AccueilPresse localeLes fintechs arrivent...

Les fintechs arrivent…

Ines Trojette, maître de conférences en Economie à l’ESPI de Paris (Ecole supérieure des professions immobilières) et secrétaire générale de l’Atuge (Association des tunisiens des grandes écoles) en France,  dans une interview au journal La Presse, du 30 novembre, a dit compter beaucoup sur le secteur des Fintechs ( entreprises de technologie financière) pour promouvoir l’inclusion financière en Tunisie et dans le continent africain.

L’économie numérique africaine connaît une croissance rapide, a-t-elle souligné, ajoutant qu’on estime que dans les trois années à venir, avec la généralisation du haut débit, elle pourrait générer 250 milliards de dollars US de chiffre d’affaires. Les secteurs les plus impactés par cette transformation digitale sont les fintechs, l’e-commerce, le health-tech, l’e-transport et l’e-food, l’ed-tech, les médias et les divertissements. Le continent africain, qui n’a jamais manqué ni de ressources ni d’opportunités, commence également à se transformer de l’intérieur. Les dirigeants des pays africains ont pris conscience de la nécessité de créer un environnement favorable à la révolution numérique, après avoir loupé les trois révolutions industrielles qui l’ont mise tant en retard.

En Tunisie, a poursuivi l’économiste, se sont tenues les assises de l’innovation en novembre 2022 dont le but est d’intégrer l’innovation dans tous les secteurs de l’économie. Entre 2020 et 2021, sur les 5200 start-up technologiques, un peu moins de la moitié d’entre elles sont des fintechs, qui perturbent et font concurrence aux services financiers traditionnels. Tous les signes pointent vers l’aboutissement de la première phase de développement de la fintech africaine. Les fintechs sont devenues des acteurs majeurs du secteur des services financiers en Afrique (dans certains cas, rivalisant avec les banques traditionnelles en termes de taille et de valeur), le financement a augmenté et la valeur est générée. La fintech africaine est en train de se développer, la taille moyenne des transactions et la proportion de financement de la fintech en Afrique ont augmenté au cours de l’année dernière, générant des emplois et de la croissance. Cependant, l’Afrique souffre d’un manque d’infrastructures développées. L’Afrique subsaharienne compte cinq agences bancaires pour 100.mille habitants, (près du triple dans le reste du monde) et un taux de bancarisation strict qui dépasse difficilement les 20%. Avec près d’1 milliard de dollars à travers une centaine de deals en 2020 contre environ 400 millions de dollars sur une cinquantaine d’opérations en 2018, les fintechs mobilisent près de 50% des investissements des Venture Capitalists sur le continent, ce qui nous donne de bonnes indications sur la portée de ce secteur.

Digitaliser permet d’accélérer l’inclusion bancaire et de lutter contre l’économie informelle, a conclu Inès Trojette.

- Publicité-

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

108,654FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
5,018SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -