AccueilActualitésARP : Jhinaoui fait faux bond, et ça énerve les élus

ARP : Jhinaoui fait faux bond, et ça énerve les élus

La majorité des députés ont dénoncé vendredi l’absence du ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui, de la séance consacrée à son audition, faisant part de leur refus des excuses du ministre, représenté par son Secrétaire d’Etat, Sabri Bachtobji.
Les députés Fayçal Tebbini, Yassine Ayari et Salem Labiyadh ont manifesté leur refus quant aux prétextes avancés par le Secrétaire d’Etat pour justifier l’absence de Jhinaoui.
Dans son intervention, Tebbini a évoqué l’accord conclu le 15 mai 2015 entre le gouvernement tunisien représenté par le Ministère des Affaires étrangères et le gouvernement américain et qui stipule l’octroi d’une parcelle de terre tunisienne sur laquelle est bâtie l’école tuniso-américaine, comme indemnité estimée par les Américains suite aux dégâts causés par l’assaut de manifestants contre ladite école et le siège de l’ambassade US à Tunis en 2012.
En réponse à l’interrogation de Tebbini, Bachtobji a précisé que le ministère a trouvé un accord avec la partie américaine pour régler ce litige à l’amiable en accordant une fois pour toutes la propriété de ce terrain aux Américains.

- Publicité-

De son côté, le député Yassine Ayari a interpellé Bachtobji sur le refus de l’ambassadeur de Tunisie à Berlin de le recevoir par crainte d’évoquer « un dossier de corruption compromettant pour l’ambassade« .
Selon le député Ayari, l’ambassadeur en question a été nommé en raison de son allégeance au mouvement Nidaa Tounes, ainsi qu’à la personne de Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif de Nidaa Tounes et de l’un de ses dirigeants en Allemagne, Raouf Khammassi.
Abordant ce point, Bachtobji s’est contenté de rappeler les directives du ministère des Affaires étrangères destinées à faciliter le travail des députés, réfutant que les nominations des ambassadeurs se fassent sur des critères d’appartenance partisane.

Salem Labyadh a quant à lui demandé au ministère des Affaires étrangères de faire toute la lumière sur les jeunes tunisiens disparus en Italie depuis 2015.
Labyadh a précisé à ce propos qu’il a présenté une liste de noms au ministère concerné pour avoir des informations sur leur sort, laquelle est restée lettre morte.
Il a également appelé le ministère à reprendre le contact avec ces jeunes et à s’enquérir de leur situation. « Le gouvernement tunisien n’a aucune politique pour sauver ses concitoyens incarcérés dans des prisons italiennes » a-t-il déploré.
Le Secrétaire d’Etat a indiqué en réponse à l’interrogation de Salem Labyadh que la détermination du sort des migrants tunisiens qui seraient morts noyés est « une tâche extrêmement compliquée et difficile ».
Les migrants, a-t-il expliqué, choisissent intentionnellement de ne pas prendre leurs pièces d’identité quand ils traversent clandestinement les frontières maritimes. « Une fois les côtes italiennes atteintes, ils présentent de fausses identités pour éviter l’expulsion », a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,577SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles