AccueilLa UNEComposants automobiles: Un saut qualitatif doublé d’une évolution fulgurante!

Composants automobiles: Un saut qualitatif doublé d’une évolution fulgurante!

Le Tunisie est le 2ème pays africain exportateur de pièces de rechange et de composants automobiles vers l’Union Européenne, un secteur qui a enregistré une évolution fulgurante et un saut qualitatif au plan technologique.

- Publicité-

Le directeur général des industries manufacturières au ministère de l’Industrie, Fathi Sahlaoui, a précisé , dans une interview à Africanmanager ar, que ce secteur englobe 280 entreprises industrielles dont 140 à participation étrangère  et 65% totalement tournées vers l’exportation, outre le fait qu’il procure de l’emploi à 90 mille salariés, et que la valeur de ses exportations s’élève à 7,5 milliards de dinars avec un taux d’intégration de 30 pour cent.

L’avantage comparatif de ce secteur par rapport à beaucoup d’autres en Tunisie tient au fait qu’il comprend des entreprises à dimension internationale plaçant la Tunisie à des rangs plus avancés que ceux de pays voisins, selon ses dires.

Autre développement caractéristique de ce secteur, il affiche des indicateurs positifs  attestant une reprise des suites de la pandémie du coronavirus, ses employés ayant été les premiers à appliquer les mesures au titre du protocole sanitaire.

Une charte pour la compétitivité

Le responsable a encore mis en exergue l’énorme employabilité du secteur des composants automobiles en Tunisie, annonçant la promulgation d’une charte entre les secteurs, public et privé, pour une meilleure compétitivité industrielle à l’horizon 2025.

Cette charte a été élaborée par le ministère de l’Industrie en consultation avec l’Association tunisienne des fabricants de composants automobiles, les ministères du Transport, de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de l’emploi, et la Douane tunisienne, et a fourni l’opportunité d’aborder  les problématiques du secteur, des solutions et des objectifs à réaliser fin 2025, notamment en ce qui concerne l’infrastructure, les mesures fiscales et douanières outre les questions en lien avec l’environnement et la formation.

La charte qui vise à relever  le taux des exportation et la compétitivité des entreprises, comprend 29 mesures s’articulant autour de 5 axes majeurs concernant l’infrastructure, la logistique, le cadre juridique, la Recherche/Développement, l’emploi et la formation, et la promotion de l’image de la Tunisie à l’étranger.

Fathi Sahlaoui a expliqué qu’au titre de l’infrastructure, l’accent est mis sur l’importance et l’urgence de réalisation des quais 8 et 9 du Port de Radès  parallèlement à l’aménagement des ports de Bizerte et de Zarzis ainsi le port en eau profonde d’Enfidha. Quant au deuxième axe, il souligne la nécessité de mentionner la facilitation des mesures fiscales pour ces entreprises, notamment celles exportatrices.

La charte a vocation à réaliser 6 objectifs en tête desquels le relèvement de la valeur des exportations de 7,5 milliards de dinars en 2019 à 13,5 milliards DT à l’horizon 2025, l’amélioration de la valeur ajoutée  pour la porter à 48% outre l’augmentation des investissements qui représentent 12% du PIB à 22% durant la période indiquée.

Le responsable a assuré que les efforts vont se conjuguer encore plus pour attirer un surcroît de marques de voitures étrangères, annonçant dans ce contexte le mise en place de nouvelles unités de fabrication de composants pour les voitures électriques moyennant des investissements de l’ordre de 300 millions d’euros , et ce dans le cadre de la politique de l’Etat en matière de transition énergétique.

La charte sera soumise bientôt à l’approbation d’un Conseil ministériel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,577SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles