AccueilActualitésBoulangerie: Décisions pour organiser la filière et rationaliser les dépenses et la...

Boulangerie: Décisions pour organiser la filière et rationaliser les dépenses et la subvention

Les boulangeries en Tunisie seront exclusivement, approvisionnées en matières premières (farine et semoule), par les minoteries. Cette décision a été prise par le ministre du Commerce et du développement des exportations, Mohamed Bousaid, dans le cadre d’une révision de l’ancienne décision du 22 juin 2016, régissant l’activité des boulangeries, a expliqué, jeudi à Tunis, lors d’un point de presse, la directrice générale de la concurrence et des études économiques, Fadhila Rebhi.
La responsable a précisé que la nouvelle décision stipule également, l’obligation d’afficher le poids et le prix du pain à la boulangerie avec l’application des cahiers des charges régissant l’activité des boulangeries.

- Publicité-

La décision intéresse les différentes boulangeries de type A (qui fabriquent le gros pain de 400 grammes au prix de 230 millimes), et aussi les boulangeries de type C, qui fabriquent les baguettes (200 grammes à 190 millimes). Il s’agit également, des boulangeries non classées qui produisent du pain dont le poids ne dépasse pas 150 grammes et qui est vendu à des prix libres et celles qui fabriquent aussi, d’autres pâtisseries (pizzas…).

« Cette mesure va impliquer une révision du cadre législatif régissant le secteur des boulangeries, lequel cadre date de 1956. L’objectif est développer le secteur et l’adapter aux évolutions en plus de la maîtrise des dépenses et l’orientation de la subvention vers les vrais bénéficiaires « , a expliqué Rebhi.

La farine et la semoule, exploitées par les boulangeries sont des matières de base, subventionnées par l’Etat, a-t-elle rappelé. La valeur de la subvention est passée de 730 MD en 2010, à 1800 MD en 2020, selon Rebhi, qui explique cette augmentation par l’évolution des dépenses et de la consommation et aussi par l’augmentation du coût de production en raison de l’évolution des prix des produits importés et des intrants sur les marchés internationaux, alors que les prix de vente au public sont gelés depuis 2008.

Les céréales et dérivés accaparent la part du lion des dépenses de subvention (75%). La responsable a rappelé que l’une des raisons de la prolifération de la contrebande est les bas prix des matières subventionnées et leur abondance sur le marché.
A titre d’exemple, le prix réel d’un gros pain de 400 grammes est 650 millimes, mais il est vendu grâce au régime de la subvention à seulement 230 millimes.
Pour rappel, selon une enquête en 2015, de l’Institut national de la consommation, les Tunisiens jettent à la poubelle, environ 900 mille pains, soit l’équivalent de 100 millions de dinars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,565SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles