AccueilLa UNETextile-Habillement : l'APII désigne les responsables des échecs

Textile-Habillement : l’APII désigne les responsables des échecs

« Les problèmes du secteur du textile et habillement se sont intensifiés après la révolution sous l’effet de la fuite des donneurs d’ordres étrangers, en plus des problèmes relatifs aux marchés parallèles et à l’économie informelle« . C’est ce qui ressort d’une note d’analyse récente publiée par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) et relative au secteur du textile et habillement. Ces effets ont remis en question la vulnérabilité de ce secteur, considéré parmi les plus importants en Tunisie en termes d’emplois et de solde commercial. Prenant conscience des risques potentiels, et dans l’objectif de surmonter les problèmes du secteur, les efforts du gouvernement se sont développés et multipliés mais certaines mesures et décisions n’ont pas été couronnées de succès, car les industriels du secteur n’ont pas tous su gérer les changements et n’ont pas pu s’aligner aux réformes proposées par le gouvernement, précise l’APII.

- Publicité-

Aujourd’hui, un secteur aussi important pour la Tunisie tel que le secteur du textile et de l’habillement, considéré comme un patrimoine industriel, ne cesse de plonger.
Certes la responsabilité est partagée, c’est pour cette raison que la réforme pour soutenir le secteur des ITH doit aussi être un processus collaboratif. L’initiative de la réforme devrait être proposée par les industriels du secteur, en collaboration avec les autorités et les décideurs économiques et consolidée par les agents économiques (consommateurs).

En effet, selon les données publiées dans cette note, le tissu industriel tunisien compte aujourd’hui 1672 entreprises employant 10 personnes et plus dans le secteur du textile et de l’habillement, totalisant 161 425 emplois, soit 30% des entreprises actives et 33% du total de la main d’œuvre industrielle. Le premier point fort du secteur des industries du  textile et de l’habillement en Tunisie, c’est qu’il s’agit d’un secteur à forte employabilité dont plus de 85% de son effectif total sont des emplois permanents. D’ailleurs c’est parmi les taux les plus élevés dans l’industrie manufacturière en Tunisie.

Le deuxième point fort du secteur des ITH, c’est qu’en dix ans (1972-1982), sa place, dans les exportations manufacturières, est passée de 9% à 42%, pour dépasser les 50% au début des années 90. Cependant, au cours des trois dernières années, cette croissance au niveau des exportations s’est ralentie, conjuguée à une augmentation rapide des importations, ce qui a causé la dégradation du taux de couverture du secteur.

La majorité des entreprises actives dans le secteur, soit 56.8 % emploient entre 21 et 200 personnes. D’ailleurs, c’est la valeur la plus élevée pour cet intervalle parmi les secteurs de l’industrie manufacturière. La répartition régionale du secteur des ITH montre une concentration dans les régions du nord-est et centre-est.

Ainsi, la région de l’Est compte environ 91.7% du total des entreprises opérant dans le secteur des industries du textile et de l’habillement. La répartition des emplois par tranche d’effectif dans les deux régions (nord et centre-est) est cohérente avec celle du total du secteur, ce qui s’assimile à un pouvoir de monopole pour ces deux régions dans les industries du textile et de l’habillement.

La majorité des entreprises dans le secteur des Industries du textile et de l’habillement en Tunisie sont des entreprises tunisiennes sous-traitantes et totalement exportatrices opérant principalement dans la confection. Ces entreprises comptent plus que la moitié de la main d’œuvre totale dans ce secteur.

En revanche la moyenne annuelle des entreprises nouvellement créées durant la même  période est de 146 entreprises et 14016 emplois créés par an, d’où un solde négatif de 48 entreprises et 4608 emplois. L’analyse des statistiques collectées sur les entreprises fermées montre aussi que 53.3% de ces entreprises sont des entreprises tunisiennes (dans la plupart des cas des sous-traitants) et 88.5% sont totalement exportatrices opérant dans la confection.

« Les entreprises tunisiennes sont relativement compétitives en termes de coûts de la main d’œuvre mais moins compétitives en termes d’avantages hors coûts. Ces derniers avantages (hors coûts) et en particulier le respect des délais et des normes de qualité sont devenus de nos jours des indicateurs de compétitivité qui accordent au pays un avantage comparatif par rapport à ses concurrents. Ce changement au niveau des critères de compétitivité était une conséquence normale et prévue du démantèlement de l’accord multi-fibres, un démantèlement qui a changé la nature de demande des consommateurs, qui sont devenus plus exigeants devant une offre plus abondante et plus variée« , indique la note de l’APII.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,723FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,477SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles