(MAJ) Italie : Un pont s’écroule à Gênes, de nombreux morts (Vidéo)

(MAJ) Italie : Un pont s’écroule à Gênes, de nombreux morts (Vidéo)

par -

Ce mardi 14 août, la ville de Gênes, en Italie, a vécu l’horreur avec la chute d’une partie du pont Morandi sur l’autoroute A10. Les autorités disent qu’il y a eu de nombreux morts et plusieurs blessés, certaines sources parlent même de dizaines de décès. On ne dispose pas de bilan officiel pour l’instant, ni d’éléments précis sur les causes de ce drame. Le sous-secrétaire du ministère italien des Infrastructures et des Transports, Edoardo Rixi, se borne à qualifier l’incident de “désastre“, rapporte Huffingtonpost

Les sauveteurs ont trouvé plusieurs véhicules écrasés sous les décombres avec des morts à l’intérieur“. Le pont s’est écroulé au-dessus des quartiers Sampierdarena et Cornigliano. Des Français qui étaient sur les lieux le qualifient de “pire jour de leur vie“.

Ce qu’on sait c’est que le pont a été bâti à partir de 1963 par la Società Italiana per Condotte d’Acqua et qu’il est entré en activité en 1967 ; l’installation permet à l’autoroute A10 de surplomber le torrent Polcevera qui parcourt la vallée de la région génoise. C’est un viaduc de 1182 mètres de longueur et 45 mètres de hauteur, soutenu par trois pylônes en béton armé hauts de 90 mètres. Mais ces dernières années, ce sont plutôt sa vétusté et les problèmes de sécurité qu’il pose qui défrayaient la chronique. D’après le site italien spécialisé sur les infrastructures et les transports Ingegneri.info, cette catastrophe était “annoncée“.

Dans les années 80 et 90, on avait rajouté des câbles pour renforcer la structure. Une “maintenance profonde” avait même été faite pour rafistoler les fissures et corriger la dégradation du béton, souligne Antonio Brencich, professeur de structures à la faculté d’ingénieries de Gênes. Mais pour lui, le viaduc reste une “erreur d’ingénierie“. Il y a deux ans, il avait pointé des problèmes de “viscosité” du béton et des coûts de maintenance trop élevés. “À la fin des années 1990, 80% de ce qui a été dépensé pour la construction avait déjà été dépensé pour des travaux“, a-t-il déclaré.

Mise à jour : Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, évoque “une trentaine de morts”, au moins, d’après la chaine de TV française M6info.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire