Tags Posts tagged with "climat des affaires"

climat des affaires

par -

La Fondation Friedrich Naumann et l’entrepreneure Magatte Wade, basée aux Etats-Unis d’Amérique et promotrice de Tiosane, Adina Beverage et SkinisSkin, organisent à Meckhé un atelier sur l’amélioration du climat des affaires et le développement de l’entreprenariat privé notamment endogène. L’atelier a servi de cadre de projection du film intitulé « Poverty Inc. » visant à contribuer à l’éveil des consciences et au développement du climat des affaires.

Le film montre la problématique de l’aide au développement, les problèmes de l’entreprise africaine et les perspectives afin de mieux faire face à la pauvreté qui mine le développement en Afrique.

« Nous sommes à Meckhé où je suis en train d’installer une unité de délocalisation de mes activités pour que les populations prennent conscience du besoin de conduire les réformes nécessaires à l’amélioration du monde des affaires et à la promotion du secteur privé », a déclaré Mme. Magatte Wade (à différencier de M. Magatte Wade, Maire de Meckhé). « En Afrique, le climat des affaires n’est pas favorable à l’investissement et à la création d’emplois », a ajouté l’entrepreneure Mme. Magatte Wade.

Selon Mme. Inga Herbert, directrice Afrique de l’Ouest de la Fondation « Für Die Freiheit », « c’est l’environnement ou le climat des affaires qui est la première cause du sous-emploi des jeunes en Afrique. Les entrepreneurs, les porteurs de projets et les privés doivent s’unir pour exercer la pression nécessaire sur les décideurs et influencer les politiques afin que les réformes soient menées à bon port ». Elle a fait remarquer que les entrepreneurs et les porteurs de projets doivent prendre conscience qu’ils détiennent la force d’inciter les pouvoirs publics à mener les réformes attendues.

La Fondation Friedrich Neumann et l’entrepreneure Mme Magatte Wade coopèrent depuis deux ans pour conduire sur le continent et particulièrement au Sénégal des activités et programmes de promotion de l’entreprenariat féminin et des jeunes. L’embellissement du climat des affaires constitue un élément important de promotion de la croissance.

« L’environnement des affaires est un impératif de développement », a souligné le Maire de la commune de Meckhé, M. Magatte Wade.

Les organisateurs ont rendu hommage au leadership du Maire qui a vite compris que le développement local repose sur un climat propice aux affaires. C’est ainsi qu’il a apporté tout le soutien nécessaire à la réalisation du projet de l’entrepreneure Mme Magatte Wade qui a démarré un projet de fabrication de produits cosmétiques à base d’huile naturelle à Ngaye Meckhé.

par -

Le rapport Doing Business de 2018, axé cette année sur les «réformes pour la création d’emploi», livré hier mardi 31 octobre 2017 par la Banque Mondiale, situe la Tunisie à la 88ème position sur 190 pays pour la «facilité de faire des affaires». Le berceau du printemps arabe est nettement distancé par le Maroc, à la 69ème place mondiale et numéro 1 en Afrique du nord. Mais ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle : En effet la Tunisie a chuté de 11 places par rapport au précédent classement (77ème)…

On lit également dans le document, qui a épluché les réformes entreprises pour assainir davantage le climat d’affaires dans 190 nations, que la Tunisie a “brillé” par une réforme «qui entrave encore plus» le business avec «l’instauration d’une nouvelle taxe sur le revenu».

Quant au Maroc, il engrange les bénéfices de deux réformes phares de nature à booster les investissements : Un dispositif de paiement des impôts en ligne et une révision des frais d’enregistrement des propriétés.

La Tunisie peut, tout de même, se consoler d’être beaucoup mieux lotie que l’Egypte, pourtant 3ème puissance économique du continent africain en termes de PIB, qui n’a pas pu faire mieux que 128ème. Quant à l’Algérie, il est carrément dans les bas fonds, au 166ème rang mondial…

par -

Selon le classement des meilleurs et pires pays où faire des affaires, la Tunisie a été classée 87ème, sur un total de 139 pays. Dans cette enquête, qui vient d’être publiée par le magazine Forbes, le pays a reculé de 5 places par rapport au classement de l’année dernière. Bien que la baisse soit très importante, ce recul n’était pas très surprenant vu le contexte économique, social et politique difficile que vit la Tunisie depuis la Révolution. Tout cela ne peut pas passer inaperçu. Victime de sa Révolution, la Tunisie n’a cessé depuis cette année de connaître des échecs, de reculer dans les classements internationaux et d’afficher des résultats négatifs dans plusieurs domaines d’activités. Preuve à l’appui : Une situation économique si mauvaise et une dégradation sans précédent dans les principaux secteurs économiques dont les mines, les phosphates, le tourisme et les investissements, confirme d’ailleurs la ministre des Finances. Dans une déclaration récente en marge de sa présence à l’ARP, Lamia Zribi  a dressé un tableau sombre de l’économie tunisienne. Selon elle, le déficit budgétaire devrait enregistrer à la fin de 2016 une hausse de 1555 MD en raison des changements des hypothèses sur lesquelles se basait le budget de l’Etat pour l’année 2016, pour atteindre 5219 MD, soit 5,7% du PIB contre 3664 MD, soit 3,9% selon les estimations de la LF initiale.

Les ressources d’emprunt passeront ainsi en 2016 à environ 7813 MD contre 6594 MD prévus dans la loi initiale, ce qui engendrera une augmentation du taux de l’endettement de 8 points pour s’établir aux alentours de 61,8% contre 53,4% dans la première mouture de la loi de finances. Ce sont les principaux indicateurs derrière la dégradation de la place de la Tunisie dans les classements mondiaux. 

Le célèbre classement de Forbes a quant à lui expliqué que “la Tunisie fait face à toute une série de défis à la suite de la Révolution du printemps arabe en 2011”, a précisé le magazine, rappelant que la Tunisie s’est lancée, durant les dernières décennies, “dans une stratégie fructueuse axée sur le renforcement des exportations, des investissements étrangers et du tourisme, qui sont maintenant au cœur de l’économie du pays”.

Toujours selon le même rapport, la Révolution de janvier 2011 a entraîné une chute brutale de l’économie tunisienne, le tourisme et l’investissement ayant fortement baissé. “En 2015, les attaques terroristes successives contre le secteur du tourisme et les grèves des travailleurs dans le secteur du phosphate, qui représentent ensemble près de 15% du PIB, ralentissent la croissance du PIB à moins de 1%”.
Par ailleurs, sur un échantillon de 137 économies, le Maroc a enregistré une légère amélioration grimpant à la 51ème position, soit 11 places de mieux par rapport à l’édition 2015 où il se situait à la 62ème position et de 28 places de plus par rapport à l’année 2014 où il occupait le 79ème rang.

Quant à l’Algérie, elle arrive 131ème sur un total de 139 pays. Selon le même classement, l’économie algérienne est 133ème pour la protection des investisseurs, 131ème pour la liberté de commerce, 123ème pour la liberté monétaire et 115ème pour le poids de la fiscalité.

Pour rappel, le classement de Forbes porte sur 11 indicateurs qui sont : les droits de propriété, l’innovation, les taxes, la technologie, la corruption, la liberté (personnelle, commerciale et monétaire), la bureaucratie, la protection des investisseurs et la performance du marché boursier.

par -

Le président de l’Institut Arabe des chefs d’entreprises (IACE), Ahmed Bouzguenda a appelé dans une déclaration à Africanmanager à améliorer le climat des affaires en Tunisie, soulignant que les premières réformes devraient porter sur celle de l’administration  notamment en matière de lutte contre la bureaucratie avant même la réforme de la fiscalité.

Bouzguenda a,  dans ce contexte, appelé à alléger les contraintes administratives sur les investisseurs et accélérer la mise en place du nouveau code de l’investissement, faisant remarquer que les investisseurs sont toujours aux prises avec des procédures administratives complexes, lourdes et longues.

Le meilleur des RS

Il a été ministres, de l’industrie, de la Défense nationale, de la Santé publique et surtout illustre ministre de l’Economie et des finances en...

INTERVIEW

Habib Karaouli, PDG de la Banque d'affaires de Tunisie (BAT), récemment rebaptisée Capital African Partners Bank, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où...

AFRIQUE

C'est sans doute un tournant dans le combat contre la secte islamiste Boko Haram, que rien ne semblait pouvoir stopper jusqu'ici. Les gouverneurs de...

Reseaux Sociaux

SPORT

Résultats des matches de la 10e journée du championnat de la Ligue 2 professionnel de football, disputés vendredi. Poule A: Vendredi 15 déc 2017 : A La...