Tags Posts tagged with "Fayez al-Sarraj"

Fayez al-Sarraj

par -

Les Marocains ne sont plus les bienvenus en Libye. Le gouvernement dit d’«entente nationale», issu des accords de Skhirat en décembre 2015, a interdit aux citoyens marocains l’entrée sur le territoire qu’il contrôle. La décision a été prise dimanche 6 mai 2017 par l’administration de Faïez al-Sarraj.

Selon les informations rapportées par le site yabiladi, outre les nationaux, les Égyptiens, les Soudanais, les Syriens et les Bangladais sont également concernés par la même mesure. Pour l’instant, les autorités libyennes n’ont avancé aucune justification à ce tour de vis opéré contre les ressortissants des cinq pays.

Le 28 avril 2017, un autre média faisait état de l’«arrêt pendant des heures» des opérations à l’aéroport. La cause : des dizaines de jeunes Marocains qui s’apprêtaient à se rendre dans la ville de Sebrata, haut lieu de l’immigration illégale.

La même source a fait savoir que le seul point aérien encore opérationnel dans l’ouest du pays échappe totalement au contrôle du gouvernement d’entente nationale.

par -

À Tripoli, le convoi du Premier ministre libyen, Fayez al-Sarraj, a essuyé ce lundi 20 férvrier des tirs, mais le chef du gouvernement du GNA est indemne, a-t-on appris auprès l’AFP.

D’après un porte-parole du gouvernement, Achraf Toulti, des véhicules blindés du convoi ont été atteints par des balles alors qu’ils traversaient le quartier d’Abou Salim, mais les auteurs des tirs n’ont pas été identifiés.

Les affrontements entre milices rivales sont fréquents à Tripoli, où le gouvernement d’entente nationale peine à imposer son autorité.

Il n’est pas certain que le convoi du Premier ministre ait été la cible des tirs. « Une enquête a été ouverte pour établir s’il y avait un commanditaire ou s’il s’agissait de tirs au hasard », a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Outre Fayez al-Sarraj, le chef du Conseil d’État et celui de la Garde présidentielle se trouvaient à bord du convoi au moment des tirs, a déclaré le porte-parole.

par -

Examen des moyens d'élargir la coalition au pouvoir à tous ceux qui désirent y faire partie et apporter des solutions à la situation dans le pays.

Des représentants de Nidaa Tounès se sont entretenus lundi, séparément, avec des membres d’Ennahdha et Afek Tounès sur les moyens de mettre en œuvre l’initiative du président Caid Essebsi de former un gouvernement d’unité nationale.

Le porte-parole de Nidaa Tounès Abdelaziz Kotti a indiqué que les deux réunions, convoquées par son parti, ont permis d’examiner les moyens d’élargir la coalition au pouvoir à tous ceux qui désirent y faire partie et apporter des solutions à la situation dans le pays.

Noureddine Bhiri, président du groupe parlementaire d’Ennahdha a déclaré à la TAP que le mouvement a réitéré son soutien à l’initiative du président de la République Béji Caid Essebsi. Il a affirmé la disposition d’Ennahdha à coordonner davantage avec les différentes parties pour faire réussir cette initiative.

Les réunions se sont déroulées en présence de Hafedh Caid Essebsi, Sofien Toubel, Anis Ghedira et Abdelaziz Kotti de Nidaa Tounès, Rached Ghannouchi, Noureddine Bhiri et Noureddine Arbaoui du mouvement Ennahdha et Yassine Brahim et Riadh Mouakher d’Afek. (TAP)

par -

Selon des experts tunisiens, le renforcement des relations tuniso-libyennes  est une étape primordiale qui aura indiscutablement un impact positif sur la coopération tuniso-tunisienne dans le domaine économique, social et même sécuritaire.

L’expert en sécurité Fayçal Cherif, a affirmé à Africanmanager qu’travers la réouverture de l’ambassade tunisienne et la consolidation des relations tuniso-libyennes, les autorités tunisiennes seront capables de suivre les mouvements des ressortissants tunisiens en Libye notamment ceux suspectés de terrorisme ou d’appartenance à de groupes extrémistes relevant de l’organisation terroriste « Daech».

Pour sa part, l’expert en affaires libyennes, Ghazi Maala, a salué les efforts menés par le gouvernement tunisien dans le cadre de la reprise des relations politiques et économiques avec la Libye. Il a , dans ce contexte,  affirmé que le montant des échanges commerciaux entre la Tunisie et la Libye ne dépasse pas les deux milliards de dollars. Et de préciser que  la Tunisie se doit de renforcer et consolider ses relations économiques et politiques avec la Libye afin de confirmer la reprise de la croissance économique.

 Pénurie en produits de consommation tunisienne en Libye

 L’expert Ghazi Maala a appelé le gouvernement tunisien à approvisionner les marchés libyens étant donné qu’une pénurie en produits de consommation de base a été enregistrée sur les marchés libyens. « Cette initiative permettra à redynamiser les exportations tunisiennes vers la Libye », a-t-il dit.

Il  a précisé que cette pénurie est due essentiellement à la baisse des exportations de produits tunisiens depuis plusieurs années sur le marché libyen suite à la dégradation de la situation sécuritaire dans ce pays et la fermeture, à  maintes reprises, du point de passage frontalier de Ras Jedir.

On rappelle que le ministère des Affaires étrangères a récemment annoncé la réouverture prochaine de son ambassade et de son consulat à Tripoli, à la faveur de l’installation dans la capitale libyenne du gouvernement d’unité nationale de Fayez al-Sarraj.

Cinq ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est empêtrée dans un conflit qui oppose le gouvernement reconnu par la communauté internationale à un gouvernement rival mis en place par l’Aube libyenne, l’alliance principalement islamiste qui s’est emparée l’an dernier de la capitale, Tripoli.

par -
La Tunisie a condamné

Le chef du gouvernement Habib Essid s’est rendu ce vendredi 6 mai 2016 à Tripoli en Libye, indique la présidence du gouvernement dans un communiqué rendu public ce vendredi 6 mai 2016 sur sa page Facebook officielle.

Lors de cette visite, Habib Essid s’est entretenu avec le chef du gouvernement d’union nationale libyen, Fayez al-Sarraj.

par -

Le chef du gouvernement d’union nationale parrainé par l’ONU, Fayez al-Sarraj, est arrivé mercredi à Tripoli, accompagné de plusieurs membres de son cabinet, selon une source militaire.

« Accompagné par plusieurs membres du conseil présidentiel, il a débarqué à la base navale (de Tripoli) où il a tenu une réunion avec les officiers de la base navale », a indiqué à l’AFP un responsable militaire de la marine libyenne.

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE