Tags Posts tagged with "daech"

daech

par -

Le chef de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, a été déclaré mort à moult reprises, et à chaque fois l’information a été démentie. Cette fois l’annonce est venue de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), hier mardi 11 juillet 2017, après que le gouvernement irakien a proclamé son triomphe à Mossoul, le fief de l’organisation jihadiste dans le pays. L’OSDH dit tenir cette information de dirigeants de l’organisation État islamique dans la province de Deir Ezzor, une région de l’est de la Syrie où Daech est encore fort.

«De hauts responsables de l’EI présents à Deir Ezzor ont confirmé à l’OSDH la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi», a confié à l’AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’ONG syrienne qui dispose d’un vaste réseau de renseignement en Syrie. «Nous l’avons appris aujourd’hui [mardi 11 juillet, NDLR] mais nous ignorons quand, où et comment il est mort», a-t-il ajouté.

La dernière annonce de ce type remonte au 22 juin 2017. La Russie avait alors déclaré avoir, «selon une forte probabilité», abattu al-Baghdadi dans une intervention aérienne fin mai près de la ville de Raqqa, en Syrie. Mais aucune source n’était venue étayer cette information. Contacté par l’AFP sur l’annonce de l’OSDH, le porte-parole américain de la coalition internationale, le colonel Ryan Dillon, a dit : «Nous ne pouvons pas confirmer cette information, mais nous espérons que c’est vrai.»

Depuis l’enregistrement audio de novembre 2016, lors du lancement du grand assaut de la coalition sur Mossoul, on ne sait rien du leader de Daech. Mais ce qui est sûr c’est que sa disparition, si elle est confirmée, sonnerait le glas de Daech en tant qu’organisation, après sa déroute à Mossoul et sa prochaine défaite à Raqqa, son bastion en Syrie…

par -

Daech n’a plus un seul combattant dans la province d’Alep, a confié ce vendredi 30 juin à l’AFP l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Cela faisait 4 ans que les éléments de l’Etat islamique tenaient tête aux troupes du régime dans cette ville clé. C’est assurément une grosse défaite pour les djihadistes et à contrario un succès éclatant pour Bachar al-Assad, qui s’est requinqué grâce à l’aide massive de l’aviation russe alors qu’il était à deux doigts de perdre son bras de fer il y a peu…

Notre armée, en coopération avec les forces supplétives, a pris le contrôle de toute la région s’étendant de Rassafa, dans le sud de la province de Raqa, à Ithraya dans l’est de la province de Hama. L’armée se prépare à prendre position dans le sud-est de la province d’Alep après la fuite des terroristes“, a déclaré une source militaire citée par l’agence de presse officielle syrienne Sana.

par -

Les jihadistes de l’Etat islamique ont fait sauter mercredi 21 juin la grande mosquée Al-Nouri de Mossoul, où leur chef de file Abou Bakr al-Baghadi a proclamé l’instauration de son califat en 2014, rapporte Reuters.

Les forces gouvernementales soutenues par les Etats-Unis qui achèvent la reconquête de la métropole du Nord avaient annoncé dans la journée avoir fait mouvement en direction de l’édifice du XIIe siècle.

par -

L’armée iranienne a annoncé avoir tiré dimanche une série de missiles depuis l’ouest de l’Iran contre “des bases de terroristes” dans la région de Deir Ezzor, en Syrie, contrôlée essentiellement par le groupe Etat islamique (EI), rapporte l’AFP.

Ces tirs de missiles sont intervenus en “représailles” aux attentats perpétrés le 7 juin contre le Parlement et le mausolée de l’imam Khomeiny à Téhéran, qui ont fait dix-sept morts et ont été revendiqués par l’EI.

L’Iran est engagé en Irak et en Syrie aux côtés des gouvernements de ces deux pays pour y combattre des groupes rebelles et jihadistes, a encore précisé la même source.

par -

Les unités de la brigade des recherches et d’investigations de la Garde nationale de Sousse ont arrêté, vendredi 17 juin 2017, à Enfidha (Sousse) deux éléments “takfiristes”.

L’un d’eux est recherché par la brigade des recherches et d’investigations de la Garde nationale d’El Mnihla, gouvernorat de l’Ariana, pour ” suspicion d’appartenance à une organisation terroriste”.

Le suspect recherché a été placé en garde à vue. Il a reconnu avoir adopté la pensée takfiriste et fait l’apologie de l’organisation terroriste Daech à travers des posts et vidéos sur les réseaux sociaux incitant au terrorisme.
Une enquête a été ouverte sur l’affaire.

par -

Les frappes aériennes contre le groupe État islamique (EI) à Raqqa sont “excessives”, a jugé, mercredi 14 juin, la commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie, rapporte France 24.

Considéré comme le principal fief syrien du groupe jihadiste, la ville est prise d’assaut depuis le début du mois par les Forces démocratiques syriennes (FDS, alliance de miliciens arabes et kurdes soutenue par les États-Unis), appuyé par les frappes de la coalition internationale.

Les enquêteurs, qui n’ont pas accès à la Syrie, ont décompté 300 civils tués par les frappes aériennes de la coalition depuis le 1er mars dans l’ensemble de la province de Raqqa.

Selon la même source, plus de 320 000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début de la révolte antirégime en 2011.

par -

Le groupe terroriste de Daesh a revendiqué dans un communiqué publié sur Twitter, le meurtre du martyr, Khélifa Soltani, samedi 3 juin 2017 au Mont Mghila du gouvernorat de Sidi Bouzid.

Il est à rappeler à ce propos qu’une unité de l’Armée nationale a découvert, samedi après-midi, au mont Mghila du gouvernorat de Sidi Bouzid, le corps du berger Khelifa Soltani à l’endroit même où il a été kidnappé, la veille, par un groupe de terroristes. La victime a été retrouvée égorgée et son corps mutilé.

par -

Daech est acculé à Mossoul, sa “capitale” en Irak mais également à Rakka, son dernier grand fief en Syrie. Des milices kurdes qui ferraillent contre les djihadistes ont confié à l’agence Reuters ce samedi 03 juin que la grande offensive sera lancée dans quelques jours.

Depuis novembre dernier, les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de miliciens kurdes et arabes armée par les Etats-Unis, au grand dam de la Turquie, porte des coups très sévères à l’Etat islamique. “Les forces sont maintenant dans les faubourgs de la ville, et l’opération principale commencera (…) dans les prochains jours“, a confié Nouri Mahmoud, porte-parole des YPG (Unités de protection du peuple, milices kurdes), joint par téléphone.

Rakka, au nord de la Syrie, est tenu depuis janvier 2014 par Daech…

par -

L’armée philippine a fait le point, ce mercredi 31 mai 2017, sur plus d’une semaine d’affrontements sanglants avec des militants islamistes dans une ville du sud du pays. 89 des combattants, qui se réclament de Daech, ont été abattus pas les forces de sécurité, rapporte l’AFP. A noter que les insurgés tiennent toujours certains quartiers, a indiqué l’armée.

Ce matin, des hélicoptères militaires déversaient des roquettes sur les positions des insurgés à Marawi, une localité à majorité musulmane dans un archipel essentiellement catholique. Les combattants islamistes ont pris en otage des civils.

Pour rappel, les heurts entre l’armée et les islamistes avaient démarré après une descente des forces de sécurité dans une planque supposée d’Isnilon Hapilon, considéré comme le chef de Daech aux Philippines. Le bonhomme est un gros poisson du djihadisme, les USA offrent la coquette somme de 5 millions de dollars pour sa capture ou sa liquidation. Il est également l’un des leaders du tristement célèbre Abou Sayyaf, un groupe islamiste réputé pour ses opérations d’enlèvement. Le porte-parole de l’armée a indiqué que Isnilon Hapilon serait toujours à Marawi, complètement bouclé par les soldats.

A signaler que 21 éléments des forces de sécurité et 19 civils ont trouvé la mort dans ces combats…

par -

Auréolé du succès de sa rencontre avec le président américain Donald Trump, qui a dit le plus grand bien du jeune chef de l’Etat français, Emmanuel Macron s’est frotté au très coriace président russe, Vladimir Poutine, actuellement en visite en France. Ce mardi 30 mai 2017, toute la presse avait les yeux braqués sur les deux hommes, qui donnaient une conférence dans la Galerie des Batailles du célébrissime Château de Versailles. Les questions qui fâchent étaient nombreuses (Syrie, droits de l’Homme, liberté de la presse, de l’opposition, etc.), l’heure n’était donc pas aux sourires…

Nous nous sommes tout dit, on partage des désaccords mais au moins, on les a évoqués“, a dit Macron, qui espère toutefois progresser “sur des solutions communes” avec Poutine. C’est d’ailleurs le but du voyage…

Le président français a attaqué sec sur la Syrie, dont le régime, fortement soutenu par Moscou, aurait sans doute mordu la poussière devant la rébellion sans l’appui massif de l’aviation russe. “Toute utilisation d’armes chimiques” par “qui que ce soit” fera “l’objet de représailles et d’une riposte immédiate de la part des Français“. Sauf qu’en l’état, cet avertissement reste un coup d’épée dans l’eau étant donné que des armes de ce type ont été utilisées à plusieurs reprises sans qu’on puisse en déterminer exactement l’origine.

Toutefois il ne faut pas s’attendre à des frictions entre les deux Etats puisque l’ennemi est le même : le terrorisme. Macron propose de “renforcer le partenariat avec la Russie” sur cet aspect et de monter un “groupe de travail” sur le terrorisme. Une initiative qui ne peut que réjouir Moscou et son allié, Damas, qui n’ont pas cessé de claironner que ce n’est pas le régime syrien qu’il faut combattre, mais bien Daech et compagnie. Ce son de cloche qui était négligé en un certain moment ne l’a plus été quand le terrorisme a frappé à Paris, Nice, Berlin… “La lutte contre le terrorisme” est la “priorité absolue” pour la France comme pour la Russie, a indiqué M. Macron, qui a milité pour “l’éradication des groupements terroristes et en particulier de Daech“.

Le chef de l’Etat français s’est dit disposé  à “discuter avec l’ensemble des parties” impliquées dans le conflit syrien, “y compris les représentants de M. Bachar al-Assad“. Même si la réouverture d’une ambassade de France à Damas n’est pas à l’ordre du jour, il est certain que le départ d’al-Assad comme préalable à toute négociation sur l’avenir de la Syrie est de moins en moins brandi. C’est aussi cela la realpolitik…

par -

Daech a revendiqué ce samedi 27 mai 2017 l’attaque terroriste d’hier vendredi contre un bus transportant des pèlerins coptes en Égypte, nous a appris la chaîne d’information France24, qui a indiqué que l’Etat islamique s’est manifesté via un communiqué.

Pour rappel, un groupe armé à bord de trois pick-up avait intercepté le bus qui conduisait les pèlerins vers le monastère de Saint-Samuel, dans la province de Minya, à plus de 200 km au sud de la capitale, le Caire. L’assaut a fait au moins 28 morts dont des enfants.

par -

L’organisation de l’Etat islamique a revendiqué ce mardi l’attentat perpétré la veille à Manchester dans le nord-ouest de l’Angleterre, rapporte Reuters.

On rappelle que vingt-deux personnes, dont des enfants, ont été tuées et 59 blessées dans cette attaque suicide.
Le kamikaze a activé un engin explosif à la sortie d’un concert pop à l’Arena, une immense salle de concert où se produisait la chanteuse Ariana Grande.

par -

L’Irak a envoyé un émissaire rencontrer le président syrien Bachar al Assad jeudi à Damas pour discuter d’une coopération militaire directe entre les deux pays contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), annonce l’agence de presse syrienne Sana.

Le conseiller à la sécurité nationale irakienne Faleh al Fayad et le président Assad ont discuté “des mesures pratiques pour une coopération militaire des deux côtés de la frontière à la lumière des victoires que l’armée irakienne remporte à Mossoul”, rapporte l’agence de presse publique syrienne.

“Ils ont étudié la perspective d’une coopération directe prochainement, entre les armées syrienne et irakienne, afin de combattre ensemble le terrorisme”, a ajouté l’agence de presse.

En février 2017, l’aviation irakienne, soutenue par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, avait bombardé une position de l’EI située en territoire syrien en représailles à des attentats commis par l’organisation djihadiste à Bagdad. C’était la première fois que les autorités irakiennes évoquaient des opérations en Syrie.

par -

La cinquième chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis, spécialisée dans les affaires de terrorisme, a condamné mercredi à l’aube Mohamed Anouer Bayoudh à 4 ans de prison ferme et sa compagne à 2 ans. Les deux condamnés seront également placés sous contrôle administratif pendant 2 ans.
Accusés d’implication dans des affaires liées au terrorisme, Mohamed Anouer Bayoudh et sa compagne ont comparu mardi devant la chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis, a indiqué le porte-parole du tribunal de première instance de Tunis et du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofien Selliti.
Dans une déclaration à l’agence TAP, Selliti a expliqué que les jugements ont été rendus après validation de l’accusation contre Mohamed Anouer Bayoudh et sa compagne qui sont en état d’arrestation. Une troisième personne en cavale a été accusée d’implication dans la même affaire.
Le juge d’instruction avait émis, le 4 juillet 2016, un mandat de dépôt contre Anouer Bayoudh et sa compagne pour “appartenance à l’organisation terroriste Daech”.
Les deux accusés ont été arrêtés dès leur arrivée de Turquie à l’aéroport Tunis-Carthage en juillet 2016 avant d’être transférés à l’unité nationale d’enquête dans les crimes terroristes à la caserne de la garde nationale de l’Aouina.
Le ministère public avait émis un mandat d’amener national et international à l’encontre de Bayoudh et sa compagne après leur départ vers la Syrie en novembre 2015.
Mohamed Anouer Bayoudh est le fils du colonel-major Fethi Bayoudh, chef du service Pédiatrie à l’hôpital militaire de Tunis, qui avait trouvé la mort dans les attentats-suicides perpétrés, le 28 juin 2016, à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul (Turquie). Le défunt y était à la recherche de son fils.

par -

Daech n’est pas encore mort et enterré. Ce mardi 02 mai 2017, il a de nouveau frappé, du côte de l’armée irakienne. Au moins 10 soldats ont péri dans un guet-apens à Ratba, une localité de la province occidentale d’Al-Anbar, frontalière de la Syrie, de la Jordanie et de l’Arabie saoudite, ont confié à l’AFP des responsables locaux et de sécurité.

Depuis le 23 avril 2017, pas moins de 26 éléments des forces de sécurité et des gardes-frontières ont été tués dans des assauts lancés par l’Etat islamique, qui donne là la preuve de sa capacité de nuisance à mesure que l’étau se resserre autour de Mossoul, sa “capitale” en Irak. On peut aussi imaginer que l’EI multiplie les incursions sanglantes pour faire diversion et forcer les troupes irakiennes à lâcher du lest autour de Mossoul, la deuxième plus grande ville du pays…

Ce qu’on sait de la dernière attaque, c’est qu’elle a été menée avec des roquettes et des mortiers, avant une tentative d’attaque contre la base. Les heurts entre les militaires et les assaillants ont duré deux heures, d’après ces sources.

par -

Trois combattants de l’Etat islamique sont morts dimanche dans le sud de Kirkouk, après avoir été attaqués par des sangliers, selon Le Parisien.

Les animaux sauvages se sont rués sur une ferme de Rashad, à 53 kilomètres au sud de Kirkouk, située dans une zone contrôlée par les djihadistes.

Déchaînés, ils ont donc tué trois djihadistes. Une source citée par Alsumaria News affirme que les soldats de l’EI ont ensuite pris «leur revanche sur les porcs qui ont attaqué la ferme», sans en dire davantage sur la méthode employée.

par -

Dix soldats égyptiens, dont trois officiers, ont été tués dans l’explosion de deux bombes dans la péninsule du Sinaï.

Selon les données rapportées par les médias égyptiens, quinze insurgés ont été éliminés lors de combats entre l’armée égyptienne et des terroristes liés à Daech.

On rappelle que depuis 2013, les services de sécurité égyptiens sont régulièrement ciblés par des attentats terroristes, notamment dans le nord du Sinaï, fief de la branche égyptienne de l’EI.

par -

Daech a revendiqué jeudi l’attaque de Londres via son agence de propagande Amaq, qui a coûté la vie à trois personnes, outre l’assaillant.

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a revendiqué jeudi, par le biais de son agence de propagande Amaq, l’attentat de Londres qui a coûté la vie à trois personnes et en a blessé près de 40 autres, rapporte europe1.fr.

par -

Des combattants de Daesh issus de la minorité chinoise ouïghoure ont menacé depuis l’Irak de « verser des rivières de sang » en Chine, un avertissement adressé à Pékin qui est inédit, selon la Libération.

La menace est formulée dans une vidéo de 28 minutes publiée lundi par une branche de l’EI basée dans l’ouest de l’Irak, d’après un organisme spécialisé dans la surveillance sur internet des sites islamiques, SITE Intelligence Group.

INTERVIEW

«La politique africaine ne peut se développer uniquement avec les visites, sporadiques et de courte durée ou seulement à travers le seul ministre des...

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux