C’est parti pour l’ambitieux plan de réforme du secteur de l’énergie

C’est parti pour l’ambitieux plan de réforme du secteur de l’énergie

par -

Un atelier a été organisé ce jeudi 11 juillet 2019 à Tunis, à l’occasion du lancement du plan de réforme du secteur de l’énergie en Tunisie, “TUNEREP”, en présence du ministre de l’Industrie et des PME, Slim Feriani ainsi que plusieurs hauts cadres et experts dans le domaine de l’énergie.

Intervenant au cours de cet atelier, Feriani a évoqué l’importance du secteur de l’énergie en Tunisie et sa forte contribution dans l’économie tunisienne. Il a souligné le fait que le gouvernement de Youssef Chahed ait accordé une priorité absolue à ce secteur qui représente un facteur clé pour la croissance des investissements locaux et étrangers.
Feriani a affirmé que la stratégie qui a été lancée par le gouvernement s’articule autour de nombreux axes, à l’instar du développement des ressources nationales d’hydrocarbures, le renforcement de l’efficacité énergétique, le développement des énergies renouvelables, la réduction du déficit énergétique…
Les experts dans le domaine de l’énergie ont présenté le projet TUNUREP, qui est financé à hauteur de 3,8 millions de dollars par un don du fonds de transition du partenariat de Deauville et géré par le fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID). Le programme s’inscrit dans le cadre de la volonté de l’Etat de réformer le secteur de l’énergie. Il vise à appuyer la Tunisie dans la mise en place des conditions propices de restructuration du secteur de l’énergie et définir une vision globale permettant d’atteindre les objectifs préconisés de la transition énergétique à long terme.
Les activités de restructuration concernent les trois sous-secteurs de l’énergie, à savoir les hydrocarbures, l’électricité et la maîtrise de  l’énergie.
Les principaux résultats attendus
Selon les experts en énergie, ce projet a de nombreux objectifs fondamentaux, notamment la mise en place des orientations stratégiques pour l’ensemble du secteur de l’énergie et des axes de restructuration des principales institutions du secteur qui sont définis sur la base d’un diagnostic approfondi et en concertation avec les acteurs clés.
Il s’agit aussi de lancer une nouvelle approche et des outils d’évaluation ayant trait à la courbe de charge et de son évolution future, qui sont définis et installés pour optimiser la planification des investissements dans les moyens de production électrique et la gestion de la courbe de charge par la STEG…
A noter que le paysage énergétique en Tunisie a été marqué durant la dernière décennie par une baisse de la production des hydrocarbures, une croissance continue de la demande d’énergie et une augmentation des importations énergétiques.
Pour le ministre de l’Industrie et des PME, le projet TUNEREP s’avère nécessaire au vu du déficit énergétique structurel qui a atteint 52% en 2018. Il vient compléter les réformes déjà engagées dans le secteur notamment, les mesures prises à l’issue du dialogue national sur l’énergie lancé en mai dernier par le chef du gouvernement.
Et d’ajouter que les principaux enjeux de ce projet sont la transition et la sécurité énergétique.
Le déficit énergétique structurel pourrait atteindre 73% en 2030, si les ressources nationales stagnent et la demande en énergie suit la tendance actuelle, selon les données du ministère de l’Industrie. Il pourrait atteindre même 87% si toutefois, les ressources baissent d’une moyenne de 5% par an.
Cette situation posera un réel problème de dépendance énergétique qui se traduira par un risque important de sécurité approvisionnement à moyen et à long terme, d’après la même source.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire