AccueilMondeUSA : Un "ami" de Poutine et "ennemi" de l'environnement à la...

USA : Un « ami » de Poutine et « ennemi » de l’environnement à la tête de la diplomatie!

Donald Trump continue de composer son équipe pour piloter les USA durant les quatre prochaines années, un gouvernement avec des têtes plutôt  « blanches »… et très fortunées ! La dernière en date, dont la nomination a été officialisée ce mardi 13 décembre, est Rex Tillerson, 64 ans, PDG d’ExxonMobil. Il occupera le prestigieux poste de secrétaire d’Etat – ministre des Affaires étrangères. Dans sa vie d’homme d’affaires, Tillerson a eu à côtoyer de nombreux chefs d’Etat, ça devrait donc lui servir dans son nouveau job ; mais ce sont surtout ses liens très étroits avec le président russe, Vladimir Poutine, qui font jaser au pays de ‘l’oncle Sam’.

- Publicité-

Mais de ce point de vue Trump n’a surpris personne, car il avait déclaré durant la campagne électorale qu’une fois à la Maison Blanche, il s’attèlerait à recoller les morceaux avec Moscou, en froid avec Washington depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.
« Il est l’Américain qui a eu le plus d’interactions avec Vladimir Poutine à l’exception d’Henry Kissinger », dit du nouveau chef de la diplomatie américaine John Hamre, de l’institut d’études Center for Strategic and International Studies (CSIS), dont M. Tillerson est membre.
Tillerson et Poutine se rencontrés dans les années 90, quand le businessman installait un projet d’Exxon sur l’île de Sakhaline ; leurs rapports ont franchi un palier supérieur quand Poutine s’est emparé des rênes du pays après le départ de Boris Eltsine le 31 décembre 1999.
Cette « amitié » a atteint son apogée en 2011, grâce à un retentissant accord paraphé par le ténor énergétique public russe Rosneft et Exxon pour exploiter l’Arctique et la Sibérie.
Cet accord, estimé au départ à 3,2 milliards de dollars, pourrait atteindre des sommets, 500 milliards de recettes, si les prévisions sont rendez-vous. Sauf qu’il est actuellement suspendu pour cause de sanctions occidentales contre la Russie.

Mais avec cette nomination, ce sont surtout les écologistes qui ont du souci à se faire. En effet Tillerson s’était montré inflexible dans son refus de réduire les capitaux injectés dans l’exploration de nouveaux puits de pétrole, alors que le réchauffement climatique le commande.
Des Etats américains dont New York, appuyés par des militants écologistes, avaient même déclenché des enquêtes contre le groupe.
Cette désignation « est inimaginable », s’indigne l’ONG environnementaliste 350.org. « Nous ne pouvons laisser M. Trump nommer le plus grand groupe pétrolier du monde en charge de notre politique internationale sur le climat. M. Tillerson est peut-être un ami de M. Poutine, mais ce n’est pas un ami de la planète », argue l’ONG, qui fait circuler sur la toile une pétition anti-Tillerson…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,919SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles