18 C
Tunisie
mercredi 30 septembre 2020
Accueil La UNE L’Amen dans le club restreint des banques à plus d’un Milliard DT...

L’Amen dans le club restreint des banques à plus d’un Milliard DT d’assise financière

« Le bras financier du Groupe Amen a atteint un palier supérieur de rentabilité malgré des réalisations mitigées au niveau de son activité d’exploitation. La banque affiche des avancées au niveau de sa qualité du portefeuille. Le bon bilan de 2019 nous conforte dans la capacité de la banque à résister à la crise actuelle. Le niveau de solvabilité appréciable dont jouit Amen Bank sera l’atout majeur de la banque en cette passe difficile. Il lui permettrait d’absorber le « choc » de la crise et de repartir rapidement à la quête de la croissance dès les premiers signes de reprise économique. Nous recommandons de conserver le titre ». Tel pourrait être le résumé de la plus récente étude de l’analyste boursier Tunisie Valeurs (TV), de la situation de l’Amen Bank à la fin 2019.

 Une banque qui réduit la voilure du crédit, et ça lui fait du bien !

La banque a affiché une accélération de la croissance au niveau de son PNB qui s’est établie à 8%, contre une augmentation de 4,1% en 2018. A l’instar sur secteur bancaire, cette performance a été substantiellement puisée dans la marge d’intérêt. Cette source de revenus s’est hissée de 14,6% à 154,9MDt, portant sa contribution dans le PNB à 38,3%.
Autre fait à l’honneur, la marge sur commissions a enregistré un bond appréciable de 9,8% à 98,4MDt. Le PNB d’Amen Bank affiche aujourd’hui une physionomie intéressante  parmi les plus équilibrées du secteur coté.

La productivité élevée continue à être une des qualités distinctives de la banque. Avec une progression des frais généraux contenue à 8%, la banque a maintenu son coefficient d’exploitation à 39,3%. Ce qui vaut à Amen Bank le statut de la troisième banque la plus productive du secteur après la STB et la BT.

Dans un contexte marqué par le ralentissement de l’activité économique, le resserrement de la liquidité et la détérioration de la qualité des créanciers, Amen Bank a poursuivi sa politique rigoureuse de gestion des risques. La sélectivité accrue en matière de risques, les efforts de recouvrement et de provisionnement lui ont permis de réduire le taux des créances classées à 14,4% (contre 15,1% en 2018) et de porter le taux de couverture à 63,6% (contre 59,1% en 2018). La banque est sur la bonne voie pour assainir son portefeuille mais il lui reste encore du chemin à parcourir pour rattraper le retard par rapport à ses consœurs privées.

L’année a été porteuse du côté de la rentabilité. Grâce à la bonne dynamique du PNB, à la maîtrise des charges et à la compression du coût du risque (-3% à 86MDt), Amen Bank a enregistré une progression de son résultat net de 14,7% frôlant 146MDt. Au niveau consolidé, la croissance du résultat net part du groupe s’est établie à 16% à 147,4MDT.

L’Amen tiendra le choc, estime TV

La banque a atteint un nouveau palier de fonds propres, entrant ainsi dans le club restreint des banques avec une assise financière supérieure à 1 milliard de dinars. Cette évolution couplée au trend baissier des crédits a été bénéfique pour les ratios de solvabilité de la banque. Le ratio Tier 1 et le ratio Tier 2 se sont respectivement établis à 11,4% et à 15% à fin 2019 contre des minimas réglementaires de 7% et de 10%.

La crise du COVID-19 impose de nouveaux défis au secteur bancaire. Un secteur déjà confronté à un scénario de ralentissement en raison du durcissement des exigences réglementaires et de la transition aux normes de Bâle III.
Amen Bank, à l’image du secteur bancaire, devrait trouver le moyen de surmonter les nouvelles contraintes de la crise actuelle, du spectre de la récession économique et des mesures exceptionnelles de soulagement des entreprises et des ménages. La banque devrait composer avec un environnement plus difficile marqué par un tarissement plus aigu de la liquidité, une possible contraction du crédit, une hausse des risques d’impayés et des pressions accrues sur la trésorerie et sur la rentabilité.

Selon le management, l’année 2020 marquera une rupture de croissance pour la banque. Elle sera caractérisée par une baisse du PNB, plombé par les surcoûts du moratoire d’échéances sur les crédits aux particuliers, et par une augmentation des charges. Tenant compte d’une exposition de 22% sur le segment Retail, nous estimons le manque à gagner au niveau du PNB aux alentours de 59MDt.

    *Résumé d’une analyse financière faite par Tunisie Valeurs

Tenant compte de la dégradation de l’environnement des affaires et des mesures de soulagement des entreprises et des ménages décidés par la BCT et les pouvoirs publics face à la crise du COVID-19, nous tablons sur:
1) En 2020, sur un repli du PNB de 14 % à 348,4MDT et sur chute du résultat net part du groupe de 46 % à 79,3 MDT.
2) En 2021, sur une croissance de rattrapage du PNB de 18% à 411,1 MDT et sur une progression du résultat net part du groupe de 19% à 94,5 MDT.
▪ Amen Bank a élaboré un programme de transformation baptisé NEXT. Ce programme a pour objectif de:
1) Rééquilibrer le business model entre le segment Corporate et retail notamment à travers une démarche de digitalisation de la relation client, d’optimisation et de spécialisation des agences,
2) Industrialiser et digitaliser les process dans les métier support pour apporter plus de fluidité au niveau des opérations et offrir une meilleure qualité de service aux clients,
3) Maitriser les risques par le déploiement d’un système de scoring des particuliers, la refonte de l’organigramme de la banque et la révision des schémas délégataires.
▪ L’équipe de direction estime que la réalisation de ce programme constitue une transformation en profondeur d’Amen Bank, de son organisation et de ses modes de fonctionnement. Ces retombées devraient être perceptibles sur le moyen terme.
Et l’analyste boursier de terminer son décryptage du bilan de l’exercice 2019 de l’Amen, en estimant qu’il « nous conforte dans la capacité de la banque à résister à la crise actuelle. Récolant les fruits de sa stratégie de rééquilibrage du bilan, la banque affiche une amélioration de ses ratios prudentiels, une meilleure maitrise du risque de transformation et une courbe décroissante des expositions aux secteurs du tourisme et de la promotion immobilière. Le niveau de solvabilité appréciable dont jouit Amen Bank sera l’atout majeur de la banque en cette passe difficile. Il lui permettrait d’absorber le choc de la crise et de répartir rapidement à la quête de la croissance dès les premiers signes de reprise économique ».

T.V*

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

104,661FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,309SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles