AccueilLa UNELa restructuration de la dette, un cadavre dans le placard

La restructuration de la dette, un cadavre dans le placard

La restructuration de la dette serait-elle devenue la fatalité la plus abhorrée  pour nombre de pays émergents, y compris la Tunisie ? Le Fonds monétaire international  s’y oriente, même si sa directrice générale n’en parle que du bout des lèvres. Les experts et think-tanks  mondiaux la regardent comme l’unique issue  de la crise qui couvait déjà même avant la  guerre russo-ukrainienne. La Tunisie, pour sa part, ne veut pas en entendre parler, et a « exigé »  que la restructuration de sa dette ne fasse pas partie des sujets à négocier avec le FMI

En fait, une série de chocs s’accumule, sans commune mesure avec ce que les marchés émergents ont dû affronter depuis les années 1990, lorsqu’une série de crises successives a fait sombrer les économies et renversé les gouvernements. Les turbulences déclenchées par la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie touchent déjà des pays comme le Sri Lanka, l’Égypte, la Tunisie et le Pérou. Elle risque de se transformer en une débâcle plus large de la dette et en une nouvelle menace pour la fragile reprise de l’économie mondiale après la pandémie de Covid-19, prévoit Bloomberg Economics.

Le danger est encore aggravé par la campagne de resserrement monétaire la plus agressive que la Réserve fédérale américaine ait entreprise depuis vingt ans. La hausse des taux d’intérêt américains entraîne une augmentation du coût du service de la dette pour les pays en développement – juste après qu’ils ont  emprunté des milliards pour lutter contre le COVID-19 – et tend à stimuler les sorties de capitaux. Et pour couronner le tout, la dure réalité de la guerre en Europe, qui est à l’origine du dernier choc alimentaire et énergétique, montre peu de signes de résorption.

Ce cocktail de risques a déjà poussé le Sri Lanka au bord du défaut de paiement sur ses obligations. Selon Bloomberg Economics, une poignée d’autres économies émergentes, du Pakistan à la Tunisie en passant par l’Éthiopie et le Ghana, sont en danger immédiat de suivre le mouvement.

Guère en reste, les principaux responsables de la politique économique mondiale tirent la sonnette d’alarme. Les thèmes dominants des réunions de printemps du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale à Washington cette semaine sont le ralentissement de l’économie mondiale et les risques croissants – visibles et invisibles – auxquels sont confrontés les pays en développement.

Vagues sismiques

Dans ses dernières Perspectives de l’économie mondiale, le FMI a comparé l’impact de la guerre en Ukraine  à des « vagues sismiques » déferlant sur l’économie mondiale. Il a également mis en garde contre le retour possible sur les marchés émergents du type de « boucle fatale » qui a conduit la Russie à la cessation de paiement en 1998.

« Nous pouvons voir le train s’approcher de nous », a déclaré John Lipsky, qui a passé une demi-décennie en tant que numéro 2 du FMI. La combinaison des chocs de l’économie réelle et du resserrement des marchés financiers, dit-il, « va pousser un grand nombre de pays à faible revenu à restructurer leur dette ».

Bloomberg Economics, qui tient des tableaux de bord des risques de construction pour les pays émergents, place la Turquie et l’Égypte en tête de la liste des principaux marchés émergents exposés aux « retombées économiques et financières » de la guerre en Ukraine.

Et il classe la Tunisie, l’Éthiopie, le Pakistan, le Ghana et le Salvador – avec des stocks de dette importants et des coûts d’emprunt qui ont augmenté de plus de 700 points de base depuis 2019 – parmi les pays en danger immédiat de ne pas pouvoir rembourser leurs dettes.

L’impact direct d’un défaut de paiement dans cinq pays comme ceux-ci sur l’économie mondiale serait faible, mais les crises dans le monde en développement ont l’habitude de se propager bien au-delà de leur point de départ. « Dans une cascade d’événements de crédit sur les marchés émergents, l’impact négatif de l’ensemble pourrait être plus important que la somme des parties », a écrit Ziad Daoud, économiste en chef de Bloomberg Economics pour les marchés émergents.

La Banque mondiale estime que 60 % des pays à faible revenu sont déjà en situation de surendettement ou courent un risque élevé de l’être. Jusqu’à présent, les problèmes se produisent dans des endroits « hors de l’écran radar » auxquels les investisseurs ne prêtent pas beaucoup d’attention, a déclaré l’économiste en chef de la Banque, Carmen Reinhart.

Les gouvernements de tous les pays émergents ont intensifié leurs emprunts pour amortir l’impact de la pandémie. Selon le FMI, le coût du service de ces dettes augmente « de façon vertigineuse ».

Selon le FMI, un montant record de cette dette est désormais détenu dans les bilans des banques locales des économies émergentes, ce qui augmente le risque d’une boucle de rétroaction dans laquelle les banques sont contraintes de réduire leurs prêts à mesure que les économies ralentissent et que la valeur des obligations d’État qu’elles détiennent chute.

Un désastre  qui serpente aussi à partir de la Fed

L’augmentation des coûts d’emprunt risque de s’accentuer encore, car les efforts de la Fed pour lutter contre l’inflation dans le pays entraînent une hausse des taux d’intérêt sur les bons du Trésor américain, la référence pour de nombreuses économies en développement. Les banques centrales de la plupart des pays émergents relèvent également leurs propres taux directeurs en raison de la flambée des prix.

Jim O’Neill, l’ancien économiste de Goldman Sachs qui a inventé le terme BRIC au début des années 2000 pour décrire les marchés émergents à croissance rapide de l’époque, à savoir le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, a déclaré que l’environnement actuel est le plus incertain qu’il ait vu depuis qu’il a commencé sa carrière dans la finance au début des années 1980. « Si le risque d’inflation persiste et que les banques centrales doivent resserrer leur politique, ce sera une catastrophe pour certains marchés émergents », a-t-il déclaré.

L’allongement de la liste des pays en pourparlers de sauvetage avec le FMI est un signe des difficultés à venir.

Outre le Sri Lanka, elle comprend des pays qui connaissent des problèmes de balance des paiements similaires, comme l’Égypte et la Tunisie, où les prix des denrées alimentaires ont contribué à un changement de régime il y a tout juste dix ans, la Tunisie ,  berceau des soulèvements du printemps arabe de 2011, dont le gouvernement à court d’argent a augmenté le prix du carburant au moins quatre fois au cours des 13 derniers mois. Le tourisme s’est tari et les pénuries s’étendent au point que les vendeurs du marché plaisantent en disant qu’il est plus facile d’acheter de la « zatla » que de la farine, conclut Bloomberg.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,001SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -