Tags Posts tagged with "inde"

inde

par -
L'Inde, 6e économie mondiale et championne de l'environnement !

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a remis mercredi, à New Delhi, le prix de champion de la terre des Nations Unies à Narendra Modi, vantant l’action du Premier ministre indien en faveur du climat.

« Le Premier ministre Modi reconnaît que le changement climatique constitue une menace existentielle directe pour nous tous », a déclaré M. Guterres lors de la remise de la distinction au chef du gouvernement indien récompensé avec le Président français, Emmanuel Macron, pour leur travail pionnier dans le développement de l’Alliance solaire internationale.

« Le Premier ministre Modi sait ce que nous devons faire pour éviter une catastrophe. Et le Premier ministre Modi comprend les énormes avantages de l’action pour le climat ».

Le chef de l’ONU a saisi cette occasion pour rappeler que le changement climatique progresse rapidement et l’urgence de le contrer. « L’Accord de Paris sur le changement climatique que nous devons absolument mettre en œuvre n’est pas, en réalité, pleinement mis en œuvre. Et de nombreux dirigeants du monde ne font pas assez pour que cela devienne une réalité », a déploré le Secrétaire général.

En Inde, le chef de l’ONU a exhorté les autres pays à faire le pari de l’économie verte. « L’économie verte est la bonne économie. La technologie est de notre côté. Ceux qui parieront sur l’économie grise auront un avenir gris, et ceux qui, comme l’Inde, parient sur l’économie verte, joueront un rôle dominant dans l’économie mondiale au cours des prochaines décennies », a-t-il déclaré.

Le gouvernement indien a installé 300 millions d’ampoules LED dans le pays. « Une réalisation remarquable », a jugé M. Guterres qui s’est également félicité d’apprendre qu’environ 40 millions de cuisinières à combustion propre peuplent désormais dans des foyers indiens.

« Grâce à ces fourneaux à combustion propre, l’Inde s’attaque à la pollution de l’air à l’intérieur des habitats qui affectent les femmes et les enfants ». Le Secrétaire général voit dans cet exemple une autre façon de prouver que l’économie verte est celle du « bien-être ».

Mardi, le chef de l’ONU a participé à la première assemblée générale de l’Alliance solaire internationale qui a été lancée à Paris en 2015 lors des négociations sur le climat menées par le Premier ministre Modi et le Président français de l’époque, François Hollande. « C’est un exploit remarquable », s’est félicité M. Guterres, précisant qu’une coalition de 121 pays sont désormais voués à l’utilisation de l’énergie solaire dans le monde au profit des populations et de la planète.

« Et aujourd’hui, c’est absolument clair : l’énergie solaire est devenue moins chère que celle produite par le charbon, le gaz ou le pétrole, ce qui signifie, encore une fois, que l’action pour le climat est la bonne approche, non seulement du point de vue de l’environnement, mais aussi du point de vue de l’économie et du développement », a souligné le Secrétaire général.

L’Inde est aujourd’hui le quatrième producteur mondial d’énergie solaire et le cinquième producteur mondial d’énergies renouvelables.

par -

L’Inde fête aujourd’hui ses 71 ans d’indépendance. En 1947, le Parlement britannique vota l’India Independence Act, qui donna au pays la liberté de se prononcer sur son propre avenir. Avec l’indépendance, les liens entre l’Afrique et l’Inde se sont encore consolidés, à l’heure où les pays africains et l’Inde se sont extraits du pouvoir colonial, avec la détermination de développer leurs régions grâce à un partenariat réciproque. L’Inde est ainsi devenue un partenaire de confiance en Afrique.

Lors d’une récente visite en Ouganda, le Premier ministre indien Narendra Modi a rappelé que l’actuel partenariat indo-africain comprend la mise en œuvre de 180 lignes de crédit, équivalant à 11 milliards USD, dans plus de 40 pays africains, et de 600 millions USD en subventions.

Aujourd’hui, le commerce de l’Inde avec l’Afrique dépasse les 62 milliards USD, et des projets sont en place pour accroître ce volume. L’Inde a adopté une approche à long terme pour son engagement vis-à-vis des pays africains, en prenant part aux institutions existantes afin d’encourager la volonté du continent à se construire de l’intérieur. Cette approche se reflète notamment à travers de la récente décision du gouvernement indien d’investir 10 millions USD dans l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA).

Cette participation fait de l’Inde le premier gouvernement non-africain à devenir membre de l’assureur panafricain d’investissements et de crédits multilatéraux, avec l’objectif affiché de stimuler le commerce entre l’Inde et l’Afrique.

L’Export Credit Guarantee Corporation of India (ECGC) représentera la participation actionnariale du gouvernement dans l’ACA. D’après les résultats les plus récents de l’ECGC, ses expositions totales s’élèvent à 99 milliards USD, et la société assure 32% des exportations indiennes. L’ECGC évolue en Afrique depuis les années 60 et projette d’approfondir ses engagements en Afrique.

« L’adhésion de l’Inde à l’ACA est une avancée majeure pour une entente harmonieuse entre les deux régions présentant la plus forte croissance au niveau mondial. Nous sommes fiers d’être le premier actionnaire de l’ACA en dehors des Etats africains. Ce partenariat donnera non seulement un nouvel élan au commerce bilatéral, mais il contribuera également au développement de projets et optimisera les capacités et les compétences », remarque Geetha Muralidhar, présidente du conseil et directrice générale.

Le partenariat devrait aider l’ECGC à tirer parti de sa capacité en vue de promouvoir des volumes encore plus substantiels d’exportations indiennes vers l’Afrique. Pour l’ACA, cet investissement indien lui permet d’apporter une capacité faisant cruellement défaut sur le continent.

Les prêteurs sont soumis à des réglementations qui les empêchent de prêter des sommes importantes aux Etats souverains sollicitant des investissements secondaires, ce qui est le cas de la plupart des pays africains. Les institutions telles que l’ACA capables d’offrir une assurance d’investissement peuvent aider à atténuer les risques, et donc apporter des capacités de prêts et d’investissements supplémentaires aux marchés africains.

« Nous sommes ravis d’accueillir le gouvernement de l’Inde au sein de la famille ACA. Cette initiative historique est également importante car elle met en avant les possibilités de coopération sud-sud et de partenariats entre des régions en développement, en s’appuyant sur des synergies naturelles pour concrétiser les objectifs de développement de chacun », déclare George Otieno, chef de la direction de l’ACA.

par -

La France perd des parts de marchés en Afrique, au profit de plusieurs pays européens, de l’Inde et de la Chine. C’est le constat que fait l’agence d’assurance-crédit Coface, dans une note publiée le 20 juin.

« Alors que les exportations françaises représentaient près de 11 % des flux vers l’Afrique au début du millénaire, leur poids a été divisé par deux en 2017, pour représenter 5,5 % » explique Ruben Nizard, l’un des économistes de Coface qui a réalisé l’étude.

« En 2017, la France a également perdu son statut de premier fournisseur européen du continent africain, dépassé par l’Allemagne » poursuit-il.

Source : jeuneafrique

par -

Le ministre de l’Investissement et de la Coopération Internationale, Zied Ladhari, a reçu dans la matinée du jeudi 18 janvier 2018 une délégation composée de 24 hommes d’affaires indiens qui opèrent dans les domaines des industries pharmaceutiques, de la fabrication d’acier, de l’exportation des plantes médicinales, des pièces de rechange, des machineries agricoles, des télécoms et du textile…

Lors de ce meeting, Ladhari a affirmé que la Tunisie et l’Inde entretenaient depuis des années de fortes relations et a également appelé à la consolidation des domaines de coopération économique entre les deux pays.

Pour sa part, l’Ambassadeur de l’Inde à Tunis, Prashant Pise, a fait remarquer que la présence de cette délégation démontre la volonté de l’Inde de traduire les relations diplomatiques entre les deux pays en relations d’affaires.

par -

Un forum d’affaires tuniso-indien a été organisé, mardi, à Tunis, par CONECT International (Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie), avec la participation de 24 hommes d’affaires indiens spécialisés dans les domaines des industries pharmaceutiques, de la fabrication d’acier, des exportations des plantes médicinales, des pièces de rechange, des machineries agricoles, des télécoms et du textile…
Le président de la Fédération des organisations indiennes d’exportation (FIEO), Khalid Khan, a mis l’accent sur la nécessité de développer la coopération tuniso-indienne, soulignant le positionnement stratégique de la Tunisie et sa proximité de l’Europe.
Il a fait savoir, à ce propos, que la délégation indienne a déjà effectué une visite en Algérie juste avant de venir en Tunisie et compte se rendre au Maroc.
L’objectif de ces visites, a-t-il avancé, est de promouvoir les relations commerciales et de développer les investissements dans les pays du Nord de l’Afrique, soulignant que les prévisions du FMI (Fonds Monétaire International) pour l’Inde table sur une croissance de 7,4% en 2018.

Khan a rappelé, dans ce cadre, que des marques indiennes de véhicules (TATA et Mahindra) ont déjà des usines d’assemblage en Tunisie, avançant qu’un potentiel d’investissement important existe dans plusieurs domaines.
Pour sa part, l’Ambassadeur de l’Inde à Tunis, Prashant Pise, a fait remarquer que la présence de cette délégation démontre la volonté de l’Inde de traduire les relations diplomatiques entre les deux pays en relations d’affaires.
Et d’ajouter que l’objectif est de développer la présence des entreprises tunisiennes et de l’Afrique du Nord en Inde, indiquant que 800 entreprises Britanniques opèrent en Inde ainsi que plusieurs sociétés européennes et américaines contre la présence de quelques sociétés africaines.
Le président de la CONECT, Tarek Cherif, a mis l’accent sur la nécessité de tirer profit de l’expérience de l’Inde qui réalise un taux de croissance annuel de 7%, en dépit d’une population de plus de 1,250 milliard.
L’Inde, a-t-il dit, peut être une source d’inspiration de la Tunisie, ce pays ayant engagé plusieurs réformes dont le changement de la monnaie pour mettre fin au commerce parallèle.
Cependant, Cherif a souligné que les échanges entre la Tunisie et l’Inde restent timides, précisant que la Tunisie exporte le phosphate vers l’Inde et importe les matières premières, notamment le textile.

par -

Au moins 14 personnes ont péri, dans la nuit du jeudi 28 au vendredi 29 décembre, dans un incendie d’un bâtiment de Bombay, en Inde, sur le toit duquel une fête avait lieu, relate France 24.

Le feu a débuté peu après minuit dans un restaurant du dernier étage du Kamala Mills, un complexe abritant restaurants, commerces et hôtels, avant de se propager rapidement à deux bars situés à proximité, ravageant tout le bâtiment en une demi-heure, selon divers médias.

Onze des victimes sont des jeunes femmes qui participaient à une fête d’anniversaire. Les médecins ont précisé que beaucoup avaient péri asphyxiées en tentant d’échapper aux flammes. Une dizaine de personnes ont aussi été hospitalisées, dont deux dans un état grave.

par -

Le ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui, effectue, les 30 et 31 octobre 2017, une visite officielle en Inde, à l’invitation de son homologue indienne Sushma Swaraj.
Cette visite reflète la volonté de la Tunisie de promouvoir la coopération avec l’Inde en tant que ” puissance économique émergente “. ” La Tunisie veut s’inspirer de l’expérience indienne dans plusieurs domaines et appelle les hommes d’affaires et les entreprises de ce pays à tirer profit des incitations offertes par le nouveau code d’investissement “, a indiqué, vendredi, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Au cours de cette visite, Khemaïes Jhinaoui aura une séance de travail avec son homologue indienne à New Delhi. Les deux ministres coprésideront les travaux de la 12e session de la commission mixte tuniso-indienne qui se tient pour la première fois au niveau des ministres des Affaires étrangères.
Cette rencontre vise à identifier les moyens permettant de développer la coopération bilatérale et multipartite dans le cadre du continent africain, apprend-on de même source.

Les chefs de la diplomatie des deux pays devront également inaugurer le forum d’affaires tuniso-indien, qui se tiendra à New Delhi, en présence d’hommes d’affaires et de représentants des différents ministères et structures économiques tunisiennes.
Le forum d’affaires tuniso-indien vise à explorer de nouvelles perspectives de coopération notamment dans les domaines de la formation professionnelle, de l’agriculture, des nouvelles technologies, de la création d’entreprises, de la formation des pilotes, de l’agroalimentaire, du textile et des composants automobiles.
Organisé à l’initiative du Centre de promotion des exportations (CEPEX) et de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), ce forum vise à ouvrir de nouveaux marchés d’exportation.

par -
Le Cepex expose les filons à exploiter en Côte d'Ivoire

Le Centre de promotion des exportations (CEPEX) organise, en collaboration avec l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) un forum d’affaires tuniso-indien et des rencontres B-to-B à New Delhi en Inde le 30 octobre 2017.
Cette action, a fait savoir le CEPEX dans un communiqué, publié, jeudi, s’inscrit dans le cadre de la démarche du centre de diversification des marchés à l’exportation et de recherche de nouveaux débouchés pour les produits et services tunisiens,
Le programme de la mission comportera également une journée d’information et de partenariat à la Fédération des Organisations d’Exportation Indiennes.
La mission est ouverte à tous les secteurs d’activités avec un focus sur quelques créneaux porteurs comme l’agroalimentaire, les composants automobiles et les TIC, les produits pharmaceutiques, produits chimiques et le textile, lit-on dans le communiqué.

par -

Au moins 60 enfants sont morts en cinq jours dans un hôpital public du nord de l’Inde, ont déclaré ce samedi des responsables locaux, les médias mettant en cause la pénurie de bonbonnes d’oxygène dans l’établissement, rapporte bfmtv.

“Nous avons ouvert une enquête et un rapport préliminaire devrait être publié aujourd’hui. Oui, 60 patients sont morts à l’hôpital ces cinq derniers jours, mais nous ne pensons pas que ce soit lié aux informations faisant état d’un pénurie d’oxygène”, a déclaré Anil Kumar, un responsable de la police de Gorakhpur.

Selon des médias indiens, des dizaines d’enfants sont morts jeudi et vendredi en raison d’une rupture d’approvisionnement en oxygène, après que la société fournissant les bonbonnes a mis fin à ses services, apparemment en raison du non-paiement de factures se montant à plusieurs millions de roupies.

par -

Apple va lancer dans les mois à venir l’assemblage de l’iPhone SE, son smartphone d’entrée de gamme, dans l’usine d’un de ses sous-traitants à Bangalore.

En janvier dernier, un haut responsable politique régional indien avait déclaré à Reuters que le taiwanais Wistron, l’un des partenaires du groupe californien, avait déposé une demande auprès des autorités indiennes pour agrandir son usine de Bangalore.

Apple cherche à gagner des parts sur le marché indien des mobiles, qui connaît la plus forte croissance au monde et reste dominé par des appareils beaucoup moins chers que les siens.

Apple a entamé des discussions avec le gouvernement fédéral indien sur les modalités d’une fabrication locale de ses produits.

par -

Des statistiques officielles annoncées par le ministère des Finances indien relèvent que la croissance indienne ralentira en 2016-2017 à 7,1%, contre 7,6% sur l’exercice précédent, rapporte l’AFP.

“Cette estimation est basée principalement sur les informations des sept-huit premiers mois” de l’année fiscale, nuance cependant le texte. Il n’intègre donc pas la pénurie de liquidités engendrée par la démonétisation début novembre, qui pourrait tirer la croissance encore à la baisse.

Le gouvernement indien a également indiqué tabler sur une croissance de 6,75 à 7,5% pour l’exercice 2017-2018, dont le budget sera présenté au Parlement à partir de mercredi, a ajouté la même source.

par -
Le groupe PSA apportera les deux tiers de l’investissement initial de 100 millions d’euros prévu en Inde dans le cadre de deux accords de coentreprise signés avec le conglomérat CK Birla, selon « Reuters ».
Une première coentreprise, détenue majoritairement par PSA, sera formée avec HMFCL, société du groupe CK Birla, et s’occupera de l’assemblage et de la distribution des voitures du groupe français en Inde d’ici 2020.
Une deuxième, cette fois à parité avec une autre société de CK Birla, Avtec, fabriquera des moteurs.
Toujours selon Reuters, ce projet devrait permettre de créer environ 1500 emplois dans l’Etat de Tamil Nadu, le plus au sud de l’Inde.

par -

Une cinquantaine de personnes ont été blessées et hospitalisées, après l’accident samedi soir, alors que le train transportait plus de 600 passagers, rapporte Lemonde.fr

Le déraillement d’un train, dans le sud de l’Inde, a fait au moins 36 morts, samedi 21 janvier. Huit des vingt et une voitures, ainsi que la locomotive du train express Jagdalpur-Bhubaneswar, ont déraillé dans la soirée près de la gare de Kuneru, dans l’Etat de l’Andhra Pradesh, indique la même source.

Les secouristes tentaient toujours dimanche d’extraire des survivants des décombres du train. D’après un porte-parole des Chemins de fer de la côte Est, J.P. Mishra, une cinquantaine de personnes ont été blessées et hospitalisées, alors que le train transportait plus de 600 passagers. Les autorités n’excluent pas qu’un acte de sabotage de la rébellion maoïste soit à l’origine du désastre.

par -

L’Inde démonétise 86% de sa monnaie, soit 24 milliards de billets de 500 et 1000 roupies (6.50€ et 13€) dans les mains de ses 1,2 milliards d’habitants dans un pays où presque toutes les transactions se font en liquide.

Alors que ses partisans décrivent son acte de “coup de maître”, Manmohan Singh, l’ancien Premier ministre indien, a qualifié la décision de l’actuel PM Narendra Modi “d’énorme erreur de gestion” et de “saccage organisé” de l’économie du pays, qui vit l’une des plus rapides croissances dans le monde avec un taux de 7,6% lors de l’exercice 2015/2016.

Modi a défendu sa décision qui vise à lutter contre “l’argent noir”, qui “ronge notre pays comme des termites”. La mesure radicale vise à lutter contre l’évasion fiscale et à forcer le rapatriement de l’argent du secteur informel vers le secteur bancaire et l’économie formelle.

Des experts espèrent que cette mesure sera capable de réduire l’évasion fiscale et la corruption en Inde. Actuellement, seuls 3% des Indiens seraient en train de déclarer leurs revenus au fisc.

De larges mouvements de protestation avec la participation même de ministres locaux (dont Thomas Isaac ministre de la finance de l’État de Kerala) se sont déclenchés depuis le matin de ce lundi 28 novembre, les trains bloqués, les commerces et les administrations fermées. Des dizaines d’arrestations ont eu lieu.

La Roupie a frôlé son seuil le plus bas dans l’histoire enregistré en 2013 (68.805 Roupies pour un dollar), atteignant les 68.881 Roupies pour un dollar jeudi dernier. La tendance à la baisse ne semble pas finir. La majorité des indicateurs techniques et les tendances de mouvement indiquent une continuation d’achat du dollar contre la Roupie.

1 2

(source graphiques : investing.com)

par -

Plus de 120 personnes ont été tuées et au moins 200 autres ont été blessées, hier dimanche, dans le déraillement d’un train en Inde, rapporte ce lundi 21 novembre 2016 « 20 minutes.fr ».

Les 14 wagons de l’express Indore-Patna sont sortis de la voie à proximité de la ville de Kanpur, dans l’Etat de l’Uttar Pradesh (nord), vers 3h du matin dimanche alors que la plupart des passagers dormaient, indique la même source.

par -

La forte progression de la production indienne, couplée aux problèmes locaux de la Corée du Sud, ont permis au pays de rentrer dans le top 5 mondial avec 2,57 millions de voitures sorties des usines depuis le début de l’année, rapporte ce mardi 27 septembre 2016, « la Tribune.fr ».

La Corée du Sud a finalement laissé sa place à l’Inde. Depuis le début de l’année, le match de la production était jusqu’ici dominé par Séoul, avec respectivement 2.195.843 voitures produites contre 2.186.655 pour New Delhi.

Mais l’Inde a rattrapé son retard en juillet, produisant 32.562 véhicules de plus (388.356 sur le mois) que la Corée du Sud, portant ainsi son total produit depuis le début de l’année à 2,57 millions d’unités contre 2,55 millions pour Séoul, selon le dernier rapport de la Korea Automobile Manufacturers Association (Kama), publié le 25 septembre et repris par le site Business Korea.

D’après la même source , l’an passé, le pays avait produit 4,55 millions de voitures (+0,7% sur un an), contre 4,12 millions pour l’Inde (+7,3%). À titre de comparaison, la production mondiale a gagné 1,1%, à 90,78 millions de véhicules.

par -
View of the assembly line of the Rafale jet fighter in the factory of French aircraft manufacturer Dassault Aviation in Merignac near Bordeaux, southwestern France, January 10, 2014. France's defence ministry said on Friday that the government was committing to a further phase of the Rafale fighter jet project and that about one billion euros was being earmarked. REUTERS/Benoit Tessier (FRANCE - Tags: TRANSPORT MILITARY) - RTX178Q9

L’avionneur français Dassault se frotte les mains, lui qui a eu le plus grand mal à écouler son bijou, le Rafale, dans le lequel il a misé très gros. Le groupe de défense va en vendre 36 d’un coup, à l’Inde, pour un montant astronomique de 8,8 milliards de dollars US (7,9 milliards d’euros). C’est, bien entendu, le plus gros contrat jamais signé pour cet appareil.
C’est hier mercredi 21 septembre que le gouvernement indien a donné son accord définitif, le contrat devrait être paraphé demain vendredi à New Delhi par le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Driand.

L’histoire du Rafale, qui n’a rien à envier à ses confrères américains, russes ou anglais, est parsemée de déboires pour convaincre les acheteurs étrangers C’est l’Egypte qui a permis à la France de vaincre le signe indien en commandant 24 de ces avions en 2015, le Qatar a embrayé, la même année, en en achetant 24. Le Rafale est un appareil multi-fonctions qui facilite grandement la tâche des troupes françaises sur le terrain, comme c’est le cas actuellement en Syrie et en Irak. On l’a également vu à l’oeuvre, par le passé, en Libye et en Afghanistan, ce qui lui a permis d’asseoir sa réputation.

Les Émirats arabes unis seraient également intéressé par le Rafale, les négociations sont en cours ; la Malaisie serait également sur les starting-blocks…

par -

Le ministre indien du Tourisme, Mahesh Sharma, a une étrange façon de faire la promotion de son pays. En effet face au problème endémique des violences sexuelles, il n’a rien trouvé de mieux que de conseiller aux étrangères ceci : «Ne portez pas de jupes ou de robes trop courtes, ne vous aventurez pas seule la nuit dans les petites villes».

Ces propos ont été tenus dans une conférence de presse où le ministre abordait le problème de la sécurité des touristes dans la ville d’Agra, au nord de l’Inde, où se situe le Taj Mahal. A cette occasion, il a évoqué le «kit de bienvenue» mis à la disposition des femmes dans les aéroports depuis 2015 et contenant des conseils très précieux pour éviter toute mésaventure. Ces kits donnent des consignes sous la forme «do’s and don’t» (à faire / à ne pas faire), dont celle-ci : «Ne vous aventurez pas seule la nuit, prenez en photo la plaque d’immatriculation du véhicule dans lequel vous voyagez et envoyez-la à des amis».

D’autres suggestions valent également le détour, à l’instar de «dans les petites villes d’Inde, subsistent des styles vestimentaires traditionnels. Renseignez-vous sur les coutumes locales avant de visiter ces endroits». Le journal Le Guardian rappelle qu’un conseil du même type avait été donné par le ministère des Affaires étrangères britannique, qui demandait à ses ressortissants en visite en Inde de «respecter les codes vestimentaires locaux et éviter les zones isolées».

par -

Le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) Mohamed Ennaceur a examiné, jeudi, à Tunis, avec le vice-président de la République de l’Inde Mohammad Hamid Ansari, les moyens de renforcer la coopération entre les deux pays notamment dans le domaine parlementaire.
Ennaceur a présenté, à cette occasion, les caractéristiques de l’expérience démocratique en Tunisie à laquelle prennent part les parties politiques et sociales, soulignant les efforts déployés pour surmonter les difficultés conjoncturelles et relever les défis sécuritaires, économiques et sociaux, selon un communiqué de l’ARP.
Il a également donné un aperçu sur les activités de l’Assemblée des représentants du peuple notamment en matière de mise en place des institutions constitutionnelles et l’examen des projets de loi.
De son coté, Mohammad Hamid Ansari a exposé l’expérience démocratique indienne, exprimant sa considération pour la transition démocratique en Tunisie et les réussites qu’elle a accomplies, ajoute le communiqué.
Deux conventions ont été signées jeudi au palais du gouvernement à la Kasbah entre la Tunisie et l’Inde dans les domaines de la Technologie de la communication et de l’artisanat, à l’occasion de la visite officielle de deux jours qu’effectue le vice-président de la République de l’Inde Mohamed Hamid Ansari, à la tête d’une délégation.

par -

Le vice-président de la République de l’Inde Hamid Ansari, sera cette semaine en Tunisie pour une visite de deux jours, la première d’une personnalité indienne de cette envergure depuis 50 ans.

Il y sera question de terrorisme, de l’élargissement du Conseil de sécurité des Nations Unies et des investissements dans le secteur privé, selon le quotidien « The Hindu ».

Cette visite permettra de « capitaliser sur les gains diplomatiques » sur les gains diplomatiques” du sommet Inde-Afrique et «nous avons choisi ces deux pays en leur qualité d’excellents exemples de démocratie”, a précisé le secrétaire d’Etat aux relations économiques, Amar Sinha.

«  Nos  constructeurs automobiles et de camions  sont à la recherche de  marchés potentiels,” a-t-il ajouté.

 

FOCUS 🔍

Comme chaque année et pour la 8ème fois consécutive, Orange Tunisie a organisé son Orange Summer Challenge (OSC), le rendez-vous incontournable des jeunes technophiles,...

Le meilleur des RS

C’est un drôle de statut, celui publié par Achref Barbouche, sous le titre de «La politique en Tunisie, en deux mots ». Des mots, presque...

INTERVIEW

Slim Feriani, le ministre de l'Industrie et des PME et de l'Energie par intérim, a récemment accordé à Africanmanager une interview exclusive où il...

AFRIQUE

Reseaux Sociaux

SPORT