AccueilLa UNEL'Inde a décidé de se débarrasser de ses musulmans

L’Inde a décidé de se débarrasser de ses musulmans

Les Indiens musulmans ont du souci à se faire. En effet Narendra Modi, qui a été largement reconduit à son poste de Premier ministre en donnant des gages aux nationalistes, doit maintenant passer aux actes. Le Premier ministre, qui est parvenu à faire oublier son bilan économique discutable, a mis le paquet en commençant par enterrer l’article 370 de la Constitution qui accordait une autonomie au Cachemire, majoritairement musulman et que le Pakistan rêve de contrôler.
D’après le New York Times, les musulmans d’Assam, une zone proche des frontières avec le Myanmar et le Bangladesh, sont également dans le viseur de Modi. D’après le journal américain, leur citoyenneté sera remise en question et ils risquent tout bonnement d’être pris pour des migrants illégaux. Des centaines d’individus ont déjà été interpelés…

- Publicité-

Le gouvernement pilote ce qu’il faut bien appeler une chasse aux migrants, qui vont vivre l’enfer sur le territoire indien. Le ministre de l’Intérieur, Amit Shah, les traite volontiers de «termites» et a annoncé que sa formation allait les «prendre un par un et les lancer dans le Golfe du Bengale», rapporte Slate fr.
Du jour au lendemain, des personnes qui ont vécu toute leur vie en Inde et en étaient des citoyens à part entière doivent maintenant dégoter des documents qui attestent de leur citoyenneté ou celle de leurs aïeuls. Une tâche colossale.
Selon toujours le New York Times, le gouvernement est en train de monter d’immenses centres de détention pour les habitants considérés désormais comme des migrants illégaux…

Et que fait la communauté internationale face à cette épuration portée et revendiquée par les plus hautes autorités indiennes ? Et bien ce qu’elle fait quand la Chine massacrait les Tibétains, quand la Russie de Vladimir Poutine écrasait dans le sang la rébellion tchéchène ou quand Israël fait un carnage presque quotidien en Palestine : Elle se tait… Ou parle si tôt. Des gesticulations pour faire bonne figure, des réactions de circonstance pour masquer une impuissance chronique, surtout quand il s’agit d’une grande puissance. Pour les autres, les petits, comme l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, c’est direct case Cour pénale internationale, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les mêmes crimes pour lesquels les puissants ne sont jamais inquiétés et encore moins condamnés…

Le Premier ministre Indien, à la tête d’une puissance militaire – elle a la bombe atomique – et d’une puissance économique montante, a de beaux jours devant lui, quelles que soient les horreurs qu’il commet par ailleurs. Son pays, un géant économique en devenir, est courtisé partout dans le monde : Des USA à l’Europe, en passant par l’Afrique. Partout Modi est reçu avec les honneurs dus à son rang, et personne ne lui rappellera ce qu’il fait aux musulmans, l’argent qu’il a dans ses valises et les services qu’il rend aux autres puissances économique occidentales suffisent à l’absoudre de ses pêchés…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Réseaux Sociaux

106,699FansJ'aime
480,852SuiveursSuivre
4,457SuiveursSuivre
624AbonnésS'abonner
- Publicité -

Derniers Articles