AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelTunis : Habib Essid explique à Africanmanager pourquoi il a accepté le...

Tunis : Habib Essid explique à Africanmanager pourquoi il a accepté le nouveau poste à Carthage

L’ex-chef de gouvernement tunisien Habib Essid a été tout récemment nommé ministre conseiller auprès du président de la République Béji Caïed Essebssi. Cette nomination a suscité beaucoup de réactions sur la toile. Beaucoup se sont ainsi étonnés du fait que l’ancien chef de gouvernement accepte d’être le Conseiller de celui qui avait été la cause de sa démission et de sa sortie de La Kasbah. D’autres ont rappelé les conditions, jugées alors dégradantes, dans lesquelles Habib Essid avait été amené à aller solliciter un second vote de confiance à l’ARP, qui le lui avait refusé, bien qu’il ait été longuement applaudi à la sortie de l’ARP.

Africanmanager a porté toutes ces questions auprès de l’intéressé lui-même.

Dans un entretien téléphonique de 5 minutes, Essid nous a ainsi expliqué avoir accepté «pour rendre service au pays de quelque poste que ce soit». Et lorsque nous lui rappelons les conditions de sa sortie de La Kasbah et qui en a été la cause, l’ancien chef de gouvernement répond que «cela c’est du passé» et que «lorsque l’occasion se présente pour rendre service à la nation, je n’ai pas hésité, car la Nation est une chose sacrée». Pour lui, le différend avec le chef de l’Etat, Béji Caïed Essebssi, «est passé et il a été décoré le 25 juillet ». Il précise même avoir discuté avec le chef de l’Etat de la question de sa sortie de La Kasbah, «comme nous le faisons toujours», précise-t-il. Et d’ajouter, lorsque nous lui demandons si BCE lui a expliqué le pourquoi des conditions dans lesquelles il avait été alors poussé à démissionner, que «les choses sont claires entre nous», sans autres formes de détails.

Pour lui, il est inconcevable d’avoir des états d’âme du genre refuser le poste de ministre conseiller après avoir été chef de gouvernement. «Cela ne se fait pas », dit-il en quelque sorte offusqué et que «rendre service au pays se fait de n’importe quel poste. Il faut faire la part des choses et cela se fait dans tous les régimes de voir des chefs de gouvernement devenir ministres des Affaires étrangères ou autre, en Italie, en France comme en Hollande. C’est chose normale ou dirais-je moi je la considère comme tant, car se mettre au service du pays ne peut souffrir d’aucun sentiment de supériorité ou de fausse modestie».

Interrogé ensuite, par Africanmanager, sur la valeur ajoutée qu’il pourrait apporter dans son nouveau poste de Conseiller politique du chef de l’Etat, Habib Essid répond d’abord par un «j’essaie», avant d’ajouter en toute assurance que «si je n’en étais sûr [Ndlr : de pouvoir apporter une valeur ajoutée], je n’irais pas. Mais avec une expérience de 64 ans, elle peut être de toutes les natures et dans toutes les positions. Autrement, pourquoi le chef de l’Etat ferait-il appel à moi et les prochains jours montreront [Ndlr : ce que je peux faire]».

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,994SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -