AccueilAfriqueGambie : Le dictateur passe la main et félicite en direct son...

Gambie : Le dictateur passe la main et félicite en direct son adversaire!

Coup théâtre, séisme politique, révolution… Ce qui s’est passé en Gambie hier vendredi 02 décembre 2016, au terme d’une présidentielle épique, est historique. Le terrible Yahya Jammeh, l’homme à la main de fer, craint pas ses concitoyens pour ses débordements et ses pulsions sanglantes, au pouvoir depuis 1994, a été battu à l’élection présidentielle par Adama Barrow, 51 ans. La Gambie tire un trait sur 22 ans de pouvoir autocrate et entre dans le cercle des pays du continent africain qui peuvent se targuer d’avoir connu une transition démocratique en douceur…

- Publicité-

C’est un Jammeh très surprenant qui est apparu hier à la télévision nationale, peu après 20h, pour une allocution qui restera dans les annales de l’histoire. Arborant son traditionnel boubou blanc, celui dont on n’osait pas citer le nom en public reconnait sans détour sa défaite et félicite son challenger. Un dénouement incroyable ! Mieux, l’ex-président, décidément très énigmatique, ajoute ceci : « Même si mon opposant l’avait emporté avec un vote d’avance, j’aurais accepté le résultat du scrutin. Je saisis cette occasion pour féliciter M. Adama Barrow pour sa victoire très nette. Je lui souhaite le meilleur et je souhaite le meilleur à tous les Gambiens », rapporte Jeune Afrique.

Puis, cerise sur le gâteau, comme cela se fait dans toutes les démocraties rodées, il attrape son téléphone, devant les téléspectateurs, pour adresser ses félicitations à Barrow, qui a dû en trembler d’émotion. « Le pays sera entre vos mains en janvier et je vous propose mon aide pour la transition, mais vous devez travailler avec moi, le temps que je déménage et que je vous laisse la présidence ». Le nouvel homme fort de la Gambie a répondu en ces termes : « Je vous remercie pour tout le travail réalisé pendant 22 ans. Si vous pouvez me donner des conseils, je viendrai vous consulter ». Jammeh a répliqué, avec un large sourire : « Merci, mais je vais m’occuper de ma ferme à Kanilaï (son village natal, NDLR) ».

Epilogue d’une journée à maquer d’une pierre blanche. Les présidents des pays voisins, notamment celui du Sénégal, Macky Sall, avec qui le fantasque et imprévisible Jammeh entretenait des rapports passionnés et tendus, pourront dormir sur leur deux oreilles désormais…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,452SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles