Grosse récolte de blé certes, mais qui ne couvrira pas les besoins...

Grosse récolte de blé certes, mais qui ne couvrira pas les besoins du pays

par -

L’office national des céréales en Tunisie cherche à acheter 92 000 tonnes de blé tendre, dit aussi de mouture, dans le cadre d’un appel d’offres émis mercredi, ont déclaré des négociants européens à l’agence de presse britannique Reuters. Selon la même source, «l’offre visait trois livraisons de 25 000 tonnes et une de 17 000 tonnes, avec des périodes d’expédition différentes du 15 septembre au 25 octobre, en fonction de l’origine du blé, ont indiqué les négociants». Rappelons que la Tunisie avait déjà fait appel d’offre, en juillet dernier, pour acheter 92 000 tonnes.

Rappelons aussi que la culture du blé en général est essentiellement basée sur deux espèces : le blé tendre utilisé pour le pain et le blé dur utilisé pour la fabrication des pâtes alimentaires et des semoules et toute la biscuiterie.

Rappelons encore, notamment pour ceux qui se présentent en spécialistes et qui se demanderaient pourquoi la Tunisie importerait du blé alors qu’elle en est productrice, que les quantités de blé récoltées, à la date du 15 août 2019, étaient d’environ 12,7 millions de quintaux, contre 7,7 millions de quintaux à la même date de l’exercice 2018, donc en évolution de 65 %. Il est tout aussi important de savoir que sur les 12,7 millions de quintaux récoltés, 8,645 millions de quintaux étaient en blé dur et seulement 0,744 million en blé tendre, contre 0,481 millions en 2018. Le blé tendre, à servir notamment pour le pain, ne représentait donc que 6 % de la récolte.

Notons encore que tout ce qui a été récolté jusqu’ici en blé dur ne couvrirait que 8 à 9 mois de la consommation tunisienne, qui est de 1 million de quintaux par mois, selon le PDG de l’Office, Taoufik Saïdi. En blé tendre la récolté ne couvrirait même pas un mois de la consommation nationale en blé tendre de 1 million de quintaux par mois en blé dur.

La récolte en Orge était jusqu’au 15 août courant de 3,329 millions de quintaux, en hausse de 0,897 million de quintaux pour la saison 2018. La consommation en orge est de 700.000 quintaux par mois. La récolte, à ce jour, ne couvrirait que 4 mois de la consommation nationale tunisienne. Le reste, comme pour les autres types de céréales, est importé et à coups de milliards DT.

En définitive, la Tunisie ne couvrira pas ses besoins en céréales, malgré la bonne récolte 2019 et l’office des céréales lancera toujours des appels d’offres pour l’achat, surtout de blé tendre. La Tunisie étant un gros consommateur, jusqu’à l’excès, de pain.

En octobre 2016, l’INC estimait que «le gaspillage alimentaire coûte à chaque tunisien en moyenne 68 dinars par mois, soit 18% du total des dépenses alimentaires (364d/mois), selon une enquête de terrain, réalisée par l’Institut National de la Consommation (INC). L’enquête a porté sur un échantillon de 2004 personnes réparties sur tous les gouvernorats afin de connaitre notamment, la disposition du consommateur du tunisien à gaspiller et à changer de comportement dans ce domaine».

Selon la même source, «le pain figure en première position parmi les produits gaspillés par les Tunisiens, avec un taux de 16% des pains achetés, suivi par les céréales (10%), les légumes (6,5%), les fruits (4%), le lait et ses dérivés (2,3%) et les viandes (2%)».

Le gaspillage est du selon le directeur de l’INC, essentiellement, à l’achat irrationnel des produits de consommation, la préparation de repas en quantité dépassant les besoins, la mauvaise conservation des plats et des produits alimentaires…

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire