AccueilLa UNELa révolution tunisienne n'a pas tenu ses promesses économiques, selon un sondage...

La révolution tunisienne n’a pas tenu ses promesses économiques, selon un sondage Gallup

La « révolution de Jasmin » en Tunisie, il y a dix ans, a été l’une des révolutions les plus rapides et relativement les plus pacifiques qui aient secoué le monde arabe à l’époque. L’ex président  Zine El Abidine Ben Ali, avait  démissionné alors  environ un mois après le début des manifestations.

- Publicité-

Toutefois, bon nombre des problèmes économiques qui ont poussé les Tunisiens  à descendre dans la rue il y a dix ans subsistent. À bien des égards, ils sont même pires aujourd’hui, ce qui explique en partie pourquoi les Tunisiens redescendent dans la rue en 2021. En 2020, huit Tunisiens sur dix ont déclaré qu’il était difficile de trouver un emploi dans la ville ou la région où ils vivent, contre 53 % en 2010, avant le début de la révolution, selon les résultats d’un sondage réalisé par l’institut Gallup International.

Si une partie du pessimisme récent concernant le marché de l’emploi est probablement liée aux mesures de confinement  mises en place par le gouvernement en raison de COVID-19, le pourcentage de Tunisiens affirmant que le moment était mal choisi pour trouver un emploi avait déjà grimpé à 76 % en 2019. En fait, environ sept Tunisiens sur 10 l’ont dit depuis 2015, ce qui suggère qu’une grande partie des déboires économiques actuels  étaient antérieurs à la pandémie.

En ce qui concerne la question plus large de la trajectoire de leur économie locale, les Tunisiens en 2020 étaient neuf fois plus susceptibles qu’en 2010 de dire que les conditions économiques empiraient (72% contre 8%, respectivement). Comme pour les évaluations du marché du travail local, il est probable que les développements liés à COVID-19 ont joué un rôle dans ce pessimisme. Cependant, en 2019, 62% des Tunisiens avaient déclaré que leur économie locale se détériorait, ce qui constituait alors un nouveau record.

Le niveau de vie des Tunisiens patine aussi

Quarante pour cent des Tunisiens ont déclaré en 2020 que leur niveau de vie se détériorait, contre 7 % qui disaient la même chose en 2010, avant la révolution. Le pourcentage de Tunisiens affirmant que leur niveau de vie se détériore a généralement suivi une tendance à la hausse depuis 2010, atteignant un pic de 42 % en 2019, avant la pandémie.

Dans le même temps, le pourcentage de ceux qui disent que leur niveau de vie s’améliore a chuté de 20 points de pourcentage par rapport à 2010. Les 61 % qui l’affirmaient il y a dix ans étaient le point culminant de la tendance de Gallup, bien que les 41 % qui l’affirmaient en 2020 fussent bien loin du creux de 23 % atteint en 2017. Ce creux s’est produit après l’approbation d’importantes mesures d’austérité dans le budget du gouvernement tunisien.

Les mal-logés et mal- nourris trois fois plus nombreux

Outre le fait que les Tunisiens sont plus nombreux à faire état d’une baisse de leur niveau de vie dix ans après la révolution, ils sont beaucoup plus nombreux à déclarer avoir du mal à se procurer les produits de base. En 2020, quatre Tunisiens sur dix ont déclaré qu’il leur était arrivé, au cours des 12 derniers mois, de ne pas pouvoir se procurer la nourriture dont ils avaient besoin, soit trois fois plus que les 13 % qui l’avaient déclaré en 2010. Ces 40 % constituent le niveau le plus élevé de la tendance de Gallup, dépassant le précédent sommet de 34 % en 2019.

Bien plus, 31% des Tunisiens ont déclaré ne pas avoir pu se payer un logement adéquat au cours des 12 derniers mois, contre 9% en 2010. Les 31 % qui l’affirment en 2020 sont restés inchangés par rapport à l’année précédente.

Davantage de Tunisiens sans emploi et gagnant moins à cause du COVID-19

Les Tunisiens connaissaient déjà des difficultés économiques considérables avant la pandémie du COVID-19, qui n’a fait que les aggraver. L’automne dernier, plus de quatre Tunisiens sur dix ont déclaré avoir cessé temporairement de travailler à cause de la pandémie, tandis que près d’un sur cinq a déclaré avoir perdu un emploi ou une entreprise en raison de la situation. En outre, 36 % ont déclaré avoir travaillé moins d’heures et 33 % ont dit avoir reçu moins d’argent de leur employeur.

Les Tunisiens avaient de grands espoirs de changement au sortir de leur révolution en 2011. Cependant, leurs espoirs sont largement restés tels quels. Selon la mesure de Gallup, les Tunisiens ont déclaré que leur situation économique était nettement moins bonne en 2020 qu’en 2010.

La pandémie de COVID-19 a clairement aggravé une situation économique médiocre, augmentant encore les difficultés du gouvernement du pays à concrétiser les espoirs de prospérité nourris depuis longtemps. Ces difficultés ne peuvent que s’aggraver dans les jours à venir. À la fin du mois dernier, le Fonds monétaire international a mis en garde contre une « récession économique sans précédent » dans le pays. Le FMI  recommandé de limiter les subventions à l’énergie et de réduire la masse salariale, rappelle Gallup International.

1 COMMENTAIRE

  1. la révolution n’a rien apporté à la population et surtout sauf l’arrivée des islamistes qui ne le lâchent pas malgré leurs échecs et la liberté qui parfois est néfaste que utile

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,721FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,576SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles