Le vice-président de l’IACE évoque les gros handicaps du pays (Vidéo)

Le vice-président de l’IACE évoque les gros handicaps du pays (Vidéo)

par -

Le vice-président de l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE), Walid Bel Hadj Amor, est revenu sur le contenu de l’Indice du Climat d’Affaires Local (ICAL). Il a dit d’emblée que ce travail vise à indiquer la voie pour des réformes à même de rendre les régions plus attractives. Et c’est cette dynamique qui permettra de faire émerger des opportunités d’investissements, de doper le développement régional et de diminuer les disparités entre les différents gouvernorats du pays.

Puis place aux constats, terribles : Aucune région ne présente un bon indicateur d’attractivité. Le gouvernorat de Tunis s’en tire à peine avec un indice de 5,1 sur 10; pour Sfax et Kébili, ce sera respectivement 4,5 et de 1,7, a précisé ce vendredi 8 février le vice-président de l’IACE, sur Express FM.
C’est encore pire pour les indicateurs de l’infrastructure et de l’urbanisation, avec une moyenne de 1,87 sur 10 dans toutes les régions de la République. Ce chiffre pose problème pour des gouvernorats qui aspirent à attirer des investisseurs, à l’instar de Sfax, qui doit aussi faire face à un énorme problème environnemental et écologique.
Bel Hadj Amor a ajouté que l’infrastructure et l’urbanisation sont déterminantes pour améliorer l’attractivité et la compétitivité de l’économie nationale.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire