AccueilLa UNEAugmenter le TD et le TMM, c’est bien. En abuser, ça craint

Augmenter le TD et le TMM, c’est bien. En abuser, ça craint

La BCT a dernièrement augmenté le TD (Taux Directeur) de 0,75 point de pourcentage, pour le porter à 7 %, et le Gouverneur El Abbassi l’a expliqué en long et en large. Des explications, en relation directe avec la maîtrise de l’inflation qui est déjà à 7,5 % et devrait augmenter. Elles n’ont pourtant convaincu, ni lesdits experts qui la revendiquaient il y a quelques mois, ni les clients des banques, particuliers et entreprises, qui pourraient voir hausser les montants inscrits dans les anciens tableaux d’amortissements de leurs crédits.

Pour ces derniers, et à moins d’avoir signé un contrat de crédit à TMM fixe, ce qui est rare, le TEG (Taux Effectif Global, qui est le taux annuel et/ou mensuel exprimé en pourcentage, prenant en compte tous les éléments du coût d’un crédit : montant emprunté, durée, intérêts, assurances, frais de dossier) devrait augmenter lui aussi de 75 points de base.

A fin mars 2022, le TMM était à 6,26. Après la hausse du TD, il devrait passer à 7,01, sans tenir compte des autres coûts du crédit. Le TEG devrait donc dépasser les 7 % et pourrait arriver à une moyenne de 7,5 %. Ceci, tout en sachant que dans un tableau d’amortissement, le taux appliqué l’est généralement à chaque fois au prorata du reste résiduel du principal. On n’est donc pas sorti de l’auberge !

  • A qui profite « le crime » ?

Sur la toile, commentaires parfois farfelus et savants, et accusations parfois infondées foisonnent encore. De ceux qui accusent la BCT de chercher à augmenter ses bénéfices, à ceux qui désignent les banques comme l’unique bénéficiaire de la hausse du TD, la colère gronde aux portes d’une saison estivale, pourtant festival de consommation irréfléchie.

Pour les banques, il est sûr que la hausse du TEG va rapporter plus d’argent. Celles qui feront le plus d’argent sont les banques qui disposent d’un matelas en dizaines de milliards DT sous forme de dépôts à vue de la clientèle dont les montants varient de 3 à plus de 10 Milliards DT selon les banques, puisque ces dépôts ne sont généralement pas rémunérés. C’est de l’argent qui ne leur coûte presque rien (entre 0 et 2 %), et qui sera vendu plus cher à celui, particulier ou entreprise, qui demandera crédit. En moyenne pour les banques, les dépôts à vue devraient rapporter entre 600 et 700 mille DT par mois pour une banque de taille moyenne. Au contraire, les dépôts à terme indexés sur le TMM, ne génèreront que très peu. 

Force est cependant de rappeler que la dernière décision de la BCT avait aussi induit une hausse de 100 points de base (un point de pourcentage), du taux de rémunération de l’épargne, un autre confortable matelas financier sur lequel repose le travail des banques commerciales. Le volume de l’épargne chez une banque comme la BH Bank, par exemple, est d’un peu plus de 3 Milliards DT. Il est nettement plus important chez une autre banque privée de la taille de la Biat, par exemple, et plus encore chez La Poste. Or, gagner 70 points de base sur les crédits, et servir un plus de 100 points de base sur l’épargne, reviendrait presque à perdre dans le change.

C’est pour tout cela qu’il faut atténuer l’impact de la hausse du TD sur la marge d’intérêt. Cela, sans compter qu’il n’y a plus foule sur les crédits de consommation et même d’entreprise, la crise ayant déjà érodé les capacités de résilience des entreprises, et le pouvoir d’achat du client particulier. Il y a, en effet, une sorte de saturation générale en matière de capacité d’endettement, et le rythme des crédits a baissé, selon un banquier de la place, et il n’est pas exclu que le PNB baisse en 2022.

  • Et le bénéfice de la BCT ?

En 2021, les états financiers de la banque centrale tunisienne étaient de 451 MDT. Ce montant est cependant essentiellement réparti entre 360, 723 MDT qui sont allés dans les caisses de l’Etat en parts du bénéfice, 5 MDT en réserves pour fonds social, et 85,5 MDT en réserve spéciale.

Rappelons, par ailleurs, pour ceux qui crient au loup depuis la hausse du TD, que la BCT est le financier des banques, et c’est lui qui les finance. Un financement au prix du TD (7 %), sur une place économique où l’inflation est déjà à 7,5 %. La BCT financerait donc les banques à un prix inférieur à celui de l’inflation, ce qui est en lui-même une perte. Sauf que plus de TD rendrait l’argent beaucoup plus cher pour tout le monde, bien que l’effet de la hausse du TD soit  d’abord de baisser la consommation afin de maîtriser l’inflation.

Rappelons aussi qu’en 2020, la BCT annonçait un bénéfice de 621,7 MDT, contre 1 Md en 2019, soit une baisse de 40 %. Et moins de bénéfices chez la BCT, c’est aussi moins d’argent dans les caisses d’un Etat qui peine à récolter de quoi payer les salaires et les retraites.

On n’oubliera pas, non plus, de rappeler que l’objectif de la BCT est loin de gagner seulement de l’argent, mais de mettre à la disposition des banques les liquidités nécessaires au financement de l’activité économique, à la création des entreprises, de l’emploi et de la valeur ajoutée. La BCT a augmenté le TD et rendu le crédit certes plus cher, mais sa décision n’aurait pas les effets escomptés si le gouvernement ne se décidait pas, par exemple, comme le disait la DG de la politique monétaire Rym Kolsi sur une radio privée, à « raisonner l’importation en la limitant à ce qui est nécessaire à l’économie et destiné exclusivement à la production » (ar).  On dit tout cela, on ne dit rien !

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,007SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -