Essid, depuis Tripoli, affirme le soutien de la Tunisie au gouvernement...

Essid, depuis Tripoli, affirme le soutien de la Tunisie au gouvernement d’accord national libyen

par -

La Tunisie soutient le gouvernement d’accord national libyen dans tout ce qu’il entreprend pour la réussite d’une transition « délicate » et la consolidation des fondements de l’Etat libyen, a affirmé vendredi le chef du gouvernement Habib Essid, en visite éclair à Tripoli.
« La question libyenne est une affaire purement libyenne. La Tunisie appuie les Libyens pour qu’ils arrivent à réaliser les objectifs qu’ils se sont fixés », a-t-il déclaré dans une conférence de presse au siège temporaire du gouvernement d’accord national sur une base de la marine libyenne, à l’issue d’une rencontre avec le premier ministre désigné Faez Sarraj. Issu de l’Accord politique de Skhirat couronnant plusieurs mois de négociations sous la conduite des Nations Unies, le gouvernement Sarraj est arrivé fin mars à Tripoli, mais est toujours en attente d’être validé par le Parlement libyen installé à Tobrouk (Est).
Le gouvernement d’accord national a à jouer un rôle « historique » pour asseoir les fondement de l’Etat, le rétablissement de la sécurité et la lutte contre le terrorisme, a ajouté Essid qui était arrivé plus tôt dans la journée dans la capitale libyenne pour une visite non annoncée de quelques heures.
Par ailleurs, le chef du gouvernement a indiqué que les procédures de réouverture du consulat tunisien à Tripoli sont en cours.
Fermé le 19 juin 2015 à la suite de l’enlèvement de dix membres du consulat par une milice armée, « le consulat sera rouvert dans les meilleurs délais », a-t-il ajouté. Des commissions mixtes seront formées pour étudier les mesures sécuritaires aux points de passage frontaliers et la reprise des vols aériens depuis et vers l’aéroport de Tunis-Carthage, a de son côté déclaré Sarraj. Pour des raisons sécuritaires liées à la situation en
Libye, les avions libyens ne sont pas autorisés à atterrir à l’aéroport de Tunis-Carthage. La région fait face à des défis majeurs qui requièrent une coordination politique, économique et sécuritaire, a affirmé Sarraj, soulignant la nécessité d’une intensification de la coordination sécuritaire et antiterroriste entre les deux pays.

TAP

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire