AccueilActualités - Tunisie : Actualités en temps réelALECA : Même le représentant du ministère en souligne les dangers!

ALECA : Même le représentant du ministère en souligne les dangers!

Le membre du bureau exécutif de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) chargé de la coopération internationale et du commerce extérieur, Abdelkhalek Ijlani, a souligné que l’Organisation agricole ne refuse pas catégoriquement la libéralisation du secteur agricole dans le cadre de l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) avec l’Union européenne (UE) mais demande l’examen des répercussions attendues de cet accord sur l’agriculture tunisienne.
Ijlani a souligné, mercredi, à l’occasion d’un atelier organisé par la Fondation Rosa Luxemburg avec le concours de l’UTAP dans le cadre de la 13ème édition du SIAMAP 2017 la nécessité d’approfondir les études scientifiques et économiques concernant l’ALECA et de faire preuve de pondération afin de prendre une décision servant l’intérêt de l’agriculteur tunisien.

De son côté, le professeur d’économie et membre du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) Abdejalil Bédoui a mis en garde contre le danger que constitue l’ALECA et ses répercussions négatives sur l’agriculture tunisienne.
Il a rappelé, dans son intervention, que la même expérience a eu lieu entre le Mexique et les USA et a eu, selon ses dires, des effets désastreux.

Le représentant du ministère du commerce, Nabil Arfaoui, a mis en exergue les dangers de l’ALECA, expliquant que la Tunisie s’attache dans le cadre de cet Accord à certains principes dont la période de 15 ans nécessaires à la préparation du secteur agricole, recommandant, cependant de considérer l’ALECA comme un accord ouvrant des perspectives prometteuses pour le secteur agricole tunisien, d’autant que la plupart des accords commerciaux conclus entre la Tunisie et plusieurs pays ont excepté l’agriculture.
Les produits agricoles tunisiens, a-t-il dit, connaissent des difficultés d’accès aux marchés européens en raison du taux des tarifs douaniers qui dépasse 14%.
Au sujet de l’évaluation de l’accord de partenariat Tunisie-UE, Arfaoui a fait savoir qu’un bureau d’études spécialisé a récemment été chargé de réaliser cette évaluation et d’examiner les répercussions de l’ALECA sur le secteur agricole.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,998SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -