissements déclarés, durant les cinq premiers mois 2016, dans le secteur industriel ont atteint le montant de 1429,6 MD, contre 1181,7 MD au cours de la même période de 2015, enregistrant ainsi une hausse de 21%, indiquent les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII).

Quant au nombre de projets déclarés dans l’industrie, il a atteint 1735 au cours des cinq premiers mois 2016 contre 1584 en 2015, soit une augmentation de 9,5%.

Ces projets permettront la création de 25165 postes d’emplois, contre 23357 postes d’emplois durant les cinq premiers mois 2015, soit une progression de 7,7%.

par -
0
La Cour des Comptes (CC)

Dans une déclaration accordée à Africanmanager, le directeur général de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), Samir Bechouel, a appelé à faciliter l’accès des jeunes entrepreneurs aux financements.
« Il est temps de faciliter les procédures relatives à ce sujet étant donné que plusieurs jeunes porteurs d’idées sont coincés à cause des obstacles auxquels ils sont confrontés », a dit le responsable.
Pour ce faire, il a recommandé de consolider le financement participatif.

Outre ce volet, Samir Bouchouel a souligné la nécessité de former des techniciens au sein des banques tunisiennes pour qu’ils soient capables de mieux traiter « les idées innovantes ».
Pour le responsable, cette démarche est importante pour promouvoir l’entrepreneuriat, considéré comme l’une des solutions pour mieux aborder le problème de chômage, dont le taux est estimé à 15,4% pour le premier trimestre 2016.
D’après les dernières statistiques, le nombre de chômeurs s’établit à 622.700 du total de la population active, estimée à 4.037.400 personnes.

par -
0

L’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) a préparé un nouveau plan de communication afin d’encourager l’investissement en Tunisie, annonce le directeur général de l’agence, Samir Bechouel.

Ce nouveau plan est basé sur une vaste campagne communicationnelle qui sera lancée une fois que le code d’investissement sera publié, ajoute le responsable.

« Cette campagne sous le slogan ‘investir en Tunisie pour garantir l’avenir de vos enfants’ vient en complémentarité avec ce nouveau code », précise Bechouel dans une interview accordée ce mardi 7 juin 2016 à Africanmanager.

Cette démarche cruciale vient à un moment opportun où il faut sensibiliser les Tunisiens, mais aussi les étrangers, pour investir davantage en Tunisie afin de créer des richesses et relever l’ensemble des défis rencontrés.

« La promotion de l’investissement est importante dans la mesure où cette stratégie contribue certainement à la résolution de plusieurs problèmes dont notamment le chômage et la disparité régionale », argue Samir Bechouel, faisant savoir que le secteur privé doit jouer pleinement son rôle pour contribuer à la relance de l’économie tunisienne..

Loin de brosser un tableau grisâtre, le responsable indique que les investissements promus par les Tunisiens restent en-deçà des attentes, malgré le fait qu’ils aient affiché un accroissement de 8.8% au terme des cinq premiers mois.

Cet accroissement est encore insuffisant en comparaison avec les chiffres réalisés par les étrangers, dont les investissements ont progressé de 85.4%. « Par rapport aux étrangers qui ont exprimé une forte volonté de s’implanter en Tunisie, les investisseurs tunisiens ont exprimé une certaine réticence », explique notre interviewé.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette réticence, répond le DG, pointant du doigt le manque de visibilité et le climat social, jugé difficile.

Il est temps de publier le code d’investissement

Samir Bechouel souligne la nécessité de donner la priorité au code de l’investissement. D’après lui, cela ne pourra se faire qu’à travers l’accélération de son adoption au sein de l’ARP. « La publication du code de l’investissement pourrait booster le secteur privé, ce qui permettra de créer de la valeur ajoutée, notamment dans les régions », estime-t-il.

Pour le responsable, c’est important étant donné que le développement de l’investissement reste tributaire d’un climat d’affaires favorable ou encore des procédures législatives incitatives, à l’instar de ce code.

L’appel du responsable vient à un moment où les indicateurs dans le secteur industriel virent vers le vert, avec une hausse de 21% des investissements pour un portefeuille de 1429.6MD à la fin de mai 2016. Cette tendance haussière a touché aussi le nombre des projets, qui devront générer 25165 postes d’emplois.

par -
0

Le salon de la création d’entreprises, qui cible prioritairement les jeunes promoteurs des 14 gouvernorats du Nord et du Centre-Est de la Tunisie, a ouvert ses portes ce lundi 24 mai à l’hôtel le Palace Gammarth. L’événement est organisé par l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII). Le but de ce rendez-vous est de donner aux jeunes porteurs de projets des outils pour monter leurs propres entreprises, ce qui à terme est le meilleur moyen de résoudre le problème aigu du chômage qui frappe les diplômés de l’enseignement supérieur.

La rencontre est axée sur 5 points essentiellement :

– Promouvoir l’esprit d’entreprise en suscitant une convergence entre les organismes d’accompagnement et de financement afin de mettre toutes les chances du côté des jeunes entrepreneurs.

– Aider les jeunes à étoffer leurs réseaux d’affaires en créant un brassage et des échanges entre le secteur public et les professionnels du privé et ce, dans les espaces aménagés dans le salon à cet effet (Espace start-up pour les entreprises nouvellement créées, Espace lauréats innovation, Espace Business).

– Créer des opportunités d’affaires à travers les rencontres B2B pour garantir le financement des projets

– Discuter des sujets prioritaires pour les jeunes entrepreneurs dans les différents workshops.

Enfin sachez que cette rencontre concerne les jeunes de Tunis, Ariana, Ben Arous, La Manouba, Zaghouan, Nabeul, Bizerte, Beja, Jendouba, Le Kef, Siliana, Sousse, Mahdia, Monastir et qu’elle s’achève demain mercredi 25 mai.

par -
0

Bien qu’il soit une des principales revendications des Tunisiennes et Tunisiens, l’investissement dans les zones de développement régional a encore d’énormes progrès à faire. Frappés de plein fouet par le chômage, les jeunes ne cessent de revendiquer leur droit à l’investissement, au travail et au développement, mais en vain. Le gouvernement est obligé à faire la sourde oreille notamment après avoir inondé la fonction publique de recrutements anarchiques et  plongé le pays dans l’endettement au point que l’investissement dans les régions de l’Intérieur devient l’écueil majeur  du gouvernement. A vrai dire, le chômage touche essentiellement les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. La région de Gafsa souffre du taux de chômage le plus élevé (26,2%), suivie de Tataouine (25,8%) et Jendouba (25,6%). Des indicateurs qui ne peuvent être qualifiés que d’inquiétants notamment après plus de 5 ans  de la Révolution.

Contrairement à cette réalité, l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII) a avancé un rapport positif sur l’investissement dans les régions de développement. Les quatre premiers mois 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 39,2% avec 536,3 MD contre 385,4 MD au cours de la même période de 2015, ont indiqué les derniers chiffres rendus publics par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’Innovation (APII). La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 38,6% à 45,3% durant les quatre premiers mois 2016.

L’augmentation ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est allée essentiellement aux gouvernorats de Siliana, Kairouan, Sfax Gafsa, Beja et Jendouba.

En revanche, le nombre de projets bénéficiaires de la prime d’investissement au titre du développement régional est passé de 103 (pour un investissement total de 193,6 MD) à 75 projets (pour un investissement total de 111,4 MD) durant les quatre premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 1574 postes d’emplois, contre 2067 postes d’emplois durant les quatre premiers mois 2015. La prime d’investissement accordée a atteint 17,3 MD contre 23,3 MD lors des quatre premiers mois 2015, soit une baisse de 25,8%.

Quant au nombre de projets bénéficiaires de la participation de l’Etat et des primes d’investissement au titre des nouveaux promoteurs et des PME, il est passé de 16 (pour un investissement de 40,1 MD) à 11 projets (pour un investissement total de 30 MD) durant les quatre premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 236 postes d’emplois, contre 486 postes d’emplois durant les quatre premiers mois 2015. La participation de l’Etat et les primes d’investissement accordées ont atteint 4,2 MD contre 6,1 MD lors des quatre premiers mois 2015, soit une diminution de 31,1%.

Il est à indiquer par ailleurs qu’au total, les investissements déclarés durant les quatre premiers mois 2016 dans le secteur industriel ont atteint le montant de 1183,8 MD, contre 998,8 MD lors des quatre premiers mois 2015, enregistrant ainsi une hausse de 18,5%.

Le nombre de projets déclarés a atteint 1374 au cours des quatre premiers mois 2016 contre 1321 lors de la même période de 2015, soit une augmentation de 4%.

Ces projets permettront la création de 19846 postes d’emplois, contre 20031 postes d’emplois durant les quatre premiers mois 2015, soit une baisse de 0,9%.

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une hausse de 43,9% passant de 429,6 MD au cours des quatre premiers mois 2016 à 618,3 MD durant la période correspondante de 2015. Le nombre de ces projets est passé de 42 à 48 au cours des quatre premiers mois 2016.

Ces projets permettront la création de 3978 postes d’emplois, contre 2400 postes d’emplois lors des quatre premiers mois 2015, soit une progression de 65,8%.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d'avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de...

AFRIQUE

SPORT