AccueilLa UNEKarim Rjeb ne vendra plus à la TAEF. Le «magicien» du textile...

Karim Rjeb ne vendra plus à la TAEF. Le «magicien» du textile prépare mieux

New Body Line a connu une année 2021 faste marquée par des ventes records, une consolidation des marges et l’atteinte d’un nouveau palier de rentabilité. La reprise affichée en 2021 a certes profité d’une base de comparaison favorable après la baisse de régime de 2020 sur fond de crise de lCovid-19. Cependant, elle a aussi bénéficié des efforts soutenus déployés par le management pour diversifier son portefeuille de clients, renforcer la présence sur le marché local et lancer des partenariats de cotraitance en Marque de Distributeur avec de grandes marques tunisiennes.

En faisant valoir ses avantages en termes de qualité, de proximité et de réactivité, le spécialiste des vêtements intelligents devrait tirer profit d’un mouvement de délocalisation des commandes des donneurs d’ordre au profit de la Tunisie.

–          Un « Textilien » qui fait dans la haute technologique, intégrée dans la lingerie

Fondée en 2000 par Karim Rjeb Sfar aux côtés de la SPPI Sicar, New Body Line est une société totalement exportatrice opérant dans le secteur du textile& habillement. L’entreprise est spécialisée dans la production d’articles de lingerie « intelligents ». Cette nouvelle génération de produits innovants est composée de produits à forte composante technologique et ayant des vertus cosmétiques comme la compression, la correction de la silhouette, le micro-massage et thermorégulation. Concentrant environ 40% des ventes de la société, à fin 2021, cette gamme représente un véritable gisement de croissance et de valeur ajoutée.

Depuis 2003, la société a initié un partenariat technique avec une entreprise française Lytess pour l’approvisionner en articles de lingerie intelligente, via sa filiale tunisienne WAT. Arme à double tranchant, ce partenariat a permis à New Body Line de se lancer progressivement à la conquête des produits techniques tout en s’exposant au risque de dépendance vis-à-vis d’un seul client.

Consciente de sa dépendance commerciale, New Body Line s’est orientée vers la recherche de nouveaux clients. Désormais, la société détient à son actif un portefeuille d’une vingtaine d’autres clients. Au jour d’aujourd’hui, selon Karim Rjeb, NBL dispose de 26 clients, et le partenaire français qui représentait 90 % du CA n’est plus qu’à 25 %.

–          L’analyse technique de T.V pointe le matelas de trésorerie de 9,3 MDT

2021 a été l’année de la croissance par excellence pour New Body Line (+38,9% à 6,8 MDT au niveau du chiffre d’affaires) avec des ventes records aussi bien à l’export (5,6MDt) que sur le marché local (1,2 MDT). NBL a, ainsi, largement rattrapé ses contreperformances au niveau du top line sur la période 2019-2020. « La société s’est focalisée pendant la période de  Covid-19 sur le lancement de partenariats de cotraitance en MDD (Marque de Distributeur) avec de grandes marques tunisiennes, surtout qu’il n’y a plus de différence des taux d’imposition entre le marché export et le marché local (un taux d’imposition à l’IS unique pour les bénéfices réalisés à l’export ou sur le marché local qui est de 15%). La société s’est attelée, par ailleurs, à étoffer son portefeuille de clients. En effet, durant 2021, NBL a travaillé avec 24 clients contre 22 clients en 2020 », fait remarquer T.V.

La contribution de la lingerie intelligente, activité à plus fortes marges, dans le mix produit de NBL continue à perdre du terrain dans la continuité des dernières années, ressortant à 41,3 % contre une moyenne de 61,6 % sur la période 2017-2020. La production écoulée par la société a augmenté de 8,8 %. A cette évolution des quantités s’est greffée une hausse du prix moyen des produits vendus de 27,6 %. En dépit de la dégradation du mix produit, NBL a tant bien que mal réussi à améliorer ses marges. La gestion optimisée des approvisionnements et l’atteinte d’un niveau plus élevé d’activité ont valu à la société d’augmenter son taux de marge brute.

Sur l’année 2021, et malgré le contexte inflationniste, le management de NBL a déployé des efforts louables pour maîtriser les frais généraux (+8,9% à 1,7 MDT au niveau de la masse salariale. Subséquemment, la compagnie a vu sa rentabilité d’exploitation s’améliorer sur l’année écoulée. Le marge d’EBITDA s’est engraissée de 19,1 points de pourcentage à 35,2 %. Pour sa part, l’EBITDA a triplé sur l’année à 2,4 MDT. La récurrence des cash-flows reste la force majeure de New Body Line. Le BFR reste maîtrisé (4 mois de chiffre d’affaires en 2021). L’activité d’exploitation dégage des flux de trésorerie abondants (une moyenne de 2 MDT sur les cinq dernières années). Parallèlement, le matelas de trésorerie confortable est cumulé au fil des années (une assise de 9,3 MDT en 2021.

Malgré le rehaussement du taux d’imposition des bénéfices provenant de l’export de 10 % à 15 % à partir de l’année 2021, New Body Line a renoué avec la croissance bénéficiaire. Son résultat net a bondi de 78,3 % à 2,2 MDT. La forte capacité génératrice de cash-flows de la société lui permet de maintenir un bilan zéro dette et de distribuer un dividende généreux.

–          NBL ne sera pas vendue à TAEF, est Lytess en bonne voie

New Body Line a publié, fin 2021, un communiqué annonçant que les actionnaires de référence de la société ont signé une lettre d’intention avec la société TAEF (Tunisian American Entreprise Fund) et Khalil Talbi, visant une prise de participation minimale de 75 % et seraient prêts à débourser pour cela une enveloppe de 20 MDT et s’offrir le bloc de contrôle dans NBL.

L’opération est cependant tombée à l’eau, selon ce qu’a déclaré Karim Rjeb à Africanmanager. Les causes essentielles à ce qui devait être une offre publique d’acquisition facultative, qui devait aboutir en Juin 2022, est la sous-évaluation de l’entreprise, faite par l’acheteur, qui ne tenait compte que de la conjoncture internationale et du facteur risque sur la Tunisie. Et c’est ainsi que les pourparlers préliminaires n’ont abouti à aucune offre écrite sur le sujet de la cession.

L’autre cause, semble être la volonté de TAF de désengager NBL de la cote de la bourse de Tunis, et le désir, manifesté par les investisseurs en bourse, de ne pas donner suite à cette opération prévue de cession d’au moins 75 % du capital de NBL. « Les conditions n’étaient pas favorables, et il nous reste beaucoup à faire », conclut Rjeb

Le management de NBL s’est attardé, courant l’AGO du 29 Juin 2022 en lien avec le projet d’acquisition de la société française Lytess. « Cette société qui figure parmi les clients les plus actifs de New Body Line (une contribution dans le chiffre d’affaires de NBL de 24 % à fin 2021), a connu des difficultés financières et est actuellement en phase de redressement judiciaire », précise T.V, qui ajoute cependant que « la direction de NBL a, également, insisté sur le fait que tout le passif de Lytess a été apuré et que ce projet permettrait à New Body Line de s’intégrer en aval en se lançant dans le commerce B-to-C et d’être présente dans 24 pays dans le monde ».  Se barricadant derrière l’obligation de réserve au sujet de cette opération en cours, mais on sait qu’elle va bon train et devrait prochainement faire l’objet d’une information financière. T.V n’en dira pas plus, se limitant à espérer que « ce projet d’acquisition permettra à la société d’accélérer sa stratégie d’innovation et d’élargir d’une manière durable sa base de clientèle ».

En attendant, le premier trimestre de l’année en cours s’est inscrit pour BNL sous le signe de la quasi-stagnation au niveau des ventes. Les revenus du spécialiste des vêtements intelligents ont enregistré une légère augmentation de 2,3% à 1,9 MDT. Une hausse, faite grâce aux stocks déjà disponibles. Au 2ème trimestre 2022, cependant, le CA de NBL a diminué de  moitié. Ce n’est point à cause de la production qui a au contraire augmenté, mais à cause de la continuelle hausse de tous les intrants de fabrication et des matières premières qui nécessitent une continuelle négociation des prix et une réévaluation, avec ce qui suit en périodes de réflexion des acheteurs et l’étude des nouveaux prix des contrats, et des commandes un peu bloquées pour étude des prix. « Nous tablons, sur l’année pleine, sur une croissance des ventes de 4% à 7,1 MDT et sur une hausse du Bottom-line de 4,2% à 2,3 MDT », note cependant avec optimisme l’intermédiaire boursier.

Et T.V de conclure que « après une année 2020 difficile, le producteur de la lingerie intelligente est revenu dans le radar des investisseurs depuis 2021, encouragés notamment par l’annonce du rehaussement des dividendes à distribuer au titre des exercices 2020 et 2021. Au niveau de cours actuel, la société est valorisée à 25 MDT, soit un PER 2022 estimé de 11x, un multiple VE/EBITDA 2022 estimé de 5,6x et un rendement en dividendes de 8,5% en 2021; un niveau de valorisation attrayant dans l’absolu et comparativement à la moyenne internationale ».

*Avec une synthèse de l’analyse de TunisieValeurs

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,049SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -