Libye : Les roquettes frappent à Tripoli, on parle de crimes contre...

Libye : Les roquettes frappent à Tripoli, on parle de crimes contre l’humanité

par -

Les choses ne s’arrangent pas en Libye. Les locaux du gouvernement d’union nationale (GNA), dans la capitale, Tripoli, ont été frappés mardi 16 avril 2019, dans la soirée, par des roquettes. L’attaque a causé au moins 3 décès, rapporte l‘AFP. D’après l’ONU, les affrontements entre les forces du GNA et celles de Haftar, l’Armée nationale libyenne (ANL), ont fait en 2 semaines au moins 174 morts et 18 000 déplacés. Et pas le moindre signe d’apaisement des deux côtés. Le maréchal Haftar refuse obstinément de faire taire les armes, quant à Fayez al-Sarraj, à la tête du GNA, il rejette tout dialogue s’il n’y a pas d’accord pour un cessez-le-feu et un retrait total de l’Armée nationale libyenne (ANL). Ce n’est guère mieux du côté de la communauté internationale, qui ne parvient pas à s’accorder autour du projet de résolution soumis par le Royaume-Uni au Conseil de sécurité de l’ONU…

Al-Sarraj s’est rendu sur les lieux de la dernière attaque à Tripoli. Très remonté, il a dénoncé dans une vidéo “la sauvagerie et la barbarie” du maréchal Haftar, qu’il traite de “criminel de guerre“. “Nous allons présenter demain tous les documents à la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité“, a-t-il indiqué.
Le maréchal Haftar lui dément énergiquement, et pointe les “terroristes“. Il affirme, dans un communiqué, que des “milices terroristes qui contrôlent la capitale” ont balancé “aveuglément des roquettes de type Grad et des obus” sur la capitale.
L’affaire est arrivée aux oreilles de la procureure de CPI, Fatou Bensoudau, qui a averti qu’elle “n’hésitera pas” à enquêter sur des crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Libye. “Personne ne doit douter de ma détermination à cet égard“, a-t-elle indiqué dans un communiqué…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire