Jhinaoui : Sans la diplomatie, aucun des objectifs du gouvernement ne sera...

Jhinaoui : Sans la diplomatie, aucun des objectifs du gouvernement ne sera atteint

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a déclaré, vendredi, que la politique extérieure de la Tunisie est un outil nécessaire pour réaliser les principaux objectifs du gouvernement, à savoir offrir des opportunités d’emploi aux jeunes, mobiliser les ressources pour la mise en œuvre de projets d’infrastructure et le développement des régions de l’intérieur et assurer aux forces armées et de sécurité les moyens de défendre l’intégrité territoriale.
Ces priorités, a-t-il ajouté, sont essentielles pour attirer les investisseurs, drainer davantage de touristes et diversifier les relations de partenariat et de coopération avec les pays frères et amis, relevant l’importance du rôle de la diplomatie économique.
Le ministre s’exprimait dans une déclaration de presse à l’issue d’une séance d’audition devant la commission des droits et des libertés de l’Assemblée des représentants du peuple au sujet du projet de budget du ministère des Affaires étrangères pour l’année 2018.

Sur la situation en Libye, Jhinaoui a rappelé l’initiative du président de la République pour une solution pacifique en Libye.
Il a indiqué que les pays du voisinage de la Libye (Tunisie, Algérie et Egypte) ont déjà tenu quatre réunions, dont la dernière a eu lieu, mercredi, au Caire, en présence des ministres des Affaires étrangères. Cette réunion tripartite, a-t-il précisé, a porté sur les moyens susceptibles d’aider le représentant spécial de l’ONU en Libye à mettre en application la feuille de route onusienne qui appelle à l’organisation d’une conférence nationale libyenne et d’élections présidentielle et législatives en Libye.

Au sujet des relations tuniso-syriennes, le ministre des Affaires étrangères a estimé qu’à l’heure actuelle, le plus important est la stabilité et la sécurité de ce pays.
Les positions de la Tunisie à l’égard de la situation dans la région arabe ont toujours été empreintes d’une ” sage neutralité ” et favorable au règlement des différends, a-t-il dit, affirmant que la Tunisie ne soutiendra aucun ” plan de division ” d’un pays, que ce soit l’Irak, l’Espagne ou autre. Il a insisté sur le souci de la Tunisie à préserver ses relations diplomatiques et ses intérêts économiques.

1 COMMENTAIRE

  1. MEZRI Abdou réagit à l’article « Jhinaoui : Sans la diplomatie, aucun des objectifs du gouvernement ne sera atteint » sur la diplomatie tunisienne paru sur African Manager du 17 Novembre 2017.

    La diplomatie est le miroir diplomatique qui reflète l’état de santé global de la politique d’une nation telle que la Tunisie, dont le rayonnement international est strictement conditionné par la crédibilité de sa politique interne culturelle, économique et sociale respectant les valeurs et la démocratie d’agir. En clair, ce n’est pas la diplomatie qui fixe les objectifs d’un gouvernement, c’est plutôt les choix politiques de ce dernier qui conditionnent la diplomatie.
    Le bouleversement politique permanent non sans effet négatif sur son économie, la Tunisie, est contrainte d’innover et rénover sa vision et sa stratégie politiques tout comme son système de gouvernance pour gagner la confiance et le crédit international. Or, ce que je constate, ne promet pas un avenir paradisiaque du pays carthaginois, en raison de la délinquance administrative et financière marquée par la corruption, la fraude, l’exclusion, la débauche, l’inégalité du mérite social, etc, etc…
    La diplomatie est par nature une forme d’hypocrisie politique et non une science exacte, exprimée dans un langage protocolaire souvent sans effet réel sur le terrain. La Tunisie doit donc se ressaisir en agissant localement efficacement dans la dignité et l’indépendance plutôt que de pratiquer sans cesse la main tendue et fréquemment la politique de l’assistanat qui l’enfonce dans la précarité, la soumission et l’oubli.
    Une économie locale accentuée sur le développement facile par le tourisme aléatoire, la fuite des intellectuels et l’exportation bradée des ressources naturelles sont parmi les causes majeures qui affectent la dynamique économique et sociale et assombrirent le rayonnement international de la Tunisie.

    MEZRI Abdou
    Ingénieur génie industriel
    Chercheur scientifique
    Artiste peintre sculpteur
    Expert européen en transition énergétique

Laisser un commentaire