Tunisie : Bouchamaoui, très amère, vide son sac à la télévision… (Vidéo)

Tunisie : Bouchamaoui, très amère, vide son sac à la télévision… (Vidéo)

par -

La présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, était sur le plateau d’El Hiwar Ettounsi, hier lundi 23 octobre 2017 dans la soirée pour évoquer les bruits autour de la menace de retrait du Pacte de Carthage suite aux orientations du projet de la loi de finances 2018 jugées foncièrement anti-entreprises par la centrale patronale.

Bouchamaoui a affirmé que l’UTICVA, en sa qualité de signataire de l’Accord de Carthage, a des droits, parmi lesquels le fait de prendre connaissance à temps du texte qui doit présider aux destinées de l’économie du pays. «Est-il logique que nous recevions le projet de la loi de finances 2018 au dernier moment ?», s’est-elle demandé. Elle a également dit que «tous les signataires de l’Accord de Carthage doivent-être traités de la même manière. Nous avons appuyé le chef du gouvernement et ce ne sont pas des paroles en l’air. Quand il a fallu débourser, nous l’avons fait! ».

La patronne des patrons a dit par ailleurs que la mauvaise santé de la fiscalité, ajoutée à l’instabilité politique, sécuritaire et sociale, ne crée pas les conditions de l’investissement. Elle a ajouté dans la foulée : «Nous étions les premiers à soumettre nos propositions dans les délais pour le projet de la loi de finances 2018. A l’arrivée nous constatons que seules les entreprises sont mises à contribution. Aucune de nos remarques ou suggestions n’a été prise en compte !».

D’après la présidente de l’UTICA, le gouvernement doit taper ailleurs pour se dégager des marges budgétaires, par exemple en s’attaquant à l’épineux problème du port de Radès ainsi qu’au commerce parallèle, au lieu de se rabattre sur des solutions faciles en taxant les entreprises. «Il faut des solutions à long terme et non des mesures de rafistolage. La stabilité fiscale est très importante», a-t-elle répété. «Maintenant, les dés sont jetés et le texte est actuellement entre les mains des députés. C’est vers eux que nous allons nous tourner».

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire